Examens régionaux: session juin 2010


Idoubiya Rachid (Inspecteur) [1281 msg envoyés ]
Publié le:2010-06-12 12:52:44 Lu :17368 fois
Rubrique :Examens - bac  
  • 4.0 stars
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
3 votes    4/5


Salut chères adhérent(tes),
Comme c'était le cas pour les examens simulés, les examens officiels proposés sont d'une très grande utilité méthodologique pour les enseignants et pour les élèves.
Cet espace regroupera donc tous les examens proposés par les académies régionales, avec les corrections proposées et le barème.
Des discussions s'en suivront entre les enseignants autour de:
A- La Validité;
B- La Fidélité;
C- L'objectivité;
D- La Commodité
au niveau des instruments de mesure et l'objet examen...
........
A cet égard et pour assurer plus d'égalité de chance lors de la correction des examens, le ministère de l'éducation a proposé un " guide de la correction de l'examen "





  • NB- Quelque remarques s'imposent après la lecture et l'étude de ce document:
    * La correction se fera en groupe et, si c'est possible, en présence de Monsieur l'inspecteur de la matière;
    * Une entente entre la commission chargée de la correction se fera autour des critères de correction: unifier la vision= avoir une vision commune sur la façon d'évaluer les copies d'élèves...( Volet théorique)
    * Un échantillon de six copies (au moins) seront corrigées et une discussion s'en suivra autour des trois corrigés proposés par trois enseignants pour chaque copie. (Volet pratique)
    * Cela pour diminuer les écarts d'appréciation des enseignants autour/ au niveau de la correction...
    Remarques:
    + Pour diminuer les corrections impressionnistes, et pour gagner énormément de temps pour s'adapter à la tche épineuse: car elle demande beaucoup d'investissement personnelle: car c'est une question de réussite ou d'échec pour un élève...je suggère la démarche suivante:
    1- Lire le texte et les questions ( se mettre à la place de l'élève...)
    2- Répondre aux questions de façon personnelle: donner notamment les réponses possibles et envisageables...Cela par écrit - les paroles s'en volent et les écrits restent...-
    3- Lors de la correction: confronter ses propres réponses avec celles proposées par l'institution: la section des examens...- Normalement, il faut qu'il y ait concordance entre les deux!
    Cela ne pourra se faire que si : La Validité, La Fiabilité, L'objectivité sont respectées par les poseurs de l'examen en question...
    Maintenant, pourquoi ces démarches?
    - Parce que parfois si l'on ne donne/ fait pas une correction personnelle aux différents items proposés dans l'évaluation, on risque d'épouser les seules corrections proposées par le service des examens, en faisant fi des autres possibilités de réponses, ce qui influe négativement sur les résultats attendus...
    - Cela pour donner toutes les chances de réussite à nos élèves;
    - Cela pour se rappeler des limites de nos instruments de mesure...
    A réfléchir et à discuter entre collègues...


    examen régional Tadla Azilal
    Envoyé par Elkahlaoui Abderzak [msg envoyés : 37] le 12-06-10 à 11:35 Lu :2 fois
    Texte :
    Ma mère et son amie se remirent à parler de Rahma, la femme du fabricant de charrues, de Fatma Bziouya et de tante Kanza la voyante.
    Ma mère racontait sa réconciliation avec sa voisine du premier étage, l'escapade de Zineb, le repas offert aux pauvres. Elle faisait l'éloge de Rahma. Elle regrettait son moment de mauvaise humeur qui avait provoqué la dispute. Rahma devenait une charmante jeune femme, si serviable! Si honnête!...
    - Et puis, dit ma mère, elle est si jolie! Toujours souriante, toujours vive. Son mari peut remercier Dieu de lui avoir fait présent d'une brune si délicieuse. N'aimes-tu pas cette peau halée au grain si fin, ces grands yeux qui rient? N'est-ce pas qu'elle possède une jolie bouche aux lèvres fermes, un peu boudeuses?
    Lalla Aïcha approuvait, opinait du chef, soupirait de contentement.
    Mais ma mère enchaînait déjà:
    - Fatima, ma voisine d'en face, n'a pas été non plus oubliée par le Créateur. De jolis yeux noyés de douceur! Des sourcils d'une courbe parfaite! Un teint ambré! Mais je n'aime pas le tatouage de son menton.
    - Elle a, en outre, l'agrément de sa jeunesse, ajouta l'amie.
    Immobile dans mon coin, j'écoutais. Je m'étonnais d'entendre ma mère rendre
    justice à la beauté de nos deux voisines. Cette beauté je la sentais, mais je ne pouvais la traduire par des formules concrètes. J'étais reconnaissant à ma mère d'exprimer, avec des termes précis, ce qui flottait dans mon imagination sous forme d'images vagues, confuses, inachevées
    Compréhension : (10 points)
    1) Recopiez et complétez le tableau suivant : (1 pt)
    Titre de l'œuvre:
    Auteur:
    Siècle (époque):
    Genre littéraire:
    2) La mère du narrateur et son amie parle essentiellement de deux personnages. Lesquels? (1 pt)
    3) Recopiez et complétez le tableau suivant : (1 pt)
    - Personnage décrit:
    - Passage correspondant:
    ...........................
    «Elle faisait l'éloge [..] un peu boudeuses ?"
    " Fatma .............................
    4) Lisez le passage : «Elle faisait l'éloge. un peu boudeuses ?» (Lignes 4 à 10) (1 pt)
    a. Relevez un mot décrivant le physique du personnage.
    b. Relevez un mot décrivant le comportement ou le caractère du personnage.
    5) Observez la phrase suivante : (1 pt) «Ces yeux qui rient ?»
    a. La figure employée dans cette phrase est: A- une comparaison, B- une personnification ou C- une antithèse ?
    b. Le jugement porté sur le personnage décrit est-il favorable ou défavorable ?
    6) Quelle est la réaction de Lalla Aicha aux propos (paroles) de son amie ? Justifiez votre réponse à partir du texte. (1 pt)
    7) Lisez les lignes de 13 à 15 et : (1 pt)
    a. Relevez une phrase comportant une caractérisation valorisante du personnage décrit.
    b. Relevez une phrase comportant une appréciation dévalorisante du personnage décrit.
    8) Sur quel aspect la mère insiste-t-elle en décrivant les deux personnages ? Justifiez votre réponse à partir du dernier paragraphe. (1 pt)
    9) Le narrateur approuve-t-il le jugement de sa mère ? Justifiez (1pt)
    10) Quelle valeur le narrateur cherche-t-il essentiellement à nous communiquer ? (1 pt)
    A. Le respect des parents
    B. Le respect d'une éducation traditionnelle
    C. le bon voisinage (recopiez la bonne réponse)
    Production écrite : (10 points)
    Sujet :
    Certaines personnes trouvent du plaisir à dire du mal des autres. Qu'en pensez-vous.
    Rédigez un texte dans lequel vous donnez votre pont de vue en le justifiant par des arguments précis.
    NB : lors de la correction de votre production écrite, il sera tenu compte des éléments suivants :
    - respect de la consigne
    - cohérence et structure de l'argumentation
    - qualité de la langue (vocabulaire, syntaxe, ponctuation, présentation, etc.)
    ........
    Correction :
    Compréhension :
    1) Le tableau :
    Titre de l'œuvre: La Boîte à Merveilles
    Auteur:Ahmed Sefrioui
    Siècle (époque): XXème
    Genre littéraire: Roman autobiographique
    2) Les deux personnages sont : Raham et fatma Bziouya.
    3) Le tableau :
    Personnage décrit Passage correspondant:
    Rahma: «Elle faisait l'éloge [..] un peu boudeuses ?"
    Fatma: «ma voisine [..] ajouta l'amie."
    4)Le portrait:
    a. Un mot décrivant le physique du personnage: "charmante", "jolie".
    b. Un mot décrivant le comportement ou le caractère du personnage: "serviable", "honnête".
    5)Les figures de style:
    a. La personnification
    b. c'est jugement favorable.
    6) Elle est d'accord : «Lalla Aïcha approuvait, opinait du chef, soupirait de contentement»
    7)
    a. «De jolis yeux noyés de douceur! Des sourcils d'une courbe parfaite! Un teint ambré!»
    b. «Mais je n'aime pas le tatouage de son menton.»
    8) Elle insiste sur le l'aspect physique : «Je m'étonnais d'entendre ma mère rendre. Justice à la beauté de nos deux voisines»
    9) Oui :
    - «Cette beauté je la sentais, mais je ne pouvais la traduire par des formules concrètes.» / «J'étais reconnaissant à ma mère d'exprimer, avec des termes précis, ce qui flottait dans mon imagination.»
    10) Le narrateur cherche essentiellement à nous communiquer la valeur de:
    C. le bon voisinage
    ======================================================================
    Production écrite : (10 points)
    Sujet :
    Certaines personnes trouvent du plaisir à dire du mal des autres. Qu'en pensez-vous.
    Rédigez un texte dans lequel vous donnez votre pont de vue en le justifiant par des arguments précis.
    Modèle de rédaction proposé:
    La société est formée de relations humaines. Les citoyens sont là pour coexister et coopérer. Mais la réalité est autre! Beaucoup de personnes trouvent un joie immense à médire les autres.
    Je pense que ce comportement est non seulement insensé, mais absurde! Cela pour plusieurs raisons:
    D'abord, dire du mal d'une personne, c'est chercher à lui porter préjudice et à le mettre dans une situation embarrassante. Cela ne pourra émaner que d'un esprit de mauvaise foi!
    De plus, cela donne des idées sur celui qui agit de manière à nuire à autre: c'est une personne dont l'éducation fait défaut. La médisance est le témoin d'un déséquilibre qui émane/provient de son auteur!
    Ajoutons à cela le faite que rien ne justifie la méchanceté par la méchanceté! En faisant du tord à quelque, on n'agit pas en homme responsable, mais en homme, qui est poussé par le principe de la méchanceté, qui est en elle-même le symptôme d'une maladie.
    Finissons par une chose essentielle: faire du mal à autrui, suppose qu'on est près à en subir! Il vaut mieux donc éviter tout ce qui peut porter préjudice aux autres!
    NB- Merci à Elkahlaoui Abderzakpour pour ce bon travail de correction.
    NB- On attend les remarques et les suggestions de nos adhérents(tes)
    Sujets similaires
    Examens nationaux et régionaux - bac marocain - 2013
    Examens régionaux -2012 (1 bac)
    Compilation : examens régionaux - bac 2014 (toutes matières)
    Evaluons alors, nos examens régionaux (2)
    Evaluons alors nos examens régionaux

