Accueil   études   Forum-études


 


Master : Didactique du français



L'écriture de Soi



Elaborée par :

BOUROUHOU Aouatif

Encadré par :

Mme SOUMYA ELHARMASSI









Présentation du dispositif

Pourquoi l'écriture de soi ?

L'intérêt philosophique

L'écriture de soi apparait comme le vecteur privilégié d'une méditation hautement philosophique. Il s'agit d'une tradition autobiographique ayant une valeur de modèles.

L'autobiographie peut participer à l'élaboration d'un discours philosophique en rappelant que le sujet philosophique n'est pas détaché de son objet théorique et qu'il doit prendre en compte sa propre expérience à l'intérieur de sa réflexion.

Les Confessions ont inauguré un type de réflexion sur le sens de l'existence humaine dont l'importance et l'actualité ne se démentent pas, comme en témoigne l'influence qu'elles ont exercé sur la philosophie du XXe siècle : Husserl, Heidegger, Wittgenstein, Arendt, Foucault, Derrida et Ricœur...

Les « Confessions » de saint Augustin dans la tradition littéraire nous donne une première idée sur l'influence d'Augustin dans la littérature et la philosophie: Dante, Pétrarque, Saint François de Sale, Bérulle, Pascal, Fénelon, Rousseau, Chateaubriand, Sainte-Beuve, Renan, Kierkegaard, Nietzsche

L'intérêt littéraire

  1. Dévoiler la vérité de l'auteur

Il existe une identité entre l'auteur, le narrateur et le personnage. Cette identité appuie l'idée de vérité.
Le récit est écrit à la première personne du singulier, ce qui satisfait chez le lecteur un besoin d'authenticité, puisqu'il lit une autobiographie pour connaitre la vérité sur son auteur. Cette identité satisfait également le goût du secret du lecteur, puisqu'il il a l'impression de pénétrer dans l'intimité de l'auteur, qui se dévoile dans toute sa vérité.

  1. L'autobiographie comme document

  2. Faire une œuvre littéraire

L'intérêt didactique :

Le fait de « retracer sa vie » d'une manière réflexive suppose une prise de conscience par l'apprenant des liens qu'il établit entre la pratique actuelle et le passé raconté.

La réflexivité qui découle de la production biographique. On souligne ainsi la dissociation produite par l'activité narrative entre un sujet actuel producteur de son discours (le « je » déictique) et un sujet passé qui est l'objet du récit (le « je » diégétique).=Le regard rétrospectif.

Une meilleure compréhension de ces liens permettrait aux sujets de renouveler leur investissement dans l'apprentissage, de remodeler leurs motivations.



L'objectif du dispositif :

Ce dispositif vise à amener les élèves à ouvrir leur esprit aux fondements de différentes cultures en domaine du genre autobiographique.

La séquence se propose, à travers l'étude d'un corpus de treize extraits d'œuvres autobiographiques appartenant à des cultures différentes et la découverte d'une œuvre intégrale en complément de lecture d'explorer les raisons(avouées ou non) qui mènent à « l'écriture de soi ». (Ce qui revient à déceler l'aspect argumentatif de ces textes essentiellement narratifs et descriptifs au premier abord.)

Les textes choisis et leur mise en relation avec les documents complémentaires permettent en parallèle de cerner et définir les caractéristiques formelles et structurelles des textes qu'on regroupe dans cet objet d'étude. (Enonciation menée à la première personne, présence d'un « pacte »de vérité avec le lecteur, alternance de récits historiques et de discours ancrés sur le moment d'énonciation, passages d'analyse introspective…).



Le corpus :

-Marguerite Yourcenar, Souvenirs pieux (1974)

-Simone de Beauvoir : Mémoires d'une jeune fille rangée, Gallimard, 1958 .

-André Gide, Si le Grain ne meurt, Gallimard, 1926.

