Un puzzle d’évaluation 2 ou l’art de composer une épreuve de français

 Par Idoubiya Rachid  (Prof)  [msg envoyés : 1316le 23-01-10 à 15:20  Lu :2051 fois
     
  
 accueil


Un puzzle d’évaluation 2 ou L’art de composer une épreuve de français
NB- Ce travail aboutira à un article qui sera édité dans le Labo 2 à marocagreg…
L’évaluation de français consiste en l’étude d’un texte en relation avec les œuvres au programme, en respectant les notes ministérielles d’organisation et en faisant référence aux progressions indiquées par les orientations pédagogiques…
Mais quelles sont les compétences demandées pour rédiger une évaluation ?
1- Capacités demandées dans une compréhension de texte :
- Au niveau de la thématique, l’élève est testé sur sa capacité à comprendre un contenu en mettent en rapport les éléments qui le composent. C’est l’aptitude à comprendre un texte écrit qui est visé par l’évaluation. Aucune autre aptitude ne doit faire l’objet de sanction : les corrections visent la compréhension, non la qualité de style utilisé par l’élève. Cela sera réservé pour la production écrite. C’est pourquoi, l’énoncé des questions ne doit pas contenir des expressions complexes, comme : Pourquoi le narrateur avait-il utilisé la caractérisation dévalorisante pour décrire le personnage ? Reformulation : Le personnage est décrit défavorablement. Pourquoi ?
- Au niveau de la langue, l’élève est amené à mettre en rapport ses compétences linguistiques pour la construction du sens. Les questions de langues ne sont donc pas gratuites : elles favorisent toujours la résurgence du sens. C’est l’aptitude à reconnaitre les faits de langue au service du sens qui est visé par l’évaluation. La langue doit donc être appréhendée dans le contexte de sont utilisation POUR la construction DE sens. La vérification théorique de la langue décontextualisée est à bannir complètement ! On ne demande pas à l’élève d’observer un temps verbal pour la beauté des ses yeux, mais pour voir sa fonction dans l’intelligence du texte : Quel est le temps dominant dans le premier paragraphe ? Quel est, à votre avis, la raison de son emploi dès le début su texte ? Qui est-ce qui est caractérisé ici ? Ou Justifiez l’emploi du passé simple dans le deuxième paragraphe, en vous appuyant sur deux exemples précis. On demande à un élève de repérer un lien logique, mais pour en dégager le rapport et la portée : Quel lien logique uni/ relie les deux propositions de cette phrase ? Justifiez son emploi. OU Quel est donc le rapport logique souligné ? Pourquoi ? Les questions de fonctionnement de la langue doivent donc aider l’élève à mieux comprendre le sens du texte…
2- Organisation matérielle de l’épreuve de français : l’évaluation.
A- Le texte :
* Le choix du texte : C’est un moment essentiel, vu que le texte constitue l’objet d’évaluation donnée à l’élève. Il doit répondre à plusieurs critères :
* Le critère de l’unité thématique : le texte en question doit contenir au maximum deux thèmes, qui seront au centre des questions posées à l’élève. Ils doivent êtres clairs. C’est le fameux contenu proposé pour l’évaluation. Le texte doit respecter les règles de la cohérence textuelle et former un tout relativement clos. Les éventuelles coupures ne doivent en aucun cas déformer le sens premier du texte et seront indiquées par des crochets. (Le repérage de la thématique dans un texte est une technique qu’on va voir dans une prochaine intervention…)
* L’organisation matérielle du texte (la typographie) : Au niveau de la présentation matérielle, le texte doit être très lisible et favorable à une lecture qui ne demande pas d’effort de vision de la part de l’élève. Le nombre de lignes proposées à l’élève doit prendre en considération le temps imparti pour l’épreuve : chez nous au Maroc une heure pour la compréhension de l’écrit et une heure pour la rédaction…
* La langueur moyenne d’un texte : pour les deux années du bac, la langueur d’un texte varie entre 30 à 40 lignes.
B- Les questions :
Leur place dans l’évaluation est déterminante. Elles visent à tester la capacité à comprendre un texte écrit : ce que l’élève a compris à partir du texte.
Elles doivent répondre à plusieurs critères pour donner plus de chance à l’élève.
* Critère de la représentativité :
Les questions doivent traiter l’ensemble des éléments significatifs du texte, au service des thèmes visés par le texte : il ne faut pas réduire le questionnaire à un amas de points écarlates qui n’ont aucun rapport les uns des autres. Le questionnaire doit faire le tour du texte : il ne s’agit pas bien sûr de tout dire du texte ou d’être très exhaustif, mais il faut être éclectique et sélectif dans le choix des questions. Il faut être pertinent.
* Critère de la variété des tâches demandées :
Les premières tâches demandées doivent être autour des activités d’observation/ identification : un travail de repérage des indices significatifs est primordial, car il permet de recueillir la matière première pour la construction du sens : observer, repérer, sélectionner, relever…
Les deuxièmes tâches demandées doivent être autour des activités de classement : classer, faire correspondre, regrouper, mettre ensemble, hiérarchiser…
Les troisièmes tâches demandées doivent être autour des activités de la mise en relation : pourquoi, justifier, synthétiser, comparer, donner un titre,…
Exemple d’une progression…
1- Observer/ repérer des informations dans le paratexte : titre, source, illustrations, notes…pour anticiper sur le sens du texte : formuler des hypothèses de lecture.
2- Repérer/ identifier les personnages en présence dans le texte : l’énonciation (les indices de reprise et de caractérisation) pour anticiper la thématique du texte.
