Commentaire grammatical sur le morphème "de"


GUERBELMOUS Noura (?) [23 msg envoyés ]
Publié le:2017-04-11 09:54:49 Lu :2665 fois
Rubrique :Agrégation  


Commentaire grammatical sur

le morphème «de»

présenté par Nora GUERBELMOUS



Support : fragments 19 à 26 extraits des Pensées de Blaise PASCAL, éd. Classiques Garnier 2011, p.p. 164-166.


Le commentaire en question a pour objet d'étudier le morphème «de» dans les fragments 19 à 26 extraits des Pensées de Blaise PASCAL.

Le morphème «de» est une partie du discours invariable dont la nature grammaticale est «préposition» qui peut joindre soit un nom, un pronom, un adjectif, un infinitif, etc. à un autre terme (nom ; verbe, etc.) tout en établissant un rapport entre les deux.

Ainsi l'on dit que la préposition «de» appartient à la catégorie générale des mots de relation comme les conjonctions de coordination et de subordination.

La préposition «de» peut revêtir une forme simple «de» ou faire partie d'une locution prépositive «hors de», fr.26, l.5 ; ou encore «au-dedans de» fr.26, l.1.

Par ailleurs, il est à souligner que la préposition «de» se contracte avec l'article défini «le» ou «les» dit «article indéfini partitif» qui précède et détermine les noms n'étant pas comptables «du thé» ; «de la tisane» ; «des épinards» ; «des confitures» ou encore «des ténèbres» fr.19, l.3, p.164.

La préposition «de» peut introduire des mots qui sont «sujet» ; «apposition» ; «épithète» ; «complément du nom» ; «complément du pronom» ; «complément de l'adjectif» ; «COI» ; «COS» ; «CCL» etc.

Notre principe de classement porte donc sur le classement fonctionnel du morphème «de».

Nous envisageons ainsi de focaliser notre analyse syntaxique du morphème «de», dans un premier temps, sur la fonction du partitif. Et dans un second temps, sur le classement fonctionnel de la préposition «de».

Dans le présent corpus, nous avons relevé uns seule occurrence du partitif dans : «des ténèbres impénétrables»» fr.19, l.3, p.164.

Nous avons, dans cet exemple, l'article indéfini partitif «des» qui est en principe une forme contractée de la préposition «de» et de l'article défini «les» et qui précède un substantif incomptable qu'est «les ténèbres». Le partitif «des» assure la fonction de déterminant du substantif «ténèbres».

Par ailleurs, nous avons repéré 7 occurrences de complément du nom introduits par la préposition «de».

Dans le fr.22, l.2-3, nous avons relevé «la misère de l'homme» : le groupe prépositionnel «de l'homme» dont le noyau est la préposition «de» introduisant le groupe nominal l'homme remplit la fonction de complément du nom «misère».

De plus, dans le fr.22, l.4, l'on a repéré «La vanité des plaisirs» : le groupe prépositionnel «des plaisirs» dont le noyau est la préposition «de» se contractant ici avec l'article défini «les» introduisant le groupe nominal «les plaisirs » assure la fonction de complément du nom «vanité».

De même, dans «La réalité des maux» figurant dans le fr.22, l.5, le groupe prépositionnel «des maux» dont le noyau est la préposition «de» se contractant ici avec l'article défini «les» introduisant le groupe nominal «les maux» remplit la fonction de complément du nom «réalité».

Dans le fr.23, l.1-2, nous avons dégagé «La connaissance d'une religion» : le groupe prépositionnel «d'une religion» dont le noyau est la préposition à la forme élidée «d'» introduisant le groupe nominal « une religion» assure la fonction de complément du nom «connaissance».

Dans le fr.25, l.4, l'on a relevé «une idée de la vérité» : le groupe prépositionnel «de la vérité» dont le noyau est la préposition «de» introduisant le groupe nominal «la vérité» remplit la fonction de complément du nom «idée».

Dans «Preuves de la religion» figurant dans le fr.21, l.1, le groupe prépositionnel «de la religion» dont le noyau est la préposition «de» introduisant le groupe nominal «la religion» assure la fonction de complément du nom «Preuves».

Dans le fr.25. l.2, nous avons repéré «une impuissance de prouver», le groupe prépositionnel «de prouver invincible à tout le dogmatisme.» dont le noyau est la préposition «de» introduisant le groupe verbal «prouver invincible à tout le dogmatisme. » remplit la fonction de complément du nom «impuissance».


En outre, nous avons dégagé dans ce corpus 3 occurrences de complément de l'adjectif introduits par la préposition «de».

Dans le fr.20, l.3, nous avons relevé «Nous sommes incapables de ne pas souhaiter la vérité» : le groupe prépositionnel «de ne pas souhaiter la vérité» dont le noyau est la préposition «de» introduisant le groupe verbal à la forme négative «ne pas souhaiter la vérité» assure la fonction de complément de l'adjectif qualificatif «incapables» attribut du sujet «Nous».

