Proposez un corrigé, svp.

 Par Samira Yassine  (?)  [msg envoyés : 2089le 05-03-13 à 08:15  Lu :2695 fois
     
  
 accueil


LE MESSAGER
Une terrible nouvelle. On venait de jeter Antigone dans son trou. On n’avait pas encore fini de rouler les derniers blocs de pierre lorsque Créon et tout ceux qui l’entourent entendent des plaintes qui sortent soudain du tombeau. Chacun se tait et écoute, car ce n’est pas la voix d’Antigone. C’est une plainte nouvelle qui sort des profondeurs du trou… Tous regardent Créon, et lui qui a deviné le premier, lui qui sait déjà avant tous les autres, hurle soudain comme un fou : « Enlevez les pierres !enlevez les pierres ! » Les esclaves se jettent sur les blocs entassés et, parmi eux, le roi suant, dont les mains saignent1. Les pierres bougent enfin et le plus mince se glisse dans l’ouverture. Antigone est au fond de la tombe, pendue aux fils de sa ceinture, des fils bleus, des fils verts, des fils rouges qui lui font comme un collier d’enfant, et Hémon à genoux qui la tient dans ses bras et gémit, le visage enfoui dans sa robe. On bouge un bloc encore et Créon peut enfin descendre. On voit ses cheveux blancs dans l’ombre, au fond du trou. Il essaie de relever Hémon, il le supplie. Hémon ne l’entend pas. Puis soudain il se dresse, les yeux noirs, et il n’a jamais tant ressemblé au petit garçon d’autrefois, il regarde son père sans rien dire, une minute, et, tout à coup, il lui crache au visage, et tire son épée. Créon a bondi hors de portée. Alors Hémon le regarde avec ses yeux d’enfant, lourd de mépris, et Créon ne peut pas éviter ce regard comme la lame. Hémon regarde ce vieil homme tremblant à l’autre bout de la caverne et, sans rien dire, il se plonge l’épée dans le ventre et il s’étend contre Antigone, en l’embrassant dans une immense flaque rouge.
I – COMPREHENSION (10/10)
1.Situez le passage dans l’œuvre avec précision en en disant l’intérêt dans la progression dramatique.
2.De quel type est le texte ? Justifiez votre réponse.
3.Quelle est la fonction du Messager ?
4.Quels connecteurs logiques annoncent le caractère surprenant des actions? (préciser les occurrences)
5.Quel sentiment traduit la répétition « Enlevez les pierres ! Enlevez les pierres ! »
6.Quelle image d’Antigone et de Hémon souligne la cruauté du tableau ?
7.Quelle image de Créon se dégage du texte ?
8.Quel sentiment anime Hémon contre son père ?
9.Mettez au discours indirect l’ordre rapporté de Créon.
10.Relever dans le passage :
1.une comparaison
2.une métaphore
3.le champ lexical de la tombe (4mots au moins)
11.Quelle est la valeur du présent dans le passage ?

  




 Réponse N°1 30029

Précision
  Par   Samira Yassine  (CSle 05-03-13 à 08:20



Chers collègues, je précise, tout d'abord, que ce texte n'est pas à moi, je l'ai pris du site il y a  quelques années, je ne me rappelle plus quand.

Je l'ai travaillé plusieurs fois avec mes élèves.

Les réponses ne sont pas évidentes vu que les questions prêtent à confusion.

J'ai mon corrigé de cette épreuve mais je voudrais tout d'abord voir vos et vérifier si je ne me trompe pas quant à la compréhension de certains mots employés dans les questions.

Je vous serais très reconnaissante si vous preniez en considération ma demande et merci infiniment.





 Réponse N°2 30035

"épreuve" à éviter en classe
  Par   kasbaoui abdelaziz  (Autrele 05-03-13 à 13:14



Abstraction faite du corrigé à adopter pour cette "épreuve", je pense que la nature des questions retenues ne convient NULLEMENT à des élèves de la première année du baccalauréat. Elles sont non seulement formulées maladroitement , mais font appel à des capacités qui ne sont pas toujours linguistiques.





