Aux champs de maupassant : évalaution incipit - 32ss


moudden abdeljebbar  (Prof) [8 msg envoyés ]
Publié le :2018-01-16 18:38:59   Lu :326 fois
Rubrique :Projets, lectures et évaluations  
  • stars
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5



Lycée Rachdi Français : Evaluation n°3 et 4 semestre 1 tronc commun technologique 2017 /2018

Texte :

Les deux chaumières étaient côte à côte, au pied d'une colline, proches d'une petite ville de bains .les deux paysans besognaient dur sur la terre inféconde pour élever tous leurs petits, chaque ménage en avait quatre .devant les deux portes voisines, toute la marmaille grouillait du matin au soir. Les deux aînés avaient six ans et les deux cadets quinze mois environ ; les mariages et, ensuite les naissances, s'étaient produites à peu près simultanément dans l'une et l'autre maison .les deux mères distinguaient à peine leurs produits dans le tas ; et les deux pères confondaient tout à fait, les huit noms dansaient dans leur tête, se mêlaient sans cesse ; et, quand il fallait en appeler un, les hommes souvent en criaient trois avant d'arriver au véritable. La première des deux demeures, en venant de la station d'eaux de Rolleport, était occupée par les Tuvache, qui avaient trois filles et un garçon ; l'autre masure abritait les Vallin, qui avaient une fille et trois garçons. Tout cela vivait péniblement de soupe, de pomme de terre et de grand air. À sept heures, le matin, puis à midi, puis à six heures, le soir, les ménagères réunissaient leurs mioches pour donner la pâtée, comme des gardeurs d'oies assemblent leurs bêtes. Les enfants étaient assis, par rang d'âge, devant la table en bois, vernie par cinquante ans d'usage. Le dernier moutard avait à peine la bouche au niveau de la planche. On posait devant eux l'assiette creuse pleine de pain molli dans l'eau où avaient cuit les pommes de terre, un demi chou et trois oignons ; et toute la lignée mangeait jusqu'à plus faim. La mère empâtait elle-même le petit, un peu de viande au pot-au-feu, le dimanche, était une fête pour tous, et le père, ce jour-là, s'attardait au repas en répétant : « je m'y ferais bien tous les jours ».

Compréhension:

  1. Complétez le tableau suivant :

Titre de l'œuvre

Nom de l'auteur

Genre

Type de texte





  1. Comment appelle-t-on le début d'une nouvelle ?

  2. Quel est le temps verbal prédominant dans ce texte ? comment-expliquez-vous la prédominance de ce temps ?

  3. Quels sont les personnages évoqués dans ce passage ?

  4. Où vivent-ils ?

  5. Quels sont les noms communs qui remplacent le mot “enfant“ ? Ces mots sont-ils valorisants ou dévalorisants ?

  6. Quels sont les termes qui remplacent le mot “chaumière“?

  7. Relevez dans le texte les mots ou expressions traduisant la pauvreté (2 termes).

  8. Recopiez les phrases suivantes en écrivant en lettres les adjectifs numéraux :

Mon grand-père a plus de 80 ans. - Il a lu 19 romans de Victor Hugo. – j'ai 50227 euros.

  1. Relevez du texte deux verbes conjugués à l'imparfait et donnez leurs infinitifs.

Production écrite :

Choisissez l'un des personnages suivants (un pêcheur, un chauffeur de taxi, ou policier) et imaginez une histoire qui peut lui arriver.

Racontez cette histoire en respectant les éléments du schéma narratif.




Vous aimez cet article ? Partagez-le sur

Sujets similaires
  • évaluation, aux champs- maupassant
  • Lecture-aux champs - maupassant -5qds
  • Lecture - aux champs - maupassant - satire sociale
  • Projet séquentiel diactique n° 2: aux champs; g.maupassant,
  • Le jargon des paysans dans « aux champs » de maupassant

     Voir des sujets similaires



  • InfoIdentification nécessaire
       Identifiant :
       Passe :
       Inscription
    Connexion avec Facebook
                       Mot de passe oublié

    confidentialite Google +