    Voir tout Voir des sujets similaires

    Moteur de recherche

    Derniers articles sur le forum
    LE PERE GORIOT  Vu 20 fois
    Anarchie  Vu 143 fois
    Travaux encadrés  Vu 1816 fois



    Réponse N°11 4751

    Examen régional //session : juin 2010 candidats libres
    Par Idoubiya Rachid(Inspecteur)le 2010-06-12 18:55:00



    Examen régional //session : juin 2010 candidats libres

    Envoyé par ziani mohammed [msg envoyés : 22] le 12-06-10 à 15:50 Lu :40 fois

    #1

    prof.ziani

    Examen régional //session : juin 2010 candidats libres

    Texte

    Bientôt le silence régna dans la salle à manger, les pensionnaires se séparèrent pour livrer passage à trois de ces hommes qui tous avaient la main dans leur poche de côté et y tenaient un pistolet armé. Deux gendarmes qui suivaient les agents occupèrent la porte du salon, et deux autres se montrèrent à celle qui sortait par l'escalier. Le pas et les fusils de plusieurs soldats retentirent sur le pavé caillouteux qui longeait la façade. Tout espoir de fuite fut donc interdit à Trompe-la-Mort, sur qui tous les regards s'arrêtèrent irrésistiblement. Le chef alla droit à lui, commença par lui donner sur la tête une tape si violemment appliquée qu'il fit sauter la perruque et rendit à la tête de Collin toute son horreur. Accompagnées de cheveux rouge brique et courts qui leur donnaient un épouvantable caractère de force mêlée de ruse, cette tête et cette face, en harmonie avec le buste, furent intelligemment illuminées comme si les feux de l'enfer les eussent éclairées. Chacun comprit tout Vautrin, son passé, son présent, son avenir, ses doctrines implacables, la religion de son bon plaisir, la royauté que lui donnaient le cynisme de ses pensées, de ses actes, et la force d'une organisation faite à tout. Le sang lui monta au visage, et ses yeux brillèrent comme ceux d'un chat sauvage. Il bondit sur lui-même par un mouvement empreint d'une si féroce énergie, il rugit si bien qu'il arracha des cris de terreur à tous les pensionnaires. A ce geste de lion, et s'appuyant de la clameur générale, les agents tirèrent leurs pistolets. Collin comprit son danger en voyant briller le chien de chaque arme, et donna tout à coup la preuve de la plus haute puissance humaine. Horrible et majestueux spectacle! sa physionomie présenta un phénomène qui ne peut être comparé qu'à celui de la chaudière pleine de cette vapeur fumeuse qui soulèverait des montagnes, et que dissout en un clin d'oeil une goutte d'eau froide. La goutte d'eau qui froidit sa rage fut une réflexion rapide comme un éclair. Il se mit à sourire et regarda sa perruque.

    A) Étude de texte : (10 pts)

    Lisez le texte et répondez aux questions suivantes

    1 - a) De quelle œuvre littéraire ce texte est-il extrait (0,5x3) 1,5 pt

    b) Qui en est l'auteur ?

    c) En quel siècle a-t-il vécu ?

    2- Cette œuvre est : 0,5

    a) Un roman à thèse ;

    b) Un roman réaliste ;

    c) Un conte philosophique. Recopiez la bonne réponse.

    3 - Pour situer ce texte, répondez aux questions suivantes : (0,25x4) 1 pt

    a- Le chef de police Condureau a demandé l'aide de Mlle Michonneau et

    de M. Poiret. Qui sont-ils ? (0,25)

    b- Que leur a-t-il demandé ? (0,25)

    c- Quel est le vrai nom de Vautrin ? (0,25)

    d- La scène se passe dans une pension. Quel est le nom de cette pension ? (0,25)

    4- Pourquoi les gendarmes ont-ils encerclé la pension ? 1 pt

    5- a) Comment Vautrin réagit-il après le coup que lui a donné le chef de police ? 1 pt

    b) Relevez un l'énoncé qui le montre.

    6- a) La description que le narrateur fait de Vautrin est-elle valorisante ou dévalorisante ? 1 pt

    b) Justifiez votre réponse par une phrase du texte. (0,5x2)

    7- Relevez dans le texte quatre mots appartenant au lexique du corps humain. (0,25x4) 1 pt

    8- «Le sang lui monta au visage, et ses yeux brillèrent comme ceux

    d'un chat sauvage.» 1 pt

    La figure de style utilisée dans cet énoncé est :

    a) Une métaphore

    b) Une comparaison

    c) Une hyperbole

    Choisissez la bonne réponse.

    9- A la fin du texte, Vautrin «se mit à sourire et regarda sa perruque». 1 pt Comment interpréteriez-vous ce sourire et ce regard ?

    10- Pour quelle raison la police a-t-elle arrêté Vautrin ? 1 Pt

    B) Production écrite : (10 pts)

    Sujet : Certaines personnes disent que pour réussir tous les moyens sont bons (tricherie, corruption, vol, etc.)

    Partagez-vous ce point de vue ? Développez votre réflexion en vous appuyant sur des arguments et des exemples précis.

    N.B : La correction portera sur les capacités suivantes :

    - Respecter les paramètres de la situation de communication 2 pts

    - Appliquer les règles fondamentales d'écriture et de composition de texte3 pts

    - S'exprimer correctement 3 pts

    - Traiter le sujet de manière personnelle et originale 1 pt

    - Présenter convenablement la copie 1 pt

    ::

    Correction proposée par : Idoubiya Rachid.

    ;

    NB- Comme je l'ai dit plus haut, avant même la lecture du corrigé proposé par la section des examens de nos Académies respectives, il est nécessaire d'en faire une de façon personnelle et de confronter les deux corrections: question de se mettre à la place de l'élève. - Voir les réponses possibles et envisageables...

    NB- L'enseignant doit donner toutes les chances à la portée de l'élève.

    NB- Mais il doit en même temps respecter le barème proposé: impérativement!

    NB- Un item noté 1.5p doit être noté 1.5p!

    ;

    Voilà la correction que je propose:

    A) Étude de texte : (10 pts)

    Je lis le texte et je réponds aux questions suivantes

    1 - a) Ce texte est extrait du roman: Le Père Goriot. (0,5x3) 1,5 pt

    b) L'auteur: Honoré de Balzac

    c) Il a vécu au 19ème siècle.

    2- Cette œuvre est : 0,5

    b) Un roman réaliste ;

    3 - Pour situer ce texte, je réponds aux questions suivantes : (0,25x4) 1 pt

    a- Le chef de police Condureau a demandé l'aide de Mlle Michonneau et de M. Poiret, qui sont deux pensionnaires. (0,25)

    b- Il leur a demandé de démasquer/ de dévoiler la vraie identité de Vautrin. (0,25)

    c- Le vrai nom de Vautrin, c'est Trompe-la-Mort / Collin. (0,25)

    d- La scène se passe dans une pension. Le nom de cette pension: Vauquer. (0,25)

    La mise en situation: Le chef de police Condureau a demandé l'aide de Mlle Michonneau et de M. Poiret, qui sont deux pensionnaires. Il leur a demandé de démasquer/ de dévoiler la vraie identité de Vautrin, dont le vrai nom est Trompe-la-Mort / Collin. La scène se passe dans la pension Vauquer.

    4- Les gendarmes ont encerclé la pension pour empêcher Vautrin de s'enfuir: "Tout espoir de fuite fut donc interdit à Trompe-la-Mort, sur qui tous les regards s'arrêtèrent irrésistiblement."1 pt

    5- a) Après le coup que lui a donné le chef de police, Vautrin devient menaçant/ dangereux/ terrible. 1 pt

    b) L'énoncé qui le montre: "Le sang lui monta au visage, et ses yeux brillèrent comme ceux d'un chat sauvage. Il bondit sur lui-même par un mouvement empreint d'une si féroce énergie, il rugit si bien qu'il arracha des cris de terreur à tous les pensionnaires."

    6- a) La description que le narrateur fait de Vautrin est dévalorisante. 1 pt

    b) Justification par une phrase du texte:"... il fit sauter la perruque et rendit à la tête de Collin toute son ( horreur) . Accompagnées de cheveux rouge brique et courts qui leur donnaient un ( épouvantable) caractère de force mêlée de ruse, cette tête et cette face, en harmonie avec le buste, furent intelligemment illuminées comme si les feux de l'enfer les eussent éclairées." (0,5x2)

    7- Quatre mots appartenant au lexique du corps humain: "la tête", "cheveux", "face", "le buste".(0,25x4) 1 pt

    8- «Le sang lui monta au visage, et ses yeux brillèrent comme ceux d'un chat sauvage.» 1 pt

    La figure de style utilisée dans cet énoncé est :

    b) Une comparaison: "...ses yeux brillèrent comme ceux d'un chat sauvage.»

    et

    c) Une hyperbole: il s'agit d'une comparaison exagérée! ( réponse acceptée!)

    9- A la fin du texte, Vautrin «se mit à sourire et regarda sa perruque». 1 pt

    Interprétation de ce sourire et de ce regard:

    - C'est une réaction du prédateur tombé dans le piège.

