Sujet de dissertation :" il n'y a rien d'imprévu dans une tragédie"

 Par marroun rachid  (?)  [msg envoyés : 4le 23-10-11 à 18:06  Lu :5156 fois
     
  
 accueil


A l’intention des agrégatifs
Le dernier rapport de jury de l’agrégation de français au Maroc évoque les problèmes de maîtrise de la rhétorique de l’exercice dans l’épreuve de « dissertation littérature générale ». Voici une humble réflexion et un exemple pratique du traitement d’un sujet de dissertation sur Andromaque de Racine
Sujet de dissertation
En analysant Andromaque de Racine, Raymond Picard a dit : "Il n'y a rien d'imprévu dans une tragédie"
Introduction de la dissertation:
Les candidats sont amenés à considérer qu’une introduction se compose généralement des éléments suivants :
1Amener le sujet,2 insérer la citation, 3expliquer la citation, 4formuler la problématique,5 annoncer le plan. Voici un exemple d’introduction et de plan dialectique.
Le numéros inséré dans le corps de l’introduction sont là à titre pédagogique.
1 La tragédie décrit un grand malheur arrivé à des personnages célèbres. C'est cette catastrophe finale qui lui permet de se constituer en genre littéraire hautement codifié où tout doit servir à l'aboutissement au dénouement funeste.2 Raymond Picard estime qu' :" Il n'y a rien d'imprévu dans une tragédie".3 Tout y est donc orchestré et dosé selon les règles de l'art telles que les conventions de bienséances et des trois unités: d'action , d'espace et de temps. 4 Toutefois, la tragédie est aussi définie par la rencontre et la concentration d'une série d'événements graves en un espace- temps limité:un seul lieu et une seule et même journée. Le prévu artistique est donc basé sur des hasards qui relèvent tous d’événements et de rebondissements dont la rencontre est parfois fort peu probable. Ainsi, la tragédie puise sa matière, dans une certaine mesure, de l'imprévu des événements. C’est ce qui nous amène à nous interroger sur la part de cet imprévu dans ce genre à la lumière de notre lecture d'Andromaque de Racine. 5 Pour élucider cette question, nous analyserons successivement: l'organisation parfaite de la pièce, le rôle de l'imprévu en tant que moteur essentiel du texte, et l'alliance entre le prévu et l'imprévu qui constitue la poétique racinienne.
Le plan
1Une organisation parfaite ou le prévu comme moteur de la pièce
1.1 le récit d'une H(h)istoire connue
1.2 les règles et les codes de l'art
1.3 la passion comme moteur de la continuité dramatique
2. L'imprévu comme élément de progression dramatique
2.1Les rebondissements en cascades et les retournements de situations
2.2 L'inversion du cours de l'Histoire: le passé qui triomphe du futur (ou les troyens qui triomphent )
La poétique racinienne: l'alliance entre le prévu et l'imprévu
3.1: la convention:la rencontre entre le prévu et l'imprévu
3.2:L'Histoire entre fatalité et liberté
3.3: La poétique racinienne: une grande œuvre de peu de choses
Conclusion
1Récapitulation et 2 prolongement
1 Andromaque est l'une des premières grandes œuvres raciniennes. Fondée sur le respect des traditions de la tragédie classique au 17e siècle,elle essayera de puiser sa force dans le travail sur le verbe, sur l'alliance entre le prévu artistique et le jeu raffiné sur les possibles suspendus des imprévus liés aux rebondissements .2 D’ailleurs, réfléchir sur le rapport entre le prévu et l'imprévu ne fait que reprendre la question de la condition humaine face au temps et au destin. Réflexion qui a hanté l'humanité depuis toujours sur la part de liberté laissée à l'individu dans un monde mu par les caprices des dieux. Au fond, l’actualité et la puissance de l’œuvre racinienne , ne découlent-t- elles pas de la persistance cuisante de cette question ?

  



Vous aimez cet article ?
Partagez-le sur


 Réponse N°1 14783

re
  Par   marocagreg  (Adminle 24-10-11 à 11:45



"Il n'y a rien d'imprévu dans une tragédie"

