Souffrance en silence

 Par elmsiyah mohamed  (Etudiant(e))  [msg envoyés : 5le 17-02-15 à 14:17  Lu :674 fois
     
  
 accueil


Le verbe ''souffrir'', verbe du troisième groupe, conjugué au présent. Et quel présent ! Un présent outrancièrement misérable, lamentablement vécu et un avenir ambigu !
Dans le comble de la misère, dans une petite école rurale, dans une petite classe. Sans fenêtres, sans porte, ni eau ni électricité, un fangeux bourbier l'environne de toutes les directions, un amas de décombres bouleversés et jetés ça et là et un petit chemin boueux, glissant, emprunté quotidiennement par des petits enfants trop maigres et en haillons.
Des petits qui fournissent, autant que faire se peut, des efforts qui dépassent leur capacité physique, qui réduisent à néant et leur endurance, et leur patience. Des misérables vêtus de guenilles, s’évertuent bon gré, mal gré pour y arriver. Des innocents pâtissant de misère,grelottant de froid, souffrant en silence. Des enfants qui ont oublié peut-être le sens des mots ''bien-être'', ''aisance, ''enfance'' dans les premiers jours après leur naissance. Une enfance qui se consume comme la mèche d’une bougie un jour de neige.
Dans ladite classe de ladite ''étable-école''. Lesdits élèves, ces malchanceux, ces victimes de l’indigence et de l’inégalité sociale, d’une part, de la marginalisation et de la réalité d’un Maroc oublié où l’hiver fait rage, d’autre part, conjuguent le verbe souffrir, ses synonymes et tout verbe afférent à la souffrance…à l’injustice…à la marginalisation… à la négligence et l’indigence…
Ces innocents crient alors à l'unisson!
Ils crient en chœur :
Je souffre !
Tu souffres !
Il souffre !
Elle souffre !
Nous souffrons !
Vous souffrez !
Ils s'en foutent... !

  



Vous aimez cet article ?
Partagez-le sur


 Réponse N°1 35164

re
  Par   hani abdeljalil  (Etudiant(e)le 18-02-15 à 16:54



Très beau texte mais triste réalité ! Malheureusement il ne faut rien attendre de qui que ce soit, les responsables croient que toutes les classes sont climatisées à l'instar de leurs bureaux ! Jusqu'à nouvel ordre regardez les comme des traitres qui méritent la potence!





 Réponse N°2 35167

fasciné et ému
  Par   zine hicham  (CSle 19-02-15 à 20:51



bravocher collègue! pour la premiere fois je trouve un professeur du cycle primaire qui a un si beau style pareil à celui des classiques de la langue française, j'ai beaucoup aimé la façon avec laquelle vous avez décrit la réalité de vos élèves mais croyez moi on a beau crier , se lamenter, arracher les cheveux parfois nos cris demeures prisonniers des murs de nos tristes salles d'études les responsables font la sourde oreille bien qu'ils savent parfaitement les conditions piteuses dans lesquelles nous consumons à notre tour la fleur de l'âge, maudit soit notre métier au temps où le professeur perd sa valeur et devient jouet entre les mains de responsables qui n'ont aucun lien avec la responsabilité qui leur incombe

persévère cher collègue et fais de ton mieux pour que le verbe souffrir qu'ils apprennent à conjuguer devienne un simple souvenir d'école et non l'expression d'un vrai quotidien





 Réponse N°3 35173

Emouvant
  Par   benharoune nadia  (Profle 20-02-15 à 10:36



Texte très émouvant . Je félicite votre courage et je compatis à votre souffrance ,aussi à celles de ces pauvres créatures qui vivent dans l'ombre et qui subissent toute sorte de marginalisation.Que DIEU vous vient en aide.





 Réponse N°4 35177

A M. "bon gré, mal gré"
  Par   Tenkoul Salami  (Profle 21-02-15 à 17:46



Si vous êtes le gars que je connaissais je vous dis BRAVO!! vous avez réussi à bien acquérir un niveau épatant concernant la langue française :P

C'est Mastapha





 Réponse N°5 35207

Mille Merci Et Un Merci
  Par   elmsiyah mohamed  (Etudiant(e)le 01-03-15 à 02:28



Décrire cette amère réalité est la moindre des choses que l'on peut faire pour ces innocents qui souffrent de toutes les formes d'injustice et d'oubli. D'ailleurs, il est indubitablement difficile de trouver les mots adéquats pour décrire tous les maux de ces petits. C'est la raison pour laquelle le verbe ''souffrir'', et même tous ses synonymes, sont irréfutablement faibles pour qualifier, voire décrire adéquatement cette abominable réalité.

MERCI considérablement chers ami(e)s pour vos encouragements. Que DIEU vous aide et vous emmène à toutes vos espérances ! Bon Weekend





InfoIdentification nécessaire
Identification bloquée par
adblock plus
   Identifiant :
   Passe :
   Inscription
Connexion avec Facebook
                   Mot de passe oublié


confidentialite Google +