Tableau récapitulatif de candide

 Par siba soukaina  (?)  [msg envoyés : 1le 29-11-14 à 19:37  Lu :1329 fois
     
  
 accueil

Tableau récapitulatif des aventures de Candide, et des critiques de Voltaire

chap.

lieux

personnages

aventures

Idées

1

Le château

du baron,

en Westphal ie

Candide,

M. le baron de Thunder- ten-tronckh, son épouse

labaronne, leur fils Cunégonde, leur fille, Pangloss, le précepteur

Candide vit heureux au château, il est éduqué par

le précepteur Pangloss.

Mais il est chassé parce que lui et Cunégonde sont surpris en train de s’embrasser et de se caresser.

Voltaire se moque de lafatuité des nobles.

Il se moque aussi des idées de Leibniz, pour qui

tout ce qui existe et tout ce qui se passe est forcément le mieux possible, parce que c’est Dieu qui l’a voulu et qu’il ne se trompe pas.

2

La ville

voisine, Valdbergho ff-trarbk- dikdorff

Les sergents recruteurs

de l’armée bulgare, le roi des Bulgares

Candide est enrôlé sans s'en rendre compte dans

l’armée bulgare par deux recruteurs.

On lui fait faire l’exercice pour qu’il devienne soldat. Il est battu et va être tué pour s’être promené mais le roi des Bulgares le gracie.

Voltaire dénonce la brutalité, l’absurdité et

l’injustice de l’armée, en montrant son héros capturé, battu et condamné à mort alors qu’il n’a fait aucun mal.

3

Le village

abare,

le village bulgare,

la Hollande

L’anabaptiste Jacques

Pendant la bataille contre les Abare, Candide se

cache, puis s’enfuit vers la Hollande.

Comme il n’a plus rien il mendie, mais il est rejeté par les protestants. Enfin un anabaptiste, Jacques, le recueille et le nourrit.

Voltaire se moque de l’absurdité de la guerre qu’il

qualifie au moyen d’un oxymore, « boucherie héroïque ».

Il se moque aussi de l’intolérance religieuse : un chrétien laisse un homme mourir de faim parce qu’il n’est pas protestant.

4

La

Hollande, Sur un bateau pour le Portugal

Pangloss,

l’anabaptiste Jacques

Candide rencontre Pangloss, devenu un

mendiant affreux, qui lui raconte comment la famille du baron a été massacrée par l’armée bulgare, et comment il a attrapé la syphilis avec une servante.

Jacques recueille et emploie Pangloss. Ils embarquent pour le Portugal.

Dans ce chapitre, Voltaire se moque à nouveau des

idées de ceux qui disent que tout va bien alors que les hommes se massacrent entre eux dans des guerres européennes (voir « guerre de trente ans » et « guerre de sept ans »).

5

Lisbonne

Pangloss

l’anabaptiste Jacques (qui meurt au début du chapitre)

Leur vaisseau coule en vue de Lisbonne, à cause

du tremblement de terre de 1755.

L’anabaptiste secourt un marin, qui le laisse se noyer. Pangloss et Candide arrivent dans les ruines de la ville, ils se soignent et parlent du péché originel avec un Inquisiteur.

Voltaire dénonce l’ingratitude de certains hommes

à travers le comportement du marin.

Il se moque encore de Pangloss qui pense que tout est bien alors qu’une catastrophe naturelle vient de détruire une ville.

6

Lisbonne

Pangloss (qui meurt

pendu)

Les sages de Lisbonne ont décidé un autodafé et

l’Inquisition condamne des gens sous des prétextes religieux, pour éviter un nouveau tremblement de terre.

Voltaire se moque de la superstition religieuse qui

fait croire aux fanatiques que l’on peut agir sur la nature en punissant les mauvais croyants.

Pangloss est pendu et Candide fouetté. Il a du

mal à penser que tout est bien.

7

Lisbonne,

La campagne près de Lisbonne

La vieille,

Cunégonde

Une vieille recueille Candide et le soigne, puis

elle lui fait rencontrer Cunégonde, qui a survécu au massacre de sa famille.