 Réponse N°3 30036

M kasbaoui.
  Par   Samira Yassine  (CSle 05-03-13 à 13:44



Je vous remercie vivement pour votre réponse.

Effectivement, les élèves , même les meilleurs de la classe, interpétaient autrement la question et par conséquent donnaient une réponse que je ne savais plus si je devais la refuser ou l'accepter.

je vais publier dans quelques minutes mon corrigé et je souhaite le voir corrigé par mes collègues et vous bien sûr , M Kasbaoui.





 Réponse N°4 30037

Ma proposition de corrigé
  Par   Samira Yassine  (CSle 05-03-13 à 14:06



I – COMPREHENSION (10/10)

1/ Situation :

Il s’agit du dénouement. Créon n’a pas réussi à dissuader Antigone d’enterrer le cadavre de son frère Polynice. Il donne l’ordre de son exécution malgré les supplications d’Hémon. Le chœur intervient.

2/ a/ C’est un texte informatif

Justification : il nous informe au sujet de la mort d’Antigone et d’hémon

b/Réponse acceptable :

C’est texte narratif

Justification : l’emploi du présent de narration.

3/ par respect à la règle de la bienséance ; la fonction du messager est de rapporter les événements qu’on ne peut mettre ou jouer sur scène. Ici, il nous informe au sujet de la mort d’Antigone et d’Hémon.

4/Les connecteurs logiques exprimant la surprise :

Soudain

Occurrences 3 fois

Tout à coup

Occurrence : 1 fois

5/La répétition traduit la peur de Créon.

6/ la cruauté du tableau souligne le grand amour des deux personnages qui se sont sacrifiés au nom de l’Amour.

7/ L’image de Créon qui se dégage du texte est celle d’un père affligé battu.

8/ L’amour d’Hémon pour Antigone anime sa haine contre son père.

9/ Créon ordonne aux esclaves d’enlever les pierres.

10/ Comparaison

…..comme la lame / …. Comme un collier…. : qui n’a jamais ressemblé …

Métaphore : Ses yeux d’enfant.

Le champ lexical de la tombe :

Trou, tombeau, caverne et ouverture.

11/ Il s’agit du présent de narration.





 Réponse N°5 30039

Première question
  Par   kasbaoui abdelaziz  (Autrele 05-03-13 à 17:53



"Situez le passage dans l’œuvre avec précision en en disant l’intérêt dans la progression dramatique."

Au niveau de la forme:

1. La consigne est trop chargée. Les deux mots "précision" et "l’intérêt" cachent, en effet, des capacités cognitives et surtout méthodologiques et procédurales énormes. Il est douteux que les élèves de la première année en possèdent. D'ailleurs, à ce niveau d'apprentissage, sont-ils obligés d les avoir?

2. L’utilisation de plusieurs concepts spécialisés (progression dramatique) pourrait compliquer la tâche des élèves qui sont appelés, en tout, à situer des événements par rapport à d'autres, qu'il s'agisse d’événements proléptiques ou analeptiques.

Au niveau du contenu:

1. La consigne ayant trait à la situation du passage parait anodine. Elle exige, par contre, les habiletés intellectuelles suivantes: esprit de synthèse, faculté de compréhension détaillée de l’œuvre, inférence, etc.

2. Corrélativement, en se référant au curriculum, aux Orientations Pédagogiques, aux profils des élèves du lycée, est-on obligé de demander à ces derniers, ce qui relève de la spécialité, de la littérature pure et dure, etc.

3. éthiquement, a-t-on le droit d'exiger des élèves des capacités qu'ils n'ont pas apprises, qui ne figurent pas dans le curriculum, qui font partie d'un autre profil... Savoir situer un passage dans une œuvre est, en effet, une capacité qui doit faire l'objet d'apprentissage, mais qui ne réussit que rarement par le truchement de l’expérience empirique ou de l'apprentissage informel.

