Essai : le mariage précoce et le mariage forcé


moughya elmahjoub (Prof) [1 msg envoyés ]
Publié le:2020-11-11 09:17:33 Lu :366 fois
Rubrique :Politique et société  
  • 4.0 stars
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
1 vote    4/5


Essai rédigé par : MOUGHYA Elmahjoub

Il va sans dire que le mariage précoce et forcé est un fléau très répandu dans le monde et dans les pays en développement en particulier. Ses causes sont multiples et connues de tous, mais beaucoup de solutions sont aussi possibles pour l'éradiquer. Nombreuses sont les filles qui sont mariées de force avant même qu'elles n'atteignent l'âge de dix-huit ans. Celles-ci se voient privées de leur droit à l'enfance et à la scolarisation, ce qui les maintient dans des conditions d'impuissance, de pauvreté, de subordination et de soumission à leurs maris. Ces filles sont contraintes à se marier très jeunes avec une personne qu'elles n'ont pas choisie ou qu'elles n'ont pas aimée.

Le mariage précoce et forcé est l'union conjugale d'une fille ou d'un garçon avant l'âge de dix-huit ans. Ledit mariage constitue une vraie atteinte à l'intégrité physique et morale de la personne.

Alors, les questions qui se posent sont les suivantes :

-Qu'est-ce qui est à l'origine de ce genre de mariage ?

- Quelles conséquences peuvent-elles en résulter ?

-Y a-t-il des moyens efficaces pour y mettre un terme ?

Nous allons organiser notre exposé autour de trois parties essentielles. D'une part, nous allons mettre l'accent sur les causes de ce phénomène, d'autre part, nous en jetterons la lumière sur les retombées. Nous suggérons, en dernier lieu, des solutions pouvant contribuer à la lutte contre cette pratique néfaste.



Les causes de ce phénomène varient d'un pays à l'autre. En effet, plusieurs facteurs en sont à l'origine, parmi lesquels nous pouvons citer :

Les inégalités des sexes : les filles ne sont pas autant considérées que les garçons dans les sociétés où le mariage précoce et forcé est encore en vigueur. Les filles et les femmes ont donc un statut social inférieur à celui du garçon ou de l'homme. C'est pourquoi on les marie très jeunes pour se débarrasser d'elles puisque l'on les considère comme un fardeau. Ainsi, ce sont leurs maris qui prendront en charge la responsabilité de subvenir à leurs besoins. Le mariage précoce est aussi soumis à l'autorité du père. Ce dernier détermine la façon dont la fille doit s'habiller, se comporter et la personne à qui elle doit être mariée.

La pauvreté : elle se considère comme un facteur principal poussant les parents à marier très tôt leur fille pour réduire les frais de sa nourriture, de son habillement et de son éducation. C'est ainsi que l'avenir de cette fille sera assurée. En fait, le père reçoit une dot lui permettant de régler ses dettes, de gérer ses conflits et de former des relations avec d'autres familles. La jeune fille sera donc confiée à son homme qui subviendra à tous ses besoins. De cette manière, le père continue à s'investir dans l'éducation des garçons et se débarrasse, de ce fait, des filles chaque fois que l'occasion se présente, ce qui en dit long sur la situation des filles et la condition féminine de manière générale dans les pays en voie de développement.

Les traditions, la culture et les coutumes : le mariage précoce se produit de la même façon que le mariage traditionnel parce que cela s'est hérité depuis longtemps des générations précédentes. Selon les traditions, c'est bien pour une fille d'être mariée très jeune car cela lui donne le statut de femme et de mère. En fait, personne ne pourrait s'opposer à ces traditions parce qu'elles se considèrent comme un symbole de l'identité de la communauté depuis longtemps. Cela représente donc un héritage qu'il faut maintenir de génération en génération parce qu'il fait partie de la vie des gens.

L'insécurité : plusieurs familles acceptent le mariage précoce parce qu'elles estiment que c'est dans leur intérêt de marier très jeunes leurs filles notamment dans les endroits où elles pourraient courir des risques d'agression sexuelle ou physique. De plus, lorsque ces familles souffrent d'une difficulté surtout économique, elles voient donc le mariage précoce la solution efficace pour assurer à leur fille la sécurité et la mettre à l'abri de la pauvreté.

La discrimination : les hommes préfèrent se marier avec des femmes très jeunes pour les faire obéir à leurs ordres sans hésitation. De cette manière, elles s'occupent des travaux domestiques, de l'éducation des enfants et les travaux d'agriculture. Celles-ci sont défavorisées et leur statut reste toujours inférieur à celui des hommes auxquels elles n'ont pas le droit de désobéir, ni de dire non. Ce sont les hommes qui décident de leur sort puisque leur famille a assigné cette tâche à leurs hommes.

L'ignorance des parents : ils croient qu'épouser la fille à un très jeune âge l'éloigne d'attraper une maladie sexuellement transmissible ou de subir toute sorte de violence parce qu'ils pensent qu'elle est très fragile. Parce que ces parents n'ont pas été scolarisés, ils jugent insignifiant de scolariser leurs enfants et surtout les filles qui abandonnent très tôt l'école pour se marier avec des hommes qui sont plus âgés qu'elles, ce qui se répercute négativement non seulement sur ces filles, mais aussi sur leurs futurs enfants. De ce fait, on constate que la plupart des femmes mariées très tôt sont plus ou moins analphabètes. C'est pourquoi elles trouvent des difficultés énormes à éduquer leurs enfants.

