Lire et produire une nouvelle fantastique (tc)


Khalid Bouz (?) [3 msg envoyés ]
Publié le:06-05-20 Lu :1092 fois
Rubrique :Projets, lectures et évaluations  
  • 4.0 stars
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
1 vote    4/5


Travail préparé par : Khalid BOUZ.

Module 2 : Lire et produire une nouvelle fantastique.

Support : « Le chevalier double », Théophile Gautier, 1840.

Séquence 1 : Une visite mystérieuse.

Activité : Production écrite Durée : 2 Heures

Intitulé : plus Jamais.

Support : œuvre, recherches personnelles

Objectifs :

  • Produire une ouverture de nouveau fantastique.

  • Intégrer les acquis en langue et étude de texte.


Phase orale :

Proposition du canevas, de la nouvelle fantastique collective.

-Méthodologie de travail : choix des personnages, que se passe-t-il, est-ce que l'idée est compatible avec le fantastique, comment ? …

Sujet :

Une fille et son père font une sortie en fin de semaine, le père s'absente la jeune fille se retrouve seule au milieu de la forêt.

Démarche : contextualiser la sortie : la fille a eu une bonne note, une habitude dans la famille,…

-le départ, l'arrivée, la description du lieu (intimidant) ,

-l'installation du camp,

-intégrer un champ lexical de la peur, des figures du fantastique : personnification, antithèses, oxymore, ..

-les moyens de caractérisation

Phase de rédaction :

-organiser les idées, produire une ouverture de la nouvelle.

Exemple d'ouverture :

Après une fin de semaine éprouvante, M. Alaoui décida d'emmener sa fille, Hind, camper et passer la nuit à la montagne. Les sorties prolongées étaient une activité qu'ils aimaient tous les deux et dont ils profitaient dès qu'une occasion se présentait. Alors, le papa et sa petite fille préparèrent leur paquetage et prirent la route vers la montagne non loin de chez eux.

Quelques heures plus tard, les deux campeurs arrivèrent dans un coin qu'ils pensèrent idéal pour installer leur camp. Des arbres millénaires tendaient leurs branches comme des hommes géants et leurs feuillages étaient tellement denses qu'ils ne laissaient transiter aucun rayon de soleil. Au sol, aucune trace lumineuse comme si c'étaient une nuit de nouvelle lune. Au cœur du bois, une obscurité épaisse telle de la suie donnait au lieu un air intriguant. Pas loin de la bordure de la forêt, s'élevait une montagne immense, qui se hissait à perte de vue jusqu'à crever l'azur et dont le flanc était abrupt pareil à un mur. A son pied, une petite grotte abritait une source d'eau douce, le lieu était accueillant et intimidant. Par moment, on entendait des bruits étranges, c'était des oiseaux, des sangliers, des d'animaux sauvages qui y vivaient, c'était tantôt enchanteur et tantôt terrifiant surtout quand ils entendaient des hurlements d'animaux que la jeune fille ne connaissait pas. Le père habitué rassurait sa fille en disant que c'était juste un chien, un écureuil ou un autre animal dont la petite ne connaissait pas le cri

Evaluation :

Produire une ouverture pour sa nouvelle personnelle.

Module 2 : Lire et produire une nouvelle fantastique.

Support : « Le chevalier double », Théophile Gautier,1840.

Séquence 3 :

Activité : Production écrite Durée : 2 Heures

Intitulé : plus Jamais.

Support : œuvre, recherches personnelles

Objectifs :

  • Produire une ouverture de nouvelle fantastique.

  • Intégrer les acquis en langue et étude de texte.


Phase orale :

Sujet :

Rédigez une perturbation à la nouvelle entamée la séance précédente :

Idées de suite :

-Le père va chercher du bois pour le feu et la préparation du diner

-la fille est seule

-un sentiment étrange, de peur, le lieu s'anime, les bruit (les cris des animaux, le ruissèlement de l'eau, la nuit qui arrive …

-la fille se cache dans la tente, elle a de plus en plus peur

-elle sort espérant trouver son père

-Elle marche ver la forêt …

Outils linguistiques : temps de narration, indicateurs temporels, verbes d'action, champs lexicaux des sentiments : peur, angoisse, …

Phase de rédaction :

Rédaction de la perturbation :

Après l'installation de leur tente, le père demanda à sa fille de l'accompagner pour chercher quelques branches afin d'allumer un feu quand la nuit serait là. La fillette fatiguée lui dit qu'elle préférait rester près de leur campement et attendre son retour. A peine l'homme parti, la petite eut un étrange pressentiment, il regarde de tous les côtés, aucune trace d'une présence quelconque, cependant elle avait l'impression qu'on la surveillait, que quelqu'un la guettait comme un félin qui guette une proie. Se sentant mal à l'aise, elle cria de toutes ses forces : PAPA ! PAPA … ; mais aucune réponse. Effrayée, elle fixa la direction qu'avait pris son père et scruta le bois, en espérant qu'il apparaisse, mais en vain. Inquiète, elle se réfugie dans la tente où il commence à faire sombre, prise de peur elle allume sa lampe-torche et s'engloutit dans son sac de couchage. Les heures passèrent, la nuit s'installa, et, encore, aucun signe de son père. Plus le temps passe, plus les hurlements terribles se levèrent de la petite forêt, on dirait que les animaux nocturne souhaitaient l'avertir d'un danger éminent, la pauvre gamine tremblante d'angoisse se mis à crier de tous ses paumons mais personne pour la faire sortir de sa torpeur. Lasse d'attendre, elle se décida à sortir de son abri et d'essayer de rejoindre son père, elle sortit la tête, regarda à droite puis à gauche, rien, personne, …. Bien que son cœur tambourine au point de vouloir s'arrêter de battre, elle se glissa hors de son refuge, et se mit à trotter vers le bois. A mesure qu'elle avance, elle regrette d'être sortie…..

Evaluation :

Produire une perturbation pour votre nouvelle.


Moteur de recherche

Derniers articles sur le forum
Achoura  Vu 237 fois
La boite a merveilles  Vu 335 fois

Les plus consultés dernièrement







confidentialite