3- Etablir les rapports entre les personnages à partir des dialogues, par exemple, pour identifier (mesurer) leur importance dans le texte : personnages principaux, secondaires, adjuvants, opposants, sujet de l’action, etc.
4- Préciser le point ou les points de vue dans le passage.
5- comprendre un mot/ des mots dans le contexte.
6- Compléter un tableau ou faire correspondre à partir de données.
7- Repérer les champs lexicaux pour dégager la thématique du texte.
8- identifier les indices signifiant favorisant la construction de sens : les figures de style, les indices de temps, les indices morphologiques et syntaxiques, les indices sémantiques…)
9- identifier les explications et les commentaires du narrateur dans le texte pour en dégager le ton, le registre.
10- Etablir les mises en relation à partir des rapports logiques qui relient les phrases aux idées. (Pourquoi, qui, quel est, justifiez…) pour faire valoir les rapports entre les idées…
11- Compléter un tableau ou faire correspondre à partir de données pour tester des capacités d’analyse chez l’élève.
12- Transformer des phrases : au niveau temporel, au niveau morphologiques, au niveau syntaxique…pour tester la capacité de l’élève à manier la langue dans le contexte.
13- trouver un plan (une structure : réorganiser des phrases en fonction du texte pour les mettre en ordre) ou donner un titre possible au texte OU choisir parmi plusieurs titre, celui le plus significatif…
Application
En gardant le même esprit du puzzle 1, il me parait judicieux de proposer un questionnaire totalement parsemé de fautes de tous genres, afin de le soumettre aux remarques des collègues. Après les discussions, des commentaires seront donnés au fur et à mesure…Cela aboutira à un travail de synthèse que je me chargerai de faire…
Voilà l’évaluation 2
Des femmes en pleur…
La nouvelle de cette disparition se propagea instantanément dans le quartier. Des femmes inconnues traversèrent les terrasses pour venir prendre part à la douleur de Rahma et l’exhorter à la patience. Tout le monde se mettait à pleurer bruyamment. Chacune des assistantes gémissait, se lamentait, se rappelait les moments pénibles de sa vie, s’attendrissait sur son propre sort.
Je m’étais mêlé au groupe des pleureuses et j’éclatais en sanglots. Personne ne s’occupait de moi. Je n’aimais pas Zineb, sa disparition me réjouissait plutôt, je pleurais pour bien d’autres raisons. D’abord, je pleurais pour faire comme tout le monde, il me semblait que la bienséance l’exigeait ; je pleurais aussi parce que ma mère pleurait et parce que Rahma qui m’avait fait cadeau d’un beau cabochon de verre, avait du chagrin ; mais la raison profonde peut-être, c’était celle que je donnais à ma mère lorsqu’elle s’arrêta, épuisée. Toutes les femmes s’arrêtèrent, s’essuyèrent le visage, qui avec un mouchoir, qui avec le bas de sa chemise. Je continuais à pousser des cris prolongés. Elles essayèrent de me consoler.
Consigne : Observez cette évaluation et dégagez en les différentes défaillances qui font d’elle un véritable fiasco !
1- Remplissez le tableau suivant : (1p)
a- Genre littéraire …………………………………………………………..
b- Lieu de l’histoire ………………………………………………………..
c- Siècle …………………………………………………………………………
d- Personnages principaux………………………………………………
2- Situez le passage dans le texte dont il est tiré. (0,5p)
3- Définissez en quelques lignes le genre de l’œuvre (1pt)
4- Quel est le type de ce texte ? (0,5p) Justifiez votre réponse.
5- Relevez dans le deuxième paragraphe une expression qui remplace le verbe pleurer. (1pt)
6- « La nouvelle de cette disparition». De quelle nouvelle s’agit-il ? (0,5p)
7- De quoi sont souffre Sidi Mohamed? Et les autres femmes qui pleurent? (1pt)
8- Relevez du texte une comparaison. (0,5p)
9- Que remplace le pronom personnel indéfini « personne » souligné dans l’énoncé suivant : « Personne ne s’occupait de moi. » (0,5p)
10- « … La nouvelle de cette disparition se propagea instantanément dans le quartier. Des femmes inconnues traversèrent les terrasses pour venir prendre part à la douleur de Rahma et l’exhorter à la patience. Tout le monde se mettait à pleurer bruyamment. Chacune des assistantes gémissait, se lamentait, se rappelait les moments pénibles de sa vie, s’attendrissait sur son propre sort. » Quels sont les deux temps verbaux employés dans cette phrase ? Pourquoi ? (1pt)
11- Donnez un synonyme au mot «sanglots ». (0,5p)
12- Relevez deux mots appartenant au champ lexical de « La torture » (1pt)
13- Pourquoi sidi Mohamed pleure-t-il ? (0,5p)
Pour aider à l’évaluation de cette « évaluation », voilà une grille
A- Le support :
1- Fait-il référence à une œuvre au programme ?
2- La source est-elle indiquée ?
3- Est-il accompagné de notes explicatives ?
4- Le texte contient-il un titre ?
5- Contient-il une unité de sens ?
6- La mise en page est-elle respectée ? (La structure des paragraphes, l’utilisation des mots ou des expressions en italique…les lignes sont-elles numérotées ?)
7- Le nombre des lignes prend-il en compte le niveau réel de l’élève moyen ?
B- Le contenu de l’évaluation :
1- Les questions portent-elles sur les objectifs au programme ?
2- Y’a-t-il une interaction entre les questions de langues et de compréhension ?
3- Les questions sont-elles accompagnées d’un barème ?
4- Le barème respecte-t-il l’importance donnée à chaque objet d’étude ?
5- Y’ a-t-il une construction de sens à partir des questions ? (y’a-t-il une complémentarité entre les questions) ?
6- Le nombre de question est-il suffisant ?
7- Les questions sont-elles accompagnées d’un corrigé ?
C- Les Questions :
1- Sont-elles lisibles ?
2- Sont-elles précises ?
3- Utilisent-elles des éléments du métalangage (le vocabulaire propre à l’analyse du texte ?)
4- Sont-elles compliquées ?
5- Sont-elles bien formulées ?
6- Les verbes introduisant les tâches sont-ils bien
choisis ?
7- Les questions comportent-elles plusieurs tâches à la
fois ?

