Que faire ?

 Par Kaddioui Khaoula  (?)  [msg envoyés : 10le 17-06-12 à 14:37  Lu :1287 fois
     
  
 accueil


Mes questions vont porter sur la production écrite :
Si la question est " qu'en pensez vous ? " doit-on exposer les points de vue différents, avant de donner notre point de vue ou n'avancer que les arguments qui consolident notre opinion ?
Et la même question en ce qui concerne "êtes vous pour ou contre ?"

  



Vous aimez cet article ?
Partagez-le sur


 Réponse N°1 23851

Vous êtes libre
  Par   OMARI Abdellatif  (Profle 17-06-12 à 18:21



Dans "qu'en pensez-vous", on vous demande également si vous êtes favorable ou défavorable à la citation, et donc vous pouvez être contre ou pour. Dans les deux types de questions "qu'en pensez-vous? ou "Êtes-vous pour ou contre", vous êtes libre d'être "pour" absolument ou "contre" absolument, comme vous pouvez être ni pour ni contre absolument(essai dialectique, vous exposez dans les deux premières parties les thèses des partisans et des opposants, ainsi que leurs arguments, dans la synthèse, après un bref résumé des deux premières parties, exprimez votre point de vue qui doit tirer à la fois de celle des partisans et de celle des opposants). Bonne chance, petite.





 Réponse N°2 23853

Mais ...
  Par   Kaddioui Khaoula  (CSle 17-06-12 à 18:40



Je comprends M Omari , mais est il possible de ne pas écrire deux paragraphes ? C'est à dire ne pas traiter deux thèses , mais juste celle que nous défendons, comme j'ai fait ici : http://www.marocagreg.com/forum/sujet-sujet-d-examen-blanc-besoin-de-correction-23405.html ???





 Réponse N°3 23854

Ma chère Khawla
  Par   Samira Yassine  (CSle 17-06-12 à 19:47



A te voir si inquiète, on croirait avoir affaire à une élève moyenne ou à la rigueur assez bonne.

Mais , tu es une excellente élève et tu as toujours eu de très bonnes notes et ce n'est pas le moment de paniquer.

Fais ce qui te semble bon et sois sûre que tu as une très bonne note.

M Omari t'a expliqué que c'est pareil. Suis ce qu'on disait en classe.

Pour être un peu plus brève, parce que tu écris de longs sujets, tu vas exposer le point de vue opposé et tu enchaines en donnant le point de vue que tu défends tout en annonçant que c'est le point de vue que tu partages.

Bon courage , ma chère Khawla. Ne t'inquiète pas , tu auras d'excellents résultats , crois -moi.





 Réponse N°4 23858

Re
  Par   Samira Yassine  (CSle 17-06-12 à 20:17



Ma chère khawla,

je me suis permise de publier le sujet de M Omari, qu'on a déjà abordé en classe.

peut être qu'il te permettra d'y voir plus clair. On a plusieurs façons d'aborder le sujet.

Sujet sur la peine de mort.

"Puisque une production écrite, comme vient de l'affirmer un de nos amis et collègues, est une construction et non un style, , tu trouveras ci-joint, chère petite Khawla salma, une reprise de production sur un sujet en rapport avec "Le Dernier jour d'un condamné"comme exemple à la démarche des trois types de l'essai :

"Sujet" : la peine de mort est-elle nécessaire ?

-Essai plaidoyer : pour la peine de mort

Certains crimes sont horribles, et pour punir sévèrement ceux qui les commettent, la loi a prévu la sentence de la peine de mort. Et dans la mesure où cette sentence vise à conjurer un plus grand mal qui menace l'humanité, la peine capitale s’avère on ne peut plus nécessaire.

D'abord, il importe de retrancher de la communauté sociale un membre qui lui est nuisible et dangereux. Des criminels comme Papavoine, qui a tué deux petits enfants qui jouaient près de leur mère ; comme Dautin, qui a tué sa tante, puis son frère; comme Louis Martin, qui a tiré sur son père, doivent être éliminés, car leur disparition protège la société.

Ensuite, la société doit punir et se venger. Tel ou tel membre de la société, qui a subi un tort irrémédiable, aspire, pour apaiser sa douleur, à ce qu'on lui rende vraiment justice, et cette justice équitable ne peut être que la loi du talion.

Enfin, il faut faire des exemples, il faut épouvanter par le spectacle. On peut considérer la scène de la peine de mort en plein public comme une sorte de catharsis, notamment sur ceux qui seraient tentés de commettre un crime.

Bref, visant à conjurer un plus grand mal, à rendre justices aux familles des victimes, et à épouvanter par le spectacle, la nécessité de la peine capitale demeure impérative. Il n'en demeure pas moins que beaucoup s’interroge sur l’utilité et l’efficacité, voire sur la légitimité, de cette peine.