- Jean Jacques Rousseau, Les Confessions, Première partie, Livre premier (1712-1728)

- Montaigne, « Au lecteur », Les Essais, 1580-1588. Joseph Joffo, Baby-foot, Jean-Claude Lattès, 1979.

-Marcel Pagnol, Le Temps des amours, Éditions de Fallois, 2004

-André Gide, Si le grain ne meurt, Gallimard.

-Louis-Ferdinand Céline, Mort à crédit, 1936.

-Daniel Pennac, Chagrin d'école, éd. Gallimard, 2005

-Abdellah TaÏa, Infidèles, Seui 2012

-Marcel Pagnol, Le Temps des secrets, éd. De Fallois, 2004

-Fred Uhlman, L'Ami retrouvé (1971), traduit par Léo Lack © Éditions Gallimard

-Montaigne, De l'amitié, Essais I, XXVIII.



Les groupements de textes

D'ordre formel :

Groupement I : l'incipit

Groupement V : le pacte autobiographique

D'ordre thématique :

Groupement II : le souvenir de bêtise

Groupement III : le souvenir d'école

Groupement IV : l'amitié



Lecture complémentaire : Le Pianiste, de Szpilman



Les problématiques sémantiques, grammaticales et techniques :

- Le pacte autobiographique ;

- l'énonciation dans le texte autobiographique ;

-Les paroles rapportées et la distance narrative

- Les rythmes du récit : la scène ; le sommaire … ;

- Les temps verbaux.











Lectures indispensables

  • L'autobiographie :

- Philippe Lejeune, Le Pacte autobiographique, Seuil, coll. Poétique, 1975

-Jean STAROBINSKI, “ Le style de l'autobiographie ”, Poétique, n° 3, Gallimard, 1971.

-Georges MAY, L'Autobiographie, P.U.F. 1979

-Philippe LEJEUNE, « Je » est un autre. L'autobiographie, de la littérature aux médias, Seuil, “ Poétique ”.1980

-Philippe GASPARINI, La Tentation autobiographique, Seuil2013


  • Sujet lecteur :

  • Hans Robert Jauss : Pour une esthétique de la réception (1972)

  • M. Picard La lecture comme jeu (1986) :

  • Il distingue au cœur de l'acte de lire l'existence de trois instances lectrices dans le lecteur, trois identités qui se superposent et interagissent : le liseur, le lu et le lectant.



  • Paul Ricœur, Du texte à l'action, essais d'herméneutique II, éditions du Seuil en 1986 :

  • Il identifie six processus constitutifs de l'expérience de lecture :

-La mécompréhension ou expérience de l'inachèvement du sens et de l'étrangeté.

-La dispersion et la recomposition ou expérience de l'éclatement du sens.

-La précompréhension ou expérience de la subjectivité.

-La distanciation ou expérience de l'objectivation.

-L'appropriation ou expérience de la réflexivité.

-L'interprétation ou expérience culturelle

  • Marie France Bishop, Annie Rouxel, Sujet lecteur, sujet scrpiteur, quels enjeux pour la didactique, JUIELLET 2007 in Le Français d'aujourd'hui, nº 157 (2/2007).

  • La bibliothèque intérieure

Pierre Bayard, Comment parler de livres qu'on n'a pas lus, Editions Minuit, 2011

Rouxel et Louichon, Du corpus scolaire à la bibliothèque intérieure, Actes de colloque, 2010 (introuvable)



À RETENIR

  • L'autobiographie

L'autobiographie est le « Récit rétrospectif en prose qu'une personne réelle fait de sa propre existence, lorsqu'elle met l'accent sur sa vie individuelle, en particulier sur l'histoire de sa personnalité» Philippe Lejeune, Le pacte autobiographique, en 1975.p. 14).


  • Le sujet lecteur :

« On n'instruit pas les gens avec seulement une visée à court terme, strictement instrumentaliste, sans avoir pour eux une ambition culturelle, humaniste, éducative, c'est-à-dire sans travailler avec eux à la manière dont ils vont s'insérer dans la société, y participer et contribuer […] à son développement culturel ». (Bucheton, 1995, p. 50-51).