8

La

campagne près de Lisbonne

Cunégonde

Cunégonde raconte à Candide comment, après

qu’un soldat l’eut violée, un capitaine bulgare la prit comme servante, puis la vendit à un riche marchand juif, qui dut la partager avec un Inquisiteur pour ne pas être tué.

Lors de l’autodafé Cunégonde reconnut Candide et demanda à sa vieille servante de le soigner.

Voltaire dénonce les mauvais traitements que des

hommes font subir à d’autres hommes : non seulement certains sont massacrés mais ils sont vendus comme des marchandises et traités comme des esclaves.

En particulier, les femmes n’ont souvent rien à dire et sont privées de liberté.

9

La maison

de campagne de Cunégonde près de Lisbonne

Cunégonde,

La vieille

Don Issacar, qui vient rejoindre Cunégonde,

surprend Candide et veut le tuer, mais notre héros a une épée et le tue.

Quand l’inquisiteur arrive, il le tue aussi pour qu’il ne donne pas l’alerte. L’inquisiteur est enterré avec pompe, le juif est abandonné.

Voltaire dénonce la différence de traitement entre

les hommes selon leur religion : le prêtre est enterré avec les honneurs, le juif est jeté à la voirie. (aux ordures).

10

Plusieurs

villes espagnoles, et enfin Cadix, en Andalousie

Cunégonde,

La vieille

Candide et les femmes s’enfuient, mais ils sont

volés et sans ressources.

À Cadix, Candide réussit à se faire engager comme capitaine dans l’armée espagnole. Ils embarquent pour les Amériques.

Cunégonde se plaint de son sort mais la vieille prétend qu’elle a vécu pire.

Dans ce chapitre, Voltaire résume ses critiques de

lancien monde, lEurope, et annonce ses espoirs dans le nouveau monde, lAmérique.

11

Sur le

bateau vers les Amériques (retour en arrière : Italie puis Maroc)

Cunégonde,

La vieille

(sa mère, le pape son père, le prince son promis, le corsaire marocain)

La vieille est la fille d’un pape et d’une

princesse. Elle devait épouser un prince, qui fut empoisonné.

Le bateau qui l’éloignait fut attaqué par des corsaires marocains.

Au Maroc, la guerre faisait rage et tous ses ravisseurs furent tués. Elle s’évanouit et se réveilla sous un homme.

Voltaire dénonce encore les atrocités que les

hommes se font subir.

Il dénonce aussi la religion qui n’empêche rien de tout cela : les hommes prient tout en se massacrant.

12

(L'Afrique

du nord, la

(la vieille, les différents

maîtres qui

Cet homme, un castrat, promit de l’aider mais la

trahit. Elle fut vendue comme esclave dans l’empire

Voltaire étend sa dénonciation à tout l'ancien

monde : l'empire Ottoman, la Russie, l'Europe sont

Turquie, la

Russie, l'Europe du nord et finalement l'Espagne)

l'achètent)

Ottoman et en Russie, puis servante en Europe du

nord. Elle perdit une fesse et tous ses espoirs au cours de ses malheurs, et finit au service de Cunégonde.

tous déchirés par les guerres.

Les musulmans ne sont pas plus raisonnables que les chrétiens et se massacrent aussi entre eux.

13

Buenos-

Aires (Orthograph ié -Ayres )

Cunégonde

La vieille

Le gouverneur

L’alcade et les alguazils

Candide et ses compagnes arrivent à Buenos-

Aires. Le gouverneur veut que Cunégonde l’épouse. La vieille conseille à celle-ci d’accepter pour garder Candide en cachette.

Au même moment débarquent des policiers à la poursuite de Candide pour le meurtre du grand inquisiteur.

Voltaire se moque, comme dans le chapitre 1, des

nobles prétentieux.

[Il montre aussi ceux qui prennent excuse de leurs malheurs pour justifier une malhonnêteté, mais sans exprimer son opinion là-dessus : est-il d’accord ou pas avec la vieille ?]

14

Buenos-

Aires, Le

Paraguay

Cacambo

Le baron (C'est-à-dire le fils du baron devenu baron par la mort de son père.)

Candide s’enfuit sur les conseils de son valet

Cacambo, et se réfugie chez les jésuites du Paraguay, où il est bien accueilli parce qu’il est allemand.

