S.o.s

 Par Samira Yassine  (?)  [msg envoyés : 2089le 10-10-14 à 23:42  Lu :910 fois
     
  
 accueil


Sincèrement, j'ai besoin de votre aide. Je suis vraiment perplexe . Je ne sais plus quelle décision prendre, comment agir.
Depuis quelques années, j'enseigne 4 classes scientifiques et une littéraire.
Franchement, je ne sais plus quoi faire ? Vous devez me critiquer pensant que je dramatise trop.
Voilà . Ce sont des élèves de 1ère, ils doivent passer l'examen régional à la fin de l'année. J'ai essayé de les initier à la lecture de l'oeuvre tout étant sûre qu il leur estimpossible de le faire.
J'ai bien réfléchi et j'ai décidé de ne pas fermer les yeux. Si je travaillais le programmz, ils ne gagneront rien. Si j ignore pour un mois ou deux le programme,je les débarrasserai de quelques problèmes et réussiront même à formuler des phrases.
Mais suis-je en train de courir le risque d'être critiquée accusée de négligence parce que j'ai tardé à aborder le programme?
Vos points de vue me seront d'un grand soutien.
Merci

  




 Réponse N°1 34381

Programme...
  Par   kasbaoui abdelaziz  (Autrele 11-10-14 à 00:05

Il n' y a pas de programme au cycle qualifiant.

Il y a un référentiel de compétences, tellement général qu'il laisse une grande marge de manœuvre pour la planification d'apprentissages fructueux.

Il y a un projet pédagogique qui est censé "adapter" les œuvres à des exigences didactiques et docimologiques utiles.

Il y a une évaluation diagnostique qui a pour vocation, au delà de sa fonction régulatrice (remédiation immédiate), l'orientation du projet et l'encadrement des choix didactiques en fonction des vrais besoins des élèves.

Les œuvres intégrales ne sont que des prétextes pour des apprentissages linguistiques et textuels; elles ne constituent nullement une "fin en soi".

le projet retenu (chaque œuvre en offre plusieurs: formel, thématique, esthétique, etc.) pourrait répondre à des besoins répertoriés et faciliter l'accompagnement.

PS. Si l'évaluation diagnostique révèle des lacunes énormes, rien n’empêche de programmer une mise à niveau, à condition qu’elle soit justifiée (choix des contenus, des activités, du temps imparti,...), qu'elle n'empiète pas trop sur les contenus du projet et qu'elle figure sur le cahier journal.




 Réponse N°2 34382

Infiniment merci, M Kasbaoui!
  Par   Samira Yassine  (CSle 11-10-14 à 00:39



Je vous suis reconnaissante pour votre réponse à mon S.O.S.

Je suis soulagée de me voir sur la bonne voie.

Je n'ai pas besoin d'évaluation diagnostique puisqu'ils n'ont rien, vraiment rien. J'ai déjà commencé à zéro, par la conjugaison des auxiliaires

Vous ne pouvez imaginer, M kasbaoui, la reconnaissance de ces élèves de me voir leur corriger certaines "lacunes"dont ils ont toujours souffert.

Merci encore, cher collègue.





 Réponse N°3 34383

RE
  Par   rifai houssaine  (Profle 11-10-14 à 17:05



Lorsque j'ai enseigné au lycée, je ne vous cache pas que j'ai consacré tout le mois de mai 2013 à des séances d'examen blanc (épreuves du régional "diverses 2010, 2011, 2012") dans lesquelles j'ai abordé avec les élèves plusieurs points de grammaire. C'était l'occasion pour s'exercer également à la production écrite. (1h pour l'épreuve, 1h pour la correction)

J'ai également fait des heures supplémentaires durant lesquelles j'ai expliqué tout l'annexe à la fin du manuel qui comporte plusieurs points de grammaire et de stylistique.

Je profitais de l'activité de langue pour initier les apprenants à un fait grammatical tout en rappelant d'autres points.

Et surtout, il faut profiter de l'évaluation sommative et formative pour combler leurs lacunes.

J'avais largement le temps pour faire cela, mais à ne pas dépasser 1 H pour l'activité de lecture, de langue et celle de l'orale. Je consacrais 2H à la production écrite.

Je ne dirai pas que j'ai fait des miracles, mais j'étais très heureux de voir des bleus décrocher un 08/20 ou plus à l'examen régional.

NB: Pour les contrôles, c'était aussi des examens régionaux.





 Réponse N°4 34390

Oui , Rifai .
  Par   Samira Yassine  (CSle 12-10-14 à 05:05

Oui , M Rifai .
Moi aussi, je travaille de la même manière . Mais, j'ai ddécidé d'aller plus loin dans ma tentative de remédier aux " lacunes " de ces élèves. Même si je n ai jamais conçu de projet pédagogique, dans mon travail, je vais essayer de leur résoudre le problème de conjugaison, tout d'abord.

