Aux champs: étudier l'excipit


BAHHAR Hasnaa (Prof) [3 msg envoyés ]
Publié le:2021-04-11 19:35:16 Lu :605 fois
Rubrique :Projets, lectures et évaluations  
  • 0 stars
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
0 vote    /5


Lisez attentivement le texte suivant et répondez aux questions présentées ci-après :

Il prenait vingt et un ans, quand, un matin, une brillante voiture s'arrêta devant les deux chaumières. Un jeune monsieur, avec une chaîne de montre en or, descendit, donnant la main à une vieille dame en cheveux blancs. La vieille dame lui dit :

- C'est là, mon enfant, à la seconde maison.

Et il entra comme chez lui dans la masure des Vallin.

La vieille mère lavait ses tabliers; le père, infirme, sommeillait près de l'âtre. Tous deux levèrent la tête, et le jeune homme dit :

- Bonjour, papa ; bonjour maman.

Ils se dressèrent, effarés. La paysanne laissa tomber d'émoi son savon dans son eau et balbutia :

- C'est-i té, m'n éfant ? C'est-i té, m'n éfant ?

Il la prit dans ses bras et l'embrassa, en répétant : « Bonjour, maman. » Tandis que le vieux, tout tremblant, disait, de son ton calme qu'il ne perdait jamais : « Te v'là-t'i revenu, Jean ? ». Comme s'il l'avait vu un mois auparavant.

Et, quand ils se furent reconnus, les parents voulurent tout de suite sortir le fieu dans le pays pour le montrer. On le conduisit chez le maire, chez l'adjoint, chez le curé, chez l'instituteur.

Charlot, debout sur le seuil de sa chaumière, le regardait passer.

Le soir, au souper il dit aux vieux :

- Faut-i qu'vous ayez été sots pour laisser prendre le p'tit aux Vallin !

Sa mère répondit obstinément :

- J'voulions point vendre not' éfant !

Le père ne disait rien.

Le fils reprit :

- C'est-i pas malheureux d'être sacrifié comme ça !

Alors le père Tuvache articula d'un ton coléreux :

- Vas-tu pas nous r'procher d' t'avoir gardé ?

Et le jeune homme, brutalement :

- Oui, j'vous le r'proche, que vous n'êtes que des niants. Des parents comme vous, ça fait l'malheur des éfants. Qu'vous mériteriez que j'vous quitte.

La bonne femme pleurait dans son assiette. Elle gémit tout en avalant des cuillerées de soupe dont elle répandait la moitié :

- Tuez-vous donc pour élever d's éfants !

Alors le gars, rudement :

- J'aimerais mieux n'être point né que d'être c'que j'suis. Quand j'ai vu l'autre, tantôt, mon sang n'a fait qu'un tour. Je m'suis dit : V'là c'que j'serais maintenant !.

Il se leva.

- Tenez, j'sens bien que je ferai mieux de n'pas rester ici, parce que j'vous le reprocherais du matin au soir, et que j'vous ferais une vie d'misère. Ca, voyez-vous, j'vous l'pardonnerai jamais !

Les deux vieux se taisaient, atterrés, larmoyants. Il reprit :

- Non, c't' idée-là, ce serait trop dur. J'aime mieux m'en aller chercher ma vie aut'part !

Il ouvrit la porte. Un bruit de voix entra. Les Vallin festoyaient avec l'enfant revenu.

Alors Charlot tapa du pied et, se tournant vers ses parents, cria :

- Manants, va !

Et il disparut dans la nuit.


A- Contextualisation du texte



1- Complétez ce paragraphe par les informations demandées:

Ce texte est extrait de ... (Source du texte). Cette . (Genre littéraire) est publiée par .. (Auteur) en ... ( Date de publication)

2- a- A quelle phase du récit ce passage correspond-t-il? (étape du schéma narratif)

....

b- Justifiez votre réponse.

..

....

B- Analyse du texte



3- Répondez par Vrai ou Faux et justifiez vos réponses. a. Jean Vallin s'est réfugié chez ses parents biologiques après vingt et un ans. .... Justification : ....

..

b. Jean Vallin était accompagné par sa belle mère. ....

Justification : ..

..

c. Les parents de Jean Vallin l'ont accueilli à bras ouverts. ....

Justification : ..

..

d. L'arrivée de Jean Vallin a enchanté Charlot Tuvache. ....

Justification : ....

..

4- «Les parents voulurent tout de suite sortir le fieu dans le pays pour le montrer.» D'après cet énoncé :

  • Les Vallin voulaient faire parade de leur fils.

  • Les Vallin voulaient contrarier les Tuvache.

  • Les Vallin voulaient prouver à leurs voisins qu'ils ont pris la bonne décision.

a- Recopiez la bonne proposition

....

b- Justifiez votre réponse par un relevé dans le texte.

..

..

5- Identifiez la situation d'énonciation dans l'énoncé suivant : « - Vas-tu pas nous r'procher d' t'avoir gardé ? »

Qui parle ? A qui ?

Où ?

Quand ?

De quoi parle-t-il ?





6- a- Relevez dans le texte trois reprises lexicales de Charlot Tuvache.

..

..

b- Relevez dans le texte cinq mots ou expressions appartenant au champ lexical de la colère.

..

..

7- Relevez dans le texte une ellipse.

..

..

8- « La bonne femme pleurait dans son assiette. Elle gémit tout en avalant des cuillerées de soupe dont elle répandait la moitié. »

Quelle impression cet énoncé fait-il naître chez vous ?

..

..

C- Réaction personnelle face au texte



9- « - Faut-i qu'vous ayez été sots pour laisser prendre le p'tit aux Vallin ! »

a- Charlot s'est révolté contre ses parents. D'après-vous, pourquoi s'est-il comporté ainsi ?

..

..

b- Comment jugez-vous son comportement?

..

..

..

10- Certaines personnes pensent que l'adoption est une action humanitaire pour sauver les enfants se trouvant dans une situation difficile de la malnutrition, de la maltraitance, de l'abandon maternel et affectif. Partagez-vous ce point de vue ? Justifiez votre réponse par un argument pertinent.

..

..

..

Professeur : Mme BAHHAR


Fichier joint
Participez au forum pour accéder au fichier joint!
Moteur de recherche

Derniers articles sur le forum

confidentialite