    - C'est le comportement d'une bête sauvage qui menace par sa posture de bonhomie!

    - Vautrin démasqué craint qu'on ne lui tire dessus!

    10- La police a arrêté Vautrin parce qu'il s'agit d'un forçat qui se déguise: cache sous le nom de Vautrin. Il s'agit en fait d'un criminel nommé Collin, dit Trompe - la- Mort. 1 Pt

    B) Production écrite : (10 pts)

    Sujet : Certaines personnes disent que pour réussir tous les moyens sont bons (tricherie, corruption, vol, etc.)

    Partagez-vous ce point de vue ? Développez votre réflexion en vous appuyant sur des arguments et des exemples précis.

    N.B : La correction portera sur les capacités suivantes :

    - Respecter les paramètres de la situation de communication 2 pts

    - Appliquer les règles fondamentales d'écriture et de composition de texte3 pts

    - S'exprimer correctement 3 pts

    - Traiter le sujet de manière personnelle et originale 1 pt

    - Présenter convenablement la copie 1 pt

    Modèle de rédaction proposé:

    Réussir socialement est le rêve de tout un chacun! Cet objectif est légitime. Mais certaines personnes prétendent/croient que tous les chemins doivent mener à la réussite: " tous les chemins mènent à Rome!"

    Je ne suis pas d'accord avec leur point de vue.

    D'abord, la réussite est une question de travail et de persévérance. Une très grande différence est marquée entre une personne qui fournit des efforts et une personne qui veut réussir en trichant et en volant.

    Ensuite, les comportements illicites ne doivent pas être pris comme modèle dans la société: ce n'est pas parce qu'il y 'a des voleurs qui réussissent dans la société qu'il faut les imiter. Un voleur, un tricheur doivent être considérés comme des parasites à éliminer de la société. Certes leur réussite séduit, mais la fin de leur vie est toujours tragique!

    En fin, mieux vaut ne pas réussir du tout que de réussir en ayant la certitude que cette réussite n'est pas méritée, car fondées/basée sur des moyens illégaux: vole, tricherie, corruption. Cela pour une chose: la vie sur terre est limitée. La vie après la mort est éternelle pour le croyant qui croit au jugement dernier!

    //

    Merci M.ziani pour la coopération .

    NB- Merci de nous indiquer l'Académie source de cet examen.




    Réponse N°12 4783

    examen regional TAOUNATE Envoyé par Kholti Rachid [msg envoyés : 17] le 13-06-10 à 01:03 Lu :54 fois
    Par Idoubiya Rachid(Inspecteur)le 2010-06-13 13:36:28

    Examen régional TAOUNATE

    Envoyé par Kholti Rachid

    TEXTE :

    Les gardes sont sortis, précédés par le petit page. Créon et Antigone sont seuls l' un en face de l' autre.

    CREON : avais-tu parlé à quelqu'un ?

    ANTIGONE : non. Personne

    CREON : Tu es bien sure ?

    ANTIGONE : oui.

    CREON : Alors, écoute : tu vas rentrer chez toi, te coucher, dire que tu es malade, que tu n'es pas sortie depuis hier. Ta nourrice dira comme toi. Je ferai disparaître ces trois hommes.

    ANTIGONE : Pourquoi ? Puisque vous savez que je recommencerai.

    Un silence. Ils se regardent.

    CREON :Pourquoi as- tu tenté d'enterrer ton frère ?

    ANTIGONE : Je le devais.

    CREON :Je l' avais interdit.

    ANTIGONE : doucement :je le devais tout de même. Ceux qu'on n'enterre pas errent éternellement sans jamais trouver de repos. Si min frère vivant était rentré harassé d' une longue chasse , je lui aurais enlevé ses chaussures, je lui aurais fait à manger, je lui aurais préparé son lit.Polynice aujourd'hui a achevé sa chasse. Il rentre à la maison ou mon père et ma mère, et Etéocle l'attendent. Il a droit au repos.

    CREON : C'était un révolté et un traître.

    ANTIGONE : C'était mon frère.

    QUESTIONS

    ÉTUDE DE TEXTE :

    1. a- Quels sont les personnages vivants de la famille royale en présence dans ce passage ?(0.5pt)

    b- Quel lien de parenté les unit-il ? (0.5 pt)

    2. Relevez quatre noms de personnages morts dans l'extrait. (1pt)

    3. Relevez dans la première didascalie un indice qui annonce l'affrontement entre les deux personnages. (0.5 pt)

    4. Lequel des deux personnages mène le dialogue ? Quelle est son intention ? (1pt)

    5. «je ferai disparaître ces trois hommes. »

    a- Qui sont ces trois hommes ? (0.5pt )

    b- Créon veut les faire disparaître parce que :

    - Ils ont arrêté Antigone.

    - Ils étaient témoins d une scène.

    - Ils ont aidé Antigone à enterrer son frère.

    Recopiez la bonne réponse.(0.5 pt)

    6. «je le devais.» / «Je vous l'avais interdit.»/ «Je le devais tout de même.»

    A quoi renvoient «le «et «l'» dans le texte ?(1pt)

    7. Justifiez l'emploi d'un temps du passé dans la dernière réplique : «C'était mon frère» (1pt)

    8. «Si mon frère vivant était rentré harassé d'une longue chasse, je lui aurais enlevé ses chaussures.»

    a- L'action exprimée dans cette réplique est : - réalisée - réalisable - irréalisable (0.5)

    b- Justifiez votre réponse en relevant deux indices relatifs au temps.

    9. «Polynice aujourd'hui a achevé sa chasse.»

    a- Antigone veut dire que :- son frère est mort - son frère est rentré de la chasse - son frère est chassé par Créon.

    Recopiez la bonne réponse. (0.5pt)

    b- la figure de style employée est : - une hyperbole - une comparaison - un euphémisme.

    Recopiez la bonne réponse. (0.5pt)

    10. Le comportement d'Antigone est- il punissable ? Dites pourquoi en une phrase. (1.5 Pt)

    PRODUCTION ÉCRITE : (10 POINTS)

    Sujet :

    Des parents pensent que leurs enfants doivent les consulter avant de prendre certaines décisions. (Études, mariage, travail..)

    Rédigez un texte argumentatif dans lequel vous justifierez votre point de vue à propos de cette idée




    Voilà la correction que je propose:

    ÉTUDE DE TEXTE :

    1. a- Les personnages vivants de la famille royale en présence dans ce passage sont Antigone et Créon; (0.5pt)

    b- lien de parenté: Créon est l'oncle d'Antigone. (0.5 pt)

    2. Quatre noms de personnages morts dans l'extrait: "Etéocle"," Polynice"," mon père", "ma mère"(1pt)

    3. Un indice dans la didascalie qui annonce l'affrontement entre les deux personnages: " Un silence. Ils se regardent." (0.5 pt)

    4. Lequel des deux personnages mène le dialogue ? Quelle est son intention ? (1pt)

    5. «je ferai disparaître ces trois hommes. »

    a- Ces trois hommes sont les gardes. (0.5pt )

    b- Créon veut les faire disparaître parce que :

    - Ils étaient témoins d'une scène. (0.5 pt)

    6. «je le devais.» / «Je vous l'avais interdit.»/ «Je le devais tout de même.»

    «le «et «l'» renvoient à l'enterrement. (1pt)

    7. Justification de l'emploi d'un temps du passé dans la dernière réplique : «C'était mon frère»: il s'agit de l'imparfait de l'indicatif à valeur de justification/explication. Antigone justifie son acte en disant qu'il est motivé par devoir envers sont frère. (1pt)

    8. «Si mon frère vivant était rentré harassé d'une longue chasse, je lui aurais enlevé ses chaussures.»

    a- L'action exprimée dans cette réplique est : - irréalisable (0.5)

    b- Justifiez votre réponse en relevant deux indices relatifs au temps: SI + Plus-que- parfait + Conditionnel présent.

    9. «Polynice aujourd'hui a achevé sa chasse.»

    a- Antigone veut dire que :- son frère est mort.

    Recopiez la bonne réponse. (0.5pt)

    b- la figure de style employée est : - un euphémisme. (0.5pt)

    10. Le comportement d'Antigone est- il punissable ? Dites pourquoi en une phrase. (1.5 Pt)

    - Le comportement d'Antigone est impunissable car elle le fait par devoir envers sa famille.

    - Le comportement d'Antigone est punissable car elle a enfreint la loi de Créon: le roi.

    - Le comportement d'Antigone est punissable car elle n'a fait qu'a répondre à la démesure dictée par son orgueil!




    Modèle de rédaction proposé 1 ( contre le point de vue des parents)

    Mon ami Ahmed vient d'avoir ses dix-huit ans! Il se plaint de ses parents qui ne cessent de prendre des décisions pour lui. Encore hier, ils ont décidé pour lui autour de ses études...Ils n'acceptent pas de le laisser passer ses vacances loin de leurs yeux!

    Je suis contre le faite que les parents demandent systématiquement à être consulter pour donner leur point de vue sur les décisions qu'on projette de faire.

    D'un côté, même si les parents sont responsable de nous, qu'ils nous assurent protection et moyen de substance, cela ne leur donne pas le droit de choisir pour nous!

    D'un autre côté, si nous décidons de choisir pour nous-même notre destiné, c'est que nous sommes assez mûr pour assumer notre propre responsabilité.

    De plus, personne à part nous-même connaît nos compétences et nos aptitudes: si je décide de devenir un avocat, un médecin ou un commerçant, ou même un employé d'usine c'est que je me trouve dans l'un au l'autre des métiers que j'ai choisi en connaissance de cause. Mon partenaire, c'est moi seul qui va vivre et partager sa vie! Personne d'autre ne doit par conséquence choisir à ma place car personne d'autre que moi ne payera l'échec de mes choix que moi!

    Disons que rien ne pourra justifier un choix imposé par les parents et personne ne doit choisir la destinée d'une autre personne!




