Subordonnée figure de style

 Par berrada nabil  (?)  [msg envoyés : 4le 25-05-12 à 10:46  Lu :1259 fois
     
  
 accueil


1/Analysez la subordonnée en précisant la nature du moyen utilisé :
Au moment ou la charrette a tourné vers le Pont-au-change, la place a éclaté en bruit.
2/Analysez en nature et fonction la subordonnée
J'ai senti les noeuds d'une corde se rouler autour de mes poignets.
3/Précisez les figures de styles utilisées et leurs effets prduits
a)c'était le bourreau, le valet de la guillotine
b)cette atroce éloge m'a donné du courage
c)puis de la foule,de la foule, de la foule
d)une mer de tête sur la place
e)Ces bourreaux sont des hommes très doux

  



Vous aimez cet article ?
Partagez-le sur


 Réponse N°1 21975

RE
  Par   OMARI Abdellatif  (Profle 26-05-12 à 19:20



1-au moment où la charrette a tourné vers le Pont-au-change :

Proposition subordonnée circonstancielle de temps.

Mobile (peut être déplacée) et facultative (peut être supprimée), elle appartient à la catégorie des circonstancielles dites « adjointes ».

La proposition est introduite par le moyen « au moment où » dont la nature est une « locution conjonctive » marquant la simultanéité des procès. Et dans la mesure où la subordonnée circonstancielle de temps traduit la simultanéité des procès, elle voit son verbe conjugué à l’indicatif car elle évoque un procès actualisé.

2- les nœuds d’une corde se rouler autour de mes poignets

-Nature : proposition subordonnée infinitive complétive rattachée à son support verbal dont elle dépend (ici le verbe de perception « sentir») sans médiation d’aucun mot subordonnant

Dans cette proposition subordonnée infinitive le groupe nominal (les nœuds d’une corde) précède l’infinitif dont il est le sujet ou le thème, mais le groupe nominal peut suivre l’infinitif (J’ai senti se rouler les nœuds d’une corde autour de mes poignets).

-Fonction : complément d’objet direct

La proposition subordonnée infinitive complétive s’analyse comme COD du verbe dont elle dépend (ici « sentir »)

3- a- le valet : métaphore, avec une touche ironique qui fait du bourreau un domestique (ou esclave) au service de son maître (ou seigneur), la guillotine

b- atroce éloge : oxymore qui signifie que dans d’autres circonstances, l’éloge (dire du bien de quelqu’un) aurait été douce et agréable

c- puis de la foule, de la foule, de la foule : figure de répétition dont la reprise du même mot insiste sur la présence intense des spectateurs et de tous les côtés.

d- Une mer de têtes :

-Une mer de : déterminant indéfini, hyperbole, reprend, sous forme de redondance, l’idée de la précédente figure de répétition, à savoir le nombre excessif de gens / Têtes : synecdoque (la partie pour le tout). Les deux figures réunies affichent une touche ironique sur la foule qui devient populace.

e- Antithèse (entre « bourreaux » et « doux ») qui établit un contraste bouleversant en revêtant à l’expression « très doux » une touche ironique tragique par le biais de l’antiphrase qui veut dire « Très égorgeurs ».





InfoIdentification nécessaire
Identification bloquée par
adblock plus
   Identifiant :
   Passe :
   Inscription
Connexion avec Facebook
                   Mot de passe oublié


confidentialite Google +