Pour vous servir mademoiselle meriem hassouna

 Par OMARI Abdellatif  (Prof)  [msg envoyés : 176le 25-06-12 à 23:45  Lu :912 fois
     
  
 accueil


MINISTERE DE L'EDUCATION NATIONALE, DE L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR, DE LA FORMATION DES CADRES ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE
Ecole Normale Supérieure
-Tétouan -
Concours d'accès à la formation des professeurs du cycle qualifiant. Session de septembre 2008
SPECIALITE : FRANÇAIS Durée : 4 heures.
Un des principaux motifs de la création artistique est certainement le besoin de nous sentir essentiels par rapport au monde. Cet aspect des champs ou de la mer, cet air de visage que j'ai dévoilés, si je les fixe sur une toile, dans, un écrit, en resserrant les rapports, en introduisant de Tordre là où il ne s'en trouvait pas. en imposant l'unité de l'esprit à la diversité de la chose,, j'ai conscience de les produire, c'est-à-dire que je me sens essentiel par rapport à ma création. Mais cette fois-ci, c'est, l'objet créé qui m'échappe : je ne puis dévoiler et produire à la fois. La création passe à l'inessentiel par rapport à l'activité créatrice. D'abord, môme s'il apparaît aux autres comme définitif, l'objet créé nous semble toujours en sursis pilous pouvons toujours changer cette ligne, cette teinte, ce mot ; ainsi ne s'impose-t-il jamais. Un peintre apprenti demandait à son maître : « Quand dois-je considérer que mon tableau est fini ? » Et le maître répondit : « Quand tu pourras le regarder avec surprise, en le disant: : « C'est moi qui ai fait ça ! »
Autant dire : jamais. Car cela reviendrait à considérer son œuvre avec les yeux d'un autre et à dévoiler ce qu'on a créé. Mais il va de soi que nous avons d'autant, moins la conscience de la chose produite que nous avons davantage celle de notre activité productrice. Lorsqu'il s'agit d'une poterie ou d'une charpente et que nous les fabriquons selon des normes traditionnelles avec des outils dont l'usage est codifié, c'est le fameux « on », de Heidegger, qui travaille par nos mains. En ce cas, le résultat peut nous paraître suffisamment étranger pour conserver à nos yeux son objectivité. Mais si nous produisons nous-mêmes les règles de production, les mesures et les critères, et si notre élan créateur vient du plus profond de nôtre cœur, alors nous ne trouvons jamais que nous dans notre œuvre : c'est nous qui avons inventé les lois d'après lesquelles nous la jugeons ; c'est notre histoire, notre amour, notre gaité que nous reconnaissons ; quand même nous la regarderions sans plus y toucher, nous recevons jamais d'elle cette gaîté ou cet amour : nous les y mettons ; les résultats que nous avons obtenus sur la toile ou sur le papier ne nous semblent jamais objectifs ; nous connaissons trop les procédés dont ils sont les effets. [ ...]
Ainsi l'écrivain ne rencontre partout que son savoir, sa volonté, ses projets, bref lui-même ; il ne touche jamais qu'à sa propre subjectivité, l'objet qu'il crée est hors d'atteinte, il ne le crée pas pour lui. S'il se relit, il est déjà trop tard ; sa phrase ne sera jamais à ses yeux tout à fait une chose. Il va jusqu'aux limites du subjectif mais sans le franchir, il apprécie l'effet d'un trait, d'une maxime, d'un adjectif bien placé ; mais c'est l'effet qu'ils feront sur d'autres; il peut l'estimer, non le ressentir. [ ...]
Il n'est donc pas vrai qu'on écrive pour soi-même : ce serait le pire échec ; en projetant ses émotions sur le papier, à peine arriverait-on à leur donner un prolongement languissant. L'acte créateur n'est qu'un moment incomplet et abstrait de la production d'une œuvre ; si l'auteur existait seul, il pourrait écrire tant qu'il voudrait, jamais l'œuvre comme objet ne verrait le jour et il faudrait qu'il posât la plume ou désespérât. Mais l'opération d'écrire implique celle de lire comme son corrélatif dialectique et ces deux actes connexes nécessitent deux agents distincts. C'est l'effort conjugué de l'auteur et du lecteur qui fera surgir cet objet concret et imaginaire qu'est l'ouvrage de l'esprit, il n'y a d'art que pour et par autrui.
Jean-Paul SARTRE, Qu'est-ce que ta littérature ?