Il reconnaît, dans le commandant qui le reçoit, le fils du baron de Thunder-ten-tronckh

Voltaire dénonce le comportement des colons

espagnols, même jésuites, qui pillent les peuples américains : « Los Padres (les pères = les jésuites) y ont tout, et les peuples rien »

15

Paraguay,

chez les jésuites

Cacambo

Le baron

Le baron lui raconte ses aventures : comme il

n'était pas mort il fut recueilli par un jésuite. Puis il devint jésuite lui-même et fut envoyé au Paraguay pour combattre les Espagnols.

Mais quand il apprend que Candide veut épouser Cunégonde, il se fâche et le frappe. Candide lui passe son épée à travers le corps et s'enfuit.

Voltaire se moque encore de l'extrême prétention

des nobles qui se croient supérieurs aux autres de naissance.

Ici, il ne ridiculise pas Pangloss qui dit que tous les hommes naissent égaux.

16

Paraguay,

chez les Oreillons

Cacambo

Les Oreillons

Alors qu'ils parcourent un territoire inconnu,

Candide tue deux singes qui pourchassaient des filles. Mais Cacambo lui apprend que c'étaient leurs amants. Ils s'enfuient mais sont capturés par la tribu des Oreillons, qui veulent les manger.

Mais Cacambo leur explique que Candide n'est pas un jésuite et ils sont bien traités.

Voltaire se moque de ceux qui ne comprennent pas

que tout le monde ne pense pas comme eux, et n'a pas les mêmes goûts.

Candide ne sait pas cela et s'attire des ennuis pour avoir tué les singes, amants des filles.

Cacambo en est conscient et tient aux Oreillons un discours qu'ils comprennent, il ne s'offusque pas de leur cannibalisme

17

Le fleuve

entre les précipices, Un pays où

Cacambo

Les écoliers et le maître L’hôtellier

Candide et Cacambo se dirigent vers la

Guyane (Cayenne). Quand leurs chevaux meurent ils volent un canot et arrivent, après avoir passé des rapides entourés de précipices, dans un pays

Plus de critique, ici.

Les enfants sont éduqués, les gens sont polis, se respectent, méprisent les richesses.

L'état est au service de la population tout entière.

l’on parle

péruvien (et qui est…)

où tout semble beau, où des enfants mal vêtus vont

à l’école, où on leur sert à manger gratuitement.

(Les enfants, même pauvres (en haillons) vont à lécole)

18

L'Eldorado

Cacambo

Le vieillard de 172 ans Le roi d’Eldorado

Un très vieil homme leur explique que les

habitants descendent des Incas, et s’isolent pour se protéger des Européens.

Ils croient en un dieu unique mais n’ont pas besoin de prêtres.

Candide et Cacambo sont accueillis un mois par le roi, mais ils veulent repartir. Candide espère racheter Cunégonde. Le roi leur donne des moutons, des richesses immenses et les aide à repartir.

Les habitants d’Eldorado se sont isolés pour se

protéger de la rapacité des Européens qui convoitent leur or.

Ils n’ont pas besoin de prêtres pour leur dire ce qu’ils doivent faire.

Ils n’ont pas besoin de tribunal ni de prison, mais cultivent les sciences.

19

Le Surinam

Cacambo

L’esclave noir Vanderdendur, le maître

hollandais

Sur le chemin ils perdent une partie de leurs

biens. Enfin ils arrivent au Surinam où ils rencontrent un esclave noir mutilé par son maître hollandais.

Candide envoie Cacambo racheter Cunégonde. Après avoir été volé, il choisit pour l’accompagner un autre malheureux et s’embarque pour Bordeaux.

Les deux compagnons retrouvent leur monde.

Voltaire dénonce la cruauté et l’injustice de l’esclavage.

Il dénonce encore une fois la cupidité et la malhonnêteté de ceux qui possèdent déjà des richesses, et qui en veulent toujours plus.

20

Le vaisseau

vers Bordeaux

Martin, le malheureux

manichéen

Sur le vaisseau, Candide et Martin discutent.

Martin explique à Candide qu’il est manichéen, qu’il croit que le mal domine la terre.