    Modèle de rédaction proposé 2 ( Pour le point de vue des parents)

    A certaines moments de notre vie, on est amené à faire des choix importants, à prendre des décisions déterminantes. Cela est une occasion pour affranchir un pas vers le futur. Mais certains parents trouvent qu'il est important de les consulter lorsqu'on est encore sous leur responsabilité.

    Je suis tout à fait d'accord avec eux.

    D'abord, les parents font tout pour nous assurer sécurité et bien être. Demander leur conseil, c'est leur témoigner du respect et de l'égard. Ne sont-ils pas là pour assumer pleinement leur rôle d'éducateurs et de protecteurs?

    De plus, une jeune fille et/ou un jeune homme ne disposent pas d'assez d'expérience pour faire des choix décisifs. Cela demande une certaine connaissance de la vie dont ils font défaut. Une fille qui se marie sans consulter sa famille peut du jour au lendemain se trouver avec un bébé dans les bras, décorcée d'un mari qui la bat et sans ressource!

    Cela est d'autant plus vrai lorsqu'on pense à ce jeune étudiant qui choisit une branche du savoir qui n'a aucun avenir: des études qui ne débouchent sur aucune perspective d'embauche!

    Pour finir, disons que la famille est là pour aider, orienter, éclairer la voix pour mieux choisir, pour mieux réussir!

    Merci Kholti Rachid pour la coopération.




    Réponse N°13 4801

    Académie Gharb Chrarda Bni Hssen Examen régional (session : juin 2010)
    Par Idoubiya Rachid(Inspecteur)le 2010-06-13 19:54:13



    Académie Gharb Chrarda Bni Hssen

    Examen régional

    (session : juin 2010)

    Texte support :

    CREON: (...) Tu l'apprendras, toi aussi, trop tard, la vie c'est un livre qu'on aime, c'est un enfant qui joue à vos pieds, un outil qu'on tient bien dans sa main, un banc pour se reposer le soir devant sa maison. Tu vas me mépriser encore, mais de découvrir cela, tu verras, c'est la consolation dérisoire de vieillir ; la vie, ce n'est peut-être tout de même que le bonheur.

    ANTIGONE, murmure, le regard perdu. __ Le bonheur...

    CREON, a un peu honte soudain. __ Un pauvre mot, hein?

    ANTIGONE __ Quel sera-t-il, mon bonheur ? Quelle femme heureuse deviendra-t-elle, la petite Antigone ? Quelles pauvretés faudra-t-il qu'elle fasse elle aussi, jour par jour, pour arracher avec ses dents son petit lambeau de bonheur ? Dites, à qui devra-t-elle mentir, à qui sourire, à qui se vendre ? Qui devra-t-elle laisser mourir en détournant le regard ?

    CREON, hausse les épaules. __ Tu es folle, tais-toi.

    ANTIGONE __ Non, je ne me tairai pas ! Je veux savoir comment je m'y prendrais, moi aussi, pour être heureuse. Tout de suite, puisque c'est tout de suite qu'il faut choisir. Vous dites que c'est si beau, la vie. Je veux savoir comment je m'y prendrai pour vivre.

    CREON __ Tu aimes Hémon ?

    ANTIGONE __ Oui, j'aime Hémon. J'aime un Hémon dur et jeune ; un Hémon exigeant et fidèle, comme moi. Mais si votre vie, votre bonheur doivent passer sur lui avec leur usure, si Hémon ne doit plus plir quand je plis, s'il ne doit plus me croire morte quand je suis en retard de cinq minutes, s'il ne doit plus se sentir seul au monde et me détester quand je ris sans qu'il sache pourquoi, s'il doit devenir près de moi le monsieur Hémon, s'il doit appendre à dire " oui ", lui aussi, alors je n'aime plus Hémon.

    CREON __ Tu ne sais plus ce que tu dis. Tais-toi.

    ANTIGONE __ Si, je sais ce que je dis, mais c'est vous qui ne m'entendez plus. Je vous parle de trop loin maintenant, d'un royaume où vous ne pouvez plus entrer avec vos rides, votre sagesse, votre ventre. (Elle rit.) Ah ! je ris, Créon, je ris parce que je te vois à quinze ans, tout d'un coup ! C'est le même air d'impuissance et de croire qu'on peut tout. La vie t'a seulement ajouté ces petits plis sur le visage et cette graisse autour de toi.

    CREON, la secoue. __ Te tairas-tu, enfin ?

    ANTIGONE __ Pourquoi veux-tu me faire taire ? Parce que tu sais que j'ai raison ? Tu crois que je ne lis pas dans tes yeux que tu le sais ? Tu sais que j'ai raison, mais tu ne l'avoueras jamais parce que tu es en train de défendre ton bonheur en ce moment comme un os.

    CREON __ Le tien et le mien, oui, imbécile !

    ANTIGONE __ Vous me dégoûtez tous, avec votre bonheur ! Avec votre vie qu'il faut aimer coûte que coûte. On dirait des chiens qui lèchent tout ce qu'ils trouvent. Et cette petite chance pour tous les jours, si on n'est pas trop exigeant. Moi, je veux tout, tout de suite, -et que ce soit entier- ou alors je refuse ! Je ne veux pas être modeste, moi, et me contenter d'un petit morceau si j'ai été bien sage. Je veux être sûre de tout aujourd'hui et que cela soit aussi beau que quand j'étais petite -ou mourir.

    A- Étude de texte:

    1- Recopiez et complétez ce tableau

    Auteur:

    Titre de l'œuvre:

    Genre littéraire:

    Siècle:

    2- Situez ce passage dans la pièce.

    3- Dans cet extrait. Antigone et Créon échangent des propos, quel est le thème de leur conversation ?

    4- Pourquoi les répliques d'Antigone, sont-elles plus longues que celles de Créon?

    5- Dans ce dialogue avec Antigone, Créon se montre de plus en plus nerveux. Relevez dans ce passage les moyens qui traduisent cette nervosité.

    6- Quel type de phrase Antigone utilise-t-elle dans la quatrième réplique. Qu'est-ce que cela traduit sur son état d esprit dans cette scène.

    7- Quelle figure de style est contenue dans les phrase soulignées?

    Les phrases sont : "...défendre ton bonheur en ce moment comme un os." /On dirait que des chiens lèchent tout ce qu'ils trouvent."

    8- Quelle image donne-t-elle de Créon?

    9- Pourquoi, d'après-vous, Créon traite-t-il Antigone de folle?

    10- Quelle est la conception de la vie et du bonheur selon Antigone?

    B- Production écrit

    Sujet : Vos parents interviennent souvent dans des choix décisifs pour votre avenir ( études , mariage, loisirs.)

    A partir de votre expérience personnelle. Rédigez un texte ou vous montrez si ces interventions représentent pour vous une chance ou un obstacle.

    =

    Réponses proposées par Idoubiya Rachid

    A- Étude de texte

    1- Recopiez et complétez ce tableau

    Auteur: Jean Anouilh

    Titre de l'œuvre: Antigone

    Genre littéraire: Tragédie

    Siècle: 2oème siècle.

    2- Situation du passage dans la pièce: C'est la troisième confrontation des deux personnages: Antigone et Créon. Il vient de lui révéler la nature brute de ses deux frères et leur comportement avec leur père Œdipe. Antigone commence par rejeter les dire de son Oncle Créon, mais finit par tout accepter. Jusqu'à ce que Créon lui parle du " Bonheur"...

    3- Le thème de leur conversation: c'est la légitimité de vouloir chercher le " bonheur".

    4- Les répliques d'Antigone, sont plus longues que celles de Créon car elle prend le dessus sur son Oncle: elle devient plus fort au niveau des arguments qu'elle utilise.

    5- Dans ce dialogue avec Antigone, Créon se montre de plus en plus nerveux: "Tu ne sais plus ce que tu dis. Tais-toi." / " Te tairas-tu, enfin ?" / " ..., oui, imbécile !

    6- Antigone utilise dans la quatrième réplique des phrases interrogatives oratoires/ rhétoriques. Cela traduit son tiraillement entre les exigences du devoir devant l'enterrement de son frère Polynice et la recherche du Bonheur: "...Dites, à qui devra-t-elle mentir, à qui sourire, à qui se vendre ? Qui devra-t-elle laisser mourir en détournant le regard ?"

    7- Quelle figure de style est contenue dans les phrase soulignées?

    les phrases sont : " ...défendre ton bonheur en ce moment comme un os."/ " On dirait que des chiens lèchent tout ce qu'ils trouvent."

    - Il s'agit de deux comparaisons.

    8- L'image qu'elle donne de Créon est celle d'un chien.

    9- Créon traite Antigone de folle parce qu'elle dépasse toutes les limites de la bienséance en le traitant de chien. D'autant plus que c'est au roi qu'elle s'adresse. qu'elle devient démesurée.

    10- Selon Antigone, la conception de la vie et du bonheur se trouve dans le présent, dans le moment où on est jeune: " Je veux savoir comment je m'y prendrais, moi aussi, pour être heureuse. Tout de suite, puisque c'est tout de suite qu'il faut choisir."/ " ...Moi, je veux tout, tout de suite, -et que ce soit entier- ou alors je refuse ! Je ne veux pas être modeste, moi, et me contenter d'un petit morceau si j'ai été bien sage. Je veux être sûre de tout aujourd'hui et que cela soit aussi beau que quand j'étais petite -ou mourir." Le bonheur pour Antigone est de tout obtenir sans faire de compromis!

    B- Production écrit

    Sujet : Vos parents interviennent souvent dans des choix décisifs pour votre avenir ( études , mariage, loisirs.)

    A partir de votre expérience personnelle. Rédigez un texte ou vous montrez si ces interventions représentent pour vous une chance ou un obstacle.

    =

    Rédaction proposée par Idoubiya Rachid.

