évaluation, le bourgeois gentilhomme-s55s


elkouchi hind (Prof) [1 msg envoyés ]
Publié le:2022-06-02 10:19:33 Lu :1013 fois
Rubrique :Projets, lectures et évaluations  


Profil ciblé : Tronc commun N° : ..

Acte 3 : Scène XII

Monsieur Jourdain, Madame Jourdain, Cléante,

Lucile, Covielle, Nicole.

Cléante: Monsieur, je n'ai voulu prendre personne pour vous faire une demande que je médite il y a longtemps. Elle me touche assez pour m'en charger moi-même ; et, sans autre détour, je vous dirai que l'honneur d'être votre gendre est une faveur glorieuse que je vous prie de m'accorder.

Monsieur Jourdain : Avant que de vous rendre réponse, Monsieur, je vous prie de me dire si vous êtes gentilhomme.

Cléante : Monsieur, la plupart des gens sur cette question n'hésitent pas beaucoup. On tranche le mot aisément. Ce nom ne fait aucun scrupule à prendre, et l'usage aujourd'hui semble en autoriser le vol. Pour moi, je vous l'avoue, j'ai les sentiments sur cette matière un peu plus délicats : je trouve que toute imposture est indigne d'un honnête homme, et qu'il y a de la lâcheté à déguiser ce que le Ciel nous a fait naître, à se parer aux yeux du monde d'un titre dérobé, à se vouloir donner pour ce qu'on n'est pas. Je suis né de parents, sans doute, qui ont tenu des charges honorables. Je me suis acquis dans les armes l'honneur de six ans de services, et je me trouve assez de bien pour tenir dans le monde un rang assez passable. Mais, avec tout cela, je ne veux point me donner un nom où d'autres en ma place croiraient pouvoir prétendre, et je vous dirai franchement que je ne suis point gentilhomme.

Monsieur Jourdain : Touchez là, Monsieur : ma fille n'est pas pour vous.

Cléante : Comment ?

Monsieur Jourdain : Vous n'êtes point gentilhomme, vous n'aurez pas ma fille.

Madame Jourdain : Que voulez-vous donc dire avec votre gentilhomme ? Est-ce que nous sommes, nous autres, de la côte de saint Louis ?

I-QUESTIONS : (10pts)

1/Complétez: (1pts)

Titre de l'œuvre:

Sa date de parution: ..

Son genre: ...

Son auteur: ..

2/Relevez dans le texte deux indices qui montrent que ce texte est un dialogue. (1pts)

3/Que demande Cléante à Monsieur Jourdain ? Justifiez par une phrase du texte( 1pts)

....

4) d'après votre lecture de l'œuvre, quelle est la vision du mariage selon M.Jourdain ? MME. Jourdain ? 2pt

5) quel est le portrait de Cléante ? qu'est ce qu'il a décidé de faire pour se marier a Lucile ? 2pt

6/Relevez du texte : (2pts)

•une proposition subordonnée. …...

•une subordonne complétive. …


7Identifiez la figure de style contenue dans la phrase suivante : (1pts)(Et votre père n'était-il pas marchand aussi bien que le mien?)

-production écrite ( 10 pt ) : A partir du schéma en bas, transformez le dialogue ci-dessus en un texte en prose:

Qui parle ? .. → Cléonte.

A qui ? ….→ M. Jourdain.

De quoi ? ..→ Demander la main de sa fille.

Comment lui répond M. Jourdain ?....→ Il refuse.

Pourquoi ? ….→Cléonte n'est qu'un simple bourgeois, il n'est pas Gentilhomme.

Comment réagit Mme Jourdain ? →Elle est contre son mari.

Quel est son argument ? .→ Elle souhaite que son gendre soit un honnête homme, riche et bien fait qu'un Gentilhomme mal éduqué.

Rédaction :

… … … …. …. …. ….


Contrôle continu 4 Nom et prénom :….

Profil ciblé : Tronc commun N° : ….

Année scolaire : 2017/2018 lycée Sebti


Acte 5 SCÈNE V

LUCILE, MONSIEUR JOURDAIN, DORANTE, DORIMÈNE, etc.

MONSIEUR JOURDAIN.— Venez, ma fille, approchez-vous, et venez donner votre main à Monsieur, qui vous fait l'honneur de vous demander en mariage.

LUCILE.Comment, mon père, comme vous voilà fait! Est-ce une comédie que vous jouez?

MONSIEUR JOURDAIN.— Non, non, ce n'est pas une comédie, c'est une affaire fort sérieuse, et la plus pleine d'honneur pour vous qui se peut souhaiter. Voilà le mari que je vous donne.

LUCILE.— À moi, mon père!

MONSIEUR JOURDAIN.— Oui à vous, allons, touchez-lui dans la main112, et rendez grâce au Ciel de votre bonheur.

LUCILE.— Je ne veux point me marier.

MONSIEUR JOURDAIN.— Je le veux moi, qui suis votre père.

LUCILE.— Je n'en ferai rien.

MONSIEUR JOURDAIN.— Ah que de bruit. Allons, vous dis-je. Çà votre main.

LUCILE.— Non, mon père, je vous l'ai dit, il n'est point de pouvoir qui me puisse obliger à prendre un autre mari que Cléonte; et je me résoudrai plutôt à toutes les extrémités, que de… (Reconnaissant Cléonte.) il est vrai que vous êtes mon père, je vous dois entière obéissance; et c'est à vous à disposer de moi selon vos volontés.

MONSIEUR JOURDAIN.— Ah je suis ravi de vous voir si promptement revenue dans votre devoir; et voilà qui me plaît, d'avoir une fille obéissante.

I-QUESTIONS : (10pts)

1/Complétez: (1pts)

Titre de l'œuvre:

Sa date de parution: ..

Son genre: ...

Son auteur: ..

2/Relevez dans le texte deux indices qui montrent que ce texte est un dialogue. (1pts)

3/Que demande Monsieur Jourdain à Lucile ? Justifiez par une phrase du texte (1pts)

....

4 est ce que Lucile a accepté , au début , la demande de son père ? Justifiez par une phrase du texte (1pts)

5) quel est le portrait de Cléante ? qu'est ce qu'il a décidé de faire pour se marier a Lucile ? 2pt

.

6/Relevez du texte : (2pts)

•une proposition coordonnée . …...

•une subordonne complétive. …


7 Identifiez la figure de style contenue dans la phrase suivante : (2pts)( .— Comment, mon père, comme vous voilà fait! Est-ce une comédie que vous jouez?

-production écrite ( 10 pt ) : A partir du schéma en bas, transformez le dialogue ci-dessus en un texte en prose:

Qui parle ? .. → Cléonte.

A qui ? ….→ M. Jourdain.

De quoi ? ..→ Demander la main de sa fille.

Comment lui répond M. Jourdain ?....→ Il refuse.

Pourquoi ? ….→Cléonte n'est qu'un simple bourgeois, il n'est pas Gentilhomme.

Comment réagit Mme Jourdain ? →Elle est contre son mari.

Quel est son argument ? .→ Elle souhaite que son gendre soit un honnête homme, riche et bien fait qu'un Gentilhomme mal éduqué.

Rédaction :




Tout sur Le Bourgeois gentilhomme

Moteur de recherche

Derniers articles sur le forum
Programme du CPA 1  réponse |  Vu 10 fois
Bribes de pensées  Vu 69 fois


confidentialite