Communication en classe de langue (compte rendu)


AZMI ABDALLAH (?) [2 msg envoyés ]
Publié le:2018-10-05 10:14:04 Lu :1632 fois
Rubrique :Espace enseignants  
  • 3.0 stars
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
1 vote    3/5


Compte rendu des documents :

Communication en classe de langue

Les consignes au cœur de la classe Jean-Michel zakhartchouk

L'apprentissage d'une langue s'appuie sur des approches ; parmi ces méthodes, on peut citer : l'approche communicationnelle. En effet, l'approche communicationnelle traditionnelle (lire, écrire, réagir…) ne satisfait plus l'envie de la nouvelle génération. De ce fait, il faut élaborer des plans et des stratégies sérieuses afin de donner plus de vie aux interactions dans les classes de langue. Communiquer, c'est entrer dans une relation d'échange verbal et non-verbal, pour y parvenir la communication au sein de la classe s'appuie sur ses deux types primordiaux ; verbale et non-verbale.

Le premier type d'échange qui se base sur le verbal, se répartie en plusieurs catégories et composantes. La communication didactique est une notion qui s'appuie sur l'art de la consigne, c'est-à-dire se, elle se pose sur la relation qui unit le professeur et l'apprenant : dire ce qui est à faire et faire ce qui est dit. Dès lors, quant à la communication imitée celle-ci s'appuie sur divers objectifs qui visent la consolidation des acquis oraux et écrits à partir des exercices, lesquels déterminent les compétences à améliorer et les buts à atteindre. Pour ce qui est de la communication réelle, ce genre d'échange met en évidence des propos qui accentuent le vécu des locuteurs, cela pourrait être une situation de communication qui est réelle et qui exige l'utilisation et l'emploi de tout ce que l'apprenant a étudié et a appris à l'école, c'est comme, par exemple entrer dans une discussion autour d'un thème dans un débat ou beaucoup plus précisément : indiquer un endroit à un touriste français. Il existe encore plusieurs types de communication et de partage verbal qui s'appuie sur la langue, la communication simulée donne naissance à ce genre de situations ou les interlocuteurs discutent et débâtent un sujet afin de y trouver une solution ou prendre une décision amiable, et dans ce genre d'échange on doit sûrement trouver les composants essentiels, comme : les interlocuteurs, les trous d'informations, le but à atteindre et le message à transmettre, mais, il n'y a pas de vrai engagement personnel.

Jean-Michel Zakhartchouk examine la consigne de deux optiques différentes : l'aspect didactique et l'aspect pédagogique. Donner la consigne est une fonction chère au professeur, mais, il faut veiller à ce qu'elle soit homogène et adéquate avec le groupe-classe. Donc, la consigne se basera aussi sur deux piliers, un registre sociologique et autre cognitif. Formuler et choisir la consigne reste un signe avant-coureur d'une tache bien faite. De ce fait, nous devons laisser l'apprenant faire la tâche en intervenant souvent pour redire et reformuler la consigne. Pourtant, pour cerner cette thématique épineuse, il faut favoriser des démarches métacognitives, la mise en place des outils de référence et l'engagement d'une réflexion sur le sens de la consigne à l'école. Une bonne consigne garde toujours vif le fil de Marianne, lequel garantis une bonne communication entre l'apprenant et l'enseignant.

Il appert que le verbal ne sois point la seule face de ce médaillon qui est la communication. Aussi, existe-t-il un autre type lequel est universel et commun, la communication non-verbale dépasse et surpasse le verbal par le biais du langage corporel qui passe de la parole des mots aux silences du corps et aux expressions du visage. La communication sans parole se focalise et donne vie à divers aspects et composantes. La mimique, le visage, les yeux qui sont selon De Vinci le miroir de l'âme, le sourire qui est le premier contact entre la mère et son enfant sont des vrais signes avant-coureurs d'une communication réussie. S'ajoute à cela, la prépondérance de la proxémie, l'hépatique, la posture, la kinésie, le gestuel, la voix, l'olfaction, les couleurs, le silence, l'image…etc. Ce sont tous des aspects observables, grâce auxquels l'âme communique ses desseins par le truchement du corps. Ce dernier est un mécanisme très fructueux que si on adapte les traits du corps à la langue, on deviendra par conséquent un bon vivant qui fera du langage toute une vie qui mérite d'être vécue.


Moteur de recherche

Derniers articles sur le forum
Pathétique ou tragique ? 5  réponses |  Vu 668 fois


confidentialite