Texte : le réchauffement climatique (1)

 Par marocagreg  (Admin)  [msg envoyés : 2213le 19-07-11 à 11:45  Lu :3320 fois
     
  
 accueil


Le réchauffement climatique (1)
Article n° 1
Réuni depuis lundi à Paris, le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec), rend ses conclusions vendredi. Si aucune action résolue n’est entreprise, les températures devraient s’élever de plusieurs degrés, les phénomènes extrêmes tels que canicules ou fortes précipitations devraient se renforcer. Le réchauffement climatique affectera gravement la planète d’ici la fin du siècle. Voici les premières conclusions du rapport:
Les experts mondiaux du climat ont renforcé leur conviction que l’homme est responsable de «l’essentiel de l’accroissement observé sur la température moyenne globale depuis le milieu du 20e siècle». Ils affectent à cet impact humain sur le climat une certitude de 90%, contre 66% dans leur dernier rapport en 2001. Susan Solomon, présidente du groupe de travail scientifique estime que «tout converge pour montrer la part essentielle de l’homme dans le réchauffement du climat».
Les températures devraient augmenter  de 1,8 à 4 degrés d’ici 2100, entraînant , outre la hausse du niveau des océans, de fortes précipitations et vagues de chaleur plus fréquentes, ainsi que des cyclones plus violents. Les émissions «passées et futures de CO2 continueront à contribuer au réchauffement et à l’élévation du niveau des mers pendant plus d’un millénaire», compte tenu de leur durée de vie dans l’atmosphère. Ces valeurs sont des moyennes, et le réchauffement pourrait être plus élevé, allant jusqu’à 6,4 degrés dans le scénario le plus «polluant» établi par le Giec.
Le niveau des mers pourrait s’élever de 18 à 59 centimètres d’ici 2100, une estimation qui ne prend pas en compte une éventuelle fonte accélérée de la glace au Groënland et dans l’Antarctique. Le rapport comporte donc une fourchette plus étroite, dans ses projections sur l’élévation du niveau des mers, que la version 2001 du document, qui prévoyait une hausse de 9 à 88 cm. Le Giec souligne cependant qu’il ne faut pas «exclure des valeurs plus élevées» du fait de la connaissance imparfaite du processus de fonte des plaques de glace dans l’Antarctique et au Groënland. Le climatologue français Jean Jouzel explique qu’une «élévation moyenne de 40 cm du niveau des océan signifierait que 200 millions de personnes doivent quitter leur foyer et leur lieu de vie».
Tous les scénarios du Giec sont réalisés sans tenir compte d’éventuelles actions de la communauté internationale pour contrer le changement climatique. «Sans vouloir être alarmiste, il faut noter que les émissions (de CO2) ont continué d’augmenter de 6,4 milliards de tonnes à 7,2 milliards de tonnes en 5 ans, avec pour conséquences des concentrations de CO2 qui ne font qu’accroître le réchauffement: le moins qu’on puisse dire c’est qu’on n’est pas sur la voie de la sagesse», estime Jean Jouzel.
Le rapport scientifique doit fonder l’action de la communauté internationale pour les cinq ans à venir, alors que les dirigeants de la planète doivent donner une suite au protocole de Kyoto qui vient à échéance en 2008-2012.
L’organisation écologique Greenpeace estime que le rapport du Giec doit pousser les gouvernements à l’action. L’association indique dans un communiqué que «si le dernier rapport du Giec (en 2001) était un appel à se réveiller, ce nouveau rapport est une sirène d’alarme». «La bonne nouvelle est que notre compréhension du système climatique et de l’impact humain à son encontre s’est énormément améliorée. La mauvaise nouvelle, c’est que plus on en sait, plus notre futur apparaît dangereux», poursuit Greenpeace. L’association préveint: «Le message adressé aux gouvernements est clair, et la possibilité d’agir se réduit vite».
Article n°2
A l’appel de soixante-dix associations écologistes rassemblées par l’Alliance pour la planète, citoyens et organismes institutionnels avaient été invités à observer «5 minutes de répit pour la planète» entre 19h55 et 20h00 jeudi soir. Une plage horaire coïncidant avec le pic traditionnel de consommation des ménages français.
L’opération a bien été suivi par les Français, le Réseau du transport d’électricité (RTE) observant pendant ces cinq minutes une «chute brutale» de la consommation d’électricité d’environ 800 mégawatts (MW), soit une baisse de plus de 1% de la consommation totale en France a expliqué une porte-parole de la RTE. Selon une première estimation, cette baisse correspondrait à la consommation de l’éclairage et des appareils en veille d’environ trois millions de ménages ou de celle d’une ville comme Marseille.
L’objectif de cette opération inédite était d’attirer l’attention sur le réchauffement climatique au moment où 500 experts des Nations unies débattaient cette semaine sur ce thème à Paris.
Cette action, soutenue par l’animateur de télévision Nicolas Hulot, visait aussi à montrer aux candidats à la présidentielle que l’environnement est «un enjeu majeur» et qu’une large majorité des Français sont prêts à agir au quotidien.
Des mairies ont donné l’exemple, jeudi, comme celle de Paris qui a autorisé l’extinction des illuminations décoratives de la Tour Eiffel. La vieille dame a éteint ses 336 projecteurs, plongeant dans la pénombre les personnes qui s’étaient rassemblés sous l’édifice pour l’occasion. La mairie du IIe arrondissement de la capitale a elle aussi éteint toutes ses lumières en plein conseil municipal. A Marseille, l’éclairage de Notre-Dame-de-la-Garde a été éteint à la demande de la mairie. D’autres villes comme Barcelone, Madrid, Québec ou encore Bruxelles ont aussi participé à cette opération.
© Libération LIBERATION.FR : vendredi 2 février 2007

  



InfoIdentification nécessaire
Identification bloquée par
adblock plus
   Identifiant :
   Passe :
   Inscription
Connexion avec Facebook
                   Mot de passe oublié


confidentialite Google +