Pourquoi sommes-nous paresseux ?

 Par fatih brahim  (Prof)  [msg envoyés : 288le 29-03-12 à 22:21  Lu :4481 fois
     
  
 accueil


Le nombre de paresseux ne cesse d’augmenter. Tout le monde le constate autour de lui ; quel que soit le secteur d’activité. Le domaine de l’enseignement, qui nous concerne, est sérieusement touché par ce phénomène. Avez-vous des explications à donner ? Ou

  



Vous aimez cet article ?
Partagez-le sur
  Johon steinbeck/des souris et des hommes /résumé
  Dino buzzati,pauvre petit garÇon-résumé
  Tous les messages de fatih brahim


 Réponse N°1 19118

re
  Par   abdeslam slimani  (Profle 29-03-12 à 22:42



voici une explication "psychologique" trouvée sur le net:

"Les paresseux font parties de ces gens qui se sont laissés porter durant leur enfance et à qui l'on n'a pas vraiment inculqué le goût de l'effort. Une fois adulte, ils ont souvent besoin des autres et cherchent à en faire le moins possible. Ce qui peut leur conférer une certaine forme d'intelligence ! Disons quand même que les paresseux sont des gens conciliants et assez tolérants. En définitive, dans un groupe, ils ne sont ni embêtants et encore moins agressifs. Ils suivent le mouvement tout simplement. Alors, bien sûr, ils peuvent agacer parce qu'il faut souvent passer derrière eux. Mais ces derniers savent très bien compenser ce défaut par d'autres qualités comme l'humour ou la gentillesse."

Ah, paresseux que je suis, je dois y aller, le sommeil m'appelle!





 Réponse N°2 19120

re
  Par   fatih brahim  (Profle 29-03-12 à 22:55



Oui, c’est bien vrai, on ne nait pas fainéant, on le devient .A cause des autres.





 Réponse N°3 19121

re
  Par   hani abdeljalil  (Etudiant(e)le 29-03-12 à 22:55

l'homme est paresseux par nature, il cherche toujours à fournir le moindre effort. Mais il existe des gens, heureusement, qui sont très actifs dans leur vie et ne trouvent du plaisir qu'une fois dans le travail. Concernant ce constat qui touche les marocains, je suis tout à fait d'accord avec vous M. Fatih on remarque de plus en plus de gens refusant d'accomplir leur tâche parce qu'il y a de moins en moins de rigueur de la part des dirigents. En plus nous au Maroc nous n'avons pas la culture du travail, nous ne sacralisons pas le travail. le travail est simplement une corvée de laquelle il faudra se débarasser.




 Réponse N°4 19123

re
  Par   hani abdeljalil  (Etudiant(e)le 29-03-12 à 23:08



M. elomari, vous évoquez là des exceptions.





 Réponse N°5 19125

RE
  Par   hani abdeljalil  (Etudiant(e)le 29-03-12 à 23:31



J'apprécie quand même votre logique, parce que vraiment, on envie parfois certaines gens qui ne fournissent que le minimum et qui accèdent pourtant à de bons postes. le travail paie et même la paresse paie parfois.





 Réponse N°6 19129

le comble de la paresse
  Par   jaouadi chiraz  (CSle 30-03-12 à 00:50



Paresseuse à un tel point que je ne peux pas lire les réponses des collègues!!! hhhh Pardonnez ma paresse.





 Réponse N°7 19133

Pour la paresse et les paresseux...
  Par   Idoubiya Rachid  (Profle 30-03-12 à 07:42



Pour la paresse et les paresseux... Voilà ce que vous devrez dire pour vos accusateurs!

« Il est inconcevable à quel point l'homme est naturellement paresseux. On dirait qu'il ne vit que pour dormir, végéter, rester immobile; à peine peut-il se résoudre à se donner les mouvements nécessaires pour s'empêcher de mourir de faim. Rien ne maintient tant les sauvages dans l'amour de leur état que cette délicieuse indolence. Les passions qui rendent l'homme inquiet, prévoyant, actif, ne naissent que dans la société. Ne rien faire est la première et la plus forte passion de l'homme après celle de se conserver. Si l'on y regardait bien, l'on verrait que, même parmi nous, c'est pour parvenir au repos que chacun travaille: c'est encore la paresse qui nous rend laborieux.»

