Production : maltraitances des prisonniers

 Par ejrhom dyae  (?)  [msg envoyés : 19le 05-06-11 à 10:30  Lu :18520 fois
     
  
 accueil


Là où les geôles se font reines , où les personnes incarcérées ne décomptent pas , les maltraitances entre gardes et prisonniers demeurent toujours palpables . Ainsi , quelles sont ses formes à leur égard ? Peut-on dire qu’elles contribuent à la réinsertion des incarcérés ?
En effet , les formes de maltraitance sont sans aucun doute , omniprésentes dans les prisons: destitués de toutes formes de dignité et d’amour propre , les détenus vivent dans un dénis permanent : cellules étroites où les murs sont dévorés par une lèpre grise , sous alimentation
(pain noir et sec ) , ou même l’envoi au bagne .
Tel est l’exemple du condamné , dans l’œuvre de Victor Hugo : rudoyé , brutalisé par les guichetiers et les gardes , alimenté par une nourriture puisée dans les baquets des galériens…. Tout un séjour morne et triste . Toute une chute où l’atterrissage se fera rude pour lui… Ou alors , prenant l’exemple des prisonniers irakiens : ceux-ci sont torturés et sévis , pris entre quatre murs , ligotés et battus à mort par des soldats américains , sans aucun sentiment de regret de leur part .
Cependant , ne peut on pas dire que toute cette maltraitance rendrait la réinsertion des prisonniers difficile voire même impossible ?
certes, protection et correction doivent être la devise d’une société où la prison est le refuge par excellence de tous ceux qu’elle refuse d’intégrer au système . Or , la réalité des bagnards demeure tout autre car , une fois dehors , ils sont confrontés à une réalité amère , celle qui les bannis de la vie sociale .
L’exemple révélateur serait celui du Friauche, qui , après sa libération , partait à la quête d’un travail . Cependant , il fût rejeté par ces concitoyens pour un délit qu’il avait commis antérieurement . Ainsi , son risque de récidive n’a pas cessé d’augmenter et d’être alimenté par le désir secret et perpétuel de vengeance .
En somme, maltraitance et asservissement sont les mots clés des conditions d’emprisonnement. Or , ne doit-on pas offrir aux prisonniers la possibilité de s’intégrer de façon inconditionnelle au sein de la société ?

  




 Réponse N°1 12072

Correction et commentaire.
  Par   Idoubiya Rachid  (Profle 05-06-11 à 12:47



Là où les geôles se font reines, où les personnes incarcérées ne décomptent pas, les maltraitances entre gardes et prisonniers demeurent toujours palpables. Ainsi , quelles sont ses formes à leur égard? Peut-on dire qu’elles contribuent à la réinsertion des incarcérés ?

En effet, les formes de maltraitance sont sans aucun doute omniprésentes dans les prisons. Destitués de toutes formes de dignité et d’amour propre, les détenus vivent dans un dénis permanent : cellules étroites où les murs sont dévorés par une lèpre grise, sous alimentation ( pain noir et sec ), ou même l’envoi au bagne. Tel est l’exemple du condamné, dans l’œuvre de Victor Hugo: rudoyé, brutalisé par les guichetiers et les gardes, alimenté par une nourriture puisée dans les baquets des galériens… Tout un séjour morne et triste. Toute une chute où l’atterrissage se fera rude pour lui… Ou alors, prenons l’exemple des prisonniers irakiens: ceux-ci sont torturés et sévis, pris entre quatre murs, ligotés et battus à mort par des soldats américains, sans aucun sentiment de regret de leur part.

Cependant, ne peut-on pas dire que toute cette maltraitance rendrait la réinsertion des prisonniers difficile, voire même impossible ?

Certes, protection et correction doivent être la devise d’une société où la prison est le refuge par excellence de tous ceux qu’elle refuse d’intégrer au système. Or , la réalité des bagnards demeure tout autre car, une fois dehors, ils sont confrontés à une réalité amère, celle qui les bannis de la vie sociale.

L’exemple révélateur serait celui du Friauche, qui, après sa libération, partait à la quête d’un travail. Cependant , il fut rejeté par ces concitoyens pour un délit qu’il avait commis antérieurement. Ainsi , son risque de récidive n’a pas cessé d’augmenter et d’être alimenté par le désir secret et perpétuel de vengeance .

