Tc - le registre tragique (fiche)

 Par elhadiwi naoual  (?)  [msg envoyés : 6le 26-09-13 à 13:45  Lu :1265 fois
     
  
 accueil


T.E.C: Le registre tragique

Support: Antigone

Observation

Antigone

«Ö Polynice! Ö mon pauvre frère! Ai-je pleuré de ne pas accomplir mon devoir envers toi! Je pleurerai pendant une éternité si je ne te mets pas dans ta tombe. Tu me dois une sépulture honorable. Je suis prête à mourir pour te rendre les devoirs funèbres. Etéocle dort tranquillement. Je veux que ton âme soit en paix.»

Conceptualisation

A qui s'adresse Antigone dans ce texte? Elle interpelle son frère Polynice. C'est ce qu'on appelle interpellation ou apostrophe (une figure de style par laquelle un locuteur interpelle une personne ou une chose.

Il y a une deux autres figures de style. Elles se trouvent dans la 2ème et la 4ème ligne. Définissez-les. La mort, est-elle une réalité grave (blessante) ou non? On a utilisé le mot dort pour atténuer l'idée de la mort. C'est ce qu'on appelle euphémisme: une figure de style qui présente une réalité blessante d'une manière atténuée.

Quel est le type des trois premières phrases utilisées par Antigone? A quoi sert une phrase exclamative? Quel sentiment exprime-t-elle?

Quel est le champ lexical qui domine? Faire souligner les mots qui appartiennent à ce champ lexical?

Antigone, sait-elle son destin? Oui elle va mourir. Est-ce quelle peut échapper à son destin? Non. Donc le destin est une force extrême qui la dépasse.

Est-ce qu'Antigone mérite ce sort? Est-ce qu'elle a voulu faire du mal aux autres par sa décision? Donc elle est innocente. Il s'agit de quel registre?

Le registre

Définition

les indices

tragique

Il permet d'exprimer la souffrance des êtres confrontés à des forces extrêmes ou à une fatalité à laquelle ils ne peuvent pas échapper.

les phrases exclamatives

les figures de style suivantes: l'hyperbole, l'euphémisme, l'apostrophe.

le champ lexical de la mort la fatalité l'innocence.

Application

Relevez les indices du registre tragique

Texte 1:

Le choeur: « Antigone et Hémon sont tranquilles. Tout ceux qui avaient à mourir sont morts. Même ceux qui ne croyaient rien et qui se sont trouvés pris dans l'histoire sans y rien comprendre. Un grand apaisement triste tombe sur le palais où Créon va commencer à attendre la mort.»

Texte 2:

Créon: «Je les ai fait coucher l'un près de l'autre, enfin! Ils sont lavés, maintenant, reposés. Ils sont seulement un peu pâles, mais si calmes. Deux amants au lendemain de la première nuit. Ils ont fini, eux.»



  



Vous aimez cet article ?
Partagez-le sur


InfoIdentification nécessaire
Identification bloquée par
adblock plus
   Identifiant :
   Passe :
   Inscription
Connexion avec Facebook
                   Mot de passe oublié


confidentialite Google +