S'exercer pour le résumé!

 Par Jaafari Ahmed  (Prof)  [msg envoyés : 943le 12-03-13 à 23:14  Lu :2758 fois
     
  
 accueil


Suite aux articles envoyés sur le résumé du texte, voici des exercices d'application progressifs ,à suivre méthodiquement!
Première étape :
I- Procéder en deux temps :
1- S’efforcer d’abord à traves la lecture attentive, de bien saisir le sens général du texte :
Ce sens général, essayer de l’exprimer pour vous mentalement ou à haute voix, puis revenez au texte à titre de contrôle. Est-ce bien cela qui est exprimé ? Ou bien rectifiez.
2- Ensuite, éclairer une à une les difficultés de détails sur lesquelles vous avez peut-être buté.
Par exemple vous percevez mal le sens d’un mot ; du membre de phrase, d’une phrase.
- Repérez chaque difficulté d’un trait de crayon ;
- Précisez le sens de mots douteux en utilisant le dictionnaire ;
- Traduisez dans votre propre langage tout ce qui vous semble complexe, obscure ou abstrait.
Exercices d’entraînement :
(1) Formulez en une phrase le sens général du texte suivant :
« La tribu la plus primitive qu’il nous ait jamais donné d’observer, la tribu des Tasady , a été découverte il y a moins de cinq ans. Ses membres, au nombre de 125 ont arrêté leur évolution au stade du paléolithique .C’est à peine s’ils savent tailler la pierre .Ils ignorent l’agriculture, l’élevage, la chasse, la construction. Ils vivent de cueillettes et d’une pêche rudimentaire. Les deux anthropologues qui les ont étudiés - sommairement, il est vrai- n’ont décelé nulle trace de magie ou de religion. Pas non plus de véritable structure sociale. D’outils, ils n’ont que la hache de pierre coupante, le pieu de bois et le couteau de bambou. Ils savent faire du feu, c’est tout…Pourtant, les Tasady présentent toutes les marques du bonheur. » François de Closels.
(2) Soulignez dans le texte précédent, les mots et les expressions de sens difficile. Puis consultez le dictionnaire et traduisez dans votre propre langage, les définitions qu’il propose.
(3) Pour chacun des courts textes suivants, éclairez à l’aide du dictionnaire le sens des mots difficile, puis reformulez tout le texte dans votre propre langage afin de vous assurer que vous l’avez parfaitement compris.
a- Le chemin de fer était générateur de déterminisme collectif ; l’automobile et le vélomoteur ouvrent la voie à un individualisme effréné.
b- Chaque citoyen peut accéder aux diverses charges de l’État.
c- Tout homme qui sait lire a en lui le pouvoir de multiplier ses modes d’existence.
(4) Si le texte est formulé de façon abstraite, il faut placer derrière les mots des exemples concrets qui vous permettront de comprendre.
Ainsi, quels exemples pourriez-vous placer derrière les expressions en caractères gras dans les textes suivants afin d’en saisir la signification ?
a- Les hommes naissent libres et égaux en droit.
b- Le monde ne cesse de se transformer sous nos yeux.
c- En démocratie chacun doit être le défenseur des libertés fondamentales.
2ème étape !
II- survoler le texte pour en percevoir l’image d’ensemble.
Conseils : le texte s’étale sous vos yeux, dans l’espace de la page, comme un paysage inconnu. Cherchez d’abord des points de repère matériels (disposition typographique) ; puis tentez de découvrir des mots jalons, des membres de phrases ayant valeur de poteaux indicateurs. Ainsi, vous saisirez la géographie d’ensemble.
Précisons :
1- Prenez d’abord appui sur la disposition typographique du texte :
- Comporte-t-il des titres des, sous-titres, une énumération ?
- Combien de paragraphes distinguez-vous ?
2- Parcourez l’introduction :
- Vous indique-t-elle le plan suivi ?
- Confirmez éventuellement ceci par la lecture de la conclusion qui peut récapituler les différents points envisagés.
3- Lisez la première phrase de chaque paragraphe :
- Ne vous donne-t-elle pas d’indications sur le contenu de ce paragraphe ?
- Ne comporte-t-elle pas d’éléments de liaison avec ce qui précède ? indications de rapports logiques par exemple : ensuite, enfin, mais, par contre, d’autre part .etc.
4- Essayez de saisir des mots ou des phrases de transition entre les différentes parties.
Exercices :