    L'éducation est un sujet aussi important que le boire et le manger! Celle-ci est assurée en premier chef par les parents. Mais ceux-ci doivent-ils intervenir systématiquement dans les choix décisifs autour de mon avenir? Quelles limites doivent-elles arrêter leurs interventions devant ma vie, devant mes décisions?

    Certes ma position de jeune homme me laisse encore devant un grand nombre d'expériences à acquérir pour parfaire ma formation et construire ma connaissance du monde. Mais, comment vais-je devenir l'homme mûr et expérimenté si j'ai toujours devant moi un père ou une mère qui prennent des décisions à ma place?

    D'autant plus que l'expérience s'acquiert avec l'essai, la tentative de faire! L'échec fait partie de la réussite! Sans la liberté de faire, je ne pourrais jamais espérer un jour devenir un homme accompli!

    Pourtant, pour grands que soient les avantages du choix personnel, cela doit être guidé par le bon sens et la stratégie de l'étude bien orientée. Mes parents, je leur donne une grande place dans mes décisions car je leur fais confiance. Je leur permet de guider mes choix car je sais qu'ils feront tout pour m'aider dans ma vie : présente et future! Je leur fait confiance car je les connais! donc, pas de limites pour eux!

    NB- Examen envoyé par Marocagreg. Merci donc Marocagreg!




    Réponse N°14 4821

    examen regional Souss Massa Daraa
    Par zilaoui mohamed(Autre)le 2010-06-13 23:48:12



    Brusquement, mon père me déposa à terre et disparut dans la foule. Son absence dura. Des cris s'élevèrent à l'autre bout du souk. Ils dominaient le tumulte, éclataient comme un orage. De grandes ondulations parcoururent cette mer humaine. Des explosions de colère fusaient ça et là, reprenaient quelques pas plus loin, se transformaient en tintamarre.

    Voici que tous les gens du souk se mirent à courir ; Fatma Bziouya et ma mère répétaient «Allah ! Allah !», Se plaignaient à haute voix de leurs douleurs de pieds que la foule écrasait, essayaient de retenir leurs Haiks emportés par le courant.

    Enfin, passèrent mon père et le courtier se tenant mutuellement par le collet. Le souk leur faisait cortège. Les deux hommes avaient les yeux rouges et de l'écume au coin des lèvres. Mon père avait perdu son turban et le dellal avait une tache de sang sur la joue.

    Ils s'en allèrent suivis par les badauds.

    Ma mère, la voisine et moi, nous nous mimes à pleurer bruyamment. Nous nous précipitmes au hasard, à leur poursuite. Nous débouchmes au souk des fruits secs. Aucune tracedesdeuxantagonistesnideleurcortége.jem'attendis à voir des rues désertes, des étalages abandonnés, des turbans et des babouches perdus dans la panique générale. Je fus déçu. Aucune trace de la bagarre n'avait marqué ces lieux. On vendait et on achetait, on plaisantait et de mauvais garnements poussaient l'indifférence jusqu' à chanter des refrains à la mode.

    Notre tristesse devenait étouffante dans cette atmosphère. Nous sentions tout notre isolement ma mère décida de rentrer.

    Il ne sert à rien, ajouta -t- elle , de courir dans toutes les directions . rentrons pour attendre et pour pleurer

    Compréhension :

    1 Recopiez et complétez le table au suivant :

    Titre de l'œuvre Auteur Genre Epoque

    2- quelle est l'origine de la bagarre entre le père et le courtier ( le dellal) ?

    3-Relevez dans le texte un indice qui montre que le narrateur est un enfant.

    4-dans la liste suivante, quels sont les deux mots qui n'appartiennent pas au champ lexical du bruit ?

    CRIS ; ONDUALTION ; TINTAMARRE ; TUMULTE ; turban ; explosion

    5- relevez dans le 1er paragraphe :

    A_ une métaphore

    B_ une comparaison

    6-il ne sert à rien, ajouta elle , de courir dans toutes les directions. Rentrons pour attendre et pour pleurer.

    A_ ce passage est-il : au discours direct ?

    B_ discours indirectes ?

    C_ au discours indirect libre ?

    BB_ ce texte, il ya :

    a :plus de narration que de description

    B_ plus de description que de narration

    Recopiez la bonne réponse et justifiez la

    8_ la foule leur faisait cortège. Cette phrase signifie que :

    A_ la foule les empêchait d'avancer

    B_ la foule les suivait

    C_ l e foule le s'ignorait

    Recopiez la bonne réponse

    9_que pensez vous de l'utilisation des mots arabes tel que Haiks dellal dans le texte ?

    10 quel sentiment ressentez vous à la lecture de ce récit ? exprimez les raisons de votre réaction.

    PRODUCTIONECRITE

    SUJET /

    «PRESONNELLEMENT ? DIRIEZ VOUS QUE VOUS VOUS ENTENDFEZ AVEC VOSPARENTS : très bien, assez bien, pas très bien, pas du tout ?»

    VOUS EXPRIMEREZ VOTRE JUGEMENT EN VOUS APPUYANT SUR DES ARGUMENTS Précis.





    Réponse N°15 4823

    Examen régional (session 2010) - académie de TANGER /TETOUAN
    Par Idoubiya Rachid(Inspecteur)le 2010-06-14 00:07:46

    Examen régional (session 2010) - académie de TANGER /TETOUAN

    Envoyé par ziani mohammed le 13-06-10 à 20:36

    Texte

    CRÉON, Tu l'apprendras toi aussi, trop tard, la vie c'est un livre qu'on aime, c'est un enfant qui joue à vos pieds, un outil qu'on tient bien dans sa main, un banc pour se reposer le soir devant sa maison. Tu va me mépriser encore, mais de découvrir cela, tu verras, c'est la consolation dérisoire de vieillir, la vie, ce n'est peut-être tout de même que le bonheur. ANTIGONE, murmure, le regard perdu. Le bonheur... CRÉON, a un peu honte soudain. Un pauvre mot, hein? ANTIGONE, Quel sera-t-il, mon bonheur? Quelle femme heureuse deviendra-t-elle, la petite Antigone? Quelles pauvretés faudra-t-il qu'elle fasse elle aussi, jour par jour, pour arracher avec ses dents son petit lambeau de bonheur? Dites, à qui devra-t-elle mentir, à qui sourire, à qui se vendre? Qui devra-t-elle laisser mourir en détournant le regard? CRÉON, hausse les épaules Tu es folle, tais-toi. ANTIGONE, Non, je ne me tairai pas! Je veux savoir comment je m'y prendrai, moi aussi, pour être heureuse. Tout de suite, puisque c'est tout de suite qu'il faut choisir. Vous dites que c'est si beau, la vie. Je veux savoir comment je m'y prendrai pour vivre. CREON-Tu aimes Hémon?

    A) Etude de texte : (10 pts)

    Lisez le texte et répondez aux questions suivantes

    1- Recopiez et complétez le texte suivant : (0,25x4) 1 pt «L'auteur d'Antigone est (Nom)... . Cet homme de thétre français est né à (lieu)... . en (date)... Il est décédé à (lieu)... en 1987».

    2- Pour situer cet extrait, dites si les affirmations suivantes sont «vraies» ou «fausses» : (0,25x4) a) Antigone respecte l'édit de Créon qui interdit à quiconque d'enterrer le cadavre de Polynice. b) Créon veut sauver Antigone. c) Pour convaincre Antigone, Créon lui dit que Polynice était un traître et un révolté. d) Antigone reconnaît sa faute et présente ses excuses à Créon. 1 pt

    3- a) Dans cet extrait, qui parle le premier ? b) A qui parle-t-il ? (0,5x2) 1 pt

    4- En vous référant à la première réplique, dites ce qu'est la vie pour Créon. (une seule définition). 1 pt

    5- Antigone refuse le bonheur proposé par Créon. Citez un argument qui justifie ce refus. 1 pt

    6- «Quelles pauvretés faudra-t-il qu'elle fasse elle aussi, jour par jour, pour arracher avec ses dents son petit lambeau de bonheur? » La figure de style employée dans cet énoncé est : a) Une hyperbole b) Une comparaison c) Une métaphore Recopiez la bonne réponse. 1 pt

    7- Donnez deux indices qui montrent que cet extrait est tiré d'une pièce de thétre. (0,5x2) 1 pt

    8- «Non, je ne me tairai pas!» 1 pt Cette réponse montre qu'Antigone est : a) Obéissante ; b) Désobéissante ; c) Indifférente. Choisissez la bonne réponse

    9- «Tu aimes Hémon ?» dit Créon a) Croyez-vous que, pour Antigone, l'amour de son fiancé Hémon pourrait représenter le bonheur ? b) Justifiez votre réponse en utilisant une phrase. (0,5x2) 1 pt

    10- a) Antigone ne respecte pas Créon qui est son oncle et le père de son fiancé. Trouvez-vous ce comportement normal ? (0,5x2) b) Répondez par une phrase qui justifie votre réponse.

    1 pt B- Production écrite : (10 pts)

    Sujet : Certains affirment que les jeunes d'aujourd'hui ne respectent même pas leurs parents. Partagez-vous ce point de vue ? Vous développerez votre réflexion en vous appuyant sur des arguments et des exemples précis tirés de votre vie quotidienne ou des œuvres au programme.

    Lors de la correction, on tiendra compte des indications contenues dans le tableau suivant :

    Critères d'évaluation /Pourcentage alloué / Barème de notation (25°/°)/ Conformité de la production à la consigne d'écriture.

    2 Cohérence de l'argumentation 1 5 points

    Structure du texte (organisation et progression du texte)(1 1)

    Critères d'évaluation de la langue Vocabulaire (usage de termes précis et variés) 1 Syntaxe (construction de phrases correctes) 1 (25°/°) 5 points Ponctuation (usage d'une ponctuation adéquate) 1 Orthographe d'usage et orthographe d'accord 1 Conjugaison (emploi des temps) 1 Total 50°/° 5points 10 points Correction proposée par Idoubiya Rachid.

