Psychologie

 Par daoudi zakia  (?)  [msg envoyés : 7le 01-04-11 à 23:34  Lu :1517 fois
     
  
 accueil


Fait moral, bizarre, mais vrai, dont la racine est facile à trouver dans le cœur humain. Peut-être certaines gens n'ont-ils plus rien à gagner auprès des personnes avec lesquelles ils vivent ; après leur avoir montré le vide de leur âme, ils se sentent secrètement jugés par elles avec une sévérité méritée;mais éprouvant un invincible besoin de flatteries qui leur manquent, ou dévorés par l'envie de paraître posséder les qualités qu'ils n'ont pas ; ils espèrent surprendre l'estime ou le cœur de ceux qui leur sont étrangers, au risque d'en déchoir un jour. Enfin il est des individus nés mercenaires qui ne font aucun bien à leurs amis ou à leurs proches, parce qu'ils le doivent, tandis qu'en rendant service à des inconnus , ils en recueillent un gain d'amour-propre : plus le cercle de leurs affections est près d'eux, moins ils aiment; plus il s'étend, plus serviables ils sont. Mme Vauquer tenait sans doute de ces deux natures, essentiellement mesquines fausses , exécrables.
le Père Goriot
Comment vous expliquez l'utilisation du présent par Balzac

  



Vous aimez cet article ?
Partagez-le sur


 Réponse N°1 9940

Vérité générale
  Par   Benlahmar Mohammed  (Agrégatif(ive)le 02-04-11 à 22:07



Balzac recourt au présent de vérité générale. Ce qui se passe dans l'effroyable tragédie parisienne, peut se propager dans la société universelle, marocaine, en l'occurrence. Il y a des personnes qui se montrent aimables envers les étrangers,par une espèce de vanité; mais quant aux proches, on ne rencontre que de la cruauté.





InfoIdentification nécessaire
Identification bloquée par
adblock plus
   Identifiant :
   Passe :
   Inscription
Connexion avec Facebook
                   Mot de passe oublié


confidentialite Google +