Les pressions sociales : elles incitent les parents à s'engager dans le mariage précoce lorsque des préjugés circulent sur la jeune fille. Dans ce cas, le mariage précoce reste la seule solution pour faire taire les gens. Cela semble aussi une issue à la suite d'une grossesse en dehors du mariage qui pourrait porter atteinte à l'honneur de la famille. Une fille mariée très jeune, selon la convention commune, réussit sa vie du moment qu'elle se marie très tôt. Ce mariage lui donne un statut de femme ou de mère. Cette transition aura une influence positive sur sa vie dans la société parce que c'est grâce au mariage précoce qu'elle jouira d'un certain égard auprès des gens qui la respecteront.

La marginalisation : la virginité de la fille constitue un gage confirmant son honneur, y compris celui de sa famille. Au cas où cette fille perdrait sa virginité, ou tomberait enceinte en dehors d'une relation conjugale, elle sera renvoyée sur le champ par sa famille qui craint la honte et le déshonneur. C'est ainsi qu'elle deviendra un objet d'exploitation excessive. Celle-ci pourrait aussi subir différentes formes d'exploitation comme la violence et l'abus sexuels, l'esclavage et la domestication.

L'absence d'un certificat de naissance : lorsqu'une fille vient au monde, ses parents ne prennent pas l'initiative de l'enregistrer, c'est-à dire que cette fille n'aura aucune identité juridique. Autrement dit, rien ne prouve qu'elle soit mariée très tôt, ce qui donne au mariage précoce la légitimité et le rend incontestable.

Les situations d'urgence : Les conditions difficiles qui poussent l'homme à vivre dans la précarité déstabilisent la situation financière de plusieurs foyers. Ces conditions pourraient être des crises humanitaires, des conflits ou des catastrophes naturelles. Face à ces conditions lamentables, les filles se voient comme un fardeau dont il faut se débarrasser, ce qui incite leurs parents à procéder à un mariage précoce et forcé.



Comme le mariage précoce a de nombreuses causes défavorables, il dispose aussi de conséquences si graves. Celles-ci impactent négativement la vie d'une fille subissant ce genre de mariage ainsi que sa famille. Nous citons à titre d'exemple :

Violence et abus sexuels : les mariages précoces entrainent très souvent violence et abus sexuels de la part du mari et ces relations sont très forcées de sorte que la femme ne peut pas les supporter vu qu'elle n'est pas encore apte à subir ce type de rapports. En fait, une fille âgée de moins de dix-huit ans n'est pas assez mûre physiquement. Celle-ci est encore très fragile. Le mariage précoce l'expose donc à différents types de violence alors qu'en principe sa place aurait été à l'école parmi ses camarades pour s'instruire, jouer et vivre pleinement son enfance en compagnie d'autres enfants. D'ailleurs, la violence subie par toutes ses filles laisse des plaies impansables qui impactent d'une manière défavorable leur état psychique.

Risques pour la santé : les grossesses précoces peuvent générer la mort de la jeune fille. Elles entraînent non seulement la mort de la petite mère, mais aussi celle du fœtus. A cela s'ajoute la possibilité d'attraper une maladie sexuelle parce qu'elle n'ose pas négocier le rapport sexuel avec son mari, ce qui aggrave la situation. Ces risques sont dus à sa fragilité physique d'où l'interdiction du mariage précoce qui s'avère désormais urgente puisque plus on tarde à mettre en place des lois interdisant ce mariage, plus on participe à la mort de jeunes filles à la suite de grossesses précoces.

La déscolarisation : la plupart des filles mariées forcément se considèrent comme adultes et par conséquent il leur est difficile de poursuivre leur scolarité. De ce fait, les mères qui n'ont pas été scolarisées ne peuvent en aucun cas bien éduquer leurs enfants. Elles doivent se donner aux tâches ménagères et à l'éducation des enfants. En fait, l'éducation des filles doit être une obligation car ce sont elles qui deviendront les mères des générations à venir. Donc, en l'absence de l'éducation des filles, on ne pourrait pas parler de la promotion de la société puisque l'enfant passe presque tout son temps avec sa mère.

La continuité du statut inférieur de la femme : le mariage précoce ne permet pas aux filles mariées très tôt de changer de statut. Ainsi, on les empêche de s'épanouir et de participer au progrès de leur communauté au même titre que les hommes, ce qui représente une véritable injustice. De plus, il suffit seulement de faire confiance aux filles pour savoir de quoi elles sont capables. Plusieurs filles se battent aujourd'hui pour avoir un bon statut social et prouver à la société que sans l'intégration des femmes, un vrai progrès social sera impossible. C'est pourquoi la plupart des filles, de nos jours, refusent de se marier très jeunes de crainte d'être victimes du mariage précoce.

