Accueil   études   Forum-études


 


la communication orale

bien communiquer à l'oral, c'est faire passer des messages à l'aide d'un langage choisi, en utilisant une voix bien placée, en jouant de ses émotions, en utilisant intelligemment son corps pour que le public, respecté et pris en compte, accepte le message émis et y adhère.

' le spectacle c'est moi ' est la devise à adopter. donner une bonne image de soi est une étape décisive. la présence elle-même étant une valeur ajoutée, il ne faut pas se cacher derrière le texte ou derrière les transparents. il faut imposer sa

présence et accepter les regards des autres. avant de parler il y a lieu de s'assurer que le spectacle c'est moi.

i- le trac.

c'est la prise de conscience d'un enjeu qui engendre le trac et la prise de parole en est un : il faut convaincre, s'exprimer clairement, séduire, sans quoi la teneur du propos, aussi intéressant soit-il, n'atteindra pas l'auditoire.

le trac est source d'énergie, en ce sens qu'un trac bien négocié est un trac utile. il mobilise l'énergie dont on a besoin pour faire face à une situation inhabituelle ou déstabilisante, il permet le passage à l'acte de la prise de parole qui, lui-même, fait disparaître le trac.

les mains, les tics nerveux… sont des signaux qui renseignent l'auditoire à votre insu. plus votre corps sera libre, plus votre parole coulera avec aisance

extérioriser les émotions diminuera de beaucoup le risque de se laisser déborder par son émotivité et de perdre ses moyens.

ii- les postures.

les positions du corps expriment ou résultent d'un ressenti différent. l'assurance nécessite de se redresser, de relever la tête, de tenir le regard et d'ouvrir le corps.

il y a quatre postures physiques qui génèrent des attitudes différentes et qui peuvent marquer l'auditoire. elles se décomposent en deux familles :

a/ rapport à la verticalité :

- l'extension : attitude de domination ou de quant-à-soi.

- la contraction : attitude de soumission

l'idéal est d'être dans sa verticalité, ni en extension, ni contracté, tiré vers le haut, le buste en ouverture.

b/ rapport au mouvement :

- vers l'avant : attitude de partage et d'ouverture aux autres.

- vers l'arrière : attitude de fuite et de crainte.

iii- les gestes.

je bouge donc je suis.

mettre le corps en mouvement, c'est être dans l'action. nos gestes sont le révélateur de notre état de communicant. l'interlocuteur ressent l'investissement de son locuteur grâce aux gestes et aux expressions du visage, du regard. ils sont le signe d'une émotivité ou d'un manque d'engagement. ils ne doivent pas être retenus car ils traduisent l'assurance et le désir de communiquer.


geste

nature

impact

fermé

dirigé vers soi

ne convainc pas

ouvert

tourné vers les autres

partage et engagement

on doit se donner au public, laisser la liberté aux mains de s'exprimer, les conserver devant en ouverture, faire des gestes hauts et assumés, c'est-à-dire au-dessus du coude en évitant les attitudes de compensations (les mains derrière le dos ou les bras croisés). en dessous du coude, il révèle un manque d'assurance.

iv- le regard.

le visage traduit les émotions et doit rester tout le temps mobile. le sourire est un signe d'ouverture et de disponibilité envers l'assistance. il est un bon moyen de gagner la bienveillance du public.

le regard est essentiel. il permet de maintenir l'attention de l'auditoire et de s'appuyer sur lui. il permet de percevoir les réactions du public et de les utiliser. il oblige à faire des poses et à se détacher de ses notes.

lors d'une prise de parole en public, il faut regarder tout le monde et ne pas se limiter à 'balayer' du regard.

v- le sourire

l'humeur possède la particularité de déteindre sur l'interlocuteur (l'empathie). etre gai, sourire peut insuffler au public une humeur positive. il n'en sera que mieux disposé à votre égard.

vi- l'articulation

la diction est un élément fondamental de l'expression orale. bien articuler permet de se faire comprendre. au-delà de ce premier constat, articuler c'est aussi se donner les moyens d'être plus fort et plus efficace. l'appui sur les voyelles et les diphtongues donne de l'amplitude et renforce la notion de plaisir et de 'gourmandise' des mots. en s'appuyant sur les consonnes, on donne du poids aux mots et on consolide son impact et sa conviction.

vii- le silence

le silence est un bon moyen de reprendre sa respiration, de ménager ses effets, et de laisser respirer le public. il est aussi un outil pour être à l'écoute du public. en prenant du temps, en faisant des pauses, on gagne en assurance.

viii- m.o.i

il faut définir clairement le m.o.i. (message, objectif, intention).

le message exprime ce qui est essentiel pour vous, ce que le public doit retenir.

ce qui doit rester après l'intervention doit pouvoir se résumer en une phrase.

l'objectif : c'est ce qu'on attend que le public fasse. cette attente doit pouvoir se traduire pour le public en une action précise qui doit pouvoir s'exprimer par un verbe d'action.

l'intention est la traduction de l'investissement dans le message. elle désigne le point de vue du locuteur. elle fait naître un ressenti chez le public. seule une intention claire permet d'atteindre l'objectif.

ix- le contenu

communiquer se fait pour trois raisons: faire savoir, faire comprendre, faire partager. on doit:

  • structurer le discours à l'aide d'un message essentiel et de quatre à six sous messages en les hiérarchisant. l'essentiel est dit au début.

  • commencer par des faits, puis donner son opinion.

  • faire part de ses sentiments et tirer les conséquences.

  • valider ce qu'on attend du public et tirer une conclusion tournée vers l'avenir.

x- prendre le temps

il existe deux leviers pour prendre son temps : le silence et le débit.

les outils pour faire jouer ces leviers sont:

le silence :

  • respirer

  • regarder

  • faire des gestes

  • occuper l'espace

le débit :

  • articuler (donner de la valeur à ce qui est dit)

  • faire des gestes en parlant (permet de se freiner)

  • regarder votre public les yeux dans les yeux

  • scander les mots ou idées importantes

  • répéter ce qui doit être souligné


azelarab qorchi



Pour citer cet article :
Auteur : Az Elarab Qorchi -   - Titre : La communication orale,
Url :[https://www.marocagreg.com/doss/monographies/communication-orale-azelarab-qorchi.php]
publié : 0000-00-00

©marocagreg   confidentialité 2017