Colloque national : le roman marocain de langue française : nouvelles écritures, nouvelles lectures


marocagreg (Admin) [2306 msg envoyés ]
Publié le :2019-01-05 19:24:00 Lu :847 fois
Rubrique :  
  • stars
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5


logo Flsh Ibn Zohr-Agadir

Colloque national

Le roman marocain de langue française : nouvelles écritures, nouvelles lectures

Du 18 au 20 avril 2019- UIZ Agadir

Laboratoire Langue, Littérature, Culture et Identité (LLCI)

Présentation

Nul ne viendrait à l'écriture de nulle part et nulle œuvre de fiction n'a ontologiquement rien de fictif. De ce fait, le conditionnement anthropologique du texte littéraire relève d'une mathesis qui hante l'esprit des grands textes. Aux grands maux donc les grands mots. Telle est la devise de la civilisation littéraire. L'impérium des questionnements humains s'impose à la question littéraire.

logo Flsh Ibn Zohr-Agadir
Tel est l'esprit de ce colloque qui ambitionne d'interroger la production romanesque marocaine et l'évaluation critique qui en est faite mais en ne conviant à la question que les nouvelles voix dont la profusion éditoriale nous impose une seconde lecture à l'aune des bouleversement tous azimuts que connaît la société marocaine.

Il faut dire que la désignation cartographique, qui a longtemps présidé au destin de la publication romanesque chez nous, alimentant ainsi le traditionnel enthousiasme pour les écrits orientaux, est renouvelée par de jeunes talents nourris de valeurs universalistes. Laâbi avait parlé en 2006 de “Movida littéraire“ pour qualifier cette effervescence. Nous proposons à nos communicants de nous apporter cette seconde réflexion sur les nouveaux territoires de la production romanesque où la matière l'emporte souvent sur la manière, partagée entre l'ancrage dans la réalité du pays (Nedali), l'œil scrutateur au sarcasme voltairien (Laroui), la profondeur métaphysique en lieu et place du banal épanchement sentimental (Jayed), les formules dépaysantes et triomphalement abouties (Slimani), le procès culturel via une parole dissidente qui investit rageusement l'hexis corporelle (Taia), un nouveau regard cosmopolite (Baida)… Aussi quelques thématiques portées par l'actualité sont-elles relayées par l'expression romanesque comme le fanatisme religieux, les nouveaux défis de l'émigration-immigration… Cet inventaire reste peu suffisant.

Rappelons-nous dans ce cadre l'appréciation d'Abdellah Laroui qui avait eu l'audace de qualifier la littérature maghrébine d'expression française de transitoire, circonstancielle et peu expressive, ne faisant que quémander quelque adoubement. Il faut dire que ce vieux problème de la ‘'co-exitence'' (Lâabi) avec la langue française, largement discuté par les souffleurs d'antan, n'est pas définitivement résolu, et même que les gardiens du Temple soufflent frénétiquement dessus à l'occasion pour mettre en avant les vertus de l'héritage puisque cette autre langue est toujours perçue non point comme un accessoire médiatique et de médiation mais comme la langue de l'autre, un diabolique instrument culturel.

Il nous revient donc de déterminer, à travers ce rajeunissement littéraire auquel nous assistons, le degré d'autonomie de nos littérateurs et s'ils seraient arrivés à une réelle maturité qui leur assurerait une place de choix parmi les animateurs du champ littéraire francophone. L'occasion de vérifier également à quel point la pluralité apportée par cette langue impudique fait la chasse à l'unanimité prônée par la langue adamique.

Une telle expertise ne saurait être portée que par une solide tradition de critique littéraire. Nous nous proposons à cet effet d'examiner la façon dont nos critiques s'emparent de la production romanesque, d'interroger la recherche académique portant sur ce pan de la culture et vérifier le rôle joué par quelque presse spécialisée, sa viabilité et dire à quel point aurait-elle une incidence sur le lectorat.

Axes suggérés :

  • Le lien entre le rajeunissement littéraire et l'autonomisation du champ culturel.

  • Les nouveaux territoires de l'expression romanesque et l'émergence de nouvelles sensibilités.

  • L'expression transgressive de quelques plumes rebelles et l'esprit de fronde.

  • L'usage de la langue française comme élément propice à une diversité éditoriale.

  • Le romancier marocain entre universalisme et crispations identitaires et culturelles.

  • Récits et lisibilité anthropologique du corps social.

  • L'expression romanesque et la question de l'interculturel.

  • Le renouveau identitaire dans les nouvelles expressions romanesques.

  • Le roman marocain entre la pluralité éditoriale et l'immobilisme culturel.

  • La production romanesque face à l'évaluation critique.

Comité scientifique :

- Hassan Wahbi (FLSH – Agadir)

- Abdelkhalea Jayed (FLSH – Agadir)

- Aziz Belkaz (FLASH – Aït Melloul)

- Zohra Makach (FLSH – Agadir)

- Rabia Maaroufi (FLSH – Agadir)

- Wafa Ait Kaikai (FLASH – Aït Melloul)

- Ayad Alhyane (FLSH – Agadir)

- Mohamed Afakir (FLSH – Agadir)

- Hicham Bouchaib (FLSH – Agadir)

- Elhoussine Diane (FLSH – Agadir)

Comité d'organisation :

- Aziz Belkaz (Coordinateur) E-mail : a.belkaz@uiz.ac.ma / Tel. 0662052703

- Abdelkhalea Jayed

- Zohra Makach

- Rabia Maaroufi

- Jamila Ahnouch

- Fatiha Afryad

- Fatiha Makach

- Zahra Taïfour

- Aicha Bara

- Brahim Ait Omar

- Khadija Youssoufi

- Etudiants FLASH / Doctorants / Master TCD





Sujets similaires
Colloque international sociologie et littérature : une relation incestueuse ? (appel à communications)
Colloque national : "représentations de l'exil" - fès-saïs
Fps - colloque international : littérature et réalité : regards croisés.
Colloque international
Fps safi - colloque international : « le cinéma et la musique »


InfoIdentification nécessaire
Identifiant :
Passe :
Inscription
Connexion avec Facebook
Mot de passe oublié

confidentialite Google +