  




 Réponse N°1 2497

Ce ne peut être que M Idoubiya!Merci
  Par   Samira Yassine  (CSle 23-01-10 à 16:22



J'ai beaucoup appris lors de mon service civil en tant qu'nseignante sans la moindre formation. J'ai appris ce qu'il fallait apprendre lors de ma formation à l'ENS. J'ai appris bien plus, lors des vintaines d'années au service de mes chers élèves. Et maintenant j'en suis à l'affinement de tous ces apprentissages grace à la didactique de M Rachid Idoubiya qui ne cesse de nous impressionner par ses méthodes variées et diversifiées au service des enseignants qui malheureusement ne se manifestent pas. Pourquoi?ça m'étonnerait qu'on n'ait pas besoin de ce genre d'exercices ;absolument pas. L'effort fourni par M idoubiya, pour mettre à notre disposition son expérience et son savoir faire dans le domaine, est remarquable et on ne saurait le remercier assez .

Par hasard j'ai donné le même texte ou presque à mes élèves. Je l'nverrai après avoir discuté les questions pproposées par notre collègue. Je reviendrai pour les propositions et commentaires et suggestions. Grand merci M Idoubiya Grand merci Marocagreg




 Réponse N°2 2501

Trois étapes incontournables dans l’acte d’évaluer ou Évaluer, c’est quoi au juste…
  Par   Idoubiya Rachid  (Profle 24-01-10 à 23:10



Remarque 1

Trois étapes incontournables dans l’acte d’évaluer ou Évaluer, c’est quoi au juste…

Nb- Il faut toujours se poser la question suivante : quels sont les objectifs à évaluer, et que cherche-t-on à observer ?

