Production écrite

 Par jamal adib  (?)  [msg envoyés : 206le 15-12-10 à 22:48  Lu :6506 fois
     
  
 accueil

Achoura entre l’élève d’antan et celui d’aujourd’hui
Sujet de sensibilisation
Avec l’avènement de l’Achoura, de nombreux comportements déviants commencent à émerger à la surface. Les auteurs de ces pratiques néfastes semblent bien choisir leur cible parmi la gent féminine qui a souvent du mal à se défendre. Lance des pétards, jets des œufs puants, s’asperger de l’eau salissante, en sont quelques manifestations timides pour ne pas mentionner d’autres actes plus périlleux. Pourtant, les avis à l’égard de cette pratique sont partagés : alors que certains y voient une forme de liesse, d’autres la trouve répréhensible et accusent les jeunes de ne pas savoir jouer.
C’est une erreur fatale de croire que ces pratiques accompagnants l’Achoura reflètent l’allégresse qu’exige l’ambiance d’une telle fête. En effet, ces actes irresponsables commis par quelques jeunes portent atteinte à la tranquillité publique. Prenons en guise d’exemple une femme qui traîne devant elle une poussette où se repose sereinement son bébé, le son assourdissant que pourrait provoquer l’explosion d’un pétard à côté de cette femme ne causerait-t-il pas un évanouissement de celle-ci qui craindrait qu’un drame toucherait son petit ?
En outre, plusieurs cas d’hospitalisation ont été enregistrés parmi quelques jeunes qui, en tentant d’allumer des pétards, se trouvaient exposés à des péripéties atroces quand ces explosifs leur éclatent en pleine figure. Résultat : Anomalie chronique au niveau du visage.
Ajouter à cela que les jets d’œufs puants représentent un véritable dommage pour les victimes. Nombreuses sont les filles qui restent traumatisées après la souillure de leurs vêtements neufs du jaune d’œuf et des solutions coloriées qui les transforment en des serpillières.
Grosso modo, il faut avouer que ces pratiques nuisent à l’image des jeunes d’aujourd’hui. D’où la nécessité impérieuse de débusquer ce fléau récurrent à travers une campagne de sensibilisation d’envergure pour conscientiser les jeunes à la dangerosité de tels actes. il faut également durcir les sanctions à l'encontre des marchands surpris en flagrant délit de vente des pétards dont la commercialisation est déjà interdite par la loi.
*La dangerosité : la gravité
Prof Jamal
jamal_adib2011@hotmail.fr

  



Vous aimez cet article ?
Partagez-le sur
  Production écrite 1er bac
  Bribes de souvenirs 2
  Tous les messages de jamal adib


 Réponse N°1 7502

tout à fait d'accord M Adib
  Par   Samira Yassine  (CSle 17-12-10 à 13:48

je tiens à vous remercier vivement M Adib. En fait vous venez d'aborder un sujet qui me tenait vraiment à coeur. J'ai pas pu le faire vu que mon pc est en panne. Àchoura, chez nous, est devenu un jour redouté par certaines élèves victimes de ces actes barbares. Je ne pouvais supporter voir se répéter les mêmes scènes . J'ai alors annoncé aux élèves de mes 5 classes ''quiconque oserait mouiller l'une de ses camarades d'eau ou d'oeufs périmés se verrait sanctionné par un 4 points de moins de sa note à l'oral'' et ça à marché. Aucune élevé n'est venue se plaindre du comportement de son camarade ni aucun élevé d'ailleurs. . Merci M Adhb




InfoIdentification nécessaire
Identification bloquée par
adblock plus
   Identifiant :
   Passe :
   Inscription
Connexion avec Facebook
                   Mot de passe oublié


confidentialite Google +