Situez le passage dans l'oeuvre. c'est un mythe!...

 Par Idoubiya Rachid  (Prof)  [msg envoyés : 1316le 22-01-10 à 11:33  Lu :34390 fois
     
  
 accueil

Travail en deux interventions :
1- constat et diagnostique
Une question qu’on trouve dans presque l’ensemble de nos examens et évaluations. C’est la fameuse mise en situation. Question tellement simple à poser. Mais question tellement difficile à y répondre…
Je vais prouver que cette question est non seulement absurde à poser à nos élèves, mais dangereuse pour l’enseignant consciencieux, qui cherche à établir un contrat fondé sur la transparence et la clarté entre lui, l’élève et le Savoir...
Voilà ma stratégie : un ensemble d’une quatorzaine de textes couvrant les deux années du Bac, avec la même question formulée de plusieurs manières différentes, mais qui reste la même : Situer le passage !
NB- Chaque enseignant se demandera s’il arrive à situer les textes proposés : pas avec les yeux, mais par écrit. L’objectif, c’est de se rendre compte combien il est absurde de poser cette questions à ses élèves !...
Texte 1
Consigne 1 Faites la situation de ce passage.
Un matin, nous nous préparions pour sortir, quand quelqu’un frappa à la porte de la maison. Il demanda si c’était bien là qu’habitait le maaleme Abdesslam, le tisserand. Les voisins lui répondirent par l’affirmative. Kanza, la chouafa, appela ma mère.
- Zoubida ! Zoubida ! Quelqu’un « vous » demande Ma mère avait naturellement tout entendu déjà. Elle avait pâli. Elle restait au centre de la pièce, une main sur la poitrine, sans prononcer un mot. Qui pouvait bien nous demander ? Etait-ce un messager de bon augure ou le porteur d’une mauvaise nouvelle ? Peut-être un créancier que mon père avait oublié de nous signaler ! la petite somme d’argent que mon père nous avait laissée avant son départ. Avait fondu. Les quelques francs qui nous restaient étaient destinés à l’achat de charbon. Enfin, ma mère répondait d’une voix qui tremblait légèrement : - Si quelqu’un désire voir mon mari, dis-lui, je te prie, qu’il est absent.
Kanza fit la commission à haute voix à l’inconnu qui attendait derrière la porte de la maison. Un vague murmure lui fit écho. Kanza, pleine de bonne volonté, nous le traduisait en ces termes :
- Zoubida ! cet homme vient de la campagne, il t’apporte des nouvelles du maalam Abdeslam. Il dit qu’il a quelque chose à te remettre. Ma mère reprit courage. Un sourire illumina sa face.
Texte 2 Consigne 2
Situez le passage dans l’œuvre dont il est extrait (1pt)
La nouvelle de cette disparition* se propagea instantanément dans le quartier. Des femmes inconnues traversèrent les terrasses pour venir prendre part à la douleur de Rahma et l’exhorter à la patience. Tout le monde se mettait à pleurer bruyamment .Chacune des assistantes gémissait, se lamentait, se rappelait les moments pénibles de sa vie, s’attendrissait sur son propre sort.
Je m’étais mêlé au groupe des pleureuses et j’éclatais en sanglots. Personne ne s’occupait de moi. Je n’aimais pas Zineb, sa disparition me réjouissait plutôt, je pleurais pour bien d’autres raisons. D’abord, je pleurais pour faire comme tout le monde, il me semblait que la bienséance* l’exigeait ; je pleurais aussi parce que ma mère pleurait et parce que Rahma qui m’avait fait cadeau d’un beau cabochon de verre, avait du chagrin* ; mais la raison* profonde peut-être, c’était celle que je donnais à ma mère lorsqu’elle s’arrêta, épuisée. Toutes les femmes s’arrêtèrent, s’essuyèrent le visage, qui avec un mouchoir*, qui avec le bas de sa chemise. Je continuais* à pousser des cris* prolongés. Elles essayèrent* de me consoler.
Texte 3
Consigne 3 Situer le passage dans le texte dont il est tiré. (2pts)
Dès notre arrivée, Lalla Aïcha nous servit des gâteaux et du thé à la menthe. Elle parla ensuite de ses douleurs de jointures qui la taquinaient de nouveau, d'une rage de dents qui l'avait rendue folle la semaine dernière, de son manqué d'appétit. Elle posa mille questions à ma mère qui répondait avec complaisance, s'attardait sur un détail, se lançait dans une longue digression, mimait une scène. Nos voisins firent naturellement les frais de la fête. Ma mère en parlait sans méchanceté mais avec une assez grande liberté de langage. Elle comparait le mari de Rahma à un âne qui aurait trop mangé de son, celui de Fatma Bziouya à un rat inquiet. Mon père qu'elle appelait « l'Homme » n'échappait pas à ses coups de griffes. Sa haute taille, sa force, son silence devenaient motifs à caricature. Moi j'aimais mon père. Je le trouvais très beau. La peau blanche légèrement dorée, la barbe noire, les lèvres rouge corail, les yeux profonds et sereins, tout en lui me plaisait. Mon père, il est vrai, parlait peu et priait beaucoup, mais ma mère parlait trop et ne priait pas assez. Elle était certes plus amusante, plus gaie. Ses yeux mobiles reflétaient une âme d'enfant. Malgré son teint d'ivoire, sa bouche généreuse, son nez court et bien fait, elle ne se piquait d'aucune coquetterie. Elle s'ingéniait à paraître plus vieille que son âge. A vingt-deux ans, elle se comportait comme une matrone mûrie par l'expérience.
Texte 4
Consigne 4 Situez le texte par rapport à l’œuvre dont il est extrait. (1pts)
« Ainsi j’y suis. Le trajet exécrable est fait. La place est là, et au-dessous de la fenêtre l’horrible peuple qui aboie, et m’attend, et rit.
J’ai eu beau me roidir, beau me crisper, le cœur m’a failli. Quand j’ai vu au-dessus des têtes ces deux bras rouges, avec leur triangle noir au bout, dressés entre les deux lanternes du quai, le cœur m’a failli. J’ai demandé à faire une dernière déclaration. On m’a déposé ici, et l’on est allé chercher quelque procureur du roi. Je l’attends, c’est toujours cela de gagné.
Voici :
Trois heures sonnaient, on est venu m’avertir qu’il était temps. J’ai tremblé, comme si j’eusse pensé à autre chose depuis six heures, depuis six semaines, depuis six mois. Cela m’a fait l’effet de quelque chose d’inattendu.
Ils m’ont fait traverser leurs corridors et descendre leurs escaliers. Ils m’ont poussé entre deux guichets du rez-de-chaussée, salle sombre, étroite, voûtée, à peine éclairée d’un jour de pluie et de brouillard. Une chaise était au milieu. Ils m’ont dit de m’asseoir ; je me suis assis.
Il y avait près de la porte et le long des murs quelques personnes debout, outre le prêtre et les gendarmes, et il y avait aussi trois hommes.
Le premier, le plus grand, le plus vieux, était gras et avait la face rouge. Il portait une redingote et un chapeau à trois cornes déformé. C’était lui. »
Texte 5
Consigne 5 Présenter le passage en le situant avec précision dans l’œuvre et en en disant l’intérêt.
Quand je revins à moi, il était nuit. J'étais couché dans un grabat ; une lanterne qui vacillait au plafond me fit voir d'autres grabats* alignés des deux côtés du mien. Je compris qu'on m'avait transporté à l'infirmerie.
Je restai quelques instants éveillé, mais sans pensée et sans souvenir, tout entier au bonheur d'être dans un lit. Certes, en d'autres temps, ce lit d'hôpital et de prison m'eût fait reculer de dégoût et de pitié ; mais je n'étais plus le même homme. Les draps étaient gris et rudes au toucher la couverture maigre et trouée ; on sentait la paillasse à travers le matelas ; qu'importe ! mes membres pouvaient se déroidir à l'aise entre ces draps grossiers sous cette couverture, si mince qu'elle fût, je sentais se dissiper peu à peu cet horrible froid de la moelle des os dont j'avais pris l'habitude. – Je me rendormis.
Un grand bruit me réveilla ; il faisait petit jour. Ce bruit venait du dehors, mon lit était à côté de la fenêtre, je me levai sur mon séant pour voir ce que c'était.