En somme, maltraitance et asservissement sont les mots clés des conditions d’emprisonnement. Or , ne doit-on pas offrir aux prisonniers la possibilité de s’intégrer de façon inconditionnelle au sein de la société ?

Votre production dyae est réussie à plus d'un tire.

D'un côté, vos phrases sont structurées et très bien construites: vous avez l'aisance de l'expression dans le style.

D'un autre côté, l'enchaînement de vos idées est ordonné et harmonieux à l'égard du contenu. Les liens logiques, qui assurent la cohérence de votre écrit et les connecteurs d'organisation, qui assurent sa cohésion sont utilisés d'une manière correcte et judicieuse.

De plus, vous maîtrisez l'art de l'adjectif qui exprime avec précision l'idée que vous avancez. Sans oublier la correction de la langue: l'orthographe, mais aussi la richesse du vocabulaire et son utilisation juste, sans oublier les tournures phrastiques qui dénotent d'une maîtrise aisée du mot à la phrase!

Enfin, le double exemple, puisé de votre lecture du dernier Jour et de la réalité, fait de votre rédaction un message équilibré et très complet.

- dyae, si j'ai à vous octroyer une note, dans le cadre de l'examen régional, je vous donnerais 10/10, avec une mention: excellent!





 Réponse N°2 12079

bravo
  Par   ELMADHI Adil  (Profle 05-06-11 à 19:45



bravo rien à ire





 Réponse N°3 12097

T.bon travail
  Par   mortada majid  (Profle 06-06-11 à 00:33



bravo pour laqualité de l'expression et pour la qualité des remarques de M. Idoubiya





 Réponse N°4 12216

demande de correction
  Par   hadnaoui karim  (CSle 08-06-11 à 12:58



voici ma production pour le sujet ce-dessus. je demande la corrction et la note s'il vous plait:

Dans le roman à thèse le dernier jour d'un condamné, Victor Hugo a abordé un sujet intérissant, il s'agit des maltraitances envers les prisonniers. Ce thème épineux qui a fait couler beaucoup d'ancre suscite un grand débat au sein de tous les gens, en effet, certains pensent que ces traitements inhumaines réservés aux condamnés sont injustes dans une pays qui avouent aux droits de l'homme. Quels arguments avancent-ils? C'est ce que je viens de dire dans le développement.

Certes, le détenu est une personne qui a porté un préjudice irréparable, non seulement à la victime , mais aussi à la société. Ainsi, il semble juste de le punir de prison pour lui faire payer son acte, Cepandant il ne faut jamais le maltraiter, et ce pour plusieurs raisons :

D'abord, le prisonnier est un étre humaine qu'on doit respecter sa dignité, en effet à cause de ces formes de violence il perd toutes caractéristiques humaines, il devient semblable à une béte.

c'est le cas des forcats, lors du jour du ferrage, le narrateur s'évanuit à cause de voir les souffrances qui ont subit ces pauvres.

Ensuite, la sociète en l'occurence des personnels de la prison commis un énorme crime par ses traitements car les prisonniers à leurs sorties de la prison pensent au vengence de cette socièté qui a déshonnoré leurs vies. Prenons l'exemple de friauche, qui a revenu au crime aprés sa sortie du prison.

Enfin, l'Islam a hoonnoré l'homme et interdit toute forme de brutalité envers lui et le prisonnier est aussi un étre humaine quoi qu'il fait. Par ailleurs notre religion nous insiste à bonifier les comportements envers les prisonniers, c'est le cas de notre prophète pendant ses guères aves les incroyants, il ordonne toujours les musulmains à les biens traiter.

Somme toute, on peut déduire que le prison doit étre une école car on peut profiter des criminels au lieu d'engendre d'autres puisque si on lui apprend une métier il peut étre utile pour la socièté. Personnellement, je suis absolument contre les maltraitances à l'égard des prisonnier.

la question qui se pose alors : n'est-il pas temps de construire des centrs de réintégration au lieu de perdre l'agentà bàtir les prisons?





InfoIdentification nécessaire
Identification bloquée par
adblock plus
   Identifiant :
   Passe :
   Inscription
Connexion avec Facebook
                   Mot de passe oublié


confidentialite Google +