* Avant de procéder à l’analyse détaillée de cette évaluation, il est nécessaire de rappeler une chose essentielle. L’acte d’enseigner, comme l’acte d’évaluer, demande un travail rigoureux de préparation et de rationalisation. L’évaluation de ce fait, entre dans un processus de trois phases : avant, pendant et après.

Avant : La première phase consiste à définir les objectifs de l'évaluation et les critères de jugement. Cette étape ne s’élabore pas bien sûr la veille du contrôle, mais au tout début de la séquence didactique. A cette période, l’enseignant réfléchit sur les différents besoins de ces élèves, sur ce qu’ils devraient apprendre à faire au cours de la séquence. L'évaluation doit donc être planifiée dès le début de la séquence. Les élèves doivent savoir quand, sur quoi et comment elles seront évaluées. Cela s’appelle établir un contrat didactique avec ses élèves. Après la détermination du projet, la classe sait à quoi elle s’attend, les objectifs visés et les réalisations attendues. Elle sait que le travail sera jugé, évalué, noté et apprécié…

Pendant : Dans cette période, l’enseignant procède à la sélection du texte qui sera le support de son intervention didactique. Le choix du texte est essentiel car il constitue une sorte d’intermédiaire entre l’enseignant, les Savoirs enseignés et l’élève. Le texte en question doit être soumis à une intervention didactique réfléchie. Un travail sérieux prendra en considération les rapports intrinsèques entre le font, la thématique et la forme qui l’exprime. Les questions qui vont porter sur le texte doivent montrer une véritable interrogation du texte, qui commence par des hypothèses de lecture, qui passe par l’observation des éléments significatifs/indices et qui finit pat la validation des hypothèses. Surtout que l’évaluation est nécessairement formative, car elle-même entre dans un processus : l’amélioration du niveau de l’élève à chaque étape de son apprentissage. Les élèves doivent donc être informées et consultées dès le début de la séquence sur la manière dont ils seront évalués. Il sera judicieux pour la responsabilisation des élèves de leur permettre de participer à la démarche d’évaluation : leur donner par exemple une dizaine de textes à préparer, avec à l’appui des objectifs visés par cette évaluation.

Après : Toute évaluation est un dispositif qui sert évidemment à quelque chose ! Evaluer pour évaluer est un acte complètement absurde ! L’évaluation doit intervenir dans le sens de la motivation et à initiation à l’autonomie, dans le but toujours de développer le sens de la responsabilité chez l’élève… Elle sert donc à informer l’élève de ses propres performances…Dans ce sens, L’auto-évaluation ou la co-évaluation est essentiel, dans la mesure où l’élève est conscient des objectifs poursuivis et des tâches réalisées. Cela passe nécessairement par l’instrument de la mesure qui sert de collecte pour établir des notes…Ce moyen doit pouvoir donner des informations, ne serait-ce que pour classer momentanément les élèves performants et les élèves qui demandent plus de présence de la part de l’enseignant. Cependant, ce moyen reste très limité, vu les différents paramètres qui entrent dans l’observation du degré de maîtrise de la langue. En effet, Les évaluations mesurent généralement les connaissances acquises, mais ne renseignent pas l'enseignant sur les comportements et les stratégies qu'utilisent les élèves pour comprendre et produire des messages. Que l'élève soit capable de bien répondre aux questions d'un contrôle ne justifie pas qu'il soit en mesure d'utiliser ces connaissances dans d'autres situations, en termes de performance…

Cette limite de l’instrumentalisation de l’outil/mesure doit être remédiée par une communication sérieuse entre l’enseignant et ses élèves : avant de passer d’une séquence didactique à une autre, il faut s’arrêter pour revoir le travail fait, et le travail à faire…Ce sera renouveler le contrat avec ses élèves, à base d’un nouveau projet pédagogique, fait en commun avec eux…

NB- La lecture critique de l'"évaluation" se fera dès demain...





 Réponse N°3 2506

Commentaires de 1 à 6...
  Par   Idoubiya Rachid  (Profle 25-01-10 à 00:15



Commentaires de 1 à 6

Après ce volet théorique incontournable sur l’acte conscient d’évaluer, voilà une réflexion qui s’arrêtera sur les cinq (5) premiers points de l’«évaluation » proposée pour la critique :

Remarque 2

Avant d’entrer directement dans l’analyse du questionnaire, plusieurs remarques sont à donner concernant le texte. Le texte en question est incomplet!