La fenêtre donnait sur la grande cour de Bicêtre. Cette cour était pleine de monde ; deux haies de vétérans* avaient peine à maintenir libre, au milieu de cette foule, un étroit chemin qui traversait la cour. Entre ce double rang de soldats cheminaient lentement, cahotées à chaque pavé, cinq longues charrettes chargées d'hommes ; c'étaient les forçats qui partaient.
Texte 6
Consigne 6 Situez le passage.1p
Je suis revenu m'asseoir précipitamment sur ma paille, la tête dans les genoux. Puis mon effroi d'enfant s'est dissipé, et une étrange curiosité m'a repris de continuer la lecture de mon mur.
À côté du nom de Papavoine j'ai arraché une énorme toile d'araignée, tout épaissie par la poussière et tendue à l'angle de la muraille. Sous cette toile il y avait quatre ou cinq noms parfaitement lisibles, parmi d'autres dont il ne reste rien qu'une tache sur le mur. – DAUTUN, 1815. – POULAIN, 1818. – JEAN MARTIN, 1821. – CASTAING, 1823. J'ai lu ces noms, et de lugubres souvenirs me sont venus : Dautun, celui qui a coupé son frère en quartiers, et qui allait la nuit dans Paris jetant la tête dans une fontaine et le tronc dans un égout ; Poulain, celui qui a assassiné sa femme ; Jean Martin, celui qui a tiré un coup de pistolet à son père au moment où le vieillard ouvrait une fenêtre ; Castaing, ce médecin qui a empoisonné son ami, et qui, le soignant dans cette dernière maladie qu'il lui avait faite, au lieu de remède lui redonnait du poison ; et auprès de ceux-là, Papavoine, l'horrible fou qui tuait les enfants à coups de couteau sur la tête !
Texte7
Consigne 7 Situez le passage dans l’œuvre.
ISMÈNE ; -Tu es folle.
ANTIGONE, sourit. -Tu m'as toujours dit que j'étais folle, pour tout, depuis toujours. Va te recoucher, Ismène… Il fait jour maintenant, tu vois, et, de toute façon, je ne pourrai rien faire. Mon frère mort est maintenant entouré d'une garde exactement comme s'il avait réussi à se faire roi. Va te recoucher. Tu es toute pâle de fatigue.
ISMÈNE ;- Et toi ?
ANTIGONE ;- Je n'ai pas envie de dormir… Mais je te promets que je ne bougerai pas d'ici avant ton réveil. Nourrice va m'apporter à manger. Va dormir encore. Le soleil se lève seulement. Tu as les yeux tout petits de sommeil. Va…
ISMÈNE ; -Je te convaincrai, n'est-ce pas ? Je te convaincrai ? Tu me laisseras te parler encore ?
ANTIGONE, un peu lasse. -Je te laisserai me parler, oui. Je vous laisserai tous me parler. Va dormir maintenant, je t'en prie. Tu serais moins belle demain. (Elle la regarde sortir avec un petit sourire triste, puis elle tombe soudain lasse sur une chaise.) Pauvre Ismène !
LA NOURRICE, entre.- Tiens, te voilà un bon café et des tartines, mon pigeon. Mange.
ANTIGONE, -Je n'ai pas très faim, nourrice.
LA NOURRICE, -Je te les ai grillées moi-même et beurrées comme tu les aimes.
ANTIGONE ;- Tu es gentille, nounou. Je vais seulement boire un peu.
LA NOURRICE ;- Où as-tu mal ?
ANTIGONE ; -Nulle part, nounou. Mais fais-moi tout de même bien chaud comme lorsque j'étais malade… Nounou plus forte que la fièvre, nounou plus forte que le cauchemar, plus forte que l'ombre de l'armoire qui ricane et se transforme d'heure en heure sur le mur, plus forte que les mille insectes du silence qui rongent quelque chose, quelque part dans la nuit, plus forte que la nuit elle-même avec son hululement de folle qu'on n'entend pas ; nounou plus forte que la mort. Donne-moi ta main comme lorsque tu restais à côté de mon lit.
Texte 8
Consigne 8 Situez brièvement ce passage
Un silence, Créon la regarde.
CRÉON ;- Tu me méprises, n'est-ce pas ? (Elle ne répond pas, il continue comme pour lui.) C'est drôle : Je l'ai souvent imaginé, ce dialogue avec un petit jeune homme pâle qui aurait essayé de me tuer et dont je ne pourrais rien tirer après que du mépris. Mais je ne pensais pas que ce serait avec toi et pour quelque chose d'aussi bête… (Il a pris sa tête dans ses mains. On sent qu'il est à bout de forces.) Ecoute-moi tout de même pour la dernière fois. Mon rôle n'est pas bon, mais c'est mon rôle, et je vais te faire tuer. Seulement, avant, je veux que toi aussi tu sois bien sûre du tien. Tu sais pourquoi tu vas mourir, Antigone ? Tu sais au bas de quelle histoire sordide tu vas signer pour toujours ton petit nom sanglant ?
ANTIGONE ;- Quelle histoire ?
CRÉON ;- Celle d'Etéocle et de Polynice, celle de tes frères. Non, tu crois la savoir, tu ne la sais pas. Personne ne la sait dans Thèbes, que moi. Mais il me semble que toi, ce matin, tu as aussi le droit de l'apprendre. (Il rêve un temps, la tête dans ses mains, accoudé sur ses genoux. On l'entend murmurer.) Ce n'est pas bien beau, tu vas voir. (Et il commence sourdement sans regarder Antigone.) Que te rappelles-tu de tes frères, d'abord ? Deux compagnons de jeux qui te méprisaient sans doute, qui te cassaient tes poupées, se chuchotant éternellement des mystères à l'oreille l'un de l'autre pour te faire enrager ?
ANTIGONE ;- C'étaient des grands…
CRÉON ;- Après, tu as dû les admirer avec leurs premières cigarettes, leurs premiers pantalons longs ; et puis ils ont commencé à sortir le soir, à sentir l'homme, et ils ne t'ont plus regardée du tout.
ANTIGONE ;- J'étais une fille…
CRÉON ;- Tu voyais bien ta mère pleurer, ton père se mettre en colère, tu entendais claquer les portes à leur retour et leurs ricanements dans les couloirs. Et ils passaient devant toi, goguenards et veules, sentant le vin.
ANTIGONE ;- Une fois, je m'étais cachée derrière une porte, c'était le matin, nous venions de nous lever, et eux, ils rentraient. Polynice m'a vue, il était tout pâle, les yeux brillants et si beau dans son vêtement du soir ! Il m'a dit : « Tiens, tu es là, toi ? » Et il m'a donné une grande fleur de papier qu'il avait rapportée de sa nuit.
Texte 9
Consigne 9 Situez ce passage par rapport à ce qui précède (1pt)
Maxime regardait alternativement Eugène et le comtesse d’une manière assez significative pour faire décamper l’intrus.
— Ah çà ! ma chère, j’espère que tu vas me mettre ce petit drôle à la porte !
Cette phrases était une traduction claire et intelligible des regards du jeune homme impertinemment fier que la comtesse Anastasie avait nommé Maxime, et dont elle consultait le visage avec cette intention soumise qui dit tous les secrets d'une femme sans qu'elle s'en doute. Rastignac se sentit d'une haine violente pour ce jeune homme. D'abord, les beaux cheveux blonds et bien frisés de Maxime lui apprirent combien les siens étaient horribles ; puis Maxime avait des bottes fines et propres, tandis que les siennes, malgré le soin qu'il avait pris en marchant, s'étaient empreinte d'une légère teinte de boue ; enfin, Maxime portait une redingote qui lui serrait élégamment la taille et le faisait ressembler à une jolie femme, tandis qu'Eugène avait à deux heures et demie un habit noir. Le spirituel enfant de la Charente sentit la superiorité que la mise donnait à ce dandy, mince et grand, à l'oeil clair, au teint pâle, un de ces hommes capables de ruiner des orphelins. Sans attendre la réponse d'Eugène, madame de Restaud se sauva comme à tire-d'aile dans l'autre salon, en laissant flotter les pans de son peignoir qui se roulaient et se déroulaient de manière à lui donner l'apparence d'un papillon ; et Maximme la suivit. Eugène furieux suivit Maxime et la comtesse. Ces trois personnages se trouvèrent donc en présence, à la hauteur de la cheminée, au milieu du grand salon. L’étudiant savait bien qu’il allait gêner cet odieux Maxime ; mais, au risque de déplaire à madame de Restaud, il voulut gêner le dandy. Tout à coup, en se souvenant d’avoir vu ce jeune homme au bal de madame de Beauséant, il devina ce qu’était Maxime pour madame de Restaud, et avec cette audace juvénile qui fait commettre de grandes sottises ou obtenir de grand succès, il se dit : " Voilà mon rival, je veux triompher de lui. " L’imprudent ! il ignorait que le comte Maxime de Trailles se laissait insulter, tirait le premier et tuait son homme. Eugène était un adroit chasseur, mais il n’avait pas encore abattu vingt poupées sur vingt-deux dans un tir. Le jeune comte se jeta dans une bergère au coin du feu, prit les pincettes et fouilla le foyer par un mouvement si violent, si grimaud, que le beau visage d’Anastasie se chagrina soudain. La jeune femme se tourna vers Eugène, et lui lança un de ces regards froidement interrogatifs qui disent si bien : Pourquoi ne vous en allez-vous pas ? que les gens bien élevés savent aussitôt faire de ces phrases qu’il faudrait appeler des phrases de sortie.
