Une nostalgie de sofi!

 Par Jaafari Ahmed  (Prof)  [msg envoyés : 943le 19-07-12 à 10:51  Lu :1033 fois
     
  
 accueil


قطتى صغيرة
واسمها نميرة
شعرها جميل 
ذيلها طويل
لعبها يسلى
وهو لى كظلى
عندها المهارة
كى تصيد فارة

  



Vous aimez cet article ?
Partagez-le sur
  Djc: chapitre xiii!
  Mettre la production écrite à l'esprit du temps
  Tous les messages de Jaafari Ahmed


 Réponse N°1 25446

hhhhhh
  Par   Samira Yassine  (CSle 19-07-12 à 11:02



Je m attendais vraiment à un sujet sur les soufis et dès que j` ai lu le premer mot, j` ai éclaté de rire.

Nostalgie ! Oui .c est vrai.

Merci, cher ami.





 Réponse N°2 25452

Que tu es gentille, ma chère Nadi.
  Par   Samira Yassine  (CSle 19-07-12 à 11:49



J` ai bien ri avant de voir qu` il y avait mon prénom, à moi aussi.

Il va falloir ajouter un vers pour notre chère amie Salwa. Débrouille-toi pour la rime.





 Réponse N°3 25454

Une matinée splendide
  Par   OMARI Abdellatif  (Profle 19-07-12 à 12:04



Quand nous redevenons enfants nous devenons vraiment des soufis. Quelle jolie candeur qui se fait véhiculer à travers ces deux jolis poèmes! Le sage et l'enfant se rencontrent parfaitement.





 Réponse N°4 25494

miaou
  Par   Dounia Azouz  (Autrele 19-07-12 à 19:58



Si Ahmed, vous êtes un devin!

J'étais à Rabat et sur le chemin du retour j'ai fait une rencontre étrange: un siamois en extase thermique! J'ai craqué sur le champ: je voulais l'emporter avec moi car je trouvais que ses couleurs se marieraient bien avec les couleurs de mon carrelage. Après une brève méditation, on m'empêcha de le toucher!

Morale soufie: n'ayez pas peur de souffler dans l'oreille de votre pire ennemi que vous ne le détestez point, que ses poils vous tentent, que sa moustache vous inspire...





 Réponse N°5 25513

Un merci
  Par   Dounia Azouz  (Autrele 19-07-12 à 22:12



Même s'il y a cette tendance au dérapage, je voudrais vous dire que parfois le rire est un besoin, un souffle, un soulagement. Aujourd'hui, j'étais sur le point de sombrer dans une espèce de mélancolie car à l'hôpital d'oncologie Sidi Mohammed Ben Abdallah, j'ai vu des corps agonisants. Le spectacle de la douleur et la nonchalence de quelques services m'ont rendue malade. Heureusement que vos messages m'ont permis d'extraire le mal.





InfoIdentification nécessaire
Identification bloquée par
adblock plus
   Identifiant :
   Passe :
   Inscription
Connexion avec Facebook
                   Mot de passe oublié


confidentialite Google +