Je vous soumettrai même ce projet afin d avoir une idée là dessus et profiter de vos judicieuses remarques tous.

Merciiiii pour l'intérêt, cher collègue.




 Réponse N°5 34393

projet et mise à niveau
  Par   kasbaoui abdelaziz  (Autrele 12-10-14 à 12:55



Il n' y a pas de contradiction entre l'élaboration d'un projet et une opération de mise à niveau. Les deux sont censés répondre aux VRAIS besoins des élèves.

Un projet pédagogique est un espace idéal (puisqu'il est par définition souple et flexible) pour la programmation des mises à niveaux nécessaires en plus d'autres contenus relatifs à l’œuvre programmée.

Les mises à niveaux linguistiques (grammaire, conjugaison, etc.) peuvent être intégrées au projet (QUI DEVRAIT ETRE AFFRANCHI DE BEAUCOUP DE CONTENUS THEORIQUES ET FORMELS EN TOTALE CONTRADICTION AVEC LES BESOINS DES ELEVES) pour pouvoir "accueillir" des contenus linguistiques fondamentaux.

Les notions de grammaire et de conjugaison peuvent faire partie de n'importe quel projet qui propose des planifications y afférentes (les connecteurs logiques et le présent avec l'argumentation, les adjectifs avec la description, etc.) à condition d'une part de proposer des contenus DE langue et non des contenus SUR la langue, d'autre part d'adapter les notions aux besoins des élèves à tel ou tel niveau de scolarité (on peut proposer la cause de plusieurs façons différentes: on peut se contenter d'une expression par-ci, de deux autres par là, etc.)





 Réponse N°6 34398

de ou sur la langue ?
  Par   Samira Yassine  (CSle 12-10-14 à 16:57



Vous diriez que je suis nulle, peut importe, j'aimerais avoir plus d'explication y voir plus clair.

Mes remerciements les plus sincères à M Kasbaoui dont les interventions sont très intéressantes .





 Réponse N°7 34400

De vs SUR
  Par   kasbaoui abdelaziz  (Autrele 12-10-14 à 17:32



Voici deux situations de classe :

1. Titre : l’adjectif qualificatif

L’adjectif qualificatif est un caractérisant qui s’accorde en genre et en nombre avec le nom qu’il qualifie.

L’adjectif qualificatif est attribut quand il est introduit par un verbe d’état, etc. les verbes d’état sont ; être, sembler, etc.

2. Titre : l’adjectif

Le ciel est bleu.

La petite maison est adorable.

Courageuses, les filles affrontent le danger.

Etc.

La première est une activité SUR la langue, la seconde DE la langue. Les connaissances de la 1ère situation sont certes importantes, mais ils n'appartiennent pas malheureusement à la langue, ils font partie de la métalangue. Elles pourraient être utiles quand les élèves peuvent d'abord construire une petite phrases avec les mots: bleu, gentil, gros, fière, grise, réparable, etc.





 Réponse N°8 34401

Sur la langue
  Par   Samira Yassine  (CSle 12-10-14 à 18:16



Je vous remercie pour l'explication. Bien sûr que j'aurai recours à des activités sur la langue, voire comment employer la langue dans différentes situations.

Vu le niveau très des élèves , on évite le théorique , on use juste de l'utile.

c'est plus pratique.

Encore une fois, merci M Kasbaoui.





 Réponse N°9 34402

démarche inductive
  Par   kasbaoui abdelaziz  (Autrele 12-10-14 à 20:08

Il serait préférable de s'assurer d'abord que les élèves maitrisent la langue (construction de phrases, conjugaison correcte, vocabulaire suffisant à défaut d'être substantiel, etc.) avant de leur proposer, après la maitrise de la langue, la métalangue (définitions, canevas, etc.) qui leur permet d'extrapoler les apprentissages à des situations inédites.

L'apprentissage exclusivement formel et métalinguistique(définitions, etc.) favorise ce que l'on appelle "la coquille vide" qui traduit à peu près la situation suivante :" on parle, mais on ne sait pas de quoi on parle, ou on ne connaît pas ce dont on parle. On vide la discipline de son sens" (Roegiers). En effet, les élèves peuvent vous réciter la définition complète d'une notion de langue donnée, mais sans pouvoir la concrétiser par la langue.





 Réponse N°10 34403

Exactement
  Par   Samira Yassine  (CSle 12-10-14 à 20:32



Oui , M Kasbaoui. Je vous assure que certains élèves ne maîtrisent ni l'une ni l'autre.

En tout cas, je tenterai l'impossible pour y remédier. J'espère ne pas vous déranger par mes nombreuses questions.

Infiniment merci.





InfoIdentification nécessaire
Identification bloquée par
adblock plus
   Identifiant :
   Passe :
   Inscription
Connexion avec Facebook
                   Mot de passe oublié


confidentialite Google +