L'énonciation ou les marques de la présence de l'auteur dans le texte.


Idoubiya Rachid (Inspecteur) [1281 msg envoyés ]
Publié le:2009-09-23 13:00:15 Lu :95136 fois
Rubrique :Lycée et Entraide scolaire  
  • 3.8 stars
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
6 votes    3.83/5


L'énonciation ou les marques de la présence de l'auteur dans le texte.
A- L'énonciation est l'ensemble des conditions dans lesquelles l'énoncé (message écrit ou oral) est produit. C'est l'action qui consiste à produire par un émetteur un message écrit ou oral.
Pour étudier l'énonciation, on s'intéresse particulièrement à celui qui écrit ou parle, à sa manière d'écrire et de parler, à son point de vue, au moment et au lieu de la parole ou de l'écriture, et à qui il s'adresse. La situation d'énonciation implique : un énonciateur ; un destinateur ; un moment ; un lieu ; une visée (objectif recherché par l'énonciateur).
B- Les marques de l'énonciation : Les marques de l'énonciation ou les indices de l'énonciation sont les indices de personne et les indices de temps et de lieu.
1. Les indices de personne :
Pronoms personnels : je, me, nous. pronoms possessifs : le mien, le nôtre... adjectifs possessifs : mon, mes, ma, nos...
*
Les indices de personne : Un certain nombre d'indices révèlent la présence de l'émetteur (écrivain) dans l'énoncé.
Ex 1 : «. moi je ne dors pas. Je songe à ma solitude et j'en sens tout le poids. »
Ex 2 : «Il me reste cet album pour égayer ma solitude, pour me prouver à moi-même que je ne suis pas encore mort.»
Ex 3 : « mais je n'avais aucun point de repère qui me permît d'appeler mon existence : solitude ou malheur».
Indices personnels
Pronoms personnels
Pronoms personnels accentués
Adjectifs possessifs
«je ne dors pas.»
«mais je n'avais aucun point de repère qui me permît d'appeler mon existence.»
«moi, je ne dors pas.
«.pour me prouver à moi-même que je ne suis pas encore mort.»
«Ma solitude ne date pas d'hier.»
«.d'appeler mon existence : solitude ou malheur».
2. les indices de temps et de lieu :
*
Le présent de l'énonciation : correspond au moment de l'énonciation, c'est-à-dire au moment de l'écriture : Ahmed Sefrioui est assis dans son bureau en train d'écrire le récit de sa propre histoire. C'est «le soir» : «Le soir, quand tous dorment, les riches dans leurs chaudes couvertures, les pauvres sur les marches des boutiques ou sous les porches des palais, moi, je ne dors pas.»
Ex 1 : «Je vois au fond d'une impasse que le soleil ne...», c'est-à-dire que l'auteur, Ahmed Séfrioui, «plonge» dans le passé, se souvient qu'il y'avait au fond d'une impasse que le soleil ne.
Ex 2 : «Il me reste cet album pour égayer ma solitude, pour me prouver à moi-même que je ne suis pas encore mort.», c'est-à-dire qu'il reste (maintenant = moment de l'écriture) à Ahmed Séfrioui cet album= souvenirs pour.
Nb- Les verbes : «dorment», «ne dors pas», «songe», «vois», «reste», «suis» sont conjugués au présent de l'énonciation, c'es-à-dire au moment où Ahmed Séfrioui écrit son histoire.
*
Les adverbes de temps et de lieu : soit ils caractérisent le discours, c'est-à-dire les commentaires/ explications de l'écrivain- adulte : Ex 1, soit ils caractérisent le récit, c'est-à-dire les histoires du narrateur- personnage : Ex 2.
Ex 1 : «Le soir, quand tous dorment.» : Soir=maintenant=moment de l'écriture, celui de l'acte de raconter. Ahmed Séfrioui est un adulte : maintenant.
Ex 2 : «J'avais peut-être six ans. Ma mémoire était une cire fraîche et le moindre événement s'y gravait en images ineffaçables. » : Six ans = il y'a longtemps. Moment où commence l'histoire d'actes accomplis. Sidi Mohammed est un enfant : jadis.
Nb- Les verbes : «avais»/ «était»/ «gravait» sont conjugués à l'imparfait, c'est-à-dire au moment où Sidi Mohamed a vécu son histoire : à six ans.
Ex 1 : «les pauvres sur les marches des boutiques ou sous les porches des palais» : «les marches des boutiques», «les porches des palais». Ce sont des lieux qui correspondent au moment de l'écriture : ici.
Ex 2 : «Je vois au fond d'une impasse.» . «Une impasse» est un lieu qui date de l'époque de l'enfance de Sidi Mohamed : ailleurs.
Donc :
Moment de l'énonciation = moment de l'écriture.
Moment de la narration =moment de l'histoire
C'est le moment où l'auteur-adulte commente, explique où donne des informations sur un personnage ou un événement.
C'est le moment où le narrateur évoque des événements antérieurs qu'il a déjà vécu, lorsqu'il était encore enfant.
Moteur de recherche

Derniers articles sur le forum
LE PERE GORIOT  Vu 19 fois
Anarchie  Vu 141 fois
Travaux encadrés  Vu 1816 fois



Réponse N°11 32420

re
Par elaouadi med(CS)le 2013-09-29 10:00:17



merci bien dit





Réponse N°12 32421

merci
Par Sadik fatima ezzahra(CS)le 2013-09-29 11:58:39



.. alors dans la boite à merveilles le "je" énonciateur c'est celui du narrateur adulte .





Réponse N°13 32424

re
Par elouichouany radouan(CS)le 2013-09-29 16:55:36



Bonjour,j'ai une question :est il parfois d'expliquer cette leçon à des élèves qui n'arrivent même pas à lire le texte?





Réponse N°14 32425

Oui!
Par Jaafari Ahmed(Prof)le 2013-09-29 18:49:43



Ce n'est vraiment pas la peine : ça ne fait que les dérouter davantage!

Si les élèves arrivent à lire le roman (ou des extraits significatifs), à être sensibles aux thèmes soulevés, à rattacher le sens à la présence d'un lexique approprié, c'est largement suffisant!




confidentialite