Texte 10
Consigne 10 Situez le passage dans l’œuvre en justifiant votre réponse à partir du texte.
Le combat de Rastignac dura longtemps. Quoique la victoire dût rester aux vertus de la jeunesse, il fut néanmoins ramené par une invincible curiosité sur les quatre heures et demie, à la nuit tombante, vers la Maison-Vauquer, qu’il se jurait à lui-même de quitter pour toujours. Il voulait savoir si Vautrin était mort. Après avoir eu l’idée de lui administrer un vomitif, Bianchon avait fait porter à son hôpital les matières rendues par Vautrin, afin de les analyser chimiquement. En voyant l’insistance que mit mademoiselle Michonneau à vouloir les faire jeter, ses doutes se fortifièrent. Vautrin fut d’ailleurs trop promptement rétabli pour que Bianchon ne soupçonnât pas quelque complot contre le joyeux boute-en-train de la pension. À l’heure où rentra Rastignac, Vautrin se trouvait donc debout près du poêle dans la salle à manger. Attirés plus tôt que de coutume par la nouvelle du duel de Taillefer le fils, les pensionnaires, curieux de connaître les détails de l’affaire et l’influence qu’elle avait eue sur la destinée de Victorine, étaient réunis, moins le père Goriot, et devisaient de cette aventure. Quand Eugène entra, ses yeux rencontrèrent ceux de l’imperturbable Vautrin, dont le regard pénétra si avant dans son cœur et y remua si fortement quelques cordes mauvaises, qu’il en frissonna.
— Eh bien ! cher enfant, lui dit le forçat évadé, la Camuse aura longtemps tort avec moi. J’ai, selon ces dames, soutenu victorieusement un coup de sang qui aurait dû tuer un bœuf.
— Ah ! vous pouvez bien dire un taureau, s’écria la veuve Vauquer.
— Seriez-vous donc fâché de me voir en vie ? dit Vautrin à l’oreille de Rastignac, dont il crut deviner les pensées. Ce serait d’un homme diantrement fort !
— Ah ! ma foi, dit Bianchon, mademoiselle Michonneau parlait avant-hier d’un monsieur surnommé Trompe-la-Mort ; ce nom-là vous irait bien.
Ce mot produisit sur Vautrin l’effet de la foudre : il pâlit et chancela, son regard magnétique tomba comme un rayon de soleil sur mademoiselle Michonneau, à laquelle ce jet de volonté cassa les jarrets. La vieille fille se laissa couler sur une chaise. Poiret s’avança vivement entre elle et Vautrin, comprenant qu’elle était en danger, tant la figure du forçat devint férocement significative en déposant le masque bénin sous lequel se cachait sa vraie nature. Sans rien comprendre encore à ce drame, tous les pensionnaires restèrent ébahis. En ce moment, l’on entendit le pas de plusieurs hommes, et le bruit de quelques fusils que des soldats firent sonner sur le pavé de la rue. Au moment où Collin cherchait machinalement une issue en regardant les fenêtres et les murs, quatre hommes se montrèrent à la porte du salon. Le premier était le chef de la police de sûreté, les trois autres étaient des officiers de paix.
Texte 11
« Vicomtesse DE BEAUSÉANT. »
— Mais, se dit Eugène en relisant ce billet, madame de Beauséant me dit assez clairement qu’elle ne veut pas du baron de Nucingen. Il alla promptement chez Delphine, heureux d’avoir à lui procurer une joie dont il recevrait sans doute le prix. Madame de Nucingen était au bain. Rastignac attendit dans le boudoir, en butte aux impatiences naturelles à un jeune homme ardent et pressé de prendre possession d’une maîtresse, l’objet de deux ans de désirs. C’est des émotions qui ne se rencontrent pas deux fois dans la vie des jeunes gens. La première femme réellement femme à laquelle s’attache un homme, c’est-à-dire celle qui se présente à lui dans la splendeur des accompagnements que veut la société parisienne, celle-là n’a jamais de rivale. L’amour à Paris ne ressemble en rien aux autres amours. Ni les hommes ni les femmes n’y sont dupes des montres pavoisées de lieux communs que chacun étale par décence sur ses affections soi-disant désintéressées. En ce pays, une femme ne doit pas satisfaire seulement le cœur et les sens, elle sait parfaitement qu’elle a de plus grandes obligations à remplir envers les mille vanités dont se compose la vie. Là surtout l’amour est essentiellement vantard, effronté, gaspilleur, charlatan et fastueux. Si toutes les femmes de la cour de Louis XIV ont envié à mademoiselle de La Vallière l’entraînement de passion qui fit oublier à ce grand prince que ses manchettes coûtaient chacune mille écus quand il les déchira pour faciliter au duc de Vermandois son entrée sur la scène du monde, que peut-on demander au reste de l’humanité ? Soyez jeunes, riches et titrés, soyez mieux encore si vous pouvez, plus vous apporterez de grains d’encens à brûler devant l’idole, plus elle vous sera favorable, si toutefois vous avez une idole. L’amour est une religion, et son culte doit coûter plus cher que celui de toutes les autres religions ; il passe promptement, et passe en gamin qui tient à marquer son passage par des dévastations. Le luxe du sentiment est la poésie des greniers ; sans cette richesse, qu’y deviendrait l’amour ? S’il est des exceptions à ces lois draconiennes du code parisien, elles se rencontrent dans la solitude, chez les âmes qui ne se sont point laissé entraîner par les doctrines sociales, qui vivent près de quelque source aux eaux claires, fugitives, mais incessantes ; qui, fidèles à leurs ombrages verts, heureuses d’écouter le langage de l’infini, écrit pour elles en toute chose et qu’elles retrouvent en elles-mêmes, attendent patiemment leurs ailes en plaignant ceux de la terre.
Texte 11
Consigne 11 Situez le passage.
« Vicomtesse DE BEAUSÉANT. »
— Mais, se dit Eugène en relisant ce billet, madame de Beauséant me dit assez clairement qu’elle ne veut pas du baron de Nucingen. Il alla promptement chez Delphine, heureux d’avoir à lui procurer une joie dont il recevrait sans doute le prix. Madame de Nucingen était au bain. Rastignac attendit dans le boudoir, en butte aux impatiences naturelles à un jeune homme ardent et pressé de prendre possession d’une maîtresse, l’objet de deux ans de désirs. C’est des émotions qui ne se rencontrent pas deux fois dans la vie des jeunes gens. La première femme réellement femme à laquelle s’attache un homme, c’est-à-dire celle qui se présente à lui dans la splendeur des accompagnements que veut la société parisienne, celle-là n’a jamais de rivale. L’amour à Paris ne ressemble en rien aux autres amours. Ni les hommes ni les femmes n’y sont dupes des montres pavoisées de lieux communs que chacun étale par décence sur ses affections soi-disant désintéressées. En ce pays, une femme ne doit pas satisfaire seulement le cœur et les sens, elle sait parfaitement qu’elle a de plus grandes obligations à remplir envers les mille vanités dont se compose la vie. Là surtout l’amour est essentiellement vantard, effronté, gaspilleur, charlatan