4. Selon quelle logique la lecture de l’œuvre par les élèves est-elle exigée?

si la logique d'un élève spécialiste en littérature qui est privilégiée, on pourrait trouver à la question de la situation, TELLE QU'ELLE EST POSÉE, une certaine légitimité.

Si la logique d'un élève qui apprend la langue par le truchement de la lecture d’œuvres intégrales, la question de "la situation" devrait être formulée AUTREMENT.

5. On pourrait accepter que la consigne de la situation se fasse en classe, orchestrée et orientée par l'enseignant, MAIS, au niveau de l'évaluation, comment évaluer ce type de questions ouvertes qui peuvent se présenter sous forme de titres, d'une phrase, d'un paragraphe, ou d'un texte d'une vingtaine de lignes.

Alternatives:

1. guider les élèves à trouver des événements marquants de l’œuvre par le biais de questions portant sur le système des personnages, sur les lieux, les thèmes, etc.

2. proposer plusieurs items (faux et vrais) que les élèves doivent juger ou corriger.

3.utiliser des QCM pertinents.

Après tout, ce qu'on cherche à vérifier, c'est si les élèves, A CE NIVEAU DE SCOLARITÉ, retiennent les événements, les personnages, les thèmes etc. essentiels de l’œuvre





 Réponse N°6 30040

Oui , M kasbaoui ...mais
  Par   Samira Yassine  (CSle 05-03-13 à 18:09



Vous avez tout à fait raison, d'ailleurs même si on a donné cette situation (voir corrigé) les élèves ont posé la question :"est-ce bien ce qui nous est demandé? on situe comme on a l'habitude de le faire? et cette phrase "l’intérêt dans la progression dramatique" ?

Ma réponse a été "Tous les éléments demandés sont dans la réponse, dans la situation que nous avons donnée".

Mais, je constate que vous refusez cette question de la situation , vous savez bien qu' on la donne aux élèves !! Et vu qu'ils ne lisent pas tous l'oeuvre , on leur fait un compte rendu oral de toute l'oeuvre . Dailleurs, parfois et surtout avec les littéraires, on est obligé d'expliquer en arabe ce qu'on a dit en français, dans l'espoir de les voir nous suivre durant les deux mois d'analyse de l'oeuvre.

Je vous remercie M kasbaoui d'avoir répondu si explicitement à la question.

Cordialement/





 Réponse N°7 30042

Deuxième question
  Par   kasbaoui abdelaziz  (Autrele 05-03-13 à 19:44



"2.De quel type est le texte ? Justifiez votre réponse."

Théoriquement, cette question est bonne. Mais, appliquée à cet extrait, elle est sujette à confusion. Vous l'avez bien dit dans votre corrigé: est-ce un texte informatif ou narratif ou même "un soupçon de description en action"? sachant que certains refusent l'appellation" texte d'informatif" pour la simple raison que tous les textes contiennent des informations. Déjà avec l'extrait, qui appartient au genre théâtral, il y aura certainement une difficulté de classification. J.M. Adam aurait appelé celui-ci "conversationnel" même s'il est proposé séparément. (J.M. Adam ajoute aux cinq types connus; narratif, descriptif, explicatif/expositif, argumentatif, injonctif/prescriptif, trois autres: conversationnel (les discours dialogiques), poétique(discours rhétoriques et esthétiques) et prédictif (discours au futur).

Au niveau de l'évaluation, cela pose le problème des indices de justification à relever:

1. doivent-ils être exhaustifs ou sélectifs?

2.doivent -ils être linguistiques (on n'avait pas..) ou métalinguistiques (imparfait de l'indicatif)?

3. comment noter ces différentes façons du repérage des indices? etc.

Ps.

On pourrait demander aux élèves, lors d'une évaluation, de contextualiser l'extrait, à condition de le faire par rapport aux faits marquants de l’œuvre et par la moyen de questions ou consignes bien ciblées, l'objectif étant principalement de vérifier une LECTURE GLOBALE et non une LECTURE DÉTAILLÉE.