Le texte choisi contient bel et bien deux thèmes distincts, mais le début et la fin du texte sont tronqués ! En effet, le texte commence par une reprise lexicale : « cette disparition », et finit par : « Je continuais à pousser des cris prolongés. Elles essayèrent de me consoler. », sans connaître la cause des pleurs du narrateur…

Les deux thèmes qui font l’unité de ce texte sont : la solidarité des habitantes face à un problème de l’une d’elles : « Tout le monde se mettait à pleurer bruyamment… »/ et les pleurs de sidi Mohamed inexpliquées : « Je continuais à pousser des cris prolongés »

1- Remplissez le tableau suivant : (1p)

Remarque 3

Voilà une question de cours : ce que l’élève sait déjà. Cette question est à sa place car elle va favoriser l’entrée dans l’étude de texte : la fameuse formulation d’hypothèses de lecture…

a- Genre littéraire : il s’agit d’un roman autobiographique où le narrateur raconte en romançant une période de sa vie…

b- Lieu de l’histoire : deux possibilités de réponse : il s’agit d’un côté de la ville de Fès et d’un autre côté de l’appartement de Rahma où les voisines se sont rendues.

c- Siècle : c’est le 20ième siècle, précisément dans la période coloniale…

d- Personnages principaux : ici Sidi Mohamed qu’on interroge sur les raisons de ses pleurs et Rahma, dont une grande partie du texte est consacrée pour parler de ces malheurs : il ne faut pas confondre la position des personnages dans la facture du roman et celle dans celui d’un extrait !

2- Situez le passage dans le texte dont il est tiré. (0,5p)

Remarque 4

Il y ‘a plusieurs manières d’introduire le passage en question :

- Voila une situation possible : Rahma se rendait à une fête pour célébrer la naissance d’un de ses proches. Dans la route, elle perd sa fille Zineb à cause des bousculades et du tohu-bohu dans la rue… Elle est réconfortée par les voisines qui sont venues pour l’assister.

Remarque 5

3- Définissez en quelques lignes le genre de l’œuvre (1pt)

Remarque 6

- Cette tâche est une variante de la question n 1. C’est une répétition en quelque sorte…Avec (1p) comme note. Ce qui constitue une redondance au niveau de l’objectif visé par cette question.

4- Quel est le type de ce texte ? (0,5p) Justifiez votre réponse. Cette question est imprécise.

Remarque 7

Dans l’extrait, il y ‘a le texte narratif, descriptif et argumentatif…Que faudrait-il alors choisir et quelles justifications donner ? D’autant plus que la note donnée ne vaut pas l’intérêt que revêt cette question dans la facture de l’évaluation…





 Réponse N°4 2508

Commentaire suite et fin...
  Par   Idoubiya Rachid  (Profle 25-01-10 à 23:12



4- Quel est le type de ce texte ? (0,5p) Justifiez votre réponse. Cette question est imprécise.

Remarque 5

Dans l’extrait, il y ‘a le texte

narratif : « La nouvelle de cette disparition se propagea instantanément dans le quartier. Des femmes inconnues traversèrent les terrasses pour venir prendre part à la douleur de Rahma et l’exhorter à la patience. »,

descriptif : «Tout le monde se mettait à pleurer bruyamment. Chacune des assistantes gémissait, se lamentait, se rappelait les moments pénibles de sa vie, s’attendrissait sur son propre sort. Je m’étais mêlé au groupe des pleureuses et j’éclatais en sanglots. Personne ne s’occupait de moi. Je n’aimais pas Zineb, sa disparition me réjouissait plutôt, je pleurais pour bien d’autres raisons »,

et argumentatif : « D’abord, je pleurais pour faire comme tout le monde, il me semblait que la bienséance l’exigeait ; je pleurais aussi parce que ma mère pleurait et parce que Rahma qui m’avait fait cadeau d’un beau cabochon de verre, avait du chagrin ; mais la raison profonde peut-être, c’était celle que je donnais à ma mère… ».

Que faudrait-il alors choisir et quelles justifications donner ? D’autant plus que la note donnée ne vaut pas l’intérêt que revêt cette question dans la facture de l’évaluation…Celle-ci permet à l’élève d’utiliser des compétences comme celles de la reconnaissance des temps des verbes, des liens logiques et des arguments utilisés par le narrateur pour se justifier.

