Langue: la phrase complexe (2bac)


Om Ilyass  (Prof) [1 msg envoyés ]
Publié le :2017-09-18 20:56:51   Lu :540 fois
Rubrique :Projets, lectures et évaluations  
  • stars
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5



Niveau : 2ème année bac.

Module : 3

Activité : langue

Contenu : la phrase complexe

Objectifs : savoir identifier le types de phrase



Déroulement de la séance :

I. Définition :

On appelle phrase complexe toute phrase qui est composée de plusieurs propositions, c à d qui possède plus d'un verbe conjugué. Elle s'oppose ainsi à la phrase simple qui contient un seul verbe conjugué :

- Phrase simple : il regardait l'océan. (Un seul verbe conjugué)

- phrase complexe : il regardait l'océan qui s'étendait à perte de vue. (Deux verbes conjugués).


II. Typologie de phrases complexes :

a) Lorsque deux propositions d'une phrase complexe sont séparées uniquement par un signe de ponctuation, on dit qu'elles sont juxtaposées (posées à côté l'une de l'autre).

Ex : Il raconte une blague; je ris.

b) Lorsque deux propositions sont reliées entre elles par une conjonction de coordination (mais, ou, et, donc, or, ni, car), ou un adverbe de liaison (puis, alors, pourtant...), elles sont coordonnées.

Ex: Il raconte une blague alors je ris.

c) Deux propositions peuvent enfin être dans une relation de subordination. Il faut alors une proposition principale qui dirige le sens et une ou plusieurs propositions subordonnées commençant par un subordonnant et qui dépendent de la principale [leur sens dépend de la principale et on ne peut les écrire seules sans modifier leur sens].

Ex: Je ris parce qu'il a raconté une blague.

N.B : Pour les grammairiens traditionnels :

- les propositions liées par coordinations ne sont de vraies phrases complexes.

- pour avoir une phrase complexe, il faut un rapport de subordination exprimé par un subordonnant (qui, si, dont, ce que, bien que, grâce à….)


III La subordination :

On distingue Quatre types de subordonnées :

- les subordonnées relatives ;

- les subordonnées complétives ;

- les subordonnées circonstancielles ;

- Les subordonnées participiales.


3.1. Les relatives:

Les subordonnées relatives sont introduites par un pronom relatif. Ce dernier remplace un nom ou un pronom appelé « antécédent ». Les fonctions du pronom relatif varient selon les fonctions.

Exemples : - J'ai rencontré l'homme qui vous a aidé. (qui : sujet)

- J'ai rencontré l'homme que vous avez aidé. (que : cod)

- J'ai rencontré l'homme dont vous m'avez parlé (dont : complément introduit par de)

- Le château où elle habitait était démoli. (où : le lieu)


Tableau récapitulatif :


Fonction

antécédent animé
(personne)

antécédent inanimé
(chose et animal)

antécédent neutre
(ce, quelque chose, rien)

Sujet

qui

qui

qui

complément d'objet direct

que

que

que

complément introduit par de

dont

dont

dont

prépositions composées avec de (à cause de,à côté de, près de...)

à côté de qui (à côté duquel... )

à côté duquel ;à côté de laquelle
à côté desquel(le)s

à côté de quoi

complément introduit par d'autres prépositions (avec, pour, devant...)

pour qui (pour lequel...)

pour lequel ; pour laquelle
pour lesquel(le)s

pour quoi

complément introduit par à

à qui (auquel)

Auquel ;à laquelle ; auxquel(le)s

à quoi

complément de lieu

chez qui


complément de temps





Il y a trois types de relatives :


a. Les relatives substantives : (sans antécédent)

Ce sont des relatives qui ne présentent pas d'antécédent : Qui va à la chasse, perd sa place. (Nature : relative substantive, fonction : sujet)

- Ces relatives assument toutes les fonctions du nom :

- COD : j'aime qui me respecte ;

- COI : je parle à qui je veux ;

- CDN : je lis le livre de qui tu aimes ;

- Attribut : cet homme est qui tu cherches. Etc.


b. Les relatives adjectives déterminatives : (avec antécédents)

La relative est appelée « déterminative » ou « restrictive », si elle est nécessaire à l'identification référentielle de l'antécédent : elle a une fonction de détermination ou de restriction vis a vis de l'antécédent. Il cherche un maçon qui sache travailler à l'ancienne.

- la relative déterminative a un caractère indispensable et ne peut être supprimée

Ex. : La rue qui longe la mairie est barrée pour cause de travaux. (Si l'on supprime la relative, on ne peut pas savoir de quelle rue il s'agit)


c. Les relatives adjectives explicatives : (avec antécédents)

- la relative explicative apporte donc un certain nombre d'informations complémentaires non indispensables. Elle est souvent séparée de son antécédent par une pause syntaxique (des virgules à l'écrit). Elle peut plus facilement être supprimée qu'une déterminative.