et fastueux. Si toutes les femmes de la cour de Louis XIV ont envié à mademoiselle de La Vallière l’entraînement de passion qui fit oublier à ce grand prince que ses manchettes coûtaient chacune mille écus quand il les déchira pour faciliter au duc de Vermandois son entrée sur la scène du monde, que peut-on demander au reste de l’humanité ? Soyez jeunes, riches et titrés, soyez mieux encore si vous pouvez, plus vous apporterez de grains d’encens à brûler devant l’idole, plus elle vous sera favorable, si toutefois vous avez une idole. L’amour est une religion, et son culte doit coûter plus cher que celui de toutes les autres religions ; il passe promptement, et passe en gamin qui tient à marquer son passage par des dévastations. Le luxe du sentiment est la poésie des greniers ; sans cette richesse, qu’y deviendrait l’amour ? S’il est des exceptions à ces lois draconiennes du code parisien, elles se rencontrent dans la solitude, chez les âmes qui ne se sont point laissé entraîner par les doctrines sociales, qui vivent près de quelque source aux eaux claires, fugitives, mais incessantes ; qui, fidèles à leurs ombrages verts, heureuses d’écouter le langage de l’infini, écrit pour elles en toute chose et qu’elles retrouvent en elles-mêmes, attendent patiemment leurs ailes en plaignant ceux de la terre.
Texte 12
Consigne 12 Situez le passage dans l’œuvre avec précision en en disant l’intérêt dans la progression dramatique.
Candide baisa d'abord le bas de la robe du commandant, ensuite ils se mirent à table. « Vous êtes donc allemand ? lui dit le jésuite en cette langue. -- Oui, mon Révérend Père », dit Candide. L'un et l'autre, en prononçant ces paroles, se regardaient avec une extrême surprise et une émotion dont ils n'étaient pas les maîtres. « Et de quel pays d'Allemagne êtes-vous ? dit le jésuite. -- De la sale province de Westphalie, dit Candide : je suis né dans le château de Thunder-ten-tronckh. -- Ô ciel ! est il possible ? s'écria le commandant. -- Quel miracle ! s'écria Candide. -- Serait-ce vous ? dit le commandant. -- Cela n'est pas possible », dit Candide. Ils se laissent tomber tous deux à la renverse, ils s'embrassent, ils versent des ruisseaux de larmes. « Quoi ! serait-ce vous, mon Révérend Père ? vous, le frère de la belle Cunégonde ! vous, qui fûtes tué par les Bulgares ! vous, le fils de monsieur le baron ! vous, jésuite au Paraguay ! Il faut avouer que ce monde est une étrange chose. Ô Pangloss ! Pangloss ! que vous seriez aise si vous n'aviez pas été pendu ! »
Le commandant fit retirer les esclaves nègres et les Paraguains qui servaient à boire dans des gobelets de cristal de roche. Il remercia Dieu et saint Ignace mille fois ; il serrait Candide entre ses bras ; leurs visages étaient baignés de pleurs. « Vous seriez bien plus étonné, plus attendri, plus hors de vous-même, dit Candide, si je vous disais que Mlle Cunégonde, votre soeur, que vous avez crue éventrée, est pleine de santé. -- Où ? -- Dans votre voisinage, chez M. le gouverneur de Buenos-Ayres ; et je venais pour vous faire la guerre. » Chaque mot qu'ils prononcèrent dans cette longue conversation accumulait prodige sur prodige. Leur âme tout entière volait sur leur langue, était attentive dans leurs oreilles et étincelante dans leurs yeux. Comme ils étaient allemands, ils tinrent table longtemps, en attendant le révérend père provincial ; et le commandant parla ainsi à son cher Candide.
Texte 13
Consigne 13Situez ce passage par rapport à ce qui précède (1pt)
« Maroc nageait dans le sang quand nous arrivâmes. Cinquante fils de l'empereur Muley- Ismaël avaient chacun leur parti : ce qui produisait en effet cinquante guerres civiles, de noirs contre noirs, de noirs contre basanés, de basanés contre basanés, de mulâtres contre mulâtres. C'était un carnage continuel dans toute l'étendue de l'empire.
« À peine fûmes-nous débarqués que des noirs d'une faction ennemie de celle de mon corsaire se présentèrent pour lui enlever son butin. Nous étions, après les diamants et l'or, ce qu'il avait de plus précieux. Je fus témoin d'un combat tel que vous n'en voyez jamais dans vos climats d'Europe. Les peuples septentrionaux n'ont pas le sang assez ardent. Ils n'ont pas la rage des femmes au point où elle est commune en Afrique. Il semble que vos Européens aient du lait dans les veines ; c'est du vitriol, c'est du feu qui coule dans celles des habitants du mont Atlas et des pays voisins. On combattit avec la fureur des lions, des tigres et des serpents de la contrée, pour savoir à qui nous aurait. Un Maure saisit ma mère par le bras droit, le lieutenant de mon capitaine la retint par le bras gauche ; un soldat maure la prit par une jambe, un de nos pirates la tenait par l'autre. Nos filles se trouvèrent presque toutes en un moment tirées ainsi à quatre soldats. Mon capitaine me tenait cachée derrière lui. Il avait le cimeterre au poing, et tuait tout ce qui s'opposait à sa rage. Enfin, je vis toutes nos Italiennes et ma mère déchirées, coupées, massacrées par les monstres qui se les disputaient. Les captifs mes compagnons, ceux qui les avaient pris, soldats, matelots, noirs, basanés, blancs, mulâtres, et enfin mon capitaine, tout fut tué ; et je demeurai mourante sur un tas de morts. Des scènes pareilles se passaient, comme on sait, dans l'étendue de plus de trois cents lieues, sans qu'on manquât aux cinq prières par jour ordonnées par Mahomet.
Consigne 14
4- Situez le passage dans l'œuvre. (2pts) Texte 14
« Ah, Pangloss ! Pangloss ! Ah, Martin ! Martin ! Ah, ma chère Cunégonde ! qu'est-ce que ce monde-ci ? disait Candide sur le vaisseau hollandais. -- Quelque chose de bien fou et de bien abominable, répondait Martin. -- Vous connaissez l'Angleterre ; y est-on aussi fou qu'en France ? -- C'est une autre espèce de folie, dit Martin. Vous savez que ces deux nations sont en guerre pour quelques arpents de neige vers le Canada, et qu'elles dépensent pour cette belle guerre beaucoup plus que tout le Canada ne vaut, De vous dire précisément s'il y a plus de gens à lier dans un pays que dans un autre, c'est ce que mes faibles lumières ne me permettent pas. Je sais seulement qu'en général les gens que nous allons voir sont fort atrabilaires. »
En causant ainsi ils abordèrent à Portsmouth ; une multitude de peuple couvrait le rivage, et regardait attentivement un assez gros homme qui était à genoux, les yeux bandés, sur le tillac d'un des vaisseaux de la flotte ; quatre soldats, postés vis-à-vis de cet homme, lui tirèrent chacun trois balles dans le crâne le plus paisiblement du monde, et toute l'assemblée s'en retourna extrêmement satisfaite. « Qu'est-ce donc que tout ceci ? dit Candide, et quel démon exerce partout son empire ? » Il demanda qui était ce gros homme qu'on venait de tuer en cérémonie. « C'est un amiral, lui répondit-on. -- Et pourquoi tuer cet amiral ? -- C'est, lui dit-on, parce qu'il n'a pas fait tuer assez de monde ; il a livré un combat à un amiral français, et on a trouvé qu'il n'était pas assez près de lui. -- Mais, dit Candide, l'amiral français était aussi loin de l'amiral anglais que celui-ci l'était de l'autre ! -- Cela est incontestable, lui répliqua-t-on ; mais dans ce pays-ci il est bon de tuer de temps en temps un amiral pour encourager les autres. »
2- Solutions seront proposées dans une deuxième intervention…
NB- Pas des situations de passages, mais d’autres alternatives à cette question, appliquées à ces textes…
NB- Mais entre temps, des interventions, remarques, critiques, commentaires, propositions, explications, précisions… seront les bien venues : soyons généreux les uns des/aux autres…)

