Production écrite: etre casanier, est-il un défaut ?????

 Par jamal adib  (?)  [msg envoyés : 206le 27-11-10 à 15:03  Lu :2820 fois
     
  
 accueil

Etre casanier, est-il un défaut ?????
Les tendances des gens sont souvent disparates. Chacun à son mode de vie. Alors que certains préfèrent rester enfermés chez eux, d’autres trouvent la maison un espace étouffant et n’y rentrent qu’à une heure tardive pour seulement se reposer. Une question qui reste sans réponse : être pantouflard est-il un défaut ou une qualité ?
D’abord, c’est très inique de dire que les gens qui restent à la maison sont asociaux et complexés. En réalité, l’espace virtuel connaît une percée phénoménale si bien qu’un nombre grandissant de personnes préfère contacter ses amis via la Toile. C’est un plaisir incomparable de rester chez lui en clavardant, surtout pendant la période hivernale, que de passer des heures dehors sur la terrasse des cafés s’emmitouflant dans sa doudoune.
En revanche, devenir pantouflard est peu apprécié par la gent féminine. Imaginez un mari acariâtre qui passe toute la journée à la maison et qui guette la moindre bévue de sa femme (manque de sel dans le repas, pantalon encore froissé après repassage, la croûte du pain pas bien grillée... etc) pour donner libre cours à son tempérament renfrogné. Une femme qui vit dans une telle situation infernale ne peut qu’exécrer un mode de vie pareil en espérant que son mari déciderait un jour de tourner les talons.
En somme, rester à la maison est tantôt salutaire tantôt néfaste. On a le droit d’être pantouflard, pourtant, il faut être conscient que notre présence permanente sous les toits pourrait nuire à d’autres personnes.
Prof Jamal

  



Vous aimez cet article ?
Partagez-le sur
  Production écrite 1er bac
  Bribes de souvenirs 2
  Tous les messages de jamal adib


 Réponse N°1 7316

Réponse.
  Par   Namir Hicham  (CSle 28-11-10 à 00:45

Un défaut? Je ne pense pas quand on est astreint à le devenir. J'ai été amené à vivre dans la peau d'un casanier pendant 13 ans. J'ai pu accéder à un certain adultisme au niveau de mes responsabilités professionnelles, mais mon répertoire de féal est resté inoccupé. Je suis arrivé à un stade de retardement social que les mots m'ont ignoré et les phrases étaient retenues dans mon gosier telles un vulgaire prisonnier . Je balbutie, je me tais et je disparais.

Mauprat.




InfoIdentification nécessaire
Identification bloquée par
adblock plus
   Identifiant :
   Passe :
   Inscription
Connexion avec Facebook
                   Mot de passe oublié


confidentialite Google +