 Réponse N°8 30044

Troisième question
  Par   kasbaoui abdelaziz  (Autrele 05-03-13 à 20:37



"3.Quelle est la fonction du Messager ?"

C'est une question théorique. Les élèves pourront faire appel à leur mémoire - ou à un antisèche- pour répondre à cette question.

Ne fournissant aucune valeur ajoutée au texte sur le plan de la compréhension, elle fait partie des items qui encouragent la fraude.





 Réponse N°9 30045

Infiniment merci, M kasbaoui !
  Par   Samira Yassine  (CSle 05-03-13 à 21:14



Je ne voulais pas interrompre l’enchaînement de vos réponses mais je ne pouvais m’empêcher , cher collègue, de vous remercier vivement pour l'intérêt que vous avez accordé à ce sujet.

mes respects.





 Réponse N°10 30049

Quatrième question
  Par   kasbaoui abdelaziz  (Autrele 05-03-13 à 22:17



"4.Quels connecteurs logiques annoncent le caractère surprenant des actions? (préciser les occurrences)".

1. Si la réponse est vraiment "soudain" et "tout à coup", il ne s'agit pas ici de "connecteurs logiques", mais d'un adverbe et d'une locution adverbiale. L'utilisation approximative d'un concept pourrait induire en erreur des élèves qui en maitrisent bien le fonctionnement. Il est fort probable que de bons élèves se disent que c'est une question piège.

2. il aurait été fructueux de rattacher ces expressions aux réactions des personnages. Cela aurait servi la compréhension de leurs actions  en relation avec leurs psychologies ( Créon et Hémon).





 Réponse N°11 30050

Tout à fait
  Par   Samira Yassine  (CSle 05-03-13 à 22:41



Oui, l'auteur de l'épreuve cherchant surement cette réponse nous a induit en erreur tous, et moi et mes élèves. Je m'en rends compte maintenatnt .

heureusement que j'ai soumis ma correction aux collègues sur le site. je le ferai , dans ce cas , plus souvent. on ne sait jamais ce qu'on donne aux élèves.

Je vous remercie pour le temps consacré à ce travail.





 Réponse N°12 30051

Corrigé et barème.
  Par   kasbaoui abdelaziz  (Autrele 05-03-13 à 22:48



La conception d'un corrigé et d'un barème doit se faire SIMULTANÉMENT à l'élaboration de l'épreuve. Cela permet au concepteur de vérifier le degré de clarté, d'univocité, etc. de ses consignes et de proposer des notes proportionnellement équilibrées aux "difficultés" ou aux tâches demandées.

Cordialement





 Réponse N°13 30052

une autre ambiguité
  Par   Samira Yassine  (CSle 05-03-13 à 23:19



8.Quel sentiment ANIME Hémon contre son père ?

Mes élèves ont répondu "c'est la haine"Ils ont interprété le verbe animer comme étant "éprouver", moi je l'interprète autrement.

C'est son amour pour Antigone qui l'anime CONTRE son père.

Qui de nous a raison, mes chers collègues?

Je renouvelle mes remerciements pour M Kasbaoui.





 Réponse N°14 30055

Incohérence... et disharmonie
  Par   kasbaoui abdelaziz  (Autrele 06-03-13 à 13:19



1. En rapport avec la question sur la typologie, et en examinant les concepts utilisés au sein des questions et des consignes, on se rend compte qu'il n' y a pas de cohérence "docimologique". Sans parler de leur emploi approximatif, les concepts renvoient , en effet, à des types différents: actions (narratif) connecteurs logiques (argumentatif),

2. Le mode de questionnement retenu adopté est presque de même type (quel/le/s) ( 8 questions). Dans ce cas, il y a le risque que l'évaluation ne vise qu'une partie des capacités et ne pourra pas faire appel à d'autres, évaluées par exemple par le truchement de : QCM, tableaux, QCD, questions ouvertes, etc.





