Un vrai apprenant!

 Par Jeafari Ahmed  (?)  [msg envoyés : 326le 10-04-12 à 19:39  Lu :1136 fois
     
  
 accueil

Quelqu'un a dit qu'un apprenant est celui qui sait apprendre, désapprendre pour ensuite réapprendre!
dans quelle mesure intégrez-vous cette dimension de l'art d'enseigner dans vos activités d'enseignants?
Vous souciez-vous d'inculquer à vos apprenants le sens de l'esprit critique? favorisez-vous chez eux l'aptitude à remettre en question les savoirs qui leur sont dispensés?et les encouragez-vous à trouver leur façon d'appréhender les contenus , à élaborer ou à affiner des stratégies devant des éléments didactiques apparemment indiscutables, en vue de les remettre en question?
Que ressentez-vous lorsque vos apprenants s'approprient les concepts, à leurs manières? Vous sentez-vous déroutés face à des apprenants qui se prennent en charge, ou vous êtes satisfaits d'avoir animé et orienté une sorte de débat d'où jaillissent des enseignements comme venant d'eux-mêmes sans qu'il n'y ait eu besoin d'une présence en particulier?
Vous dites-vous que l'art d'enseigner est en quelque sorte , l'art d'être absent en tant que leader , et que partager avec les apprenants leurs quêtes , et leurs tâtonnements, ne fait que renforcer les liens entre vous, et par delà, vous fait passer de réels moments de plaisir?

  



Vous aimez cet article ?
Partagez-le sur
  Recueil de lettres!
  Beaucoup de personnes sont absentes
  Tous les messages de Jeafari Ahmed


 Réponse N°1 19717

L'élève acteur
  Par   LOUMATINE Abderrahim  (Profle 10-04-12 à 21:45



Bonsoir,

Un apprenant est quelqu’un qui est maître de son apprentissage. Ce serait l’élève idéal pour nous. Malheureusement, nos élèves n’acquièrent pas cette compétence si précieuse qu’est l’autonomie, et, comme je l’ai lu sur le forum,ils deviennent plutôt « des éternels assistés ».N’attendent-ils pas qu’on leur écrive tout au tableau ? Avez-vous des élèves qui prennent des notes ? Leurs recherches, leurs « exposés » ne sont-ils pas des « copier-coller » ? Cela engendre des frustrations … Comment apprendre à nos élèves à devenir acteurs de leur savoir ? Le mot maître, je pense, est la motivation. Mais comment motiver des jeunes qui ont développé une sorte de « résistance » contre l’apprentissage du Français ?

La pédagogie différenciée est venue pour reconnaître la spécificité de chacun.. Mais encore une fois, ni l’espace classe ni l’effectif (jusqu’à 50 élèves), ne permettent la mise en place de cette pédagogie.

Normalement tout apprentissage, comme vous l’avez souligné, passe par une remise en question des savoirs antérieurs, des représentations pour ensuite acquérir d’autres représentations .Ainsi , l’évolution a lieu par paliers. Mais, au second cycle, ce qu’on remarque c’est plutôt une stagnation due à un manque flagrant « d’action réfléchie » de la part de nos élèves.

Quel plaisir si au lieu de parler de « l’art d’enseigner »on parlait de « l’art d’apprendre »





 Réponse N°2 19719

Effectivement!
  Par   Jeafari Ahmed  (CSle 11-04-12 à 05:29

Toute la question est dans" l'art d'apprendre"!

