Séquence et œuvre intégrale :

 Par ZAHI ZAKI  (Etudiant(e))  [msg envoyés : 1le 08-09-15 à 18:48  Lu :364 fois
     
  
 accueil


Les textes officiels recommandent fortement l’étude d’œuvre intégrale : « le module s’articule principalement autour d’une œuvre littéraire pour toutes les filières et toutes les options; la littérature ne concerne pas exclusivement les sections littéraires. En effet, les sections techniques et scientifiques doivent également se doter de la compétence culturelle nécessaire à l’apprentissage d’une langue et à la formation générale de l’élève ». Le professeur a donc la liberté de choisir les œuvres qui, selon lui, sont les plus représentatives des grandes perspectives et des objectifs d’étude, et qui permettront à ses élèves d’acquérir les savoirs et de maitriser des compétences définis par le programme. En ce qui concerne le travail en séquence, la situation créée par l’étude de l’œuvre intégrale est différente de celle que crée l’étude d’un groupement de textes. Le professeur est confronté à d’autres formes de difficultés parmi lesquelles on peut citer :
• Le choix de l’œuvre et les limites qu’il impose ;
• La question de la lecture ;
• Le fait qu’une œuvre intégrale comporte une unité, une structure et un déroulement qui lui sont propres et qui déterminent le contenu et l’organisation du travail en séquence.
1. Choisir une œuvre représentative et pertinente :
Le choix d’une œuvre se fait non pas sur son genre ou sur sa nature, pris dans l’absolu, mais sur son adaptation au programme et sur des critères de pertinence par rapport à une ou plusieurs compétences, à une ou plusieurs grandes perspectives. Ce programme figure dans les textes officiels qui donnent des informations sur les savoirs à acquérir et sur les savoir-faire à maitriser dans des documents précis. Cela signifie que l’œuvre choisie doit atteindre un certain degré de représentativité d’un ou de plusieurs objectifs d’étude, et permettre d’approcher un certain nombre de problématiques spécifiques. C’est alors l’organisation de l’ensemble de l’année, le choix des textes et des œuvres, la manière dont ils se croisent qui peuvent aider à rééquilibrer les connaissances, avec de nombreuses lectures en parallèle. Cette remarque renvoie à la nécessité pour le professeur, de combiner habilement tous les supports choisis (extraits et œuvres intégrales) et de savoir organiser de manière efficace son programme annuel.
2. Adapter la séquence aux spécificités de l’œuvre intégrale :
Le travail avec un groupement de textes donne une très large possibilité de choix. Certes, le professeur doit toujours rester dans les limites du programme, mais celui-ci est diversifié et la littérature est vaste. La situation n’est pas la même dans le cas de l’œuvre intégrale, une fois l’œuvre choisie, il faut travailler sur une production qui a à la fois des particularités générique et une originalité propre. Chaque œuvre a ses propres enjeux, l’une peut dépendre des préoccupations de l’époque, l’autre des thèmes personnels de l’auteur, d’autre encore des soucis communs à tout le monde… Cela signifie qu’il n’y a pas beaucoup de possibilités de construction de séquence pour une œuvre intégrale que pour un groupement de textes et qu’il revient au professeur de trouver, par la construction de la séquence, les différents moyens de faire découvrir l’œuvre avec ce qu’elle a de spécifique.

  



Vous aimez cet article ?
Partagez-le sur


InfoIdentification nécessaire
Identification bloquée par
adblock plus
   Identifiant :
   Passe :
   Inscription
Connexion avec Facebook
                   Mot de passe oublié


confidentialite Google +