    A) Étude de texte : (10 pts) Je lis le texte et je réponds aux questions suivantes:

    1- Je recopie et je complète le texte suivant : (0,25x4) 1 pt «L'auteur d'Antigone est Jean Anouilh . Cet homme de thétre français est né à Bordeaux en 1910 ... Il est décédé à Lausanne ( Suisse), en 1987».

    2- situation du passage : (0,25x4) a) Antigone respecte l'édit de Créon qui interdit à quiconque d'enterrer le cadavre de Polynice. Faux b) Créon veut sauver Antigone. Vrai c) Pour convaincre Antigone, Créon lui dit que Polynice était un traître et un révolté. Vrai d) Antigone reconnaît sa faute et présente ses excuses à Créon. Faux 1 pt

    3- a) Dans cet extrait, c'est Créon qui parle le premier. b) Il parle à Antigone. (0,5x2) 1 pt

    4- Pour Créon, la vie c'est le bonheur. 1 pt

    5- Antigone refuse le bonheur proposé par Créon: " Quelles pauvretés faudra-t-il qu'elle fasse elle aussi, jour par jour, pour arracher avec ses dents son petit lambeau de bonheur?" 1 pt

    6- «Quelles pauvretés faudra-t-il qu'elle fasse elle aussi, jour par jour, pour arracher avec ses dents son petit lambeau de bonheur? » La figure de style employée dans cet énoncé est : a) Une hyperbole: "pour arracher avec ses dents " ET c) Une métaphore: " lambeau de bonheur"

    7- Deux indices qui montrent que cet extrait est tiré d'une pièce de thétre: - Les noms des personnages qui précèdent leur discours. (0,5x2) 1 pt - Les didascalies.

    8- «Non, je ne me tairai pas!» 1 pt Cette réponse montre qu'Antigone est : b) Désobéissante ;

    9- «Tu aimes Hémon ?» dit Créon a) Pour Antigone, l'amour de son fiancé Hémon ne représente pas le bonheur. b) Antigone veut un Hémon fort qui ne dit pas Oui et vit sans grandeur de l'me. (0,5x2) 1 pt

    10- a) Antigone ne respecte pas Créon qui est son oncle et le père de son fiancé. Oui, je Trouve ce comportement normal. (0,5x2) b) Dans le contexte qui pousse Antigone à agir, celle-ci découvre la réaction utilitaire de son Oncle Créon, qui agit non par principe: la raison d' État, mais pour son propre intérêt à lui, pour son "bonheur". . 1 pt

    B- Production écrite : (10 pts) Sujet : Certains affirment que les jeunes d'aujourd'hui ne respectent même pas leurs parents. Partagez-vous ce point de vue ? Vous développerez votre réflexion en vous appuyant sur des arguments et des exemples précis tirés de votre vie quotidienne ou des œuvres au programme. Rédaction proposée: Le rapport des jeunes avec les grandes personnes devient de plus en plus tendu. Certains affirment même qu'il y 'a parmi eux ceux qui ne respectent plus leurs parents. Pour cela, ils donnent plusieurs raisons: D'abord, les jeunes ont tracé des barrières entre eux et les personnes qui sont chargées de leur éducation: la rue, les médias ont pris le relève. De plus, nombreux sont les parents qui sont incapables de comprendre les préoccupations des jeunes adolescents. Ceux-ci n'arrivent pas à se situer dans un monde qui ne leur donne aucune perspective d'avenir. D'autant plus que ces jeunes vivent dans un climat de violence et d'insécurité. L'agressivité subie à l'école, la violence dans la rue, la violence au sein de la famille...Cette violence ne pourra que se refléter sur le comportement des jeunes envers leurs parents qui y sont pris comme responsables. Pour finir, je dirai que si l'on veut diminuer la violence envers les parents, il faut qu'il ait un vrai dialogue au sein de la famille: une vraie communication capable de dissiper les grands malentendus, la cause directe des conflits de générations. Merci ziani mohammed pour la coopération.




    Réponse N°16 4855

    Examen régional Souss Massa Daraa + Corrigé
    Par Idoubiya Rachid(Inspecteur)le 2010-06-14 22:35:54



    Examen régional Souss Massa Daraa

    Envoyé par zilaoui mohamed le 13-06-10 à 23:48

    Texte:

    Brusquement, mon père me déposa à terre et disparut dans la foule. Son absence dura. Des cris s'élevèrent à l'autre bout du souk. Ils dominaient le tumulte, éclataient comme un orage. De grandes ondulations parcoururent cette mer humaine. Des explosions de colère fusaient ça et là, reprenaient quelques pas plus loin, se transformaient en tintamarre.

    Voici que tous les gens du souk se mirent à courir ; Fatma Bziouya et ma mère répétaient «Allah ! Allah !», Se plaignaient à haute voix de leurs douleurs de pieds que la foule écrasait, essayaient de retenir leurs Haiks emportés par le courant.

    Enfin, passèrent mon père et le courtier se tenant mutuellement par le collet. Le souk leur faisait cortège. Les deux hommes avaient les yeux rouges et de l'écume au coin des lèvres. Mon père avait perdu son turban et le dellal avait une tache de sang sur la joue.

    Ils s'en allèrent suivis par les badauds.

    Ma mère, la voisine et moi, nous nous mimes à pleurer bruyamment. Nous nous précipitmes au hasard, à leur poursuite. Nous débouchmes au souk des fruits secs. Aucune trace des deux antagonistes ni de leur cortège. Je m'attendis à voir des rues désertes, des étalages abandonnés, des turbans et des babouches perdus dans la panique générale. Je fus déçu. Aucune trace de la bagarre n'avait marqué ces lieux. On vendait et on achetait, on plaisantait et de mauvais garnements poussaient l'indifférence jusqu' à chanter des refrains à la mode.

    Notre tristesse devenait étouffante dans cette atmosphère. Nous sentions tout notre isolement. Ma mère décida de rentrer.

    Il ne sert à rien, ajouta -t- elle , de courir dans toutes les directions . Rentrons pour attendre et pour pleurer

    Compréhension : (Voir questions plus-haut.)

    1- Je recopie et je complète le table au suivant :

    Titre de l'œuvre: la boîte à merveilles

    Auteur: Ahmed Sefrioui

    Genre: Roman autobiographique

    Époque: XXième siècle.

    2- L'origine de la bagarre entre le père et le courtier ( le dellal): le prix demandé pour les bracelets...

    3- Un indice qui montre que le narrateur est un enfant: " Brusquement, mon père me déposa à terre et disparut dans la foule."/ "Ma mère, la voisine et moi, nous nous mimes à pleurer bruyamment."

    4- Dans la liste suivante les deux mots qui n'appartiennent pas au champ lexical du bruit: Ondulation ; turban.

    5- Je relève dans le 1er paragraphe :

    A- une métaphore: " De grandes ondulations parcoururent (cette mer humaine.)"

    B- une comparaison: " Ils dominaient le tumulte, éclataient comme un orage."

    6- Il ne sert à rien, ajouta elle , de courir dans toutes les directions. Rentrons pour attendre et pour pleurer.

    A- Ce passage est : au discours direct. Introduite par le verve introducteur: "ajouta"!

    7- Ce texte, il y a : B- plus de description que de narration

    8- la foule leur faisait cortège. Cette phrase signifie que : B- la foule les suivait

    9- L'utilisation des mots arabes tel que Haiks, dellal dans le texte montre que Ahmed Sefrioui veut donner une teinte locale aux événements: marquer le côté ethnographique de l'œuvre.

    10- Ce récit introduit le choc émotif causé par la dispute du père. D'ailleurs, les bracelets achetés enfin seront la cause des malheurs de la famille du narrateur: cela, d'après les dires de Lalla Zoubida, sa mère.

    =

    B- Production écrite:

    Sujet:

    «Personnellement, diriez-vous que vous vous entendez avec vos parents : très bien, assez bien, pas très bien, pas du tout ?»

    Vous exprimez vos jugements en vous appuyant sur des arguments précis.

    Rédaction proposée 1 Bonne entente...

    La jeunesse d'aujourd'hui diffèrent lorsqu'on parle de la famille et des relations qui les régissent. Des jeunes disent s'entendre à merveilles avec leurs parents, alors que d'autre témoignent de leur incapacité de vivre en harmonie au sein de la famille...

    Personnellement, je suis dans une famille plutôt en accord avec mes soupirs et ma façon de vivre ma jeunesse. Ceci pour plusieurs raisons:

    D'abord, mon père me donne toute la liberté de faire mes choix: je peux sortir quand je veux et où je veux! Pourtant, cette liberté donnée n'est pas absolue! Car, si j'ai cette liberté, c'est que j'essaye de la mériter. Cela en respectant les limites et les règles que je me suis moi-même tracées!

    En suite, mes parents ont toujours essayé d'établir des dialogues avec moi, fondés/basés sur la sincérité et la franchise. Cela ne veut surtout pas signifier qu'il fallait dire n'importe quoi et se comporter de n'importe quelle manière.

    Enfin, je pense que j'ai eu de la chance d'avoir de tels parents, qui m'ont toujours soutenu et me soutiennent toujours...Mon degré d'entente avec mes parents n'est égalé que par leur degré d'entente avec moi! C'est-à-dire un rapport excellent!

    Rédaction proposée 2 Mauvaise entente...

    Ma famille est un lieu de désaccord continuel! Mon père ne s'arrête pas de me critiquer. Ma mère a toujours une dent contre tout ce que j'entreprends. Cela ne date d'ailleurs pas d'hier! Pourquoi? Cela pour plusieurs raisons:

    D'un côté, mon père est très gé et me considère le plus souvent comme un bon à rien! Ma mère est moins gée que lui d'une vingtaine d'années, et elle est toujours incapable de s'arrêter de se peindre: contre lui, mais surtout contre moi!