(5) En vous inspirant des conseils précédents, cherchez quels sont les points de repère qui peuvent vous guider pour saisir limage d’ensemble du texte suivant d’André Maurois.
L’ART DE LIRE (extrait)
« La lecture est-elle un travail ? Valéry Larbaud la nomme un « vice impuni » et Descartes au contraire « une conversation avec les plus honnêtes gens des siècles passés ». Tous deux ont raison.
La lecture-vice est propre aux êtres qui trouvent en elle une sorte d’opium et s’affranchissent du monde réel en plongeant dans le monde imaginaire. Ceux-là ne peuvent rester une minute sans lire ; tout leur est bon ; ils ouvriront au hasard une encyclopédie et liront un article sur la technique de l’aquarelle avec la même voracité qu’un texte sur les machines à feu; laissés seuls dans une chambre, ils iront à la table où se trouvent des revues, des journaux et attaqueront une colonne quelconque, en son milieu, plutôt que de se livrer un instant à leurs propres pensées. Ils ne cherchent dans la lecture ni des idées, ni des fats, mais ce défilé continu de mots qui masque le monde et leur âme. De ce qu’ils ont lu, ils retiennent peu de substantifique moelle : entre les sources d’information, ils n’établissent aucune hiérarchie de valeurs. La lecture pratiquée par eux est toute passive : ils subissent les textes ; ils ne les interprètent pas ; ils ne leur font pas place dans leur esprit ; ils ne les assimilent pas.
La lecture-plaisir est déjà plus active. Lit pour son plaisir l’amateur de romans qui cherche dans les livres, soit des impressions de beauté, soit un réveil et une exaltation de ses propres sentiments, soit des aventures que lui refuse la vie. Lit pour son plaisir celui qui aime à retrouver dans les moralistes et les poètes, plus parfaitement exprimées, les observations qu’il a faites lui-même, ou les sensations qu’il a éprouvées. Lit pour son plaisir enfin celui qui, sans étudier telle période définie de l’histoire, se plaît à constater l’identité au cours des siècles, des tourments humains. Cette lecture-plaisir est saine.
Enfin, la lecture-travail est celle de l’homme qui, dans un livre , cherche telles connaissances définies , matériaux dont il a besoin pour étayer ou achever dans son esprit une construction dont il entrevoit les grandes lignes. La lecture-travail doit se faire , à moins que le lecteur ne possède une étonnante mémoire, plume ou crayon en main. Il est vain de lire si l’on se condamne à relire chaque fois que l’on souhaitera revenir au sujet. S’il m’est permis de citer mon exemple, lorsque je lis un livre d’histoire ou un livre sérieux quelconque, j’écris toujours à la première ou à la dernière page quelques mots qui indiquent les sujets essentiels traités , puis, en dessous de chacun des mots , les chiffres des pages qui renvoient aux passages que je désire pouvoir consulter, en cas de besoin, sans avoir à relire le livre entier »
3ème étape :
III- Dégager les idées essentielles
Conseils
Pour y parvenir :
1- Distinguez dans chaque unité du texte (paragraphe par exemple) l’idée principale et les idées complémentaires ;
2- Notez l’une sous l’autre les idées principales ainsi distingués.
Exemple 1
: un paragraphe de Giono
Le plus souvent un paragraphe se construit autour d’une idée principale qu’il s’agit pour le lecteur de bien dégager. Les idées complémentaire qui s’organisent auteur d’elle, ont pour fonction, selon le cas, de la développer, de l’expliquer, de la préciser ; de la justifier…Enfin, des exemples pour l’illustrer.
Ainsi considérons ce texte de Giono et dégageons ces trois éléments.
« Les choses se transforment sous nos yeux avec une extraordinaire vitesse. Et on ne peut pas toujours prétendre que cette transformation soit un progrès. Nos « belles » créations se comptent sur les doigts de la main ; nos destructions sont innombrables. Telle vallée on la barre ; tel fleuve, on le canalise. Pour rendre les routes « roulantes » ; on met bas les alignements d’arbres de Sully. Pour créer des parking, on démolit des chapelles romanes de vieilles halles. »
a- Idée principale : exprimée par les deux premières phrases: Mots clés : transformation/ vitesse/ non progrès.
b- Idées complémentaires : exprimées dans la troisième phrase : belles créations rares/ destructions nombreuses.
c- Exemples : exprimés dans les trois dernières phrases.
Exemple 2 : un enchaînement de paragraphes
Le texte précédent de Maurois :
« L’art de lire » en le reformulant dans notre langage.
1- Introduction : il y a plusieurs sortes de lectures.
2- La lecture- vice est une drogue qui permet à ceux qui l’utilise de s’évader de la réalité.
3- La lecture-plaisir est une saine distraction qui enrichit l’esprit.
4- La lecture-travail est une recherche méthodique de matériaux et d’information.
Exercices :
(6) à l’instar du travail fait sur le texte de Giono, distinguez dans ce texte de Daniel Reps l’idée principale, les idées complémentaires, les exemples.
« Nous sommes engagés dans une transformation du monde qui doit provoquer du mode de vie humain, , une modification plus radicale que jamais époque n’en connut. Le phénomène essentiel c’est l’élimination progressive, fatale, irrésistible du travail humain. La civilisation de demain sera une civilisation où le labeur tiendra une place de plus en plus petite. Déjà, nous connaissons bien des cas où cette élimination du travail humain est un fait. Dans l’usine électrique qui ronronne doucement au fond de la gorge alpine, le seul travail de l’homme se réduit à un rôle de surveillance et e réparation. Il a fallu certes du travail pour construire l’usine et là encore, la machine est intervenue efficacement – mais achevée, la voici prête à se passer de l’homme pour des années.
À la chaîne de montage des automobiles, on a expérimenté l’emploi des machines remplaçant les hommes : le résultat fut satisfaisant, comme d’ailleurs il est conforme à la logique. Il n’est guère de domaine où l’on ne puisse concevoir un tel remplacement. »
(7) Tout développement ne comporte pas nécessairement les trois éléments précédents mais parfois deux. Distinguez, dans chacun des textes suivants d’une part l’idée principale, d’autre part ce qui s’y rattache (vous direz s’il s’agit d’idées complémentaires ou d’exemples)
1- Chacun cherche dans ses loisir ce qui lui plaît et en particulier un antidote aux contraintes sociales. L’un chasse, l’autre pêche, un troisième joue aux boules. Tous voyagent et découvrent l’incroyable diversité de la campagne, des villes, des hommes.
2- Il est certain qu’une très grande part des biens produits par la civilisation technicienne sont superflus par rapport aux exigences normales de la santé et du véritable confort. Les besoins fictifs, artificiels, se multiplient, tandis que certains hommes arrivent à ne plus sentir des besoins simples, élémentaires, humains, comme le besoin d’air pur et libre, le besoin d’espace, le besoin, à certaines heures, de solitude et de recueillement.
3- Le sport est utile à la formation morale des jeunes. C’est d’abord une école de formation du caractère : l’effort trempe la volonté et cultive le goût du dépassement de soi. C’est aussi un apprentissage de l’esprit d’équipe et de la modestie. Ainsi lors d’un match de football ,le jeu de chacun profite à tous et la victoire est collective.
4ème étape
IV- Faites apparaître l’enchaînement des idées sous formes d’un plan qui constitue le résumé schématique du texte.
Exemple 1
: Un texte court.
« Le développement de la sécurité sociale abaissant dans d’importantes proportions au profit de chacun, le prix des soins et des médicaments, a certainement favorisé l’expansion de la médecine en France. En outre, sous l’effet conjugué de la diffusion des idées médicales et de la l’élévation du niveau de vie. Il en résulte, au total, depuis la dernière guerre, une amélioration nette de la situation sanitaire dans notre pays. »
- Essayez de dégager les différentes idées de ce texte puis faites apparaître leur enchaînement logique.
Voici une réponse proposée, à ne lire qu’après avoir fait votre propre travail :
Cause 1 : le développement de la Sécurité sociale a favorisé l’expansion de la médecine en France.
Cause 2 : Chaque français consacre une part plus importante de ses revenus à sa santé
Conséquence : la situation sanitaire s’est améliorée depuis la dernière guerre.

