Production écrite d'un élève ( 2 )

 Par anass katib  (?)  [msg envoyés : 20le 25-05-10 à 16:33  Lu :27281 fois
     
  
 accueil

Bonjour,
Sujet :
Le divorce entre le pour et le contre. ( Ce sujet est cité dans la boîte à merveilles)
****
Dans notre pays, le mariage est défini comme un sacrement indissoluble qui est censé durer jusqu’à ce que la mort sépare les conjoints. Or, malgré cette exhortation, nombreux sont les mariages sont dissous, bien avant la mort d’un conjoint. Faut-il rester ensemble jusqu’à ce que la mort ou jusqu’à ce que le juge annule un mariage échoué? Telle est la question qui nous préoccupera dans la suite.
Voyons pour commencer les arguments des adversaires du divorce. Tout d’abord, un bon musulman doit rejeter le divorce, parce que le mariage dans la religion est un sacrement indissoluble et que c’est donc un péché grave que de divorcer. Ensuite beaucoup de conjoints, musulmans ou non, restent ensemble, non par conviction, mais par crainte. Ils redoutent les préjugés qui restent toujours bien tenaces à l’égard des divorcés et ils hésitent de même à affronter la foule de problèmes que peut entraîner un divorce : les frais de justice, la lenteur de certains procédures, et bien sûr l’avenir des enfants. En outre bon nombre de femmes mariées, qui n’ont ni emploi salarié, ni formation professionnelle, hésitent à divorcer, parce que les pensions alimentaires qu’elles toucheraient après un divorce seraient nettement inférieures par rapport à la relative sécurité matérielle dont elles jouissent dans un mariage. De même il y a des hommes qui reculent devant un divorce, parce qu’ils savent qu’ils vont « perdre » leurs enfants vu que dans notre système juridique actuel on accorde le droit de garde à la mère, le père devant se contente d’un droit de visite. Le point le plus crucial est finalement le sort des enfants issus du mariage. En effet beaucoup d’enfants sont traumatisés par le divorce de leurs parents et se sentent même parfois eux-mêmes coupable (bien qu il n’en soit rien ) et certains prétendent même que les enfants des divorcés sombrent plus facilement dans la toxicomanie et la délinquance (bien que là également aucune statistique convaincante ne puisse être avancée ) , il reste pourtant vrai que le divorce des parents laisse souvent des cicatrices profondes chez les enfants, et qui peuvent être très lentes à guérir.
Malgré tous ces arguments un grand nombre de mariages sont dissous. Voyons donc maintenant ce qu’on avance comme justifications du côté des partisans du divorce.
Tout d’abord le divorce a cessé d’être considéré comme une tare. Les préjugés d’antan sont actuellement nettement moins importants et dissuasifs. Ensuite, la femme de nos jours, souvent salariée, éprouve moins de risques de se trouver à la merci d’une pension alimentaire. De plus, il semble à beaucoup de couples les plus honnêtes de dissoudre un mariage qui ne fonctionne des pressions de la part de la famille et des racontars des voisins. Peu importent alors finalement les raisons pour lesquelles le mariage est devenu un échec. Et finalement, s’il est vrai qu’un divorce peut traumatiser un enfant issu du mariage, il est également vrai qu’un mariage infernal est pour le moins aussi traumatisant pour cet enfant.
Que dire en guise de conclusion ? le divorce est sans aucun doute un sujet très complexe qui continuera à couler de l’encre où il est difficile de prendre clairement position, car de part et d’autre on avance des arguments qu’on ne peut pas tout simplement nier. Tout d’abord, il me semble évident qu’un divorce ne doit jamais être une solution de facilité pour se débarrasser d’un conjoint devenu gênant. Ensuite, il me parait important d’ajouter que dans beaucoup de cas on pourrait éviter un divorce en prévenant un de ses causes le manque de maturité. Et finalement, malgré tous les scrupules religieux qu’on pourrait avoir, il me semble moins hypocrite et plus humain qu’in mariage invivable se termine par un divorce pacifique, au lieu de perpétuer par des drames.

  



Vous aimez cet article ?
Partagez-le sur


 Réponse N°1 4362

vexé !!
  Par   anass katib  (CSle 26-05-10 à 17:25

bonjour,

*** Quelles sont vos remarques Mrs.Mme à l'égard de la production?

* je veux bien un autre sujet pour écrire;

là, j'invite Mr. Adib, notre expert, de me donner une thèse à argumenter!

Salut!