Je crois que ce sujet souligne la dimension épique de toute tragédie, dans la mesure où la tragédie par nature et par essence finit toujours de la même façon : une catastrophe. si la catastrophe est inévitable, si la mort est toujours au bout, cela veut dire qu'il ne faut pas s'attendre à une autre issue imprévisible, comme dans le drame. Dans certaines tragédies antiques, ce n'est pas seulement l'issue finale qui est prévue, mais aussi le déroulement. Si l'on prend le cas de la thébaïde, le sort d'Oedipe et de sa progéniture est fixé d'avance, avant même leur naissance, depuis la transgression de Laïos. C'est aussi le cas dans l'Iliade. Le sort d'Ilios (Troie) tout comme le sort de la race des Atrides sont fixés d'avance. Les dramaturges des siècles suivants ne font donc que reprendre la même histoire... Pourquoi ? Je crois que cette question est intéressante dans le cadre de ce sujet : pourquoi on raconte toujours, durant des siècles la même histoire que les spectateurs connaissent par coeur. Est-ce que le caractère prévisible amoindrit la qualité et le sens de la tragédie ? Le caractère prévisible de la tragédie est indissociable de son autre caractère essentiel : l'inévitable. la tragédie en est une parce qu'on voit très bien l'issue tragique sans avoir la possibilité d'éviter la progression inévitable et irréversible vers cette issue.

Du moment que l'issue est prévisible et inchangeable l'importance est déplacé vers le déroulement lui-même des événements, vers les péripéties, et même lorsque les péripéties sont connues d'avance, l'intérêt est déplacé vers la réflexion tragique de l'homme confronté à sa propre condition humaine. Le prévisible du tragique et la certitude de son issue recentrent l'intérêt du théâtre sur l'homme dans son rapport avec le monde, avec soi-même et avec sa condition.





 Réponse N°2 14797

re
  Par   bensaidi brahim  (CSle 24-10-11 à 23:25



Les tragédies antique et classique sont régies par des règles que les dramaturges observent méticuleusement(les 3 unités,les bienséances...).Ce sont ces codes qui leur confèrent un certain aspect esthétique prisé à ces époques lointaines.Donc,sous cet angle de vue des conventions théâtrales "il n 'y a rien d'imprévu dans la tragédie".Du côté de la fable,tout est aussi prévisible puisque la destinée des personnages de hauts rangs est déterminée d'avance.Le dénouement malheureux prévu par l'auteur est souvent annoncé au fil des péripéties.Sensibles aux souffles de l'humanisme en tant que tendance qui a porté davantage l'intérêt de la réflexion et de la création sur l'homme,les classiques de la renaissance et ceux qui les suivaient après reprenaient les tragédies antiques gréco-romaines pour traiter des situations-types(tiraillement,défi,révolte...)auxquelles l'humain est confronté dans la vie et qui mettent en avant les valeurs de l'époque(l'honnête homme,le courage,l'abnégation...).Dans leurs tragédies,ils ont non seulement glorifié l'homme mais ils ont aussi illustré ses limites et ses faiblesses.Au 20 ème siècle, des auteurs tels que Giraudoux,Anouilh... ont réécrit des tragédies anciennes.Loin d' être des pastiches elles requièrent leurs portées littéraires en tant qu'oeuvres nouvelles qui revêtent leurs significations profondes en les rattachant aux contextes historiques de leur production.Il ressort donc de ce qui précède que la tragédie focalise sur la condition humaine perçue différemment à travers le fil du temps.Mais,elle ne saurait être réduite au seul aspect thématique.Les motivations esthétiques et rénovatrices présidant à l'écriture de la tragédie comptent beaucoup pour en tirer plaisirs et enseignements.





 Réponse N°3 14943

opinion
  Par   elasfouri azeddine  (Profle 03-11-11 à 01:43



cette citation nous met devant la fatalité dans la tragédie,l'etre n'a que subir son destin ;les dieux choisissent les roles pour chaque individu.cela met en évidence l'absence de l'imprévu ;ce sont des roles que les individus assument obligatoirement.la fin est connue ,c'est la catastrophe;c'est la mort héroique du héro,c'est un signe de sacrifice pour les autres.l'origine de la tragédie se situe dans les rites sacrificiels grecs destinés aux Dieux. Même aujourd'hui, cette notion de sacrifice reste absolument fondamentale dans ce genre théâtral.J'ajoute enfin que la tragédie se distingue par une distanciation visible et volontaire entre l'histoire et le spectateur : comme l'issue est en générale désagréable, il n'est pas souhaitable que le public soit placé dans une situation trop inconfortable par ce qui se déroule sur scène.

Le monde de la tragédie est un "monde cruel", un monde déterministe, mécanique, dépourvu d'amour et de pitié. Les règles qui le régissent ne sont pas conçues pour faciliter l'existence du commun des mortels ni pour leur apporter le bonheur.

La seule alternative du héros est de perdre sa vie ou son âme :

• d'accepter le système et d'y survivre ou y perdant son honneur, son pouvoir ou sa capacité d'amour.

• de mourir en laissant un message de courage au reste de l'humanité : j'ai eu la force de me battre jusqu'au bout.





InfoIdentification nécessaire
Identification bloquée par
adblock plus
   Identifiant :
   Passe :
   Inscription
Connexion avec Facebook
                   Mot de passe oublié


confidentialite Google +