Exemple 2
Reprenez le texte d’André Maurois ci-dessus, et présentez-le sous forme d’un plan résumé schématique après avoir dégagé les idées.
- Réponse proposée à ne lire qu’après avoir cherché vous-même :
_ Introduction
I- La lecture-vice
1- Rôle de cette lecture : affranchir du monde réel.
2- Caractère de la lecture-vice : lire n’importe quoi.
3- Valeur de cette lecture : passive et sans profit.
II- La lecture plaisir
1- Caractère de cette lecture : plus active
2- Exemple de lecture-plaisir : amateur de romans, de poésie ou de textes historiques
3- Valeur de cette lecture : saine distraction
III- La lecture-travail
1- En quoi consiste-t-elle ? recherche de matériaux et d’information
2- Comment la conduire efficacement ? prendre des notes avec méthode.
Exercice,
Vous dégagerez les idées essentielles du texte suivant puis vous les présenterez sous forme d’un plan résumé schématique !
(8) Le silence :(Thierry Maulnier)
Il faut défendre le silence, car le silence est menacé. La civilisation moderne, la civilisation de la technique pourrait bien être en train de le tuer sans que nous y prenions garde. Déjà on peut se demander si des millions de nos contemporains n'ont pas commencé d'en perdre le goût et le besoin.
Nous vivons dans la rumeur continuelle des grandes villes. Le bruit est pour nous une souffrance en même temps qu'un besoin, comme si nous étions intoxiqués, et sans doute le sommes-nous. Nous travaillons à faire nos demeures imperméables au bruit, à rendre plus silencieuses nos automobiles, mais c'est pour y tourner à toute heure du jour les boutons de nos postes radiophoniques pour y entendre le son de paroles dont nous n'écoutons pas le sens qui nous est indifférent, pour y remplir nos oreilles de musiques auxquelles nous ne nous donnons pas, car nous leur demandons seulement d'endormir nos consciences. Le bruit est un stupéfiant et, comme tous les stupéfiants, un remède à l'angoisse d'être seul...
Le silence n'est richesse que pour ceux qui ont une richesse en eux-mêmes. Aimer le silence, c'est aimer être seul; c'est aimer être avec soi-même ; le bruit recouvre et déguise tout ce qui est vie profonde de l'âme ou vie profonde des choses.