  • La bibliothèque intérieure :

« On pourrait nommer bibliothèque intérieure cet ensemble de livres – sous-ensemble de la bibliothèque collective que nous habitons tous – sur lequel toute personnalité se construit et qui organise ensuite son rapport aux textes et aux autres. Une bibliothèque où figurent certes quelques titres précis, mais qui est surtout constituée, comme celle de Montaigne, de fragments de livres oubliés et de livres imaginaires à travers lesquels nous appréhendons le monde. » Bayard Pierre Ba y a r d, Comment parler des livres que l'on n'a pas lus? Minuit, 2007, p. 74

Groupement I : L'incipit

I-Présentation du corpus

-Marguerite Yourcenar, Souvenirs pieux (1974)

-Simone de Beauvoir : Mémoires d'une jeune fille rangée ? Gallimard, 1958 .

-André Gide, Si le Grain ne meurt, Gallimard, 1926.


II-Motivation du choix :


1-Intérêt littéraire

-Identifier l'aspect autobiographique et comprendre les motivations de l'auteur.

-Caractéristiques de l'écriture autobiographique

→ Importance du “Je”

L'auteur, le narrateur et le personnage principal sont la même personne.

Le point de vue est interne (donc subjectif): c'est l'auteur qui raconte ses souvenirs, ce qui l'a vécu. Le récit est donc fait à la première personne.

Deux “je” coexiste : celui du moment de l'événement raconté, et celui du moment de l'écriture.

2-Intérêt didactique

-l'emploi du « je » et la relation auteur/narrateur/Personnage

III. Sources bibliographiques :


  • Sur les problématiques thématiques :

- Jean-Pierre Castellani,« Les masques du “je” dans le discours autobiographique », GARROT, Juan Carlos (éd. et intr.), GUEREÑA.

- Jean Starobinski, « Le style de l'autobiographie. » Poétique,1970.

- Jean-Philippe, Miraux,. L'autobiographie. Ecriture de soi et sincérité. Paris. Nathan, 1996.



  • Sur les problématiques linguistiques :

-Duchet Cl « Pour une sociocritique ou variations sur un incipit »in littérature, 1, 1971, 13.

- Emile Benveniste, Problèmes de la linguistique générale, Paris, NRF, 1966.

- J.Le Gall, Brève histoire du concept d'incipit dans la critique, dans Narratologie les frontières du récit, Publication de la faculté des lettres, arts et sciences humaines de Nice, n° 2, 1999 .

- J.M.Adam, Le texte narratif, Nathan, 1985.

IV-Activités d'enseignement/apprentissage :

  • Lecture : Etudier la fonction présentatif de l'incipit dans un roman autobiographique :

Support : -Souvenir pieux de Marguerite Yourcenar.

-André Gide, Si le Grain ne meurt, Gallimard, 1926.


-Les premières pages d'un récit autobiographique

-Discuter et exposer oralement la différence entre le « moi » et le « je ».

-Les formules de distanciations : « cet enfant ».

-Le passage du passé au présent au présent, du récit au discours.

-Repérage des pronoms personnels afin d'identifier l'aspect autobiographique et de comprendre les motivations de l'auteur.

-Analyse des modalités et les enjeux de la présentation de l'auteur dans un écrit autobiographique.


  • Orale :

A la manière des extraits étudiés demander aux apprenants d'exposer oralement le début de leur autobiographie

  • Langue :

- Etudier les temps de récit : l'ordre du récit (chronologique ou non chronologique.

- Identifier les valeurs du présent de l'indicatif.

Groupement II : Souvenir de bêtise

I. Présentation du corpus :

Joseph Joffo, Baby-foot, Jean-Claude Lattès, 1979.

Marcel Pagnol, Le Temps des amours, Éditions de Fallois, 2004

André Gide, Si le grain ne meurt, Gallimard.

