Tu écoutes ?

 Par errajraji zouhair  (Etudiant(e))  [msg envoyés : 3le 26-12-15 à 20:02  Lu :354 fois
     
  
 accueil


- Tu écoutes ?
- Non.
- Veux-tu goûter ?
Après avoir examiné la tasse.
-Oui.
Ils se regardaient.
Pendant que le petit gamin, accroupi, chantonnait à voix basse une chorale apprise à l’école, la maman s’approcha de son mari en chuchotant à l’oreille pour ne pas attirer l’attention du petit :
- Est-ce-que tu écoutes ?
-guère.
L’accalmie s’installe, le gamin se lève timidement, le livre à la main, il s’en alla.
- Tu te réjouis de le chagriner, quelle est cette âme froide !
Il ne prononce aucun mot, ses regards indifférents augmentent la colère de sa femme.
[Le soir]
Elle ne cesse pas de bouger, d’un ton énervé, elle s’adresse à son mari, celui-ci qui a passé toute la journée étendu sur un canapé, indifférent à ce qui s’est passé :
- ô Dieu, le ciel s’est noirci.
- brûlez la chandelle.
Elle demeure accoudée à la fenêtre, et ses pensées sont tournées vers son petit. En attendant qu’il arrive, la peur vient de l’envahir, au moment où le pendule sonna, la crainte accabla son cœur.
Le vent souffle.
L’homme s’attache à son indifférence, il fumait une cigarette. En écoutant le chant du vent venant de l’extérieur, il siffle joyeusement en accord avec cette musique. La femme a froid, elle s’approche à l’âtre auprès de son époux en laissant la fenêtre entrouverte. Il continuait à siffler jusqu’à chanter avec le vent, ces tons rythmiques, si douloureux, finissent par faire pleurer la maman, qui ne cesse pas de penser à son petit.
Le chant devient de plus en plus philharmonique, les animaux participent à la phrase musicale involontaire, les chiens aboient incessamment, ils aboient, ils aboient, au point de décaler le ton de la musique. La femme cria :
- Quelqu’un à la porte.
Elle se lève hâtivement, puis, elle ouvra la porte :
- Mon petit !
Assis à coté de son père, le petit garçon prononça :
- Mon père est un artiste, j’ai tout écouté.
Pendant que le petit garçon chantait à haute voix sa chorale préférée, le père s’adressa à la maman :
- Tu écoutes ?
- Oui
- Il faut qu’on chante à haute voix pour que notre art soit audible.

  



Vous aimez cet article ?
Partagez-le sur


InfoIdentification nécessaire
Identification bloquée par
adblock plus
   Identifiant :
   Passe :
   Inscription
Connexion avec Facebook
                   Mot de passe oublié


confidentialite Google +