  



Vous aimez cet article ?
Partagez-le sur
  Djc: chapitre xiii!
  Mettre la production écrite à l'esprit du temps
  Tous les messages de Jaafari Ahmed


 Réponse N°1 30176

Infiniment merci, M Jaafari !
  Par   Samira Yassine  (CSle 12-03-13 à 23:23



Je profite de cette occasion pour vous présenter mes sincères remerciements, cher frère, pour l'aide que vous m'avez fournie dans le travail de ce cours.

Chers collègues, je me permets de vous suggérer de faire avec vos élèves le résumé de texte.

J'en ai fait l'expérience, aujourd'hui, et il faut voir le grand enthousiasme qu'ont montré les élèves dans le travail d'une nouvelle matière. Ils en ont assez, parait-il , des oeuvres intégrales et des textes littéraires surtout les élèves scientifiques. Ils ont été très intéressés par le thème, la méthode, j'ai suivi celle de M Jaafari, étant bien détaillée, et bien travaillée.

Je vous renouvelle mes remerciement, M Jaafari.





 Réponse N°2 30177

Merci madame!
  Par   Jaafari Ahmed  (Profle 12-03-13 à 23:31



Je suis vraiment heureux que vous ayez eu la patience de faire ce travail avec vos élèves! cela montre l'amour que vous portez à votre métier et à vos élèves!

soyez-en honorée!

mes hommage, grande bosseuse!

Réctification: ce n'est pas ma méthode! nous avons une banque de données au niveau de la cellule LC à  la fac, et j'y puise ! c'est le programme de S3/S4!




InfoIdentification nécessaire
Identification bloquée par
adblock plus
   Identifiant :
   Passe :
   Inscription
Connexion avec Facebook
                   Mot de passe oublié


confidentialite Google +