J J ROUSSEAU, "Essai sur l'origine des langues".

NB- Le travail est un trésor comme l'a bien dis Jean De Lafontaine.





 Réponse N°8 19139

ou hyperactif
  Par   badaoui karima  (CSle 30-03-12 à 12:09



des deux maux le moindre ,à votre avis lequel?





 Réponse N°9 19144

C'est tentant!
  Par   Alami Hanane  (élèvele 30-03-12 à 15:04



Une fois quelqu’un m’a dit que les cancres de sa classe sont tous devenus des dirigeants !





 Réponse N°10 19145

c'est vrai
  Par   abdeslam slimani  (Profle 30-03-12 à 15:26

Les meilleurs élèves (souvent enfants du peuple)deviennent professeurs et ils en sont contents, c'est quand même une ascension sociale pour eux(nous), les cancres (souvent fils de riches) parviennent à occuper les mêmes postes que leurs parents ou mieux et cela sans se casser la tête: il y a chez nous des enfants de parlementaires devenus parlementaires, des fils de notables devenus ministres, des enfants de gendres de ministres devenus ministres ou pdg ou directeurs de grosses entités, Bordieu disait que l'école ne faisait que reproduire les modèles existants...




 Réponse N°11 19146

Exception
  Par   Idoubiya Rachid  (Profle 30-03-12 à 16:32



Il y'a peut-être une exception concernant certains de nos ministres actuels! Mais passons, ce sont des choses qui arrivent surtout dans ce printemps arabe qui s’annonce pour peut-être changer des choses...





 Réponse N°12 19154

Pourquoi travailler?
  Par   fatih brahim  (Profle 30-03-12 à 21:20



Certes, l’homme a une tendance pour ainsi dire naturelle pour la paresse qui lui épargne les contraintes du travail, mais c’est seulement par l'action heureuse du travail que l’homme peut exercer la faculté de l’intelligence qui le distingue des animaux. Lisons à ce propos un texte de Marx : « Le travail est de prime abord un acte qui se passe entre l’homme et la nature. L’homme y joue lui-même vis-à-vis de la nature le rôle d’une puissance naturelle. Les forces dont son corps est doué, bras et jambes, tête et mains, il les met en mouvement, afin d’assimiler des matières en leur donnant une forme utile à sa vie. En même temps qu’il agit par ce mouvement sur la nature extérieure et la modifie, il modifie sa propre nature, et développe les facultés qui y sommeillent. Nous ne nous arrêterons pas à cet état primordial du travail où il n’a pas encore dépouillé son mode purement instinctif. Notre point de départ c’est le travail sous une forme qui appartient exclusivement à l’homme. Une araignée fait des opérations qui ressemblent à celles du tisserand, et l’abeille confond par la structure de ses cellules de cire l’habileté de plus d’un architecte. Mais ce qui distingue dès l’abord le plus mauvais architecte de l’abeille la plus experte, c’est qu’il a construit la cellule dans sa tête avant de la construire dans la ruche. Le résultat auquel le travail aboutit, préexiste idéalement dans l’imagination du travailleur. Ce n’est pas qu’il opère seulement un changement de forme dans les matières premières ; il y réalise du même coup son propre but dont il a conscience, qui détermine comme loi son mode d’action, et auquel il doit subordonner sa volonté. » Que dire de la paresse qui est contraire du travail ?





 Réponse N°13 19164

Le coupable, c'est l'autre
  Par   fatih brahim  (Profle 30-03-12 à 22:37



Le plus dangereux c’est la glorification de la paresse intellectuelle orchestrée par certains pour maintenir leur mainmise sur les richesses du travail.





InfoIdentification nécessaire
Identification bloquée par
adblock plus
   Identifiant :
   Passe :
   Inscription
Connexion avec Facebook
                   Mot de passe oublié


confidentialite Google +