    D'un autre côté, je fais personnellement tout pour rendre cette situation de plus en plus tendue! Je ne suis pas un enfant de chœur! Moi aussi, j'ai ma pars de responsabilité dans tout cela! Je fais exactement le contraire de ce qu'ils veulent que je fasse! Je me considère comme un adolescent émancipé et libre d'action et de choix!

    De plus, mon père est déjà vieux et n'a pas une vraie présence au sein de la famille. Ma mère veut encore vivre et sort tout le temps de la maison pour se rendre à ses amies qui remplissent/ envahissent souvent notre maison!

    Pour finir, je me demande si j'ai raison ou tord, mais je suis le fruit d'une éducation qui je ne conseille jamais à personne!

    Cordialement.




    Réponse N°17 4858

    Académie régionale de Casablanca Examen régional session : juin 2010
    Par Idoubiya Rachid(Inspecteur)le 2010-06-14 23:08:06

    Académie régionale de Casablanca

    Examen régional

    session : juin 2010

    Texte :

    Elle ( Ma mère) tira de sa robe une chaînette de cuivre rongée de vert-de-gris et me la tendit : - Ajoute ceci à tes merveilles, me dit-elle.

    La chaînette délicatement travaillée absorba mon attention. Je la contemplai longtemps. Je décidai de la nettoyer. Je savais transformer le cuivre, cette vile matière, en or pur. Je sortis sur le palier. Dans une boîte de conserves cabossée, je découvris du sable fin qui servait au nettoyage des tables rondes et des plateaux à thé. Je m'attelai à l'ouvrage activement. J'en avais mal aux doigts quand le résultat attendu parut à mes yeux. J'effectuai de nombreux rinçages dans un seau d'eau noirtre où nageait un petit balai de doum.

    Ma chaîne se changea en bijou d'or. Je l'enroulai autour de mon poignet pour en admirer l'effet : je la tenais par les deux bouts, me l'appliquais sur la poitrine, sur le front, je m'en faisais un bracelet. Je sortis ma Boîte. J'étalai toutes mes richesses sur une couverture.

    Les plus humbles de mes boutons et de mes clous, par une opération de magie dont j'avais seul le secret, se muèrent en joyaux.

    Absorbé dans la contemplation de mes trésors, je n'avais pas vu entrer le chat de Zineb. Il ronronna tout contre moi. Je ne le craignais pas. Je décidai de l'associer à ma joie, de lui ouvrir les portes de mon univers. Il s'intéressa gravement à mes discours, allongea la patte pour toucher mon cabochon de verre taillé, regarda avec étonnement ma chaîne d'or. Je lui en fis un collier. Il se montra d'abord tout fier. Il essaya ensuite de l'arracher. Elle ne céda pas à ses coups de griffes. Il se mit en colère; s'affola et partit en flèche, la queue hérissée, les yeux dilatés d'inquiétude. Je courus derrière lui pour récupérer mon bien. Le maudit chat resta sourd à mes appels. Il ne voulait rien avoir de commun avec moi, il grimpait les marches de l'escalier, crachait des menaces.

    J'alertai ma mère, demandai secours à Fatma Bziouya, à Rahma et même à mon ennemie Zineb, la propriétaire de ce démon quadrupède. Tout le monde se précipita sur la terrasse mais le chat, ne sachant pas pourquoi on le poursuivait, s'usait les griffes à grimper le long d'un mur d'une hauteur vertigineuse. J'étais furieux contre le chat. Les femmes essayèrent de me consoler.

    - Il reviendra ce soir, Zineb te rendra ta chaîne.

    Zineb! Zineb! C'était elle qui l'avait chargé de venir se frotter contre moi, abuser de ma gentillesse et me voler mon plus beau bijou. Je suffoquais de colère et d'indignation. Ma rage se déchaîna; je me précipitai sur Zineb. Je lui enfonçai les ongles dans les joues, lui arrachai les cheveux par touffes, lui envoyai de formidables coups de pieds dans le ventre. Elle se défendit, la brute, avec violence, me tira les oreilles, me renversa par terre, me marcha sur la poitrine. Les femmes criaient, essayaient de nous séparer et recevaient des coups de poing et des coups de tête des deux adversaires.

    Enfin ma mère réussit à me maîtriser. Elle m'amena dans la chambre, me plongea la tête dans un seau d'eau, m'essuya le visage avec un torchon et m'intima l'ordre de me coucher

    La poitrine encore secouée de sanglots, je m'endormis presque immédiatement.

    ÉTUDE DE TEXTE, 10 points :

    1. Recopiez et complétez le tableau suivant: 1 point

    Titre de l'œuvre: La boîte à merveilles;

    Auteur: Ahmed Sefrioui;

    Genre: Roman autobiographique;

    Deux autres titres du même auteur:

    2. Situez le passage par rapport à ce qui précède. 1 point

    3. «Ajoute ceci à tes merveilles» dit la mère

    a- De quelles merveilles s'agit-il ?

    b- Que représentent-elles pour l'enfant ? 1 point

    4. Sidi Mohammed attribue au chat trois sentiments. Nommez-les. 1 point

    5. Comment l'enfant interprète-t-il la fuite du chat ? 1 point

    6. Relevez deux indices qui montrent que l'enfant caractérise le chat de manière négative. 1 point

    7. Les deux enfants échangent des coups avec la même violence. Relevez les deux phrases qui le montrent. 1Point

    8. «Le chat...s'usait les griffes à grimper le long d'un mur d'une hauteur vertigineuse.» Nommez la figure de style contenue dans cet énoncé. 1 point

    9. Quelle réaction du chat cette figure de style traduit-elle ? 1 point

    10. D'après votre lecture de l'œuvre, la réaction de Sidi Mohammed dans ce passage correspond-elle à son caractère et à ses habitudes ? Justifiez votre réponse. 1 point

    =================================================================================

    II- PRODUCTION ÉCRITE, 10 points :

    Sujet :

    Dans ce passage, Sidi Mohammed a usé de la violence pour régler ses problèmes avec Zineb. Pensez-vous que le recours à la violence soit le moyen le plus efficace pour résoudre les problèmes de la vie quotidienne ?

    Répondez à cette question dans un écrit argumenté illustré d'exemples précis. Lors de la correction, les éléments suivants seront pris en considération :

    * La présentation de la copie, 1 point

    * Le respect de la consigne d'écriture, 1 point

    * La structure du texte ( introduction, développement, conclusion), 1 point

    * Le bon choix des arguments, 2 points

    * Le bon choix du vocabulaire, 1 point

    * La construction de phrases correctes, 1 point

    * L'usage d'une ponctuation adéquate, 1 point

    * La correction de l'orthographe d'Usage et grammaticale, 1 point

    * Le bon emploi des temps. 1 point

    =================================================================================




    Réponse N°18 4877

    Académie de l'Oriental
    Par Mohamed ES SBAI(CS)le 2010-06-15 14:50:12

    Examen régional de français

    Juin 2010

    Académie de l'Oriental

    Texte:

    - Zoubida ! Cet homme vient de la campagne, il t'apporte des nouvelles du maalem Abdeslem. Il dit qu'il a quelque chose à te remettre.

    Ma mère reprit courage. Un sourire illumina sa face.

    - C'est exactement ce que je pensais, dit-elle en se précipitant vers l'escalier.

    Elle descendit les marches à toute allure. Pour la première fois de ma vie, je la voyais courir. Je la suivis. Je ne pouvais pas espérer la gagner de vitesse. Quand j'arrivai dans le couloir d'entrée ma mère discutait déjà par l'entrebillement de la porte avec un personnage invisible. L'ombre disait d'une voix rude :

    - Il va bien, il travaille beaucoup et met tout son argent de côté. Il vous dit de ne pas vous inquiéter à son sujet. Il m'a donné ceci pour vous.

    Je ne voyais pas ce qu'il remettait à ma mère par la fente de la porte. Ma mère retroussa le bas de sa robe et serra précieuse- ment dans ses plis le trésor que lui remettait l'inconnu.

    - Il y a encore ceci, dit la voix. C'est tout. Je quitte la ville demain matin, je verrai le maalem Abdeslem dès mon arrivée au douar. Que dois-je lui dire de ta part ?

    - Dis-lui que Sidi Mohammed va beaucoup mieux.

    - Louange à Dieu ! Sa santé l'inquiétait beaucoup. Je m'en vais ; restez en paix.

    - La paix t'accompagne, messager de bon augure.

    La porte se ferma. Ma mère traversa le patio et monta précipitamment l'escalier.

    Déjà, les questions fusaient de toutes les chambres. Rahma se pencha à la fenêtre, Kanza qui lavait près du puits lcha ses, seaux et son savon, Fatma Bziouya abandonna son rouet, toutes interrogeaient à la fois ma mère sur la santé de mon père, sur son nouveau travail, sur l'endroit où il se trouvait. Mais ma mère répondait par des mots vagues suivis d'un cortège de formules de politesse. La curiosité de nos voisines se montrait tenace. Elles désiraient toutes savoir ce que mon père nous avait envoyé. Je sentais que ma mère tenait à les faire languir. Quand j'arrivai dans notre chambre, je trouvai, posés sur la petite table ronde, une douzaine d'œufs, un pot de terre ébréché plein de beurre et une bouteille d'huile d'un brun sombre. Je regardai ma mère, elle rayonnait de joie. Ses yeux étaient remplis de larmes.

    - Regarde, me dit-elle, ce que ton père nous a envoyé ! Il ne nous a pas oubliés. Il est loin, mais il veille sur nous. Il nous a même fait parvenir de l'argent. Regarde ! regarde !

    Elle ouvrit la main. Je vis trois pièces d'argent jeter leurs reflets de clair de lune.