II. Motivation du choix : entrée thématique /formelle :

Intérêt littéraire :


Des textes éminemment autobiographiques


Sur le plan thématique :


Dans le cadre de l'écriture de soi, ces textes abordent un thème qui ne doit pas être tout à fait étranger à des adolescents de lycée : les bêtises. Ils visent à familiariser les élèves aux caractéristiques de l'écriture autobiographique, où le décalage entre l'enfant qui agit et l'adulte qui se souvient.


Sur le plan stylistique :



Etudier les indices de l'énonciation dans un texte autobiographique :

Identifier

  • Les indices de personne : la prédominance du « je»

  • Les indices spatiaux : les localisateurs

  • les indices temporels

  • Etude de la modalisation : marques de subjectivité : la certitude, le doute, la volonté, la nécessité, les appréciations d'ordre moral, affectif et esthétique…



Intérêt didactique :

  • Le statut du narrateur dans le récit autobiographique : L'opposition entre le narrateur adulte, ancré dans la situation d'énonciation, et le narrateur enfant, coupé de cette situation.



III. Sources bibliographiques :

  1. Les auteurs :

Antoine Culioli, Pour une linguistique de l'énonciation: Formalisation et opérations de repérage, Editions OPHRYS, 1999 - 182 pages

BENVENISTE, É. (1970), ‘L'appareil formel de l'énonciation, Problèmes de linguistique générale, II (1974), Gallimard, pp 79-88.

BENVENISTE, É. (1959), Les relations de temps dans le verbe français, Problèmes de linguistique générale, I (1966), Gallimard, pp 237-250.



IV. Activités d'enseignement-apprentissage :

Trois activités s'organisent autour de ce corpus

  • Activité de Lecture/compréhension de textes :

-Etudier le point de vie dans un roman autobiographique.

-La part de l'imaginaire dans les souvenirs de bêtise dans les deux textes.

Groupement de texte : deux extraits

  1. « J'AI AVALÉ MON CHOUINGOM » de Joseph Joffo

  2. « LE BULLETIN TRUQUÉ » de Marcel Pagnol.



  • La fonction libératrice de l'écriture autobiographique (commentaire analyse, interprétation, jugement, témoignage....etc.).

  • L'intervention du narrateur adulte.

  • émotions et sentiments manifestés

  • Activité de l'écriture :


Sur un thème familier des élèves : les bêtises d'enfants

Sujet :

Un grand-père /ou une grand-mère raconte à ses petits-enfants une bêtise qu'il a faite alors que lui-même n'était qu'un enfant.


Consignes d'écriture :

Vous commencerez votre récit par un dialogue entre l'adulte et les petits-enfants puis vous introduirez le récit de la bêtise. Vous expliquerez également comment s'est terminée l'aventure.

  • Activité Orale :

Avez-vous été vous-aussi, auteur d'une bêtise.

Dans quelles circonstances et quel sentiment en gardez-vous ?



Groupement III : Souvenir d'école

Corpus

Louis-Ferdinand Céline, Mort à crédit, 1936.

Daniel Pennac, Chagrin d'école, éd. Gallimard, 2005

Abdellah TaÏa, Infidèles, Seui 2012

Marcel Pagnol, Le Temps des secrets, éd. De Fallois, 2004


I-Motivation du choix :

Intérêt littéraire

-Mettre l'accent sur l'individualité de ceux qui écrivent.

-Dédoublement de la voix narrative.

- le narrateur-adulte qui compose le texte et qui se rappelle de ses premiers souvenirs-marquants qui choquent la naïveté de cet enfant, il ne s'agit pas non plus de la voix omniprésente de ce narrateur-adulte. Mais il s'agit d'une opération plus compliquée: fabriquer, mimer une “voix enfantine.


Intérêt didactique

-Recours à un temps verbal, le passé, pour souligner la rétrospection.

-Les paroles rapportées en particulier l'usage du style indirect-libre.