Ex. : Mon voisin, qui est une personne sympathique, m'a souvent rendu service.

- La relative sert à ajouter une information logique et à expliquer le contenu de la principale (« C'est parce que mon voisin est une personne sympathique, que celui-ci m'a souvent rendu service »). Elle équivaut à un C.C. de cause du verbe « a rendu ».


3.2. Les complétives :

Elles sont appelées ainsi parce qu'elles complètent le sens de la subordonnée principale. Les complétives assument les fonctions du nom. On distingue trois types :


a. les complétives par « que » :

Sont introduites par la conjonction de subordination « que », elles peuvent être :

- Sujet : Que Marie soit absente déçoit ses amis.

-COD : Je souhaite que tu reviennes.

- Attribut : Mon souhait est qu'il vienne.

- CDN : Le fait qu'il parte m'étonne.


b. Les complétives interrogatives :

Il s'agit de l'interrogation indirecte, elles introduite par un mot interrogatif : si (interrogation total), ce que, ce qui, où, qui, quel… (Interrogation partielles)

Ex : Il ne savait pas où étaient ses amis.

Elles sont le plus souvent COD : j'ignore s'il viendra ou pas.


c. Les complétives infinitives :

Le verbe de la subordonnée est à l'infinitif. C'est une particularité des verbes de perception (voir, entendre, sentir…) et des présentatif (voilà, voici…) :

Ex. : Je vois venir les enfants / Voilà venir le printemps.

- elles sont COD.


3.3. Les circonstancielles :

On les appelle circonstancielles parce qu'elles expriment une circonstance (temps, cause, conséquences, but / finalité, opposition /concession, comparaison, condition/hypothèse), elles ont pour fonction d'être compléments circonstanciels.

Ex. :

* la condition : Si tu venais plus souvent, tes amis seraient heureux.

* la comparaison : il m'aimait comme un père aime son fils..

* la cause : Je ne prendrai pas de dessert parce que je n'ai plus faim.

* le temps : Je t'appellerai dès que j'arriverai.

* la concession : Quoiqu'il soit sympathique, je n'ai pas confiance en lui

* la conséquence : Il pleut, si bien que je ne vais pas sortir.

* le but : Je vais t'aider afin que tu puisses finir à temps.

* l'opposition : tandis que les uns travaillent, les autres errent.



Exercices


1. Etudiiez (nature et fonction) les relatives dans ces énoncés :

- Je l'ai pris pour qui a tué Marie.

- Paul, qui m'a téléphoné, ne viendra pas ce soir

- Qui veut voyager loin ménage sa monture.

- Elle m'a répondu la première chose qui lui venait en tête.

- Nous sommes séduites par qui sait nous parler.


2. Etudiez les complétives dans les énoncés ci-dessous :

- Il est probable que le conseil des ministres se tient exceptionnellement vendredi.

- Je regrette que la vie dans une grande ville soit stressante.

- L'idée que tu viennes me réjouit.

- Il explique pourquoi il aime tant le sport.

- Les enfants sont fiers de ce que leurs dessins soient affichés


3. Etudiez les circonstancielles dans les phrases ci-dessous :

- Vu que la situation l'exige, nous coupons tous les ponts avec cet individu.

- Il parle moins bien qu'il n'écrit.

- Bien que nous soyons en plein hiver, la température est douce.

- Les gens utiliseront moins leurs voiture dans la mesure où on améliora les transport en commun.

- Il a tant couru / qu' / il est essoufflé.


4. Etudiez les subordonnées dans ce corpus :

- Le curé trouve qu'il ne doit pas refuser une honnête fille sous prétexte qu'elle était la sœur de l'instituteur.

- J'ai entendu aboyer un chien comme je m'approchais de la ferme

- Sauriez-vous réciter la jolie fable de La Fontaine dans laquelle le renard convoite le fromage d'un corbeau ?

- Le petit Poucet lui dit qu'ils étaient de pauvres enfants qui étaient perdus dans la forêt.

- Je me demandais ce qu'il faisait en ce moment-là.

- Je voulais que vous fussiez tous avec moi pour entendre sa réponse




Vous aimez cet article ? Partagez-le sur

Sujets similaires
  • Antigone (activité langue : les caractéristiques de la phrase subordonnée)
  • Activité langue (tc) : les types de phrases
  • Activité langue : phrase simple, phrase complexe -candide
  • Langue : les types et les formes de phrases (tc)

  • InfoIdentification nécessaire
       Identifiant :
       Passe :
       Inscription
    Connexion avec Facebook
                       Mot de passe oublié

    confidentialite Google +