évaluation-chevalier double-la pauvre edwige a le cœur percé des sept glaives


Elmghazli Ahmed (?) [2 msg envoyés ]
Publié le:2016-05-06 11:09:19 Lu :8617 fois
Rubrique :Projets, lectures et évaluations  
  • 4.0 stars
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
1 vote    4/5


Lycée Rahali Farouk

Année scolaire : 2015-2016

Professeur : Elmghazli Hind

Durée : Une heure

Matière : Français

Niveau : Tronc Commun

Évaluation N°II


La pauvre Edwige a le cœur percé des sept glaives de la douleur ; un terrible secret pèse sur son âme. Il y a quelque mois, un étranger est venu au château des Lodbrog ; il faisait un terrible temps cette nuit-là : les tours tremblaient dans leur charpente, les girouettes piaulaient, le feu rampait dans la cheminée, et le vent frappait à la vitre comme un importun qui veut entrer.

L'étranger était beau comme un ange, mais comme un ange tombé ; il souriait doucement et regardait doucement, et pourtant ce regard et ce sourire vous glaçaient de terreur et vous inspiraient l'effroi qu'on éprouve en se penchant sur un abîme. Une grâce scélérate, une langueur perfide comme celle du tigre qui guette sa proie, accompagnaient tous ses mouvements ; il charmait à la façon du serpent qui fascine l'oiseau.

Cet étranger était un maître chanteur ; son teint bruni montrait qu'il avait vu d'autres cieux ; il disait venir du fond de la Bohême, et demandait l'hospitalité pour cette nuit-là seulement.

Il resta cette nuit, et encore d'autres jours et encore d'autres nuits, car la tempête ne pouvait s'apaiser, et le vieux château s'agitait sur ses fondements comme si la rafale eût voulu le déraciner et faire tomber sa couronne de créneaux dans les eaux écumeuses du torrent terrifiant.

Pour charmer le temps, il chantait d'étranges poésies qui troublaient le cœur angoissé et donnaient des idées furieuses ; tout le temps qu'il chantait, un corbeau noir vernissé, luisant comme le jais, se tenait sur son épaule ; il battait la mesure avec son bec d'ébène, et semblait applaudir en secouant ses ailes. Edwige pâlissait, pâlissait comme les lis du clair de lune ; Edwige rougissait, rougissait comme les roses de l'aurore, et se laissait aller en arrière dans son grand fauteuil, languissante, à demi morte, enivrée comme si elle avait respiré le parfum fatal de ces fleurs qui font mourir.

Enfin le maître chanteur put partir ; un petit sourire bleu venait de dérider la face du ciel. Depuis ce jour, Edwige, la blonde Edwige ne fait que pleurer dans l'angle de la fenêtre.

Théophile Gautier, Le Chevalier Double, Ed.Alouma, 2008

  1. Compréhension et Langue : (20pts)

  1. Complétez le tableau suivant (2pts)


Le Genre de l'œuvre

Le Type du texte

La Focalisation

La tonalité

......................

..................

.......... ......

....................


  1. Qui sont les personnages présentés dans ce texte ? (1pt)

  2. Où et quand se déroulent les actions ? (1pt)

  3. Répondez par vrai ou faux : (2pts)

  1. La jeune femme était très heureuse.

  2. Il faisait un temps agréable.

  3. Le jeune homme chantait des poèmes d'amour.

  4. Un corbeau était toujours sur son épaule.


  1. Relevez quatre mots appartenant au champ lexical de la peur. (1pt)

  2. Pourquoi la femme est-elle triste et pleure tout le temps ? (1pt)

  3. Dégagez le portrait physique et psychique du personnage masculin. (2pts)

  4. Quel est le procédé de narration utilisé dans les passages suivants ? (2pts)

  1. « La pauvre Edwige a le cœur percé des sept glaives de la douleur ; un terrible secret pèse sur son âme. Il y a quelque mois, un étranger est venu au château des Lodbrog ; il faisait un terrible temps cette nuit-là ».

  2. « Pour charmer le temps, il chantait d'étranges poésies qui troublaient le cœur angoissé et donnaient des idées furieuses ; tout le temps qu'il chantait, un corbeau noir vernissé, luisant comme le jais, se tenait sur son épaule ; il battait la mesure avec son bec d'ébène, et semblait applaudir en secouant ses ailes ».

  1. Identifiez la figure de style utilisée dans les phrases suivantes : (4pts)

  1. La pauvre Edwige a le cœur percé des sept glaives de la douleur.

  2. Le vent frappait à la vitre comme un importun qui veut entrer.

  3. Un petit sourire bleu venait de dérider la face du ciel.

  4. Une grâce scélérate, une langueur perfide.

  1. Nommez le temps de la conjugaison des verbes soulignés : (2pts)

  1. Les tours tremblaient dans leur charpente.

  2. Un étranger est venu au château des Lodbrog.

  3. Il avait vu d'autres cieux.

  4. La rafale eût voulu le déraciner.

  1. Relevez les procédés de modalisation utilisés dans ses énoncés suivants : (2pts)

  1. Sans aucun doute, Cet étranger était un maître chanteur ; son teint bruni montrait qu'il avait vu d'autres cieux ; c'est sûr qu'il venait du fond de la Bohême.

  2. Il se peut que le bohémien ait voulu s'emparer des richesses du Comte Lodbrog, mais apparemment, il n'ait réussi qu'à charmer la pauvre Edwige.



Tout sur Le Chevalier double

Sujets similaires
évaluation : le chevalier double - seigneur oluf, que vous avez tardé
évaluation (tc) - le chevalier double-d5sd-edwige est mère
évaluation (tc) - le chevalier double-54dd
évaluation (tc) - le chevalier double-412q
évaluation : le chevalier double "le jeune oluf est un enfant bien étrange"

Voir tout Voir des sujets similaires

Moteur de recherche

Derniers articles sur le forum
pathétique ou tragique ???? 8  réponses |  Vu 10853 fois
Pathétique ou tragique ? 5  réponses |  Vu 564 fois



Réponse N°11 37492

hh
Par mazar(CS)le 2019-02-15 17:59:16



correction




confidentialite