  




 Réponse N°1 2485

situer c'est connaître
  Par   Adi Lachgar  (CSle 22-01-10 à 13:00

Je partage votre opinion Si Rachid.

La question de la situation d'un passage part d'un bon principe, qui est rendre la partie au tout qui lui confère un sens et un intérêt. Cependant, elle n'a de sens que dans le cadre d'un contrat impliquant la lecture dune oeuvre intégrale. Autrement dit, c'est une question qui ne peut prétendre fonder aucune compétence. Elle correspondrait, en situation à une capacité par laquelle l'élève prouverait avoir lu l'oeuvre et, dans l'absolu, à de l'érudition.

Le texte qu'on propose, pour l'exercice du commentaie, aux élèves au bac français comme en agrégation, n'est pas censé avoir été lu dans la source. On ne peut donc pas exiger sa situation. En revanche, il est nécessaire de le PRESENTER, c'est-à-dire le décrire, avant de l'étudier.

Personnellement, je préfère la question "Présentez le passage en en disant l'intérêt." La présentation du texte demande la rédaction d'un petit paragraphe, à partir d'une fiche d'identification préalable contenant auteur, source, genre, type, registre, thème, et, éventuellement, thèse. La situation "événementielle" du texte ne m'intéresse que dans la mesure où elle vient compléter l'effort d'identiication du texte.




 Réponse N°2 2486

la situation !
  Par   Samira Yassine  (CSle 22-01-10 à 14:10

Situer est une façon d'identifier l'oeuvre, de vérifier la connaissance de l'élève de l'oeuvre. Je trouve que c'est un bon moyen de vérifier si l'élève a lu l'oeuvre dans son integrité. cependant l'élève souffre, à ce sujet, de plusieurs problèmes. Les points de vue ou les explications des enseignants divergent à ce sujet. Certains élèves en arrivant dans une classe, sont surpris de voir le professeur leur refuser leur situation. Ils ne comprennent. Ils font exactement ce que leur demandait le professeur de l'année.

La mise en situation diffère d'un enseignant à l'autre:

1_ Situer un texte : c'est en rendre compte. Dire de quoi s'agit-il dans ce text.

2_ Situer : c'est dire ce qui s'est passé dans le chapitre précédent, même parfois il n'y a aucune relation entre le texte à étudier et le chapitre précédent.

3_ situer: c'est rendre compte des événements antéruers à ce texte à étudier, donner les événements qui ont donné naissance au texte à étudier.