Comment apprendre aux "élèves" à apprendre?( ceci, concerne tout aussi bien, les autres sources de la connaissance: médias, films, rumeurs, rue,...que le programmes officiels)




 Réponse N°3 19731

Facile
  Par   LOUMATINE Abderrahim  (Profle 11-04-12 à 12:55

bonjour,

Apprendre aux élèves à apprendre. Comme je l'ai dit précédemment: l"autonomie et la motivation. Dès l'école primaire, il faudrait apprendre aux élèves à avoir leur propre projet; ce que vous faites M. Jaafari, vos projet d'écriture sont la preuve que les élèves peuvent devenir des "producteurs" au lieu de simples "consommateurs" de savoirs "prêt à porter". Il faudrait aussi prendre en considération les intelligences multiples des enfants dès leur jeune âge afin d'éviter tout sentiment d'infériorité. Il faudrait aussi changer notre mode d'évaluation:(voir l'article:" Devoir surveillé...") au lieu de demander aux élèves de "vomir"(excusez le terme) ce qu'il ont consommé,, leur fournir des documents à partir desquels ils peuvent produire, s'exprimer,...(C'est ce qu'on fait par exemple en belgique). Il faudrait aussi adopter un travail interdisciplinaire qui permettra à nos élèves d'acquérir des compétences transversales.;Nous devrions nous remettre fréquemment en question, nous arrêter de nous prendre pour des détenteurs du savoir, reconnaitre aux élèves leur différence, les considérer comme des partenaires, ...

Vous voyez, tant de choses sont à changer. C'est facile(à dire)., j'en conviens. Mais les conditions de travail ajoutées aux habitudes développées chez nos élèves sont un vrai obstacle à la réalisation de cet objectif qui est "apprendre à apprendre".

Le conformisme , c'est facile à gérer.

Parfois pouvoir et liberté ne riment pas pour certains.




 Réponse N°4 19732

une question de curricula ...
  Par   Idoubiya Rachid  (Profle 11-04-12 à 13:13

Monsieur Jeafari Ahmed, vous avez soulevé une question de taille! C'est l'approche par compétence que vous soulignez ici : l'autonomie de l'élève qui devient acteur de son apprentissage.

En effet, M.LOUMATINE Abderrahim l'a bien dit: comment transformer le "métier" des élèves pour qu'ils arrêtent d'être « des éternels assistés" pour devenir des actants et des entrepreneurs de leur propre-savoir?

Je pense que cette question est capitale pour rendre l'élève apprenant! Il s'agit de changer de rôles: l'enseignant qui vient pour enseigner se transforme en animateur qui vient pour animer! L'enseignant qui vient pour transmettre un savoir, vient désormais pour présenter des situations favorisant l'acquisition des capacités comme l'analyse, la synthèse...

Comment permettre le changement des rôles pour l'enseignant et pour l'élève?

Il s'agit de changer les représentations et des enseignants et des élèves!

Déjà, dans les centres de formation, le nouveau élève- professeur doit être formé non pour transmettre un savoir, mais pour animer des ateliers, pour présenter des situations d'apprentissage pour aider ses apprenants au niveau de la méthodologie de recherches, pour encadrer les exposés que ses apprenants seront amenés à réaliser...

Au niveau de l'inspection, l'inspecteur, devenu encadreur, viendra pour voir comment les apprenants apprenent et non comment l'enseignant enseigne! L'encadreur pose des questions aux apprenants pour voir s'ils savent consulter un dictionnaire, élaborer un plan, dire-exposer des donnés, chercher l'information et l'organiser de façon cohérente...

L'enseignant est apprécié non au niveau de ses capacités à transmettre un savoir, mais sur ses compétences à faire accéder ses apprenants au stade de l'atonomie...

L'autonomie est donc une question de curricula et d'orientations pédagogiques...





 Réponse N°5 19737

Tout à fait
  Par   LOUMATINE Abderrahim  (Profle 11-04-12 à 15:03



Tout à fait;

L'enseignement est le sentier qui mène au développement des sociètés. Et ce sont,( au risque répéter des lieux communs),des savoirs-faire dont ont besoins maintenant les sociétés d'aujourd'hui où le savoir est devenu à la portée de tout le monde, où la priorité doit être accordée à la pertinence du choix, à la sélection de l'information





 Réponse N°6 19742

L'autonomie!
  Par   Jeafari Ahmed  (CSle 11-04-12 à 17:26

Donc, Messieurs, Idoubiya et Loumatine!

Il faudra que l'enseignant soit lui-même autonome, pour qu'il puisse rendre ses apprenants autonomes?