-Point de vue


II-Lectures indispensables :


  • Sur les problématiques thématiques

-Elisheva Rosen:Pourquoi avons-nous inventé le Récit d'enfance? Considérations sociocritiques sur l'étude d'un genre littéraire: dans La politique du texte, Presse universitaire de Lille.

- Jean Calvet: L'Enfant dans la littérature française des origines jusqu'à nos jours (1930), Paris VIe, F.Lanore

-Iman Chérif: Les Mots” de J. P. Sartre et “Les Jours” de Taha Hussein, étude d'autobio-graphie comparée, (thèse de Magistère), sous la direction de Dr Amina Rachid, université du Caire, 1988.


  • Sur les problématiques linguistiques


-Genette, Gérard. Figures II. Paris: Éditions du Seuil, 1969.

-J. Authier-Revuz, « Repères dans le champ du discours rapporté », L'information grammaticale, 55, 1992

- B. Combettes, « Discours rapporté et énonciation : trois approches différentes. », Pratiques, 64, 1989


III-Activités d'enseignement/apprentissage

1-Dominante langue :

Grammaire du discours :

Objectifs : Savoir reconnaître les différents types de discours rapportés, en particulier le discours indirect libre.

— Les paroles rapportées

Les supports proposés dans les séances de lecture peuvent poser pour certains le problème des paroles rapportées ; on pourra choisir d'observer la reproduction de ces paroles à partir de l'extrait : « Mort à crédit », de Louis-Ferdinand Céline.

— L'effet des discours : émouvoir, amuser

2-Dominante lecture :

Lecture comparée de deux extraits :

-Marcel Pagnol, Le Temps des secrets, éd. Pocket.

-Daniel Pennac, Chagrin d'école, éd. Gallimard

Piste thématique : dédoublement du regard/Différencier le moment d'écriture et le moment évoqué.

Piste technique : L'instance narrative (la voix narrative, le temps de la narration : narration intercalée, la perspective narrative)




Dominante écriture :

Comme les auteurs précités, un souvenir d'école vous tient particulièrement à cœur. Vous l'évoquerez pour un lecteur en cherchant à lui faire partager votre émotion. Votre texte sera écrit à la première personne. Vous insisterez sur les sentiments que ce lieu fait naître en vous.

Précision de l'évocation du lieu: /6 Qualités d'expression: /5

Expression des sentiments: /4 Correction de la langue: /5



Groupement IV: L'amitié

  1. Présentation du corpus :

  • Fred Uhlman, L'Ami retrouvé (1971), traduit par Léo Lack © Éditions Gallimard

  • Montaigne, De l'amitié, Essais I, XXVIII.

II. Motivation du choix :


Intérêt littéraire : bonne maîtrise de la valeur des temps, notamment de celles du présent. (Bien distinguer présent de narration et présent d'énonciation).


  • Le décalage temporel : récit rétrospectif avec des temps du passé (l'imparfait, le passé simple et le plus que parfait).

  • Le regard de l'adulte : analyse, commentaire et jugement avec le présent de l'indicatif:


1. Le présent d'énonciation


2. Le présent de narration

3. Le présent de vérité générale.

Intérêt didactique :

Etudier la valeur du temps de récit.

  1. Sources bibliographiques :

EMILE BENVENISTE, problèmes de linguistique générale1, 1966

FRANCOISE GADET, ,la grammaire d'aujourd'hui, 1986

IV. Activités d'enseignement-apprentissage :

  • Activité de lecture :

  • Support : L'Ami retrouvé de Fred Uhlman.

Distinguer le réel et l'imaginaire dans la scène racontée.

  • Activité de rédaction :

Demander aux élèves de réécrire le texte La Morale dans l'écriture de Michel Jarret, en remplaçant la première personne du singulier par la première personne du pluriel, avec une utilisation variée des temps du récit (imparfait, passé simple, présent de narration).

  • Activités orales :

Correction collective de productions des élèves puis dégager les valeurs des temps de récit en commun.



