Le parler des jeunes : quelle particularité ?


Mahtane Hicham (Prof) [5 msg envoyés ]
Publié le :2019-02-25 10:46:06 Lu :357 fois
Rubrique :Crmef,ENS,Université  
  • stars
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5


La langue est toujours changeante, évolutive et s'adapte aux besoins de ses utilisateurs. Elle change à travers l’espace et à travers le groupe social. Elle varie également à travers le temps. Le changement de langue mène inévitablement à la variation. WEINREICH, LABOV et HERZOG (1968 : 188) notent que : « All change involves variablity and heterogeneity », cela veut dire que tout changement nécessite ou bien entraîne la variabilité et l'hétérogénéité. SAPIR écrit également (1921: 147) : « Everyone knows that language is variable».
Tout le monde, ne parle pas de la même façon. Ainsi, la variation est le fait qu’une même unité apparaisse selon des formes différentes, c’est un phénomène qui existe dans toutes les langues. Il est tout à fait normal qu’une langue puisse dire la même chose de plusieurs façons. La langue varie, dans le temps, selon la région, et aussi en fonction des caractéristiques sociales (âge, sexe, catégorie social, réseau, . .) du locuteur, et celle de ses interlocuteurs ainsi que de la situation de communication. La variation linguistique est inhérente aux langues humaines. Qu’elle soit de nature phonétique, morphologique, syntaxique, lexicale, prosodique, elle est la « Zone de flou » qui permet à tout individu d’exprimer son identité en fonction, entre autres, de ses caractéristiques sociales et parmi celles-ci, la variable « âge ».
En ce qui concerne, tout d’abord, l’enfance : la plupart des travaux se centrent sur la compétence communicative. L’enfant est utilisateur des valeurs sociales de la langue. A l’âge adulte, les variations sociolinguistiques sont étroitement liées aux conditions socio-économiques dans lesquelles l’individu est placé. L’âge mur a fait l’objet de peu de recherche. Tandis que les jeunes, les adolescentes, ce qui nous intéresse dans cette communication, sont considérés comme un instrument de changement linguistique certain plus que leurs aînés. Ils sont référés comme des « innovateurs », des porteurs de changement linguistique, ou bien des transgresseurs de la règle.
Leur langage se caractérise par la diversité ou la variation des formes linguistiques, l’instabilité des usages communicatifs et par la dynamique et cela doit être pris en compte dans une description linguistique d'un cas singulier ou collectif.
Les jeunes développent des pratiques langagières et communicatives inadéquates ou transgressent les règles généralement admises. Notamment, en France; les jeunes vernalisent leur langage, c’est à dire utilisent des expressions en verlan : « l 'envers » par exemple : au lieu de dire femme on dit "meuf" ; Paquet, on dit "Képa" ; Bizarre : "zarbi", vélo : "levo". D’origine, c’est un langage des escrocs, des criminels au 19e siècle. Mais, aujourd'hui, plutôt des groupes de jeunes qui habitent en banlieue qui l’emploient. De surcroît, ils pratiquent le langage du «f» (ajouter «f» après chaque syllabe en y mettant le dernier son entendu, exemple : salut devient "safa lufu").
Ils parlent entre eux un langage qui n’est pas celui qu’ils utilisent avec les adultes qu’il s’agissent de leurs professeurs ou leurs éducateurs, ou de toute autre personne. Ils connaissent un «pic informel» avant d’adopter l'usage du groupe auquel ils s’identifient. Celui-ci est particulièrement marqué sur le plan lexical. Ceci dit, «le langage Jeune» étant un lieu extrêmement fertile en ce qui concerne la création de nouveaux mots. C’est au plan lexical, que les innovations sont les plus nombreuses.
En effet, chez la catégorie des jeunes au Maroc, on retrouve de plus en plus de nouveaux mots. Plusieurs sont les mots qui viennent d'apparaître dans notre société, il y a quelques années. Certains les trouvent vulgaires, c’est-à-dire, ce langage fait appel à une réaction des adultes. Toutefois, les jeunes parlent proprement ce qu’ils leur appartiennent parce qu’ils sont vraiment influencés par ce qu’ils ont entendu ou vu quelque part.
Dans cette perspective, nous avons collecté un bon nombre de mots et d'expressions pratiquées par les jeunes de Kénitra avec leurs définitions ou signification par rapport à l'usage standard sur le plan lexical:
• "qəwas εliya" : Frappé par le mauvais œil.
• "x’ririf " : Stupide (ou maladroit).
• "kna w šad rakna" : Calme-toi (Tais-toi).
• "ntkonkro" : Nous passerons un concours.
• "lwašma" ou "lεmariya" : Le Renault Trafic de la police.
• "Laħsab xo laħsab" : Les bons comptes font les bons amis.
• "draz" ou "bo
Cherchez sur le site



Vous aimez cet article ?
Partagez-le sur


Vous pouvez gagner des points en jouant à nos quiz


InfoIdentification nécessaire
Identifiant :
Passe :
Inscription
Connexion avec Facebook
Mot de passe oublié

confidentialite