J'en profite pour glisser une remarque, à propos des élèves de la deuxième Bac, surtout les scientifiques: ne trouvez-vous pas aberrant de leur faire subir l'analyse d'une œuvre littéraire alors qu'ils sont appelés à manipuler une langue simple et correcte dans des situations d'apprentissage qui soient en rapport avec leur cursus scientifique?

Vous savez surement que ces élèves , quand ils veulent s'inscrire à la fac, ils passent un test de positionnement en langue française, et ils sont classés d'après les normes du CECRL ( le cadre européen commun de référence pour les langues), à la suite de quoi ils sont classés: A1/A2, B1/B2, C1/C2: les C sont dispensés étant compétents, les A sont les plus faibles: surtout A1, qui sont au stade de déchiffrage des mots, et il y en a des centaines chaque année : donc, les A et les B doivent suivre obligatoirement 3 heures de Langue/communication par semaine, et c'est un module qu'il faut valider. Ils ont le manuel " Cap université" des thèmes scientifiques, de petits textes, des leçons de langues, production écrite..etc

bref, cette année j'ai opté avec une classe de 2 ème SVTU , pour deux heures de littérature et deux heures de textes photocopiés du manuel de la fac, et croyez-moi, cela les motive et ils sentent que cela sert à quelque chose.

je ne sais pas si vous êtes au courant de la formation qu'il y a eu le 31 mars et le 1° avril au CPR de derb ghallef, " CLEFormation" ( vous trouverez facilement le Site), des enseignants français étaient effarés devant le programme du Bac Marocain: "comment se fait-il que vous imposiez "le Père Goriot" à vos élèves? même en France on ne fait plus cela!" c'est désormais dans l'esprit des thématiques à " Lagarde et Michard" qu'ils travaillent maintenant!




 Réponse N°7 19749

Le programme!
  Par   LOUMATINE Abderrahim  (Profle 11-04-12 à 18:48



Le problème c'est que chacun travaille dans sa petite tour(d'ivoire?) sans se soucier de ce qui se fait ailleurs. Dans le même lycée même!

Normalement l'enseignement doit répondre à une certaine progression et ce test doit avoir lieu non après le bac mais bien avant, en première année du lycée. Ainsi les élèves seront dirigés,chacun selon son niveau, vers des classes spécialement conçues pour répondre à leurs besoins et nous pourrons les préparer à des études universitaires réussies. LA MOTIVATION est essentielle. Comment nos élèves qui sont pour la plupart au stade du déchiffrage seront-ils motivés devant une oeuvre qui les rebute dès la première page?

Il faut donc travailler non seulement dans"l'interdisciplinarité" mais aussi dans" l'inter-cycle". Nous devons avoir une idée exacte des acquis de nos élèves pour pouvoir progresser avec eux;Les manuels d"autrefois montraient le nombre de mots nouveaux à apprendre dans chaque texte!!





 Réponse N°8 19750

Tout à fait d'accord!
  Par   Idoubiya Rachid  (Profle 11-04-12 à 19:11



Je suis tout à fait d'accord avec vous M.Jeafari Ahmed...Le programme proposé par notre ministère est tout à fait hors propos et il est déjà "démodé"! On aurait dû le changer il y'a longtemps! Enseigner le père Goriot à des adolescents! Et on nous demande de les motiver!

Mais pourquoi pas de petits textes simples mais qui interpellent les élèves car ils répondent à leurs attentes?! Des textes autour de la vie quotidienne, des valeurs humaines universelles, des sujets d'actualité...

La langue est comme la jeunesse: elle est vivante et renouvelable!

Je pense combien d'enseignants baignent dans la routine et l'ennui à cause d'un programme qu'ils enseignent depuis plus d'une dizaine d'année! C'est l'alignation tout simplement!





InfoIdentification nécessaire
Identification bloquée par
adblock plus
   Identifiant :
   Passe :
   Inscription
Connexion avec Facebook
                   Mot de passe oublié


confidentialite Google +