 Réponse N°2 4367

re
  Par   marocagreg  (Adminle 26-05-10 à 18:28

vous avez toujours des idées fausses à propos de la religion :

Ainsi, l'islam n'interdit pas le divorce, et ne le considère nullement comme un péché, mais par contre il le considère comme la solution ultime lorsqu'il n'existe plus un espoir d'entente dans le couple.

pour le reste c'est bien. continue comme ça à vous entraîner mais ne soyez pas trop pressé pour les réponses !




 Réponse N°3 4369

Merci pour la réponse
  Par   anass katib  (CSle 26-05-10 à 19:35

bonsoir,

je n'avais pas d'autres mots pour remplacer le mot ''péché ''; et c'est la raison pour laquelle que je l'ai utilisé faussement! mais en ce qui concerne les " idées fausses à propos de la religion", je ne le vois pas, car j'ai l'idée correcte mais pour l'exprimer, je tombe le plus souvent dans les contre-sens.

une question me préoccupe : y a-t-il de vrais synonyme ? ou, trouve-t-on toujours des nuances de différences entre les mots synonymes?

** D'après ce que j'ai lu, dans toute la langue française, il n y a pas de vrais vrais synonymes.

-- j'aime vos remarques et je veux que mon sujet aie un grand succès, alors, je suis pressé pour voir vos réponses!

Salut! J'attends vos réponses!




 Réponse N°4 4375

La patience, la patience, la patience!
  Par   Idoubiya Rachid  (Profle 26-05-10 à 23:41

Salut M. anass katib,

Voilà la correction de votre sujet de rédaction :

Sujet : Le divorce entre le pour et le contre.

Dans notre pays, le mariage est défini comme un sacrement indissoluble qui est censé durer jusqu’à ce que la mort sépare les conjoints. (Il s’agit ici d’une erreur culturelle : dans l’Islam, il ne s’agit pas d’une union à vie ! Le divorce existe bel et bien dans la religion islamique ! C’est dans la religion chrétienne orthodoxe que cela existe ! ) Or, malgré cette exhortation, nombreux sont les mariages (sont= répétition de l’auxiliaire être) dissous, bien avant la mort d’un conjoint. Faut-il rester ensemble jusqu’à (ce que= à éviter) la mort ou jusqu’à ce que le juge annule (un mariage échoué= mal exprimé)? Telle est la question qui nous (préoccupera= on dit : préoccupe= présent de vérité générale) (dans la suite= redondance à éviter)

……………………………………………………………………………………...

Autres manières d’introduire le sujet :

1- on commence par un constat : Le mariage est un lien sacré dans toutes les religions révélées. Pourtant, les statistiques sont là pour monter le nombre important de couples qui se séparent chaque année. Pour les uns, cet acte est à condamner et à rejeter comme un Mal social. Pour les autres, la séparation, le divorce doivent être vus comme un soulagement, un mal nécessaire pour le bien de tous…Qui a raison, qui a tord ? C’est ce que nous allons voir.

2- on commence par une expérience vécue : Les parents de mon meilleur ami viennent de divorcer. Le choc subit par cette personne n’était égalé que par la déchirure que le divorce provoque dans société ! Pourtant, les points de vue diffèrent autour du divorce : il y ‘a les uns qui le considèrent dans certaines conditions comme une nécessité ; il y’ a d’autre qui le jugent comme un fléau social à bannir…Que devrions-nous penser de tout cela ?

3- on commence par un fait-divers : Un couple vient de divorcer après deux années de disputes devant les tribunaux. Il a laissé trois enfants et une famille déchirée…Cependant, malgré les conséquences fâcheuses entraînées par ce divorce, il n’en reste pas moins qu’il y ‘a des personnes qui le voient d’un bon œil…Alors que d’autre sont farouchement contre l’idée du divorce. Que pensent-elles et quels sont leurs arguments.

4- on commence par une vision philosophique : Les relations humaines se fondent sur la culture : l’organisation sociale. Ceci en se fondant sur la notion du mariage que constitue la famille, comme vecteur de l’image de la société. Pourtant, cette union sacrée entre une femme et un homme se termine parfois par le divorce. Celui-ci divise les uns qui n’y voient que problèmes et déchirures et les autres qui le considèrent comme une solution à de graves problèmes….Que pensent les uns et les autres ?

………………………………………………………………………………………..

