Commentaire grammatical sur le pronom (la fortune des rougon)


GUERBELMOUS Noura  (Agrégatif) [19 msg envoyés ]
Publié le :2017-04-11 10:01:26   Lu :981 fois
Rubrique :Agrégation  
  • stars
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5



Commentaire grammatical sur le pronom

présenté par

Nora GUERBELMOUS


Support : « Ce fut ainsi que ce grotesque,…sans qu'il crût à une délicate flatterie. », La Fortune des Rougon d'Émile ZOLA, éd. Gallimard, chap. VII, p.p.416-417.


Le mot « pronom » provient du latin « pronomen » qui dénote « à la place d'un nom ». L'on l'appelle également « le substitut du nom » puisque le pronom est une catégorie syntaxique qui reprend un nom voire un syntagme nominal. Il présente des propriétés sémantiques et des fonctionnements référentiels très variés. L'on distingue divers types de pronoms : pronoms personnels, indéfinis, possessifs, démonstratifs, relatifs, interrogatifs, etc.

Le pronom assure les mêmes fonctions que le substantif qu'il reprend : sujet, COD ; COI, complément d'adjectif, CC, etc.

L'on a repéré dans le présent texte plusieurs occurrences du pronom. Nous avons choisi comme principe de classification la fonction syntaxique du pronom. Ainsi nous distinguons 25 pronoms assurant la fonction de sujet ; 3 celle de COD ; 3 celle de COI ; 3 celle de CC et un seul celle de complément d'adjectif.

Pour ce qui est des pronoms qui assurent la fonction de sujet, nous remarquons que le pronom personnel inaccentué (atone) « il » jalonne l'extrait en question. Ses occurrences figurent aux lignes (l.2) ; (l.4) ; (l.16) ; (l.19) ; (l.20) ; (l.20) ; (l.25) qui assurent respectivement la fonction de sujet du verbe « avait mis » (l.2) ; des deux verbes impersonnels « faut » (l.4) et « avait fallu » (l.16) ; de la locution verbale « eut conscience »(l.19) ; « prétendit »(l.20) ; la périphrase verbale à l'aspect inchoatif « s'était mis à taper »(l.20) ; « crût »(l.25).

A la (l.23), nous avons le pronom personnel inaccentué (atone) « vous » qui est sujet du verbe « savez ».

Quant au pronom personnel accentué (tonique) « lui » (l.20) renforcé par l'adjectif indéfini « même » dans « lui-même », l'on hésite de déterminer sa fonction syntaxique. Soit l'on lui confère la fonction de sujet de la locution verbale « eut conscience » (l.19). Or, celle-ci a déjà un le pronom personnel « il » pour sujet. Soit il assure la fonction d'une apposition qui sert d'anaphore grammaticale (pronominale) mettant l'accent sur le sujet « il » (l.19).

De plus, le pronom indéfini « on » est récurrent dans le passage en question. L'on l'a relevé aux lignes 5 ; 6 ; 11 ; 18 ; 22 ; 24. Il est respectivement sujet du verbe « parlait » (l.5) ; « plaisantait » (l.6) ; « nommait » (l.6) ; « devait » (l.11) ; «connaissait » (l.18) ; «appela» (l.22) ; la périphrase verbale « put prononcer » (l.22).

Alors que nous n'avons trouvé qu'une seule occurrence du pronom indéfini «personne», sujet du verbe « osa rire » (l.2).

De surcroît, nous avons le pronom démonstratif neutre « ce » aux lignes (l.1) ; (l.11) qui est sujet du verbe « fut ». Il est à signaler que la première occurrence de ce pronom figurant dans la locution démonstrative « ce fut » (l.1) suivie de la conjonction « que » forment le gallicisme « ce fut ainsi que ».

A la (l.7), l'on a dégagé le pronom démonstratif neutre à la forme élidée « c' » qui est sujet du verbe « était ».

Le pronom démonstratif neutre de forme renforcée « cela » (l.21) assure la fonction de sujet du verbe « doubla » (l.22).

Les deux pronoms démonstratifs de forme simple « ceux » (l.12) suivi chacun du pronom relatif « qui » (l.12) introduisant chacun une proposition constituent le sujet du verbe « parlèrent » (l.13).

Il est à souligner l'emploi particulier du pronom démonstratif de forme simple « ceux » qui ne peut pas s'employer tout seul ; il doit être accompagné d'un pronom relatif.

En outre, le pronom relatif « qui » aux lignes 8 ; 12 ; 23 dont l'antécédent est respectivement le groupe nominal «ces messieurs » ; le pronom démonstratif de forme simple masc. plur. «ceux » et le groupe nominal « le monsieur ». Ces trois pronoms relatifs assure chacun la fonction syntaxique respectivement de sujet du verbe « frissonnaient » (l.8) ; « avaient raillé » (l.12) ; « avaient traité » (l.12) ; « a sonné » (l.23).

Par ailleurs, nous avons repéré 3 occurrences de pronoms assurant la fonction de COD dont le pronom personnel « le » à la (l.6) est COD du verbe « nommait ».

Par surcroît, le pronom personnel de forme élidée « l' » masc. sing. qui reprend un nom masc. propre « Granoux » (l.22) et fém. sing. qui reprend « la phrase » (l.24) est respectivement COD du verbe « appela » et « eût prise ».

De plus, nous avons dégagé, dans le passage en question, 3 occurrences de pronoms assurant la fonction de COI que sont les trois pronoms relatifs « dont » à deux reprises aux lignes 2 et 19 reprenant respectivement le groupe prépositionnel « de ce terrible monsieur » et le groupe prépositionnel « de ce mensonge innocent » en plus du pronom relatif de forme composée « auquel » (l.11) remplaçant le groupe prépositionnel « à l'homme énergique ». Ces trois pronoms relatifs assurent chacun respectivement la fonction de COI du verbe « osa rire », de la locution verbale « eut conscience » et du verbe « devait ».

Une seule occurrence de pronom dont la fonction est complément d'adjectif figure à la ligne 14. Il s'agit du pronom relatif « dont » qui reprend le groupe prépositionnel « du grand citoyen » et qui est complément de l'adjectif qualificatif « glorieux » attribut du sujet « Plassans ».

Quant aux pronoms assurant la fonction syntaxique de CC, nous avons repéré aux lignes 5-6 et 25 respectivement le pronom relatif composé « laquelle » précédé de la préposition « dans » constituant ainsi le groupe prépositionnel « dans laquelle » régi par « dans » qui remplace le groupe prépositionnel « dans la mairie » et le pronom personnel inaccentué (atone) « lui » dans le groupe prépositionnel « devant lui » lesquels sont CCL respectivement du verbe « avait été blessée» de la périphrase verbale « put prononcer».

Le pronom personnel « lui » dans le groupe prépositionnel « sans lui » (l.21) assure la fonction de CC de privation du verbe « se trouvaient massacrés ».


En définitive, nous pouvons dire que le texte regorge de pronoms relevant de diverses natures grammaticales ainsi les pronoms personnels, indéfinis, démonstratifs et relatifs qui assurent diverses fonctions syntaxiques : sujet, COD ; COI, complément d'adjectif, CCL et CC de privation .




Vous aimez cet article ? Partagez-le sur


InfoIdentification nécessaire
   Identifiant :
   Passe :
   Inscription
Connexion avec Facebook
                   Mot de passe oublié

confidentialite Google +