Questions :

1- Quelle thèse défend l'auteur dans les deux premiers paragraphes ? Quel mode de raisonnement adopte-il ? Justifiez votre réponse. (3pts)
2- Faites une analyse morphosyntaxique de la phrase suivante :
« Mais il va de soi que nous avons d'autant moins la conscience de la chose produite que nous avons davantage celle de notre activité productrice ». (3pts).
3- Etudiez les indices langagiers qui marquent la présence de l’énonciateur (indices de subjectivité) dans le dernier paragraphe. (4pts)
4- «Il n'est donc pas vrai qu'on écrive pour soi-même » ; « il n'y a d'art que pour et par autrui » : autant d'affirmations qui semblent fixer la position de Sartre sur l'intérêt de la réception pour l'écriture.
En vous basant sur votre expérience de lecteur, dites si vous penser aussi tenir un rôle dans le "surgissement" de l'œuvre. (10pts)
Royaume du Maroc
Ministère de l'Education Nationale
de l'Enseignement Supérieur
de la Formation des Cadres et
de la Recherche Scientifique
Ecole Normale Supérieure
Tétouan
CONCOURS D'ACCES EN 5ème ANNEE
LANGUE ET LITTERATURE FRANÇAISES
SESSION : 26 Septembre 2007
DUREE : 4 Heures
Texte :
Sceptique, Raphaël se laisse offrir par un antiquaire une peau magique qui réalise les vœux de son possesseur tout en se rétrécissant. Quand elle disparaîtra, ce dernier mourra. Invité à un banquet, Raphaël apprend qu'il hérite d'une fortune immense : il vient de souhaiter devenir riche !
En ce moment, Raphaël se leva soudain en laissant échapper le mouvement brusque d'un homme qui reçoit une blessure. Il se fit comme une acclamation silencieuse, le premier sentiment des convives fut dicté par une sourde envie, tous les yeux se tournèrent vers lui comme autant de flammes. Puis, un murmure, semblable à celui d'un parterre qui se courrouce, une rumeur d'émeute commença, grossit, et chacun dit un mot pour saluer cette fortune immense apportée par le notaire. Rendu à toute sa raison par la brusque obéissance du sort, Raphaël étendit promptement sur la table la serviette avec laquelle il avait mesuré naguère la Peau de chagrin. Sans rien écouter, il y superposa le talisman, et frissonna violemment en voyant une assez grande distance entre le contour tracé sur le linge et celui de la Peau.
- Eh bien ! qu'a-t-il donc ? s'écria Taillefer, il a sa fortune à bon compte.
- Soutiens-le, Châtillon *, dit Bixiou à Emile, la joie va le tuer.
Une horrible pâleur dessina tous les muscles de la figure flétrie de cet héritier : ses traits se contractèrent, les saillies de son visage blanchirent, les creux devinrent sombres, le masque fut livide, et tes yeux se fixèrent. H voyait la MORT .Ce banquier splendide entouré de courtisanes fanées, de visages rassasiés, cette agonie de la joie, était une vivante image de sa vie. Raphaël regarda trois fois le talisman qui se jouait à l'aise dans les impitoyables lignes imprimées sur la serviette : il essayait de douter, mais un clair pressentiment anéantissait son incrédulité. Le monde lui appartenait, il pouvait tout et ne voulait plus rien. Comme un voyageur au milieu du désert, il avait un peu d'eau pour la soif et devait mesurer sa vie au nombre des gorgées. Il voyait ce que chaque désir devait lui coûter de jours.
Honoré de Balzac, La Peau de chagrin, 1831
* Réplique d'un personnage de Zaïre, tragédie de Voltaire
Questions :
1-Etudiez de façon détaillée les fonctions de type adjectival dans le texte. Vous donnerez un exemple pour chaque cas particulier. ( 4 pts )
2-Expliquez le type de progression thématique dans le début du 2eme paragraphe. ( 2 pts )
3-A quelles figures de style correspondent les tournures soulignées.(2pts )
4-Relevez dans le texte les indices marquant l'adresse de l'auteur au lecteur de l'époque.(2pts)
5-Commentez cet extrait de La Peau de chagrin en montrant comment, au-delà de l'événement fantastique, Balzac nous invite à une réflexion sur l'impact des désirs dans la vie de l'homme. (10 pts )

  



Vous aimez cet article ?
Partagez-le sur
  A propos de la description réaliste
  Bac - examen régional de français-2012 -grand casablanca
  Tous les messages de OMARI Abdellatif

InfoIdentification nécessaire
Identification bloquée par
adblock plus
   Identifiant :
   Passe :
   Inscription
Connexion avec Facebook
                   Mot de passe oublié


confidentialite Google +