Voyons pour commencer les arguments des adversaires du divorce. Tout d’abord, ( ils disent qu’) un bon musulman doit rejeter le divorce (, = pas de virgule) parce que le mariage dans la religion est ( un sacrement indissoluble = mal dit)et que (c’est donc un péché grave que de divorcer = c’est faux ! le divorce n’est pas un pêché). Ensuite (beaucoup de conjoints, musulmans ou non, restent ensemble, non par conviction, mais par crainte= c’est un argument POUR le divorce !). Ils redoutent les préjugés qui restent toujours bien tenaces à l’égard des divorcés et ils hésitent (de même = à éviter)à affronter la foule ( à cause ) des problèmes que peut entraîner un divorce : les frais de justice, la lenteur de certain(e)s procédures, et bien sûr l’avenir des enfants. En outre, bon nombre de femmes mariées, (qui= à éviter) n’ont ni emploi salarié, ni formation professionnelle, hésitent à divorcer parce que les pensions alimentaires qu’elles toucheraient après un divorce seraient nettement inférieures par rapport à la relative sécurité matérielle dont elles jouissent dans un mariage. De même, il y a des hommes qui reculent devant un divorce parce qu’ils savent qu’ils vont « perdre » leurs enfants, vu que dans notre système juridique actuel on accorde le droit de garde à la mère, le père devant se contente(r) d’un droit de visite. Le point le plus crucial est finalement le sort des enfants issus du mariage. En effet, beaucoup d’enfants sont traumatisés par le divorce de leurs parents et se sentent même parfois eux-mêmes coupable (bien qu’ il n’en soit rien ) et certains prétendent même que les enfants des divorcés sombrent plus facilement dans la toxicomanie et la délinquance (bien que là également aucune statistique convaincante (ne puisse être = à éviter)n’est avancée ) , il reste pourtant vrai que le divorce des parents laisse souvent des cicatrices profondes chez les enfants, et qui peuvent être très lentes à guérir.

Malgré tous ces arguments, un grand nombre de mariages sont dissous. ( Voyons donc maintenant ce qu’on avance comme justifications du côté d = à éviter)Les partisans du divorce(nt) plusieurs idées parmi lesquelles :.

Tout d’abord, le divorce a cessé d’être considéré comme une tare. Les préjugés d’antan sont actuellement nettement moins importants et dissuasifs. Ensuite, la femme de nos jours, souvent salariée, éprouve moins de risques de à se trouver à la merci d’une pension alimentaire. De plus, il semble à beaucoup de couples les plus honnêtes de dissoudre un mariage qui ne fonctionne des pressions de la part de la famille et des racontars des voisins ( mal dit). Peu importent alors ( finalement = à éviter)les raisons pour lesquelles le mariage est devenu un échec. (Et finalement= à éviter), S’il est vrai qu’un divorce peut traumatiser un enfant issu du mariage, il est également vrai qu’un mariage infernal est pour le moins aussi traumatisant pour cet enfant.

(Que dire= à éviter) En guise de conclusion,le divorce est sans aucun doute un sujet très complexe qui continuera à(faire) couler de l’encre (car) où il est difficile d’en prendre clairement position. , car de part et d’autre : on avance des arguments qu’on ne peut pas tout simplement nier. (Tout d’abord,= à éviter) Il me semble évident qu’un divorce ne doit jamais être une solution de facilité pour se débarrasser d’un conjoint devenu gênant. ( Ensuite,= à éviter) Il me parait important d’ajouter que dans beaucoup de cas, on pourrait éviter un divorce en prévenant un de ses causes : le manque de maturité. ( Et finalement = à éviter)Malgré tous les scrupules religieux qu’on pourrait avoir, il me semble moins hypocrite et plus humain qu’un mariage invivable se termine par un divorce pacifique, au lieu de (le) perpétuer par des drames.

Voilà donc un corrigé de votre rédaction M. anass katib

NB- Je vous demande d’être patient et ne pas donner des jugements à la hâte.

NB- Je ne vous donne pas de note pour cette fois. Mais vous devriez étudier la correction et en tirer profit pour vos rédactions ultérieures : vous n’êtes pas entrain de préparer seulement l’examen régional, mais aussi vos études supérieurs et les concours que vous allez passer plus tard !

NB- Si vous avez des remarques ou des questions à poser n’hésitez pas à les formuler.

Cordialement.





 Réponse N°5 4393

Merci pour le corrigé
  Par   jamal adib  (CSle 27-05-10 à 11:12

Merci pour le corrigé cher Rachid.




 Réponse N°6 4403

re
  Par   marocagreg  (Adminle 27-05-10 à 12:44

Merci pour le corrigé




InfoIdentification nécessaire
Identification bloquée par
adblock plus
   Identifiant :
   Passe :
   Inscription
Connexion avec Facebook
                   Mot de passe oublié


confidentialite Google +