-Essai réquisitoire : contre la peine de mort

Certains crimes sont, certes, monstrueux, et pour punir sévèrement ceux qui les commettent et protéger la société contre ce mal qui la menace, la loi a prévu la peine capitale. Or, pour conjurer ce mal, d’autres alternatives sont possibles, et en ce sens la peine de mort, qui ne peut qu’aggraver le phénomène, n’a pas une raison d’être.

Premièrement, pour se débarrasser d'un élément nuisible et dangereux à la société, la prison à perpétuité et la solidité des barreaux suffiraient. La prison à perpétuité, non seulement isole les criminels de la société, mais peut être aussi occasion, notamment pour ceux qui ne sont pas méchants, de se repentir. L’exemple du condamné dans Le Dernier jour le prouve quand il dit qu’il voudrait bien se repentir beaucoup.

Deuxièmement, comme le dit Victor Hugo, le rôle de la société est de corriger pour améliorer et non de punir et de se venger. La réalité montre bien que les criminels sont des malades qui ont besoin de médecins et non de juges, qui ont besoin d’hôpitaux et non de prisons.

Finale ment, le spectacle de la peine de mort, loin d'édifier le peuple, le rend insensible et cruel. Dans sa préface du Dernier jour d'un condamné, Victor Hugo cite un fait récent au moment de l’écriture de l’œuvre, c’est qu'après l'exécution d'un condamné, une troupe de masques est venue danser autour de l'échafaud encore fumant. De même, et la réalité le prouve, la peine de mort n'a jamais limité le nombre de crimes.

En guise de conclusion, nous pouvons dire que dans la mesure où le spectacle de la peine de mort ne peut édifier, où le devoir de la société est celui de corriger et d’améliorer et non de se venger, et où la peine à perpétuité suffirait, la peine de mort n’a plus aucune utilité, voire même aucune légitimité. Cependant, l’abolition de cette sentence ne serait-elle pas une injustice, voir une erreur fatale?

-Essai dialectique : ni pour ni contre ne la peine de mort absolument

Pour protéger l’individu et la société de certains crimes horribles et punir sévèrement ceux qui les commettent, la loi a prévu la peine capitale. Il n’en demeure pas moins que depuis le 19ème siècle, partisans et détracteurs ont été amenés à s’interroger sur la nécessité de cette sentence.

Pour certains, entre-autres ceux qui jugent et qui condamnent, la peine de mort est bel et bien nécessaire. D’abord, il s’agit d’éliminer de la communauté sociale un élément dangereux qui lui a déjà nui et qui pourrait lui nuire. Ensuite, la société, qui a subi un tort irréparable, doit châtier en se vengeant les monstres qui l’ont accompli. Enfin, retrancher la tête à un criminel en plein public, c’est faire des exemples, c’est épouvanter par le spectacle du sort réservé aux criminels ceux qui seraient tentés de les imiter.

Pour d’autres, entre-autres Victor Hugo, la peine de mort n’est nullement nécessaire. Premièrement, s’il ne s’agissait que de protéger la société contre des individus dangereux, la prison à perpétuité et des barreaux de fer solides suffiraient. Deuxièmement, il n’incombe pas à la société de punir et de se venger mais de corriger pour améliorer. Se venger est de l’individu, punir est de Dieu. Troisièmement, il n’y a pas d’exemple, loin d’édifier le peuple, le spectacle des supplices le rend insensible, cruel et ruine en lui toute vertu.

Partisans et opposants à la peine capitale peuvent avoir raison comme ils peuvent avoir tort. Personnellement, je pense que la peine de mort peut être tolérée seulement dans certains cas de crimes, tels le parricide, le matricide ou le génocide, et que pour le reste des autres crimes elle devrait être remplacée par la prison à perpétuité, l’occasion pour les criminels de se repentir.

Pour conclure, nous pouvons dire que d’un côté, la peine de mort semble avoir des avantages énormes pour la société ; de l’autre, elle s’avère un acte injuste et sans effet aucun. Certes, si la loi du talion peut trouver sa justification pour certains crimes crapuleux, la justice doit être tolérante et charitable à l’égard des autres criminels."



Mes remerciements à M Omari





 Réponse N°5 23864

énonciation
  Par   brahim el harfi  (Profle 17-06-12 à 21:42



bonsoir chers collègues OMARI ET SAMIRA ET LA PETITE KHAWLA

Qu'en pensez VOUS?

êtes VOUS pour ou contre...

le Vous c'est toi khawla, il doit se manifester en JE.

une question directe, comme celles citées au dessus, appelle une réponse directe, et tu es libre dans le choix de ton plan, comme l'a bien expliqué notre ami OMARI ET SAMIRA

n'oublie pas d'exploiter les œuvres comme arguments ou exemples dans ta production

Amicalement et bonne chance





InfoIdentification nécessaire
Identification bloquée par
adblock plus
   Identifiant :
   Passe :
   Inscription
Connexion avec Facebook
                   Mot de passe oublié


confidentialite Google +