Petites historiettes

 Par Semlali Karim  (Prof)  [msg envoyés : 55le 12-06-12 à 01:54  Lu :1629 fois
     
  
 accueil


Je jetai un regard vers le zénith bleu. Je ne sus si je suis de ce coté ou de l'autre. Je jurai d'aller vérifier si je serais au milieu de l'entre deux mondes quand je découvris, stupéfait, que dans notre univers existaient beaucoup d'horizons et non un seul.
La mouette s'est envolée loin pénétrant le ciel. Elle apparait derrière les nuées. Elle vient, haletante, me décrire ce qu'elle avait vu. C'est alors que je peignis un petit tableau infini aussi large que la terre, et qui ne vient pas à bout de l'univers.
Les vagues se querellent et se défient les unes les autres : qui d'entre elles va atteindre mon pied la première. Quand je remarquai qu'une vague forte écartait les autres et se rapprochait de moi...je fis un pas en arrière.
Je levai ma tête vers le ciel et je dirigeai la caméra pour prendre quelques prises...quand je développai les photos j'eus des images bleues entachées de nuages de pierres. Au début, je crus que c'était le ciel que j'avais pris mais c'était juste la mer et ses pierres pleines d'écume blanche.

  



Vous aimez cet article ?
Partagez-le sur
  Examen régional bac-fr-marrakech-safi - 2016
  Les noces des loups
  Tous les messages de Semlali Karim


 Réponse N°1 23824

Personne ne me donne son point de vue?
  Par   Semlali Karim  (Profle 17-06-12 à 01:23



En verite ce sont des traductions de quelques petites histoires que j ai ecrites en arabe en premier.

«kisas kasira jidane». Je trouve que ca sonne mieux en francais qu en arabe.





 Réponse N°2 23825

On dirait,
  Par   Jeafari Ahmed  (CSle 17-06-12 à 08:00



un joli poème en prose! qui donne le vertige!

peut-être est-ce le vertige que vous décrivez, j'ai toujours eu cette sensation du bleu et du blanc, quand je pense au vertige!

Quand on était petits, sur la terrasse, on s'allongeait et on formait avec nos mains une sorte de visière au tour de nos yeux, de manière à ne voir que le ciel: et ça nous donnait le vertige, on voyait la profondeur du ciel ,et tellement on se sentait flotter qu'on ne savait plus si on était en haut ou en bas: et quand passait un nuage, on avait l'impression que l'on se déplaçait: c'était délicieux! et c'est ce sentiment que je retrouve dans votre texte!





 Réponse N°3 23843

Le vertige de la reverie
  Par   Semlali Karim  (Profle 17-06-12 à 17:15



Oui c est un peu pres cela m. Ahmed, sauf que moi j etais devant l'ocean et je voyais le ciel comme une continuite de la mer ou le contraire,je ne sais. Je me suis demande si ce n'etait pas une transposition; les nuages dans ce cas la serait remplaces par des roches.Alors j ai tenu a jouer sur les couleurs. C est comme dans un reve ou toute chose reste indecise et flou faisant place a quelque chose d etrange et de mysterieux. C est une pause devant le mystere de la nature.





 Réponse N°4 23886

Oui,Si Karim!
  Par   Jaafari Ahmed  (Profle 18-06-12 à 02:11



Il y a un petit détail qui , pour moi altère cette rêverie! C'est la présence de cet intermédiaire, qui dénature, l'impression; à savoir une caméra! vous ne trouvez pas?

à mon sens vous auriez pu avoir une vision , au lieu d'une photo!





 Réponse N°5 23888

Salomon surréaliste ?
  Par   ELHOUSSAINI Lahoussine  (Profle 18-06-12 à 03:05



Salut, votre mouette n'est-elle pas la huppe de Salomon qui apporte les nouvelles de la reine de Saba? Votre rêverie frôle l'ivresse ou la sensation joueuse et enivrante de sentir l'infini. Elle est celle d'un ascète qui finit par se fondre et se confondre avec la nature . Cette nature est une toile sans orée, sans bord, sans contour ou se confondent le flou produit de la griserie, le gris, et le bleu du ciel, aspiration à la liberté.

Merci.





 Réponse N°6 23889

De poète à poète!
  Par   Jaafari Ahmed  (Profle 18-06-12 à 09:10



Si Karim, votre prose poétique a inspiré la muse de Si Lahoussine!

Votre mouette ,n'est-elle pas la huppe de Salomon

Qui apporte les nouvelles de la reine de Saba?

Votre rêverie frôle l'ivresse ou cette sensation

Joueuse et enivrante de sentir l'infini.

Elle est celle d'un ascète qui finit

Par se fondre et se confondre avec la nature.

Cette nature est une toile sans orée, sans bord,

Sand contour où se confondent le flou né de la griserie,

Le gris, et le bleu du ciel, aspiration à la liberté!





 Réponse N°7 23899

Bonjour
  Par   Semlali Karim  (Profle 18-06-12 à 14:41



Bonjour,

Merci si Dkhissi et j'espere que ce n'est pas un cercle...perdu!!!! hhhhhh

Pour la camer





InfoIdentification nécessaire
Identification bloquée par
adblock plus
   Identifiant :
   Passe :
   Inscription
Connexion avec Facebook
                   Mot de passe oublié


confidentialite Google +