Ils assistent à un combat naval au cours duquel le voleur de Candide est coulé. Candide récupère l’un de ses moutons.

Encore une fois Candide est témoin de la cruauté

des hommes. Plus d’une centaine d’hommes meurent lors du naufrage du pirate.

21

Le vaisseau

vers Bordeaux

Martin

Sur le bateau Martin raconte ses malheurs à

Paris et à Amsterdam.

Il explique à Candide qu’il pense que les hommes sont sur Terre pour souffrir et qu’ils sont naturellement méchants et féroces comme des animaux carnassiers.

Le pessimisme de Martin n’est pas ridiculisé par

Voltaire, et il correspond à ce que le récit nous a fait voir jusqu’à présent.

22

Bordeaux,

puis Paris

Martin

L’abbé périgourdin La « marquise » de Parolignac

Le faux exempt (officier de police)

Ils se rendent à Paris, où ils se trouvent aussitôt

entourés de parasites qui en veulent à la fortune de Candide.

Un abbé les mène au théâtre puis chez une courtisane qui se prostitue à Candide pour deux diamants.

Voltaire se moque de la vie parisienne, pleine de

parasites, de médisants (gens qui passent leur temps à dire du mal des autres), de femmes vénales (qui se vendent) et de voleurs qui, comme ailleurs, ne pensent qu’à s’enrichir sur le dos de Candide.

Ayant appris l’histoire de Candide, il lui fait

croire que Cunégonde est à Paris, puis que la police l’arrête. Candide s’en sort pour une fortune et quitte Paris.

23

Le bateau

vers l'Angleterre puis vers Venise,

les côtes anglaises

Martin

Le capitaine hollandais (l'amiral anglais)

En route pour Venise, il passe d'abord près des

côtes anglaises, mais refuse d'y débarquer car il assiste à l'exécution d'un amiral pour des motifs absurdes : il n'aurait pas tué assez de gens pendant la guerre contre les Français.

De plus cette exécution semble ravir l'assistance.

Encore une fois Voltaire se moque de l'arbitraire et

de l'absurdité criminelle des règles militaires, et de la facilité avec laquelle les gens les acceptent.

Il se moque aussi des motifs de la guerre de sept ans, qui oppose la France à l'Angleterre pour

« quelques arpents de terre » (= le Canada)

24

Venise

Martin

frère Giroflée Paquette

Candide est désespéré de ne pas trouver

Cacambo mais Martin pense qu'il s'est enfui avec l'argent.

Candide veut montrer à Martin que tout le monde n'est pas malheureux, mais la jeune fille qu'il interroge se trouve être Paquette, qui après avoir été chassée du château a été obligée de se prostituer pour survivre, et le jeune homme qui l'accompagne est un religieux forcé à cause du droit d'aînesse qui l'a laissé sans rien.

En illustrant le point de vue de Martin, Voltaire

dénonce deux injustices sociales.

D'abord le sort des prostituées obligées de coucher avec des hommes qui leur déplaisent pour pouvoir survivre.

Puis le droit d'aînesse, qui prive les cadets de familles nobles de ressources en donnant tout à l'aîné, et les oblige à se faire religieux même s'ils ne le désirent pas.

25

Venise

Martin

Le seigneur Pococuranté

Le seigneur Pococuranté est très riche, il vit dans

le luxe. Mais tout ce qui l’entoure, que ce soit les femmes, les tableaux, la musique, la littérature, la philosophie, la poésie, les jardins, le lasse vite et finalement peu de choses lui plaisent, il critique tout et très peu de choses lui plaisent encore.

Voltaire se moque de l’éducation de Candide, qui

avait été élevé à ne rien juger par lui même (76)

Il nous montre aussi un homme riche et blasé, qui a la liberté de tout critiquer mais qui n’aime plus rien.

26

Venise,

l’hôtellerie

Martin

Cacambo

Achmet III, sultan Ivan, tsar

Charles Édouard, Angleterre

Roi des polaques (x 2) Théodore, élu roi de

Corse

4 autres altesses !

Un soir, à l’hôtel, Candide découvre avec

surprise qu’il mange avec 6 monarques détrônés venus voir le carnaval de Venise.