Le carcan de la pauvreté : le mariage précoce empêche les jeunes filles d'aller de l'avant, ce qui les éloigne de la réussite sociale, les isole de leurs familles et les enferme dans le carcan de la pauvreté et la misère. En effet, ces jeunes filles ont le droit de réaliser leurs rêves, de vivre dignement et de s'ouvrir sur la société. En d'autres termes, il faut leur donner l'occasion d'améliorer leur condition, par exemple, les parents ne doivent pas prendre la décision à leur place. Si la fille refuse le mariage précoce pour des raisons très personnelles, personne n'a le droit de la forcer à se marier très jeune et par conséquent exposer sa vie au danger.

Le mariage précoce a également d'autres conséquences très lourdes non seulement sur la fille, mais aussi sur ses enfants, sa famille et son entourage telles que : les avortements non médicaux, les divorces, les veuvages fréquents, les décès à la suite d'accouchements compliqués ainsi que l'augmentation du taux de mortalité.



Après avoir cité les causes et les conséquences du mariage précoce, nous pouvons également énumérer quelques solutions susceptibles de faire reculer ce fléau. Nous proposons en guise de suggestions :

-La sensibilisation auprès des parents et des autorités pour les rendre conscients du danger des mariages précoces et les inciter à doter les filles de leurs droits fondamentaux.

-la conscientisation des jeunes et des enfants de leurs droits et les pousser à les revendiquer.

-La création d'un milieu éducatif où les enfants notamment les filles peuvent poursuivre leurs études dans des conditions favorables qui répondent à leurs attentes (l'installation de points d'eau potable, infrastructures sanitaires correctes, des espaces verts, etc.).

-La lutte contre les contraintes qui rendent l'enseignement difficile comme les frais de scolarité, l'absence du bon équipement et la violence scolaire.

-La lutte contre le travail des enfants : la place d'une fille âgée de moins de dix-huit est censée être l'école.

- l'encouragement de la scolarité des filles en créant des aides pour permettre à leurs parents de les envoyer aux écoles et ce en les incitant à développer leurs revenus de manière à ne pas exploiter leurs filles ou les faire marier de force pour obtenir une dot.

- La réinsertion des filles aux écoles et l'offre d'une bourse pour les aider à poursuivre leurs études.

-L'intervention afin d'arrêter le mariage précoce parce qu'il influe négativement sur la vie de jeunes filles.

-L'éradication de la pauvreté et de la faim.

-La promotion de l'égalité des genres.

-La réduction de la mortalité infantile.

-L'amélioration de la santé maternelle.

-L'assurance d'une bonne éducation pour tous.


En guise de conclusion, nous pouvons déduire de tout ce qui précède que le mariage précoce et forcé est une pratique très complexe et néfaste. Plusieurs causes en sont à l'origine. Elles sont très multiples. Nous avons pu en citer quelques-unes comme les inégalités des genres, la pauvreté, les traditions, le statut inférieur de la femme, la discrimination, l'insécurité, l'ignorance des parents, la pression sociale, l'absence de certificat de naissance, les situations d'urgence et j'en passe. Le mariage précoce détient aussi des répercussions négatives sur les filles qui le subissent très jeunes. Nous avons mentionné plusieurs effets négatifs de ce fléau, parmi lesquels nous avons signalé : les violence et abus sexuels, les risques pour la santé, la déscolarisation, la continuité du statut inférieur de la femme, le carcan de la pauvreté sans pour autant prétendre cerner toutes les conséquences qui pourraient en résulter. Par ailleurs, il existe aussi beaucoup de solutions qu'on a essayé de suggérer pour contribuer à l'éradication de ce phénomène telles que la sensibilisation auprès des parents et des autorités par tous les moyens possibles (école, médias, mosquées...) aux méfaits que peut générer le mariage précoce à court et à long terme. De plus, il faut en parler aux jeunes notamment les filles et les inciter à revendiquer leurs droits fondamentaux. Il faut lutter contre l'analphabétisation des filles en leur permettant de poursuivre leur scolarité comme les garçons parce qu'elles ont droit, elles aussi, à la scolarisation. Il est aussi impératif d'éradiquer tout d'abord la pauvreté et la faim parce que c'est ce genre de difficulté qui pousse très souvent les parents à accepter de marier leurs filles très jeunes et forcément. Il faudrait également mettre en place des lois qui pénalisent le mariage précoce. A mon avis, quand une fille est mariée très jeune, cela ne veut pas dire que sa famille sera honorée. C'est vrai que les parents acceptent ce mariage pour des raisons qui les dépassent, mais cela ne leur donne pas le droit d'exposer la vie de leur fille au risque. Je crois que la meilleure façon de protéger une fille, ce n'est pas de l'enfermer dans une maison où on la soumet à des travaux domestiques pénibles, c'est, au contraire, de l'envoyer à l'école afin de la rendre cultivée, responsable et consciente des décisions qu'on prend à sa place. C'est ainsi que la fille récupère sa liberté qu'on lui a volée et pourra améliorer sa situation sociale et contribue au progrès et à l'épanouissement de sa vie et de son pays.


Moteur de recherche

Derniers articles sur le forum

confidentialite