Groupement V : Le pacte autobiographique

  1. Présentation du corpus :

Les Confessions de Jean Jacques Rousseau, Première partie, Livre premier (1712-1728)

«Au lecteur », Les Essais, Montaigne 1580-1588.

II. Motivation du choix :


Intérêt littéraire :


une étude des temps met en évidence :

- la présence de deux moments, donc de deux « je » dans le texte.

- La présence d'un « pacte autobiographique », d'une garantie de vérité assenée par l ‘auteur.

-Une composition particulière : une première partie narrative suivie d'une analyse rétrospective.


Intérêt didactique :

Cerner les caractéristiques formelles et structurelles du texte autobiographique.

Vérifier la bonne compréhension des notions vues au cours précédent.


III. Sources bibliographiques :

1. Sur les auteurs et les œuvres :


Jacques Lecarme et d'Éliane Lecarme-Tabone, L'Autobiographie, 1970.

  • C'est une étude très approfondie des différents aspects de l'écriture autobiographique.


Philippe Lejeune, Je est un autre, 1980, qui suit Le Pacte autobiographique.


  • Dans cet ouvrage, Lejeune donne une explication à l'autobiographie « parlée » en analysant les interviews données par Sartre.


2. Sur les problématiques étudiées

  • LEJEUNE Philippe, « Le Pacte autobiographique », Seuil, collection « Poétique », 1975. (Nouvelle édition, « Points », 1996).

  • TOUZIN Marie-Madeleine « L'Écriture autobiographique », Bertrand-Lacoste, collection « Parcours de lecture », 1993.

  • Jean-Philippe Miraux, L'Autobiographie: Ecriture de soi et sincérité, 1996.


Jean Philippe explique les différents côtés d'un récit autobiographique. Il souligne l'importance des souvenirs, et dans ses exemples il utilise souvent Les Mots de Sartre.



IV. Activités d'enseignement-apprentissage :


  1. Activité de lecture :


  • Une lecture des textes de Rousseau et de Montaigne :

  • Découvrir la teneur du pacte autobiographique.

  • Identifier les spécificités du projet personnel de Jean-Jacques Rousseau.

  • établir un tableau en deux colonnes par exemple, comparer les deux textes : l'énonciation, l'anecdote, le destinataire et le registre.


  1. .Oral :


  • Prendre conscience de la façon dont Rousseau réalise son projet dans le livre premier.

  • pouvoir exercer un regard critique sur cette application de son projet et l'exprimer oralement.



3. Ecriture:

Rédigez, à votre tour, votre propre préface autobiographique, en respectant les caractéristiques de ce genre. Vous ferez en sorte de dévoiler votre projet d'écriture, et de justifier l'intérêt d'écrire votre propre autobiographie, afin de donner aux lecteurs envie de vous lire.

Respect de la consigne:

Cohérence et organisation de l'argumentation

Eveil de l'intérêt du lecteur

Elégance de l'écriture

Correction de la langue


Prolongement

  • Activité dominante lecture : Travail comparatif sur l'ouverture du film et l'incipit du roman.


  • Etude comparative d'un roman autobiographique et son adaptation cinématographique : Le Pianiste, de Szpilman , adaptation de Roman Polanski .

  • Diaporama d'accompagnement

  • LECTURE D'IMAGE FIXE : « L'écriture de soi » par Sergueï, dans Le Monde du 24 janvier 1997 .

-Opposition entre le vide et le plein

-La tête et le livre doivent être interrogés .

-L'accumulation des couches de fils marque la présence du passé.

- Le présent est marqué par le fil fin qui relie la tête et le livre.



Pour citer cet article :
Auteur : BOUROUHOU Aouatif -   - Titre : master de didactique : l'écriture de soi,
Url :[https://www.marocagreg.com/doss/monographies/article-ecriture-soi-0nri-bourouhou-aouatif.php]
publié : 0000-00-00

©marocagreg   confidentialité 2017