J'opte pour la dernière et j'ai eu plusieurs fois le problème de familiariser les les élèves avec la nouvelle méthode; étant convaincue que c'est ce qui est demandé à l'élève. D'ailleurs pour éviter ce genre de confusion entre compte rendu du texte et situation je leur pose parfois les deux questions: siutez le texte et à la fin je leur demande: de quoi s'agit-il dans ce texte? Juste pour distinguer, parce que l'élève qui a résumé le texte dans la situation il découvre qu'il va se répéter dans la question demandant l'idée générale du texte. Je rejette le n° c'est à dire resumer obligatoirement le chapitre suivant par ce qu'en procédant de la sorte l'élève ne situe pas le texte mais brouille toute piste pour arriver à le comprendre en évoquant certaines informations précédant certes le texte mais n'ayant aucune relation avec le texte à étudier. Le problème s'est posé avec la planète des singes , une fois la deuxième partie finie, et pour situer

la 3ème partie l'élève doit revenir au chapitre 1 du récit cadre pour reparler des personnanges de Jinn et Phillis , chose que les élèves ne faisant pas et résument plutôt le dernier chapitre de la deuxième partie qui parle de Mérou et nova...

Personnellement je suis pour une reformulation de cette question mais pas pour sa suppression malgré le handicap de la reformulation de cette mise en situation rencontrée par certains élèves.

NB: M. Idoubiya, Grand merci pour la réponse, je ne sais si vous avez reçu ma réponse dans votre messagerie privée.




 Réponse N°3 2487

Réponse
  Par   Idoubiya Rachid  (Profle 22-01-10 à 14:28



Salut, je vais donner mon point de vue sur cette question: (la mise en situation), mais j'attends des mises en situations écrites, en guise d'introduction pour plus de discussions, avant de donner les miennes...

Le but est de voir de façon empirique les difficultés que les élèves rencontrent face à cette question et les divergences des enseignent eux-même devant cette question...

En attendant, j'attends un pionnier qui tente l'expérience. Qui veut tirer profit de cette expériences?!.

NB- Pour Madame Kerzaze, je n'ai pas reçu de réponse. ( avez-vous reçu le travail sur le projet: correspondance inter-scolaire et revue de classe dans votre émail?)

Une synthèse autour du Puzzle 1 ( Évaluation) sera déjà mis dans le Labo 1 (je viens de l'envoyer à marocagreg)

Cordialement...




 Réponse N°4 2488

Merci
  Par   Samira Yassine  (CSle 22-01-10 à 15:28

J'ai reçu le travail sur la correspondance inter-scolaire, et j'attends les autres documents sur mon émail. je vous l'enverrai une autre fois. merci pour tout et surtout pour le choix des sujets.




 Réponse N°5 2542

Quelques propositions de situations .
  Par   Samira Yassine  (CSle 30-01-10 à 20:33

Tout d’abord, je tiens à remercier M Idoubiya pour tous ses efforts. C’est vraiment très intéressant que de se mettre à la place et essayer de répondre aux questions qu’on lui pose.

Personnellement, je ne suis pas contre la question de la mise en situation, question permanente dans mes évaluations et dans mes révisions orales avec mes élèves. Mais à l’oral, cela ne demande pas autant de compétences qu’à l’écrit. A l’oral il nous arrive de ‘’ jouer ’’ à situer des passages en procédant comme suit : Un élève ouvre l’œuvre à une page par hasard (les œuvres des autres élèves étant fermés) et chaque élève tente d’être le premier à le situer dans l’œuvre mais il suffit d’un mot pour applaudir sa réponse. Il peut dire par exemple « c’est l’Achoura » ou bien « c’est le retour du père » ou bien « c’est la visite de sidi al arafi » etc.….Ainsi il se crée une certaine concurrence qui pousse chaque élève à essayer de trouver le premier la réponse. Le problème se pose à l’écrit parce qu’il s’agit de formuler des phrases de bien cerner la question sans tomber dans l’erreur de répéter le texte en en faisant le compte rendu ou en racontant l’idée du chapitre précédant sans qu’il y ait la moindre relation entre les deux. Alors que situer c’est permettre au lecteur du texte d’avoir une idée sur ce qui s’est passé pour pouvoir comprendre le texte à situer.

Voici quelques situations des passages proposées par M Idoubiya :

Texte 1 :

Après la perte de son maigre capital dans la cohue de la vente aux enchères des haieks, Maalem Abdesalam quitte sa famille pour aller travailler comme moissonneur dans les régions de Fès. Quelques jours plus tard, un inconnu frappe à la porte de Dar Chouaffa demandant si c’était bien la maison de Maalem Abdesalam.

Texte 2 :

Alors qu’elle accompagnait sa mère à une fête de baptême, Zineb est perdue. La nouvelle s’est répandue dans tout le quartier.

Texte 3 :

Après la visite que Lalla Aicha, l’ancienne voisine, a rendue son amie lalla Aicha, le narrateur et sa mère rendent partent à leur tour chez Lalla Aicha qui habite à Zenkat El hajjama.

Texte 4 :

Plus d’espoir ! Après le rejet du pourvoi en cassation,et les quelques heures qu’il a passé à la conciergerie, le condamné doit cette fois-ci affronter la mort. Il est en route à la place de Grève où la guillotine l’attend.

Texte 5 :

Invité par un garde à suivre le spectacle du ferrement des forçats à travers une fenêtre de l’une des cellules de Bicêtre, le condamné fut surpris par les regards des prisonniers qui l’ont reconnu. Il panique et perd connaissance et se retrouve à l’infirmerie de la prison.

Texte 6 :

Le condamné attend son pourvoi en cassation dans son cachot à Bicêtre. Prisonnier de ces quatre murs, il découvre les graffitis notés sur les murs.

Texte 7 :

Cette scène fait partie de l’exposition. Antigone, sortie à l’aube, rentre. Sa nourrice cherche vainement à savoir la raison de sa sortie, quand Ismène les rejoins. Les deux sœurs congédient la nourrice pour parler en tête du projet secret de l’enterrement de la dépouille de leur frère.

Texte 8 :

Cette scène fait partie du nœud. Il s’agit du face à face entre Antigone et son oncle Créon, le roi. Créon tente vainement de dissuader Antigone d’enterrer son frère. Après avoir joué le père sévère qui veut corriger sa fille, puis le roi qui use de sa force, il fait recours à la ruse et dévoile la vérité de son frère.

Je me contente de ces situations concernant les oeuvres de la 1ère année et je passerai prochainement à celles de la 2ème année. mais tout d'abord j'aimerais profiter de vos remarques qui seront les bienvenues, sinon tout ce qu'on fait là ne servira à rien. c'est une belle occasion de s'autocritiquer et voir en ses collègues des critiques qui oeuvrent dans l'amélioration du niveau du professeur et la détection de ses erreurs. Grand merci à tout le monde et bonnes vacances du lycée et non de Marocagreg , c'est le moment de donner le maximum de soi.





 Réponse N°6 2544

Trois compétences pour une petite question!
  Par   Idoubiya Rachid  (Profle 30-01-10 à 23:21



Quelles compétences pour réussir la mise en situation d’une œuvre au programme ?

A madame kerzazi fatiha,

Je tiens à vous féliciter pour votre travail sur les mises en situation, c’est un travail qui montre de la rigueur et de la justesse. J’y reviendrais sûrement. Mais avant cela, je cherche à faire acquérir trois compétences à l’élève, car c’est de lui qu’il s’agit pour qu’il puisse réussir cet exercice avec « compétence », comme ce que vous venez de faire…

Entre temps, la suite des mises en situation des autres textes (2ième du Bac) seront les bienvenues : on en aura besoin pour la suite du travail…

Voici donc le travail de didactique autour de la mise en situation dont l’enseignant doit être conscient pour aborder le sujet de la mise en situation avec ses élèves…

Avant d’entamer la réflexion sur les compétences que doit avoir l’élève pour réussir la mise en situation, il est nécessaire de trouver des justifications pédagogiques à cet exercice.

