Bon courage...


Idoubiya Rachid (Inspecteur) [1281 msg envoyés ]
Publié le:2012-04-06 23:28:17 Lu :426 fois
Rubrique :Affaires administratives et syndicales  

Je suis très heureux pour M.Laouadi Ahmed qui vient d'écrire un très bon texte! Au niveau de la forme comme au niveau du fond! Très bonne description qui donne du plaisir à sa lecture. La déception des inspecteurs, je peux vous en donner des centaines de témoignages ici et ailleurs! C'est à dire que même en France, en Belgique, au Canada, pour ne citer que les pays francophones, la question épineuse du rapport d'inspection et le côté humain font défaut à ce métier! Comme a été bien dit par un des collègues, le rapport de l'inspection requiert et l'administratif et le pédagogique...Par pédagogique, j'entends les remarques que Monsieur l'inspecteur pourrait donner le jour de l'inspection...
Mais ce qui fait défaut à beaucoup d'inspecteurs, c'est la pédagogie des adultes! Certains parmi eux croient qu'ils s'adressent à des adolescents ou à de jeunes apprentis, et non à des personnes mûres, ayant à assumer une grande responsabilité...
De toute façon, la relation entre le corps des enseignants et le corps des inspecteurs est ambiguë, car parmi les tches de l'inspecteur on peut citer l'encadrement - ne l'appelle-t-on pas "l'encadreur"? En plus de l'encadrement, il y'a la tche de la formation continue, l'assistance et la motivation des enseignants: au niveau pédagogique et au niveau psychologique...
Cela en théorie. Mais dans la pratique, cela dépend de l'inspecteur lui-même, sa personnalité, sa formation, son expérience, et sa motivation...
Je reviens maintenant à l'ambiguïté de la relation avec M. l'inspecteur. Lorsqu'il vient inspecter un enseignant, qu'est-ce qu'il fait au juste? Il entre à l'improviste, il s'assoie et il observe. Il prend des notes et il engage un entretient. Il avance des remarques au niveau de la maîtrise du contenu du cours, de la gestion de l'espace dans la classe et celui du tableau, du rapport avec les élèves, de l'écriture du cahier de texte, du cahier journal et de la fameuse fiche pédagogique. Il finit par donner un rapport avec des appréciations et parfois une note...
Mais le rapport est faussé dès le départ! Pourquoi? Mais parce que l'enseignant est déjà titulaire, il a déjà une formation de base! L'inspecteur devrait normalement venir après deux, trois ou quatre ans pour voir et apprécier l'évolution de l'enseignant! Mais sur une base contractuelle! Comment? La chose est simple: l'inspection n'est pas un concours où la chance - qu'on le veille ou non peut jouer un rôle - , l'inspection doit être le couronnement d'un contrat entre l'inspecteur et l'inspecté! Un inspecteur ne pourra pas évaluer toutes les compétences d'un enseignant! Et puisqu'il ne peut pas le faire, donc il doit élaborer des choix!
COMMENT? Au début de chaque année, l'inspecteur doit avoir son propre projet d'inspection. Il élabore un programme en fonction des besoins et des demandes des enseignants sous sa responsabilité. Par exemple une formation autour des activités orales, ou autour de la lecture méthodique... Ce n'est qu'après la formation que l'inspecteur vient pour voir et noter les progrès de l'enseignant inspecté, et non avant!
L'évaluation sera donc claire, transparente et équitable, basée sur des critères négociées...
Mais la réalité est autre...Espérons qu'il ait une évolution dans le métier de l'inspection et que ce corps ait des novateurs!
Une anecdote pour terminer: M. Idoubiya Rachid a eu comme première note 12/20. Il a ressenti cela comme une gifle! Après quatre ans, il a eu 13/20. Il a ressenti cela comme une deuxième gifle! Après six ans d'attente, il a eu 18/20! Une note reçue après 12 ans de travail!
A qui la faute? C'est une question qui ne se pose même pas maintenant. La vraie question et l'essentielle question est la suivante: à quoi ces deux premières notes lui ont servi? Au lieu de le démotiver, elles l'ont poussé à se surpasser, à travailler plus et beaucoup. A chercher, à rechercher, à lire, à écrire, à consulter les dictionnaires de pédagogie, de didactique, à chercher à connaître la psychologie des adolescents, etc.
Voilà à mon sens où réside la problématique M. Laouadi Ahmed. Pour reprendre une idée, que je trouve juste de l'un de nos collègues: il ne faut jamais travailler pour l'inspecteur, mais pour ses propres élèves...Il faut travailler pour le bon plaisir de bien faire, pour honorer le métier, pour l'amour du travail.
La note de l'inspection viendra lorsque votre travail sera jugé à sa juste valeur. Il faut juste laisser le temps au temps.
Et bon courage cher collègue.
Sujets similaires
Vous êtes sentimental ou cérébral ?
Contrôle d'antigone
Vous m'avez donné
Re
Mon dernier mot.

Voir tout Voir des sujets similaires

Moteur de recherche

Derniers articles sur le forum
LE PERE GORIOT  Vu 20 fois
Anarchie  Vu 143 fois
Travaux encadrés  Vu 1816 fois


confidentialite