Production: le liberté des jeunes

 Par brahim el harfi  (Prof)  [msg envoyés : 234le 09-04-10 à 21:06  Lu :16993 fois
     
  
 accueil

Dans le face à face entre Antigone et Créon, la petite princesse affirme "je suis reine"et parait donc plus libre que son oncle. Pensez-vous qu'il faut donner plus de liberté aux jeunes ou au contraire la limiter? Vous répondrez à cette question dans développement argumenté
Chaque être a le droit à la liberté que la société lui retranche s'il commet un délit; et certains parents n'hésitent pas à limiter la liberté de leurs enfants qui se plaignent souvent de cette autorité parentale. Alors faut-il limiter la liberté des jeunes ou l'élargir?
Plusieurs raisons font restreindre la liberté des jeunes: d'abord, aux yeux des adultes ces jeunes restent toujours des petits nécessitant une protection, d'où la tutelle parentale.
Ensuite, ces jeunes peu immunisés, cèdent facilement à la tentation des images obscènes diffusées par quelques chaînes satellitaires et quelques sites sur internent
Enfin, la rue est de plus en plus investie par la drogue du sniff et le petit trafic de la colle mortelle raison de plus pour les adultes de contrôler ces jeunes
Transition
Autant la grande liberté a ses détracteurs, autant elle a ses partisans
Elevé au sein d'une famille accordant à ses membres plus de liberté, le jeune fait part à ses parents de toutes ses préoccupations y compris des sujets tabous et partant la solution émane de la famille non de la rue. Par ailleurs les formules comme "mange et tais toi""apprends et tais toi" contribuent à tuer l'esprit créatif des jeunes.
Finalement le développement du pays est tributaire de la marge de liberté accordée à ses citoyens
Il parait donc évident qu'une marge importante est bénéfique et pour la famille parents/enfants et pour la société; toutefois il incombe aux parents de préparer leurs enfants à la vivre dans la limite des règles définies.
Jeunes et adultes doivent s'affranchir du mal intérieur qui les possède à l'instar d'Oluf dans le Chevalier Double, du vice de l'avarice incarné par Maître Hauchocorne et doivent également se libérer du joug de la soif de considération sociale comme le montre savamment Molière dans le Bourgois Gentilhomme

  



InfoIdentification nécessaire
Identification bloquée par
adblock plus
   Identifiant :
   Passe :
   Inscription
Connexion avec Facebook
                   Mot de passe oublié


confidentialite Google +