Justifications pédagogiques 1

C’est la fameuse justification : l’élève est censé avoir lu l’œuvre ! Mais lire ne vaut rien. Il s’agit de relire et de mémoriser les événements ! Il est question d’apprendre par cœur les passages et les garder dans sa mémoire, jusqu’au jour de l’examen !

Justifications pédagogiques 2

Le correcteur est considéré comme quelqu’un qui ignore le texte, il faut donc lui prouver qu’on connaît tout le texte dont on va être interrogé par des questions très simples. Mais, il faut connaître tout le texte : de A à Z !

Justifications pédagogiques 3

La mise en situation est une réponse à la question implicite : pourquoi ce texte a-t-il été choisi ?

L’élève est testé sur plusieurs compétences pour une question d’apparence simple : situez le passage…

1- Compétence de mémorisation :

il faut connaître l’œuvre de manière à se souvenir des moindres détails. Un travail de résumé et de classifications des événements s’imposent. Combien de temps faudrait-il consacrer à un roman comme le Père Goriot ?...

2- Compétence logique :

il ne s’agit pas de réciter les événements mais d’établir un véritable travail de mise en rapport. Comment passer du texte soumis à la compréhension à l’événement qui s’y attache ? Comment lier la thématique du texte en question vers celles qui l’introduisent ?

3- Compétence de rédaction :

en plus des deux compétences, de mémorisation et de logique, l’élève doit posséder des qualités d’écriture et de synthèse.

Comment donc faire acquérir à l’élève ces genres de compétences pour une pédagogie de contrat, qui cri justice et transparence ?

- Des activités et des exercices :

* Quels exercices de mémoration faut-il donner à l’élève ? Dans quelles activités ?

Dans la séance de lecture : que faut-il suggérer à l’élève ? Dans la séance de l’activité orale : que faut-il suggérer à l’élève ? Dans la séance de l’activité écrite : que faut-il suggérer à l’élève ?

* Quels exercices de mise en rapport logique faut-il donner à l’élève ? Dans quelles activités ?

Dans la séance de lecture : que faut-il suggérer à l’élève ? Dans la séance de l’activité orale : que faut-il suggérer à l’élève ? Dans la séance de l’activité écrite : que faut-il suggérer à l’élève ?

* Quels exercices de mise en rapport logique faut-il donner à l’élève ? Dans quelles activités ?

Dans la séance de lecture : que faut-il suggérer à l’élève ? Dans la séance de l’activité orale : que faut-il suggérer à l’élève ? Dans la séance de l’activité écrite : que faut-il suggérer à l’élève ?

A partir d’exercices proposés par les enseignants, on pourra constituer une banque d’activités, qui transformeront la situation de texte du rang des mythes vers celui de la réalité. A vos plumes donc, chères enseignantes, chers enseignants !





 Réponse N°7 2546

Oui trois compétences pour une simple mise en situation!
  Par   Samira Yassine  (CSle 01-02-10 à 00:18

Je ne remercierai jamais assez cette source intarissable de sujets aussi intéressants les uns que les autres, M.Rachid Idoubiya.

Je reviens au sujet des mises en situations. Vous avez relevé un certain nombre de justifications pédagogiques à cet exercice. Je reviendrai sur certaines d’entre elles.

Mais avant je voudrais avouer une découverte, je trouve plus de facilité à situer les extraits des œuvres du programme de 1ère année, sinon j’aurai situé de la même facilité les extraits du programme de 2ème. En me posant la question sur la raison d’une telle préférence, j’ai trouvé certaines réponses dans la réponse de M Idoubiya ci-dessus que je reprends ci-dessous :

1ère justification :

Il est question d’apprendre par cœur les passages et les garder en mémoire. Pour l’élève peut être pas à ce point mais pour le professeur oui. On travaille le même programme avec plusieurs classes et on le répète des années durant, tant que ces œuvres sont au programme. On finit par corriger les erreurs des élèves lors de la lecture sans même avoir l’œuvre sous les yeux. Mais pour qu’un enseignant maîtrise le contenu des œuvres, cela dépend de plusieurs facteurs notamment des élèves avec qui il le travaille, le résultat diffère d’une classe scientifique à une autre littéraire. J’en ai fait l’expérience et j’en fais encore avec mes élèves de la classe de 2ème année (une classe littéraire). On ne travaille pas parce qu’on n’a pas d’examen à passer là-dessus. On a beau leur expliquer qu’il n’y a pas que l’examen, en vain, Pire ils finissent par décourager le professeur si actif avec les autres classes de 1ère science à baisser les bras et se limiter à une étude superficielle de l’œuvre ou à un travail de compte rendu, se limitant à l’étude de quelques passages, pourtant si le professeur travaille le même programme avec des scientifiques de 2ème qui n’ont pas d’examen non plus, le résultat est bien meilleur. J’en conclue que pour qu’un professeur réussisse sa tache de professeur il n y a pas que le professeur mais il y a aussi les élèves avec qui il va travailler ce programme.

2ème justification :

Le correcteur est considéré comme quelqu’un qui ignore le texte. Justement il faudrait que nos académies n’envoient pas les copies à corriger aux enseignants n’ayant pas enseigné ce programme, pour la simple raison qu’ils n’ont pas forcément lu l’œuvre ce qui porte préjudice à l’élève maîtrisant bien le contenu. Il arrive qu’un professeur n’ayant aucune idée sur le programme enseigné en 1ère année, reçoive des copies à corriger alors qu’il n’a aucune idée sur l’œuvre, je le répète. Je ne lui en veux pas de ne pas lire l’œuvre il pourrait lire des œuvres bien plus intéressantes, mais je lui en veux de ne pas refuser de corriger ces copies disant tout simplement je n’enseigne pas ce programme. Vous me direz que je dramatise trop ! Pas du tout j’ai vécu des situations avec des collègues qui posent des questions sur tel ou tel nom de ce personnage ignorant totalement la relation qu’il a avec les autres personnages du texte. Si par malheur le barème est très limité dans l’indication des réponses attendues ou s’il y a une erreur dont on a laissé le soin de la correction au professeur alors l’élève est perdu, et le bon élève qui se permet des détails afin de prouver sa bonne maîtrise de l’œuvre se trouve sanctionné par un professeur qui pense qu’il n’ y a aucune relation entre ses réponses et les réponses dictées par le barème.

3ème justification :

La mise en situation est une réponse à la question implicite : pourquoi ce texte a-t-il été choisi ? Pas obligatoirement ! Nos sujets laissent, des fois, à désirer au point où on regrette tant d’efforts fournis tout au long de toute une année. Des fois on se demande pourquoi avoir choisi ce sujet.

Bref, M.Idoubiya a relevé ces justifications que j’approuve globalement, puis a abordé les compétences demandées.

