Rédaction: mon petit frère!!

 Par Benjida Layla  (?)  [msg envoyés : 22le 12-06-10 à 12:20  Lu :3372 fois
     
  
 accueil

Petite, je rêvais d’une grande famille, de sept ou six membres peut-être ! Je me sentais seule et j’avais fort besoin de compagnie.
En sachant que ma mère était enceinte, un large sourire se dessina sur mon visage. Enfin une nouvelle qui égayait ma vie ! Je ne pouvais m’empêcher d’imaginer la tête de la petite créature qui se formait à l’intérieur du ventre de ma mère, devenu gonflé comme un ballon. Je désirais avoir un frère. Je me voyais lui préparer le biberon, le bercer dans mes bras, lui chanter des chansons pour le faire dormir, jouer avec lui à la poursuite. Mais dès son arrivée au monde, l’enchantement qui m’envahissait disparut. Laissez-moi donc vous conter mon histoire. Le jour de l’accouchement, j’étais terrifiée en entendant les cris assourdissants de ma mère. Je méprisais le fait qu’il lui faisait mal, ce petit diable qui sortait. Je n’avais rien contre lui, jusqu’à ce que j’aie remarqué qu’il détournait toutes les attentions envers lui, et qu’il profitait du plaisir d’être le centre du monde pendant une période assez suffisante pour me rendre folle de jalousie. J’avais une vive envie de lui crever ses deux petites noisettes écarquillées, lui arracher ses cheveux noirs d’ébènes, lui tirer ses joues cotonnées et rouges comme des cerises, et pourquoi pas saisir entre mes mains sa gorge de trois centimètres et l’étouffer s’il en fallait ? Sa fragilité me dégoutait, je voulais qu’il grandisse vite, pour qu’il puisse comprendre ce que je lui disais, jouer avec moi, et sans oublier bien sûr, obéir à mes ordres continus.
Mon vœu s’était réalisé ! Mon frère, entre l’âge de quatre ans à huit ans, était en quelques sortes le frère idéal. La figure angélique, le sourire innocent, il était Dieu de la vérité, l’obéissance et la tendresse. Je l’adorais en ce moment-là et ne pouvais me passer de sa présence.
Après avoir passé quatre ans dans un pays de rêve en compagnie de mon frère, je me réveillais sur un terrible cauchemar. Je dois avouer qu’il m’avait bien eu, le petit sorcier ! Il s’était métamorphosé encore, mais cette fois, c’était pire qu’avant, j’avais affaire à un démon ! Agressif, turbulent, désobéissant, source de dérangement, tête de mule, ses caprices ne cessaient guère. Et la meilleure, c’est quand j’étais obligé d’entendre mes parents dire, pour le sauver d’entre mes griffes : « Laisse ton frère en paix Layla, il est encore petit ». Mais bon sang il a ONZE ANS ! Et depuis, c’est comme cela que ça se passe tous les jours ! Je suppose que je n’aurai pas le droit de nier que nous passons d’agréables moments, qui ne durent que quelques instants, mais qui restent gravées dans nos mémoires. Après tout, c’est mon petit frère non ? Et je l’aime…cette petite peste !

  



Vous aimez cet article ?
Partagez-le sur
  La peine de mort!
  La faiblesse!
  Tous les messages de Benjida Layla


 Réponse N°1 5080

intéréssant
  Par   birouk salima  (CSle 20-06-10 à 15:42

Salut layla, comme je t'ai expliqué dans le centre, je voulais t'écrire un commentaire mais je l'ai écrit à soulaiman hhhh, alors ton sujet est très agréable, bonne continuation

Att :Si Omar voit se sujet il va t'étouffer.+_-




InfoIdentification nécessaire
Identification bloquée par
adblock plus
   Identifiant :
   Passe :
   Inscription
Connexion avec Facebook
                   Mot de passe oublié


confidentialite Google +