Pour un écrit clair, précis et concis!(style scientifique)

 Par Jaafari Ahmed  (Prof)  [msg envoyés : 943le 02-12-12 à 17:28  Lu :1783 fois
     
  
 accueil


I- Les temps du verbe :
Il convient d’employer les temps de l’indicatif avec leur valeur de base stricte, à savoir la valeur temporelle :
1- Le présent : il réfère au moment où l’on parle ou on l’on écrit (il semble que, nous pensons que, j’estime que) ; il réfère aussi à des vérités permanentes : Pasteur a affirmé que la génération spontanée n’existe pas.
2- Les temps du passé : les trois temps du passé les plus couramment utilisés sont le passé composé, l’imparfait et le plus que parfait. Mais il s’agit toujours d’un état ou d’une action terminé au moment où l’on écrit.
- Le passé composé sert surtout à décrire des actions ponctuelles ou de durée relativement courte, dans me passé. Il s’utilise par exemple pour décrire les étapes successives de l’expérimentation : Seuls les insectes ont été utilisés dans l’expérience.
- L’imparfait
sert au contraire à décrire des états : les enfants retenus pour l’étude étaient amaigris, ou des actions répétitives : les enfants étaient pesés et examinés chaque jours.
- Le plus que parfait s’utilise pour des faits antérieurs à un contexte décrit au passé : on a inclus (passé composé) dans l’étude des enfants qui avaient eu (plus que parfait) au moins trois crises au cours des six mois précédant l’étude.
Si la concordance des temps impose que le même temps soit utilisé pour décrire des actions concomitantes, rien n’empêche en revanche d’utiliser dans le même contexte le passé composé et l’imparfait dans la mesure où les verbes décrivent des durées différentes : nous avons inclus (passé composé, action unique, verbe dynamique) dans l’étude les enfants qui avaient une diarrhée depuis 10 jours (imparfait, durée), et qui étaient amaigris (imparfait, état).
3- Les emplois à éviter :
- Le présent de narration : cet emploi peut être source de confusion dans la mesure où il est possible de conserver le même temps tout au long du texte : il serait alors difficile de situer les faits les uns par rapport aux autres dans une chronologie stricte. Ainsi ai lieu de « on place le tissu dans une solution de Ringer, on le porte à ébullition et on l’agite… » il faut écrire, s’il s’agit de procédure unique : « on a placé le tissu dans une solution de Ringer, on l’a porté à ébullition et agité… » ou si l’action est répétée : « on plaçait le tissu…on le portait à ébullition et on l’agitait… »
- Le subjonctif
: si la langue littéraire recommande traditionnellement l’usage de l’imparfait du subjonctif dans un contexte au passé (il fallait qu’il fût, bien qu’ils fussent), l’usage courant admet sans difficulté un accord au présent du subjonctif (il fallait qu’il soit, bien qu’ils soient).
II- La phrase
Une phrase n’exprime qu’une seule idée. La phrase courte est claire, mais la précision doit primer sur la concision. La phrase longue est plus risquée et souvent moins lisible que la phrase courte, son articulation sera facilitée par l’utilisation des mots de liaison.
III- Le paragraphe :
À l’intérieur des sections, l’unité de base est le paragraphe, composé de plusieurs phrases.
1- Les composantes du paragraphe
- L’idée directrice
: c’est l’idée pour laquelle le paragraphe est construit. Chaque paragraphe n’en comporte donc qu’une, exprimée en une seule phrase, et l’objectif du paragraphe est de la développer. Le changement d’idée directrice oblige au changement de paragraphe, avec passage à la ligne et commencement du paragraphe suivant.
- L’argumentaire : sans argumentaire, l’idée directrice reste une affirmation gratuite. Composé de plusieurs idées-arguments, l’argumentaire développe l’idée directrice pour la préciser et la justifier ; chaque idée argument est exprimée en phrase suffisamment explicite.
2- Le rapport entre l’idée directrice et l’argumentaire
L’idée directrice se trouve soit en tête, soit en fin de paragraphe. En tête de paragraphe, elle est développée par l’argumentaire. Si elle est placée après l’argumentaire, elle apparait comme sa conclusion, elle est la conséquence de ce qui vient d’être développé.