Cacambo est l’esclave de l’un d’eux et lui apprend que Cunégonde est à Constantinople.

À la fin de la soirée il donne un diamant au plus pauvre, tandis que quatre autres rois déchus entrent.

Voltaire se moque de l’instabilité du pouvoir des

rois, qui peuvent être détrônés par des guerres, des coups d’état, voire leur propre famille.

27

Venise,

Martin

Candide embarque pour Constantinople à bord

Voltaire se moque de la cupidité : tout le monde

Un navire

vers Constantino ple (Istanbul)

Cacambo

L’ex-sultan Achmet Le levanti (turc) patron

(capitaine) du bateau Pangloss

Le fils du baron

d’un vaisseau turc afin de retrouver Cunégonde.

Cacambo lui raconte qu’elle est esclave et qu’elle est devenue horriblement laide. Lui-même a été dépouillé des cinq millions donnés par Candide.

Candide retrouve et rachète Pangloss et le fils du baron, qui sont galériens sur le navire.

escroque Candide, essaie d’obtenir le plus d’argent

possible de lui : le gouverneur espagnol, le pirate, le capitaine turc, le marchand juif.

28

Un navire

vers Constantino ple

Pangloss

Le fils du baron Martin Cacambo

Le baron lui raconte qu’une fois soigné il devint

aumônier de l’ambassadeur de France à Constantinople, mais fut condamné pour s’être baigné nu avec un musulman. Pangloss subit le même sort pour avoir peloté les seins d’une musulmane dans une mosquée.

Voltaire se moque de l’absurdité des lois

religieuses, qui imposent des comportements qui échappent à toute logique, et que l’on ne peut donc absolument pas prévoir.

Il se moque encore de l’optimisme de Pangloss, et surtout de son entêtement au prétexte qu’il ne croit pas pouvoir se tromper.

29

La Turquie,

au bord de la

Propontide (

= mer de Marmara)

Pangloss

Le baron Cunégonde La vieille Martin Cacambo

Candide retrouve Cunégonde. À cause des

travaux d'esclave, elle est devenue très laide. Mais Candide, pour tenir sa promesse, tient à l'épouser.

Cependant le baron, malgré tout ce qu'a fait Candide, refuse orgueilleusement.

Cette fois, l'orgueil des nobles est poussé jusqu'à

l'absurde : le baron ne tient aucun compte de la réalité et refuse encore sa soeur à Candide.

30

Une

métairie au bord de la Propontide

Pangloss

Cunégonde La vieille Martin Cacambo Paquette Frère Giroflée

Le derviche (religieux musulman)

Le vieillard riche

Les compagnons le rendent au capitaine turc et

Candide épouse Cunégonde.

Mais ils ne mènent pas une vie heureuse car ils sont tous aigris par les malheurs qu'ils ont vécus.

Ils discutent de cela avec un derviche qui leur dit qu'ils n'ont pas à se mêler des décisions de dieu.

Ils rencontrent un vieillard riche qui ne se mêle pas des affaires du monde et prétend que c’est la clef du bonheur.

La fin du conte est très pessimiste. Candide,

contrairement aux héros traditionnels de contes, ne sort pas grandi de ses épreuves, mais désabusé et aigri.

À cause de cela il se renferme sur lui-même et ne s’intéresse plus au monde, sa devise devient la phrase célèbre qui termine le livre : « Il faut cultiver notre jardin.


  



Vous aimez cet article ?
Partagez-le sur


 Réponse N°1 34776

Un travail de longue haleine .
  Par   Samira Yassine  (CSle 29-11-14 à 20:04



Infiniment merci, pour ce travail laborieux qui rend compte de toute l'oeuvre, les lieux , cadre spatial de toutes les aventures de Candide.

Bienvenue sur le site.





 Réponse N°2 34893

Un grand travail, mes hommages.
  Par   BENDEROUECH LOUBNA  (CSle 18-12-14 à 12:40



C"est un grand travail: il est riche, complet et pertinent.

Un grand merci.





InfoIdentification nécessaire
Identification bloquée par
adblock plus
   Identifiant :
   Passe :
   Inscription
Connexion avec Facebook
                   Mot de passe oublié


confidentialite Google +