Dans le fr.20, l.4, l'on a dégagé «. et sommes incapables ni de certitude ni de bonheur» : les deux groupes prépositionnels coordonnés par la conjonction de coordination «ni» : «de certitude » dont le noyau est la préposition «de» introduisant le substantif «certitude » ; et «de bonheur» dont le noyau est la préposition «de» introduisant le substantif «bonheur» ; remplissent la fonction de complément de l'adjectif qualificatif «incapables» attribut du sujet «Nous».


De surcroît, nous avons identifié dans ces fragments 4 occurrences de complément d'objet indirect introduits par la préposition «de».

Dans le fr.22, l.1, l'on a repéré «Salomon et Job ont le mieux connu et le mieux parlé de la misère» : le groupe prépositionnel «de la misère» dont le noyau est la préposition «de» introduisant le groupe nominal «la misère» remplit la fonction de COI du verbe «ont parlé».

Dans «Je blme également et ceux qui prennent parti de louer l'homme » figurant dans le fr.24, l.1. : le groupe prépositionnel «de louer l'homme» dont le noyau est la préposition «de» introduisant le groupe verbal «louer l'homme» dont le noyau est le verbe «louer» ayant pour COD le groupe nominal «l'homme»assure la fonction de COI de la locution verbale «prennent parti ».

De même, dans le fr.24, l.2. «et ceux qui le prennent de le blmer», le groupe prépositionnel «de le blmer» dont le noyau est la préposition «de» introduisant le groupe verbal «le blmer» dont le noyau est le verbe «blmer» ayant pour COD le pronom personnel «le» qui reprend le groupe nominal «l'homme»remplit la fonction de COI de la locution verbale «le prennent » de sorte que le pronom personnel «le» reprend le substantif «parti».

En outre, dans le fr.24, l.2-3. «et ceux qui le prennent de se divertir» : le groupe prépositionnel «de se divertir» dont le noyau est la préposition «de» introduisant le verbe «se divertir» assure la fonction de COI de la locution verbale «le prennent » de sorte que le pronom personnel «le» remplace le nom «parti».


En plus d'une seule occurrence d'un complément d'objet second qui figure dans le fr.23, l.1 «toutes ces contrariétés qui semblaient le plus m'éloigner de la connaissance».

Ici, le groupe prépositionnel «de la connaissance» dont le noyau est la préposition «de» introduisant «la connaissance » remplit la fonction de COI du verbe pronominal «m'éloigner » dont le COD est le pronom personnel atone (inaccentué) «m'».


Par surcroît, 3 occurrences de compléments circonstanciels de lieu figurent dans ce corpus introduits par la préposition «de».

Dans le fr.19, l.1-2, nous avons repéré «Il est visiblement égaré et tombé de son vrai lieu», le groupe prépositionnel «de son vrai lieu» dont le noyau est la préposition «de» introduisant le groupe nominal «son vrai lieu » dont le noyau est le substantif «lieu» surdéterminé par le déterminant possessif «son» et par l'adjectif qualificatif épithète antéposé «vrai» assure la fonction de CCL du verbe «est tombé ».

Nous avons dégagé également dans le fr.26, l.1. «Rentrez au-dedans de vous-même.». Le groupe prépositionnel «au-dedans de vous-même» dont le noyau est la locution prépositive «au-dedans de» introduisant le pronom personnel accentué (tonique) «vous-même» assure la fonction de CCL du verbe «Rentrez ».

De même, dans le fr.26, l.5. «Le bonheur n'est ni hors de nous ni dans nous. », le groupe prépositionnel «hors de nous» dont le noyau est la locution prépositive «hors de» introduisant le pronom personnel «nous» remplit la fonction de CCL du verbe «est ».


En somme, nous avons traité du morphème «de» dans le corpus en question en tant que partitif et préposition.

A la différence du partitif qui ne remplit que la fonction de déterminant, la préposition «de» comme nous l'avons vu au long de notre commentaire, assure divers rôles syntaxiques tributaires des mots ou des groupes de mots (COI ; COS ; CCL ; Complément du nom.) que cette même préposition introduit.

Seulement, il est à signaler que l'on a relevé dans le fr.20, l.6. «d'où nous sommes tombés». Nous avons ici la locution adverbiale «d'où» dont la préposition à la forme élidée «d'» se contracte avec l'adverbe de lieu «» et qui introduit la proposition «nous sommes tombés» remplit la fonction de CCL du verbe «sommes tombés ».


Moteur de recherche

Derniers articles sur le forum
Travaux encadrés  Vu 456 fois
CPGE programme 2023-2024  Vu 12492 fois
Art oratoire  Vu 762 fois


confidentialite