Travail préparatoire à la dissertation :

 Par kantara oussama  (?)  [msg envoyés : 4le 18-04-12 à 23:46  Lu :1321 fois
     
  
 accueil


La société n’est pas un monde idéal où l’amour et la charité suffisent pour assurer l’ordre. L’homme doit être tantôt excusé, tantôt rudoyé pour rester juste. A ce propos Duhamel affirme : « La pure justice n’est pas charitable, la grande charité n’est pas juste ». L’auteur détermine ici les deux extrêmes de la justice, à savoir « la pure justice » et « la grande charité ». Pour lui, l’équité est à mi-chemin entre l’intransigeance impitoyable et l’indulgence excessive de l’arbitre. Si la première est trop rigide pour se donner la peine d’examiner les détails de chaque cas et y déceler les motifs suffisants pour alléger ou annuler le châtiment, la seconde, elle, trouve partout des excuses pour pardonner les faiblesses du moment. Dans le premier cas, la justice est inhumaine et ne peut, de ce fait, juger des humains coupables. Dans le second cas, elle porte préjudice aux victimes en se laissant entraîner par la pitié. Autrement dit, pour que justice soit, il faut que toute contravention soit évaluée en termes de responsabilité car la tolérance de la transgression conduit au désordre, et l’indifférence froide réalise la tyrannie. Néanmoins un tel équilibre est difficile à atteindre en ce qu’il confronte l’homme-juge à ce qui constitue sa faiblesse : son inaptitude à mêler ses sentiments à sa raison sans que son jugement s’embrouille. En effet, dans Les R.C comme dans Les Choéphores et Les Euménides, l’injustice tient souvent à la disproportion entre le jugement et le tort non en raison de la variabilité objective des cas examinés mais de la trop grande marge de liberté ménagée à l’autorité de l’agent de l’ordre. Nous allons voir dans quelle mesure l’équité est l’équilibre nécessaire mais difficile pour la justice humaine.
I – L’impartialité est le trait définitoire de la justice :
1 – L’ordre véritable s’appuie sur une autorité objective
2 – La lettre de la loi est le repère neutre de l’évaluation du tort
3 – La punition égalitaire est la concrétisation de la justice légale
II – L’équité est la face humaine de la justice :
1 – L’équité est l’interprétation avantageuse du texte de la loi :
2 – L’équité repose sur une redéfinition du principe de l’égalité : le droit de tous d’être jugés différemment
3 – Mais la subjectivité de l’arbitre est l’écueil qui menace la justice compréhensive
III – La justice doit être patiente mais inflexible
1 – L’application de la loi ne doit pas s’opposer à l’esprit de la loi
2 – Pour que l’équité se réalise, le verdict doit être collectif ( deux avis valent mieux qu’un seul)
3 – Qui juge bien châtie bien

  



Vous aimez cet article ?
Partagez-le sur


 Réponse N°1 20065

"Qui juge bien châtie bien..."
  Par   Idoubiya Rachid  (Profle 19-04-12 à 22:07



Une réflexion intéressante autour de la justice.

Une question: dans quelle société pourrions-nous appliquer le principe suivant? "Qui juge bien châtie bien..."

Comment transformer l'acte charitable par l'acte équitable? Comment pourrions assurer l'égalité avant légalité?

Par principe? Pourrions-nous juger tout le monde différemment?





InfoIdentification nécessaire
Identification bloquée par
adblock plus
   Identifiant :
   Passe :
   Inscription
Connexion avec Facebook
                   Mot de passe oublié


confidentialite Google +