Pour les compétences, je me limiterai à quelques mots (bavarde que je suis). Toutes les compétences sont aussi importantes les unes que les autres mais le résultat est rédigé et si l’élève n’est pas capable de rendre par écrit ce qu’il mémorisé, le rapport entre les événements qu’il a bien décelé, s’il n’arrive pas à rédiger tout cela on ne saura rien de ce qu’il a dans la tête et on pensera qu’il n’a rien pris l’œuvre puis sa rédaction ne rend pas ce qu’il veut dire. Je crois, toutefois, que tout s’enchaîne, l’élève qui a l’une de ces compétences a sûrement les autres. Tout passe par l’assimilation du contenu de l’œuvre tout d’abord.

NB : Pour M Idoubiya : la répétition à la fin de votre dernier écrit est-il voulue ou faute d’inattention.

Continuez M Idoubiya à nous faire profiter de votre riche expérience dans le domaine de l’enseignement. Merci encore une fois.





 Réponse N°8 2565

Une autre compétence...
  Par   Idoubiya Rachid  (Profle 02-02-10 à 23:41



Une autre compétence que l'élève doit posséder pour aborder une œuvre intégrale, et par conséquent, la situer:

L'élève doit posséder "la compétence de la lecture". Imaginons un élève marocain entrain de lire un roman comme celui de Balzac: Le Père Goriot.

A méditer...




 Réponse N°9 2577

situer le passage d' un extrait
  Par   hary maaty  (CSle 04-02-10 à 19:39

Salut

Suis désolé de ne pouvoir partager votre point de vue sur la question de la situation d'un passage tiré d'une oeuvre au programme.C'est pas un mythe .Il me semblle que cest une question pertinente dans la mesure ou elle vise à verifier la lecture des oeuvres par le candidat .L'examinateur n'a nullement l'intention de lui faire faire des

prouesse cerebrale que ses facultés mentales ne porraient pas executer.L'eleve marocain est habitué à suivre les feuilletons televisés à la tele,il suit au debut de chaque episode un rappel de ce qui s'est passé avant pour ainsi dire lui faciliter la poursuite de l'action.C'est à peu pres la meme chose.Il est vrai que certains passages dans la boite à merveilles sont difficilesà situer.C'est le choix du passage et non la qu'il faudrait remettre question en cause.

PS ma batterie est tres faible suis desolé pour les incorrections. pas le temps de relire.




 Réponse N°10 3230

une seule oeuvre
  Par   badaoui karima  (CSle 27-03-10 à 16:12

n'oublions pas que nous sommes enseignants du FLE!comment demander à un élève qui n'a pas encore dépassé la phase du déchiffrage de lire non pas une mais 3 oeuvres !c'est aberrant§personnellement,je travaille avec 5 élèves qui comprennent ce que je dis(heureusement pour moi sinon les autres auraient dit que je suis folle je leur donne raison ils ne comprennent rien )les autres ont décroché ilya des années et des années! une seule oeuvre suffira largement.




 Réponse N°11 3385

COMPETENCE DE LECTURE
  Par   charhaddine el mostafa  (CSle 05-04-10 à 17:46



« Compétence de lecture ! » pourquoi se donner tant de mal

Notre élève ne lira jamais une œuvre dans sa totalité « sauf exception »

Personnellement de choisis des passages clés. Ces derniers me permettent d’élaborer mon projet pédagogique et s’ils sont bien choisis permettent aussi à l’élève de se situer dans l’œuvre .Il ne faut trop demander à nos élèves ; leur confier des taches qui les dépassent largement .Nous devons leur faciliter la chose





 Réponse N°12 3421

JE SUIS UN DON QUICHOTTE
  Par   ABOUHAJAR RACHID  (Profle 07-04-10 à 14:33

Je vous demande humblement pardon mais quand je vous vois traiter des sujets tels que la situation du passage je vous envie vraiment et je me dis voila des profs qui ont dans leurs classes des élèves qui arrivent à surmonter cette pente qu est la situation.Pourquoi je me vois en tant que DON QUICHOTTE c est simple je me trouve souvent devant des apprenants qui sont tellement dépassés que depuis le début de l année je ne cesse de ressasser les mêmes choses.Pour la situation du passage c est une question que je pose et à laquelle je réponds le plus souvent vu que 100 pour 100 de mes élèves sont incapables de lire les premières pages de l œuvre. De ce fait je fais ce que je peux et je toujours DIEU que ne viendra pas le jour ou je me verrais contraint de baisser les bras.




 Réponse N°13 3422

Solutions!
  Par   Idoubiya Rachid  (Profle 07-04-10 à 15:16

Salut, monsieur ABOUHAJAR RACHID,

Je suis tout à fait d'accord avec vous! La situation du passage est difficile même pour beaucoup d'enseignants qui peinent le martyr pour faire face à un programme inadapté et pour eux et pour le pauvre élève qui n'arrive même pas à déchiffrer le français standard! Alors qu'on lui demande de lire un Balzac ou un Bourgeois gentilhomme! Chose curieuse, cette expérience comme le "départ volontaire des fonctionnaires" sont des particularités marocaines!

Écoutez Monsieur, j'ai fait ma petite enquête "scientifique", via le net, autour de l'enseignement fondé sur l'œuvre intégrale et je n'ai trouvé que le Maroc dans le monde (je ne parle pas de la France qui,en plus des manuels scolaires, programme une seule œuvre intégrale) qui utilise ce genre d'enseignement! La France, la Belgique, Le Canada, l'Algérie, La Tunisie, La Syrie, le Sénégal, tout le monde francophone utilisent bel et bien le manuel scolaire!

Attacher l'œuvre intégrale à la pédagogie de projet ou à la séquence didactique est une grande erreur! On peut travailler avec les manuels scolaires tout en utilisant l'enseignement modulaire et toutes les pédagogies, que ce soit modernes ou classiques!

Ce qu'il faut maintenant faire , c'est proposer des solutions à l'œuvre intégrale, car cela fait presque une décennie qu'on utilise cette didactique sans résultats positifs: il suffit de poser la question à la plupart des enseignants pour s'en rendre compte!

D'ailleurs, nous travaillons autour de manuels interactifs qui utilisent les TIC pour améliorer le français au Maroc! Le travail sera édité d'ici peu pour expérimentations...

NB- L'œuvre intégrale n'est pas éternelle car ce n'est pas le coran! l'œuvre intégrale va bientôt disparaître et c'est nous qui le ferons!




 Réponse N°14 3674

Revenons aux manuels scolaires
  Par   LEFRIYEKH FATIHA  (Profle 22-04-10 à 15:53

Je crois que nos élèves n'ont pas encore atteint la compétence qui leur permettra de situer un passage sachant bien qu'ils ne lisent aucune œuvre totalement. Cette nouvelle génération ne lit pas, pas assez comme nous le faisions dans notre temps. Chaque fois que je pose cette question, je me trouve devant une déception: personne ne répond à ma question! Et je me demande si le moment n'est pas venu pour revenir à certaines méthodes qui avaient démontré leur efficacité.




InfoIdentification nécessaire
Identification bloquée par
adblock plus
   Identifiant :
   Passe :
   Inscription
Connexion avec Facebook
                   Mot de passe oublié


confidentialite Google +