3- Les supports de l’articulation logique :
Dans un paragraphe les faits et les idées exprimés par des phrases doivent s’organiser dans une suite chronologique ou logique. Ces phrases peuvent être juxtaposées, c’est-à-dire se succéder les unes aux autres entre deux points. Dans ce cas le lien logique est implicite, et c’es le sens propre de chaque phrase, soutenu par la ponctuation qui permet au lecteur de comprendre s’il s’agit d’une addition, d’une opposition, d’une cause ou d’une conséquence, ou tout simplement d’une succession dans le temps.
- La ponctuation dans l’article scientifique (relation implicite)
Dans le texte écrit, la ponctuation est essentielle, car elle remplace par des signes graphiques le ton, les pauses et les variations de la voix. De plus, la ponctuation est le premier moyen d’exprimer des liens logiques entre les phrases. Ces liens sont implicites.
*Le point : dans le paragraphe, l’unité de base est la phrase, correspondant à une idée. Cette phrase devra commencer par une majuscule et se terminer par un point.
*le point virgule : suivi d’une minuscule, il sépare deux idées indépendantes mais liées par le sens.
* la virgule : coupe la phrase en unités de sens. Il faut être vigilant avec la virgule , en particulier dans les relatives ( les plantes qui sont en pleine croissance doivent avoir un traitement approprié : ça veut dire, seuls les plantes qui sont en pleine croissance !)
(Les plantes, qui sont en pleine croissance, doivent avoir un traitement approprié : ça veut dire, toutes les plantes)
*Les deux points : introduisent un développement explicatif, notamment après une énumération.
*Les parenthèses : elles encadrent un mot ou une proposition sans lien syntaxique avec le reste de la phrase. Elles servent aussi à donner des précisions chiffrées. Exemples : les malades qui ont reçu par voie orale de l’indométacine (200mg) ou de la chloroquine (150mg)…
*Les tirets
: Ils sont préférables aux parenthèses pour les commentaires digressifs.
*Les points de suspension : Ils sont en général déconseillés pour abréger une énumération, tout comme l’abréviation etc. cependant pour éviter la répétition fastidieuse des étapes d’une technique lorsqu’elles sont identiques, l’expression et ainsi de suite est un outil très utile.
*Les guillemets : on se permet de les utiliser pour citer le nom propre d’un produit. Exemple : Il a pris un comprimé de « Doliprane».
- Les mots de liaison (Relation explicite)
*Pour classer des idées ou des faits
,
° Préciser l’ordre des éléments, additionner : premièrement ; d’abord ; en premier lieu…
En outre ; par ailleurs ; ensuite
Enfin ; en dernier lieu…
° Mettre en parallèle, hiérarchiser
De même ; ainsi que ; d’autre part ;
Également ; non seulement…mais encore… ; avant tout…
*Pour développer une idée,
° une explication : c’est-à-dire ; en d’autres termes…
° Un exemple : ainsi ; par exemple ; notamment ; comme
° une preuve : en effet ; du fait que…
° Un nouvel élément : et puis ; certes ; d’ailleurs
*Opposer des idées, des faits, marquer
°une forte contradiction : mais… ; au contraire ; tandis que ; en revanche
°Une faible contradiction : cependant ; néanmoins ; toutefois ; pourtant
° Une concession : en dépit de ; malgré ( nom) ; bien que ( subjonctif)
*établir une relation de cause à conséquence,
°une cause : car ; parce que ; sous l’effet de ; en raison de ; puisque
°une conséquence : donc ; ainsi ; si bien que ; c’est pourquoi ; d’où ; par conséquent ; de ce fait.

  



Vous aimez cet article ?
Partagez-le sur
  Djc: chapitre xiii!
  Mettre la production écrite à l'esprit du temps
  Tous les messages de Jaafari Ahmed


 Réponse N°1 28558

Remerciements
  Par   Samira Yassine  (CSle 02-12-12 à 18:36



Sincères remerciements, M Jaafari, d'avoir publié un tel document. J'en avais besoin pour préparer mes élèves de 2ème bac sciences à leur études après le bac, y compris les entretiens .

Infiniment merci.





InfoIdentification nécessaire
Identification bloquée par
adblock plus
   Identifiant :
   Passe :
   Inscription
Connexion avec Facebook
                   Mot de passe oublié


confidentialite Google +