 Réponse N°15 30056

Huitième question
  Par   kasbaoui abdelaziz  (Autrele 06-03-13 à 14:12



8.Quel sentiment anime Hémon contre son père ?

En effet, vous avez raison, Madame. Le verbe "animer" pourrait renvoyer tour à tour au sentiment "originel" (Créon qui n'a pas pris en compte l'amour de Hémon), ou au sentiment "situationnel" (Hémon réagit à ce moment-là face à un père qui est, selon lui, la cause de tout ça). Il pourrait être également le résultat du fait que Créon n' a pas répondu favorablement à ses prières d'épargner Antigone. Mais, ce sont généralement des interprétations de l'avant-texte (déduites de ce qui a précédé ce passage). Le sentiment, qui est éprouvé par Hémon d'après le texte est le mépris mélangé avec un peu d’indifférence.

Au niveau de l’apprentissage en classe, on pourrait évoquer avec les élèves toutes ces considérations, et l'approximation des consignes sont généralement compensées par l'aide de l'enseignant (reformulation, explication, etc.), mais dans une évaluation, il faut être précis et univoque.





 Réponse N°16 30060

Oui M kasbaoui
  Par   Samira Yassine  (CSle 06-03-13 à 17:44



Mais ce que je discute, moi, c'est exactement le sens du mot "animer" .

Pour moi, cela veut dire "motiver" et non "éprouver".

Quel est le sentiment qui anime hémon contre son père?

Qu'est ce qui pousse hémon à avoir ce sentiment de haine contre son père?

C'est son amour pour Antigone.

Les élèves prennent "animer" pour éprouver", je ne suis pas d'accord et j'ai compté faux.

Animer ce n'est pas éprouver.

C'est pour ce genre de situations que j'ai soumis mon épreuve à mes collègues du site.

Je vous remercie d'avoir répondu et longuement répondu. Très gentil de votre part, cher collègue.

Cordialement/





 Réponse N°17 30066

Les questions de langue
  Par   kasbaoui abdelaziz  (Autrele 06-03-13 à 18:15



Contrairement au cadre référentiel selon lequel l'examen régional doit être conçu, les questions relatives à la langue sont proposées pour elles-mêmes et n’apportent rien à la compréhension. Il s'agit d'un repérage à l'état brut. Il aurait été intéressant de relier par exemple la comparaison 'comme une lame" à la réaction d'Hémon vis-à-vis de son père, ou celle "comme un collier" à l'aspect enfantin/innocent d'Antigone (parmi les enjeux de la pièce justement, c'est la nostalgie à l'enfance,. insouciante).

Le cadre référentiel stipule que la langue soit intégré au sens.





 Réponse N°18 30067

Enfin..
  Par   kasbaoui abdelaziz  (Autrele 06-03-13 à 18:29



1. Le cadre de référence n'est respecté que partiellement :

- il manque déjà des consignes relatives à la réaction personnelle des élèves.

- la phase de contextualisation est réduite à la situation du passage, somme toute inappropriée.

- les élèves ne sont pas toujours sollicités à justifier leurs réponses, ce qui ne leur donne pas l'occasion d'aller souvent vers le texte.

- certains concepts ne sont pas utilisés à bon escient.

- etc

Cette "épreuve" ne peut pas à fortiori aider les élèves à se représenter d'une manière claire et structurée le fonctionnement de l'examen régional.





 Réponse N°19 30068

re
  Par   Samira Yassine  (CSle 06-03-13 à 18:38



Je ne sais comment vous exprimer ma reconnaissance pour l'intérêt que vous avez accordé à l'épreuve. cela témoigne du grand dévouement que vous avez pour le domaine de l'enseignement et nos élèves et particulier.

Infiniment merci, M kasbaoui.