NB- On peut joindre la question 10 à cette question.

Autre manière de poser la question :

4- a- Relevez un passage narratif : quel est le temps utilisé par le narrateur ? b- Les événements : A- s’accélèrent B- ralentissent. Choisissez la bonne réponse. c- A quel temps est le passage qui va de : « Tout le monde se mettait à pleurer bruyamment. Chacune des assistantes gémissait, se lamentait, se rappelait les moments pénibles de sa vie, s’attendrissait sur son propre sort. Je m’étais mêlé au groupe des pleureuses et j’éclatais en sanglots. Personne ne s’occupait de moi. Je n’aimais pas Zineb, sa disparition me réjouissait plutôt, je pleurais pour bien d’autres raisons » d- S’agit-il donc de : A- description B- narration. Choisissez la bonne réponse. (2p)

5- a- Dans ce passage : « D’abord, je pleurais pour faire comme tout le monde, il me semblait que la bienséance l’exigeait ; je pleurais aussi parce que ma mère pleurait et parce que Rahma qui m’avait fait cadeau d’un beau cabochon de verre, avait du chagrin ; mais la raison profonde peut-être, c’était celle que je donnais à ma mère… », Sidi Mohamed se justifie. Relevez les raisons qu’il donne. (Trois raisons) b- Relevez trois liens logiques exprimant : A- La cause : ............. B- Le but :……………, C- L’opposition :…………….. (1.5p)

6- Relevez dans le deuxième paragraphe une expression qui remplace le verbe pleurer. (1pt)

Remarque 6

- Cette question peut être jointe à la question 11. Les deux questions peuvent être remplacées par la suivante :

Autre manière de poser la question :

6- a- Relevez le champ lexical relatif aux pleurs. (Quatre mots/ expressions) b- pourquoi tout le monde se mettait à pleurer ? (1.5p)

7- « La nouvelle de cette disparition». De quelle nouvelle s’agit-il ? (0,5p)

Remarque 7

Cette question est superflue car on demande déjà à l’élève de situer le passage qui doit nécessairement passer par cette information…

On peut relier les deux questions 6+7.

Autre manière de poser la question :

8- Les femmes pleurent-elles seulement à cause de la disparition de zineb ? Répondez en justifiant votre réponse… (1p)

9- Relevez du texte une comparaison. (0,5p)

Remarque 8

- Cette question est incomplète. On ne doit pas poser une question gratuite dans la facture de la construction du sens. Quelle est l’intérêt de relever cette comparaison ? Voilà la question à poser…

Autre manière de poser la question :

9- a- Relevez du texte une comparaison. b- Sidi Mohamed veut : A- imiter les autres B- se distinguer des autres. Choisissez la bonne réponse.

10- Que remplace le pronom personnel indéfini « personne » souligné dans l’énoncé suivant : « Personne ne s’occupait de moi. » (0,5p)

Remarque 9

Cette question porte sur la reconnaissance des faits de langue. On peut la développer en testant une capacité de transformation :

Autre manière de poser la question :

10- a- Que remplace le pronom personnel indéfini « personne », dans l’énoncé suivant : « Personne ne s’occupait de moi. » b- Remplacez le pronom personnel indéfini « personne », par : tout le monde. (0,5p)

- « … La nouvelle de cette disparition se propagea instantanément dans le quartier. Des femmes inconnues traversèrent les terrasses pour venir prendre part à la douleur de Rahma et l’exhorter à la patience. Tout le monde se mettait à pleurer bruyamment. Chacune des assistantes gémissait, se lamentait, se rappelait les moments pénibles de sa vie, s’attendrissait sur son propre sort. » Quels sont les deux temps verbaux employés dans cette phrase ? Pourquoi ? (1pt)

Remarque 10

Voir question 4

- Donnez un synonyme au mot «sanglots ». (0,5p)

Remarque 11

Voir question 6

- Relevez deux mots appartenant au champ lexical de « La torture » (1pt)

Remarque 12

- Cette question est erronée : il n’y a pas de torture dans le texte. Il y ‘a de la souffrance pas de « torture »…

11- Pourquoi Sidi Mohamed pleure-t-il ? (0,5p)

Remarque 13

Voir question n 4





InfoIdentification nécessaire
Identification bloquée par
adblock plus
   Identifiant :
   Passe :
   Inscription
Connexion avec Facebook
                   Mot de passe oublié


confidentialite Google +