    Ce monologue fut murmuré à mi-voix, mais les oreilles qui guettaient cet instant surprirent le mot argent. Le mot magique voyagea d'une bouche à l'autre. Nos voisines, à demi satisfaites, reprirent leur ouvrage. Elles savaient fort bien que ma mère ne leur cacherait pas longtemps sa bonne fortune.

    *Entrebillement: du verbe entrebiller, ouvrir très peu une porte ou une fenêtre.

    QUESTIONS:

    I-ETUDE DE TEXTE:

    1-a) Ce texte est tiré de l'une des œuvres au programme, laquelle? (0.5pt)

    b) Cette œuvre est:

    -un roman à thèse

    -un roman autobiographique

    -une tragédie

    -une biographie

    Recopiez la bonne réponse. (0.5pt)

    2-" je verrai le maalem Abdeslem dès mon arrivée au douar."

    a)D'après votre lecture de l'œuvre, que fait la maalem Abdeslem au douar? (0.5pt)

    b) Pourquoi a-t-il été obligé d'y aller? (0.5pt)

    3-Relevez dans le texte le prénom de chacun des personnages suivants: (1.5pt)

    a- le narrateur

    b) son père

    c)sa mère

    4- Pourquoi la mère descend-elle de l'escalier à vive allure? (0.5pt)

    5-Relevez dans le texte deux énoncés qui montrent la joie de la mère. (1pt)

    6-". ma mère discutait déjà par l'entrebillement de la porte avec un personnage invisible."

    a) qui est ce personnage invisible? (0.5pt)

    b) Pourquoi est-il qualifié d'invisible? (0.5pt)

    7- Relevez dans le texte quatre termes ou expressions reprenant "l'homme qui vient de la campagne." (1pt)

    8-Enumérez les choses envoyées par le maalen Abdesslam. (1pt)

    9-Pourquoi, d'après vous ces choses ont-elles provoqué tant de réactions (la précipitation et la joie e la mère, la curiosité des voisines.)? (1pt)

    10-Pourquoi à votre avis la mère parlait-elle à l'inconnu par l'entrebillent de la porte? (1pt)

    II-PRODUCTION CRITE: (10pt)

    Sujet:

    Beaucoup de gens, pour se soigner ou pour trouver des solutions à leurs problèmes consultent des fkihs, des guérisseurs des voyants.

    Pensez-vous qu'ils ont raison?

    Exposez votre point de vue argumenté dans un texte d'une quinzaine de lignes.





    Réponse N°19 4879

    corrigé- oriental
    Par Mohamed ES SBAI(CS)le 2010-06-15 15:28:07

    Corrigé:

    I-ETUDE DE TEXTE:

    1-a) La Boite à merveilles (0.5pt)

    b) -Un roman autobiographique (0.5pt)

    2-a)Il travaille (il moissonne) (0.5pt)

    b) Parce qu'il avait perdu (on lui avait volé) tout son argent (0.5pt)

    3- (1.5pt)

    a- Sidi Mohamed

    b) Maalem Abdeslam

    c)Zoubida

    4- Parce qu'elle est pressée de savoir les nouvelles de son mari

    (pour récupérer ce que le messager lui apporte de son mari). (Accepter toute réponse allant dans ce sens) (0.5pt)

    5-Un sourire illumina sa face; elle rayonnait de joie. (1pt)

    6- a) L'homme envoyé par le père (l'homme qui vient de la campagne) (0.5pt)

    b) Parce que la mère n'a pas ouvert complètement la porte pour lui parler; parce qua la mère parlait à l'inconnu par l'entrebillement de la porte; parce que le narrateur ne le voyait pas. (0.5pt)

    7- Il; un personnage invisible; l'ombre; l'inconnu (la voix; je; messager de bon augure (1pt)

    8- Une douzaine d'œufs, un pot de terre ébréché plein de beurre et une bouteille d'huile et trois pièces d'argent. (1pt)

    9- Ces choses, de peu de valeur pour un riche, comptent beaucoup pour ces familles pauvres (Accepter toute réponse allant dans ce sens) (1pt)

    10-La femme à l'époque des faits racontés ne devait pas se montrer à un étranger. (Accepter toute interprétation valable) (1pt)





    Réponse N°20 4887

    Lecture critique des examens régionaux
    Par bouhali mohammed(CS)le 2010-06-15 17:42:04

    Je propose que chacun de nous tente de faire une lecture critique de ce que les épreuves des régionaux ont proposé aux élèves, je me lance pour le sujet de Meknès:

    Je rappelle le sujet de P.E

    "Dans cet extrait de «Le Dernier jour d'un condamné» le narrateur pense que l'écriture est une sorte de délivrance de la souffrance , une sorte de soulagement...

    Lui donnez-vous raison ? Rédigez un texte dans lequel vous développerez votre opinion sur l'utilité de l'écriture. "

    Certes , je n'ai pas de premières mais franchement le sujet m'a choqué, vu le niveau de nos élèves dont l'indigence culturelle n'est plus à démontrer. D'ailleurs ,pendant les corrections j'ai eu la possibilité de parcourir quelques copies et le constat a confirmé mes appréhensions.

    Pour des élèves qui ne lisent pas ou presque pas où puiseront -ils leurs arguments et exemples ? Dans l'extrait proposé peut-être,et c'est ce que certains ont fait ce qui a donné lieu à une paraphrase du texte; dans la boîte à merveilles ,on sait que nos élèves ignorent faire le recoupement entre les œuvres au programme, en s'inspirant de ce qu'ils ont étudié dans le cadre de la poésie engagée: l'écriture comme action, je ne crois pas .

    Je pense donc que celui ou ceux qui ont proposé ce sujet ont la nostalgie de leurs années de fac et ignorent complètement la réalité du terrain. A suivre ........................





    Réponse N°21 4888

    un examen d'agrégation pour des élèves de lycée
    Par marocagreg(Admin)le 2010-06-15 18:56:24

    C'est la même remarque que j'ai faite, en comparant la production écrite demandée dans chacune des académies, je me suis rendu compte que si dans la plupart des académies on a posé un sujet habituel qui est à la portée des élèves (violence, rapport enfants/parents, importance de l'école) les gens de Meknès proposent aux élèves du lycée un sujet de dissertation philosophique et esthétique digne des cpge, voire de l'agrégation.

    voici le sujet :

    Dans cet extrait de «Le Dernier jour d'un condamné» le narrateur pense que l'écriture est une sorte de délivrance de la souffrance , une sorte de soulagement...

    Lui donnez-vous raison ?

    Rédigez un texte dans lequel vous développerez votre opinion sur l'utilité de l'écriture.

    C'est trop ambitieux de demander aux élèves qui maîtrisent à peine les rudiments de l'écriture de réfléchir sur l'utilité de l'écriture et son rapport avec l'expression de la souffrance et des émotions.

    cela donne un exemple de disparité entre les académies et la nécessité de poser une épreuve nationale pour assurer l'égalité des chances. Quant à M. les inspecteurs et M. les professeurs qui ont choisi ce sujet, on aimerait bien qu'ils nous proposent un exemple de rédaction : comment peut-on analyser en quelques lignes le rapport entre l'écriture et l'expression de la souffrance, et montrer l'utilité de l'acte d'écrire c'est du n'importe quoi !




    Réponse N°22 4889

    ...sans qu'il soit un essai littéraire ou le non respect des règles!
    Par Idoubiya Rachid(Inspecteur)le 2010-06-15 20:02:50

    Salut,

    Ce qu'on demande à l'élève, on peut ne pas le faire soi-même! Demander le rapport entre l'écriture et le soulagement des souffrances relève de l'absurdité pour un élève qui n'arrive pas à joindre deux idées!

    D'ailleurs, si les élèves sont évalués sur leurs compétences d'écriture, les responsables sont évalués sur leur manière à poser les examens!

    La note est claire: un sujet de réflexion où l'élève est amené à donner son point de vue, sans que cela soit un essai littéraire!

    D'autant plus qu'on doit évaluer l'évaluable!

    Maintenant, la chose est claire: beaucoup d'élèves vont subir une grande injustice à cause des incompétences des autres! Au lieu de mettre nos élèves dans des conditions de réussite, on choisit de les mettre dans une posture d'échec! Chose qui dit tant sur certaines personnes qui souffrent de problèmes/handicapes structuraux!

    - Je demande d'ailleurs à mes collègues, qui ont la tche de la correction des copies d'élèves de nous envoyer le corrigé donné par les académies autour des examens: question de voir la juste concordance entre les questions qu'on propose et les réponses...

    - Les premières comparaisons sont très éloquentes en terme d'inefficacité!

    A suivre...




    Réponse N°23 5173

    éclaircissement
    Par brahim el harfi(CS)le 2010-06-22 22:51:27

    salut tout le monde

    salut M RACHID

    concernant la question 7 de l'examen régional Souss Massa Daraa , la réponse qui figure dans le corrigé proposé" : B- plus de description que de narration" mais dans le corrigé que nous avons reçu la réponse était a :plus de narration que de description





    Réponse N°24 5179

    En effet!
    Par Idoubiya Rachid(Inspecteur)le 2010-06-23 02:43:52

    Salut M.brahim el harfi,

    En effet, personnellement, dans la correction officielle, on a reçu plus de narration que de description...Mais le texte est devant vos yeux! Est-ce que nous avons vraiment plus de narration que de description? En faisant même le compte, on va trouver : plus de temps de verbes à l'imparfait que de verbes au passé simple! A part bien sûr les différents modalisateurs: adjectifs qualificatifs, adverbes, superlatifs et figures de styles... qui penchent vers la description que la narration!

    De plus, la narration est-il un terme à mettre dans ce contexte? On parle de type narratif et de type descriptif et non de narration!

    En fin, moi en tant qu'enseignant, j'ai trouvé que le texte est plus descriptif que narratif! Qu'en est-il de l'élève?

    Cordialement...



    confidentialite