 Réponse N°20 30073

Merci
  Par   Idoubiya Rachid  (Profle 06-03-13 à 22:30



chers amis pour cet échange fructueux. Le constat est là: on pose des questions non étudiées et qui sont équivoques, non seulement pour les élèves, mais aussi pour les enseignants.

Il y'a tant à apprendre sur la façon, je dirais l'art, de poser des questions pertinentes et intelligibles.

Qu'en est-il des questions que les enseignants posent pour interroger les textes qu'ils étudient généralement avec leurs élèves?!





 Réponse N°21 30076

De la rigueur
  Par   fatih brahim  (Profle 06-03-13 à 23:03



J’ai énormément apprécié la rigueur des interventions. Merci de nous rappeler cette exigence de notre métier.





 Réponse N°22 30084

re
  Par   Samira Yassine  (CSle 07-03-13 à 14:15



Je vous remercie mes chers amis, M Idoubiya et M Fatih.

Oui, il arrive au professeur de ne pas trouver la réponse à une question ou de douter sur la réponse qu'il a trouvée surtout quand il est devant des réponses très pertinentes de certains élèves.

Que faire? compter la réponse juste ou fausse? Il vaut mieux poser le problème à d'autres collègues et voir leur façon d'analyser la chose. C’est ce que j'ai fait et il faut dire que j'ai vraiment eu beaucoup de chance vu le grand intérêt accordé par M kasbaoui à l'épreuve qui me posait problème.

M Idoubiya, pour répondre à votre question concernant ce qui se passe dans les classes, je vous dirai , il y en a de toutes les couleurs.

Ce qui m'écœure , moi, c'est de voir un professeur, toutes disciplines confondues, refuser la réponse d'un élève , pour la simple raison qu'il y reconnait la touche d'un autre collègue chez qui l'élève en question assiste aux cours de soutien, au lieu de la faire chez lui, chez son professeur qui risque de le massacrer au niveau de la note.

Pire encore, j'ai découvert dernièrement qu'un collègue interprétait comme bon lui semblait l'œuvre se prenant pour Molière lui même et disait des vérités qui n'ont jamais existé aux élèves, pourquoi? Pour avoir le maximum d'élèves qui croiraient qu'il est le seul détenteur du savoir, et tout le monde court à ses cours de soutien.

Voilà ce qui peut arriver dans nos classes. Mais sachons que nos élèves ne sont pas bêtes, quel que soit leur niveau, ils savent distinguer le bon du mauvais.





 Réponse N°23 30145

Proposition...
  Par   salma malak  (CSle 10-03-13 à 22:44



Salam à tout le monde! et mille merci pour tous les collègues.

C'est vrai que la formulation de la question est une chose importante.Elle peut soit défavoriser les apprenants en les mettant sur de fausses pistes soit les aider en leur donnant la moité de la réponse. Il est indéniable que une question bien étudiée oriente les élèves et permet d'éviter toute

réponse surprise.

Ma proposition est la suivante: pourquoi ne pas élaborer des épreuves à partir d'extraits d'oeuvres du programme et les mettre à la discussion?(à la manière de "la parole aux élèves").

Je crois que cela nous aidera à mieux concevoir nos devoirs et à ne pas léser nos chers élèves.





 Réponse N°24 30146

Très bonne idée !
  Par   Samira Yassine  (CSle 10-03-13 à 23:11



Croyez-moi, j allais proposer la même idée. Tout le monde en profitera.

Merci pour la proposition.





 Réponse N°25 30496

aide
  Par   rachid farid  (CSle 23-03-13 à 08:12



assalamo alaykom

d'abord je tiens à vous remercier.chers profs je cherche tout ce qui concerne la première année du collège.

merci infiniment





 Réponse N°26 36431

A voir
  Par   Fatiha Kerzazi  (Profle 22-04-16 à 01:20



Essayez de travailler l'épreuve.





InfoIdentification nécessaire
Identification bloquée par
adblock plus
   Identifiant :
   Passe :
   Inscription
Connexion avec Facebook
                   Mot de passe oublié


confidentialite Google +