Parole aux élèves (20) : pourquoi la récidive ?

 Par Samira Yassine  (?)  [msg envoyés : 2089le 25-04-13 à 08:23  Lu :5897 fois
     
  
 accueil


Dans le but d'encourager les productions d'élèves, on va organiser de manière hebdomadaire un concours d'écriture pour les élèves du lycée autour d'un sujet qui se rapporte à leur programme. Les meilleures productions seront récompensées : 50 points, 30 points, 20 points.
Parole aux élèves
sujet n°20 : La récidive des prisonniers
"Personne ne voulait me donner d'ouvrage. Je montrai mes bras bons au travail , on ferma
les portes."
pensez-vous que la société a sa part de responsabilité dans la récidive de certains prisonniers ?"


Sous forme d'une texte structuré et argumenté, donnez votre point de vue.

Directives et orientations:

- Votre texte doit comporter au moins 10 lignes.
- Respectez la consigne.
- Bien organiser votre texte(introduction, développement, conclusion)
- Citez au moins trois arguments.
- Employez des liens logiques pour relier les parties du texte et les arguments.
- Faites attention à la correction de la langue.
- Donnez un titre à votre texte.
NB- Dernier délai pour envoyer votre production: Dimanche 05 - 05 - 2013 à 17 h.


  




 Réponse N°1 31035

La société et le prisonnier
  Par   alami abdessamade  (CSle 27-04-13 à 20:22



Certaines personnes estiment que la société est responsable de tout ce qui y survient. Pendant qu'autre acquitte la société de toutes ces accusations et considère cela comme des prétextes non plus. Alors, la divergence entre ces idées nous mène vers une chaude interrogation qui est la suivante: est-ce que la société a sa part de responsabilité dans la récidive de certains prisonniers ?

Il est tout à fait remarquable que l'impitoyabilité de la société est derrière la récidive des prisonniers. En outre, la société mépris ces derniers et refuse qu'ils s’intègrent ou qu'ils se mêlent avec elle. Ce qui engendre au profond du prisonniers un mélange des sentiments, y compris la revanche vis-à-vis de la société et la nostalgie de rejoindre leurs familles.

Ajoutant à cela, les clichés et les préjugés qui régnaient dans la société augmente la haine entre ces deux protagonistes et pousse les gens de la société à éviter l'interaction avec les prisonniers.

Prenons l'exemple d'un prisonnier qui a le visage cicatrisé. est-ce que tu n'évitera pas de le croiser? est-ce que tu ose l'affronter? bien sûre non!! parce que, par faute de conscience tu as construit des idées négatives avant de savoir ce qui se cache derrière ce visage.

D'autre part, tout le monde s'accorde sur cette évidence; que chaque individu d'entre nous peut commettre un crime volontairement ou involontairement et accéder la prison, parce qu' on ne sais pas ce que cache le sort. Alors la société n'est pas responsable en cas de récidive des prisonniers, mais c'est l'homme lui même qui choisi son destin, et non l'inverse. Sinon à quoi sert la conscience qui nous distingue des animaux ?

Quoique la société est motivé de nos comportements, on doit strictement usée nos cerveaux et bien réfléchir avant de commettre aucun geste indésirable qui peut se transformer en un crime,délit ou contravention...





 Réponse N°2 31038

Reprendre goût à la liberté ..
  Par   Isaoui Achraf  (CSle 27-04-13 à 20:43

• Les prisonniers, une fois libérés, ils se sentent capable de travailler dans n’importe quel endroit, n’importe quel métier, mais malheureusement les préjugés leur devancent en laissant une impression négative chez le présupposé recruteur. D’où la récidive de certains prisonniers qui ne trouvent aucunement leur aise à l’extérieur de la prison.                                     
Nous allons traiter d’abord la part de la responsabilité de la société, puis nous intéresseront à celle du prisonnier lui-même qui se manifeste, parfois, dangereux et maladroit.


• La plupart des anciens prisonniers ne sont pas acceptés facilement dans la société, surtout, lorsqu’il s’agit de les recruter. À cet inconvénient s'ajoute un second plus risqué : Les prisonniers sont taxés à vie, malgré eux, de malhonnêteté et de mauvaise foi. Ainsi, personne ne peut faire confiance à un ancien détenu de peur qu'il soit traiter lui-même de la même manière.  Portant, des chantiers variés, à l’intérieur de la taule, gérés par excellence par des mains déjà mêlées dans un crime quelque part.


• Malgré tout, le prisonnier ne déploie pas suffisamment d’efforts afin d’effacer les préjugements et les clichés déjà collés dans son dos. À ce malheur, on peut ajouter que le prisonnier fait, à son tour, des idées négatives et soupçonneuses à la moindre réaction ou regard, selon lui, humiliant. Cependant, on ne manque guère des prisonniers qui ont pu surmonté la plupart des difficultés et réussissent leur vie, sans compter qu’ils ont même laissé une belle image d'eux et font en sorte d'effacer cette vision négative donnée au préalable à ces gens, peut-être, mal-compris ou même innocents. 


• En définitive, la récidive des prisonniers se figure, de plus en plus, croissante, c’est pour cela qu’il ne faut pas tirer le tapis sous les pieds de ces gens qui, eux aussi, ont le droit d’une deuxième chance pour confirmer leur bonne intention et  pour qu’ils puissent, à leur tour, contribuer au développent de leur pays et de leur famille.





 Réponse N°3 31068

La réinsertion
  Par   Daif Achraf  (CSle 29-04-13 à 20:04



Au Maroc, 40% des prisonniers deviennent récidivistes faute d'une réinsertion réussie. Cette situation ne va pas sans provoquer en nous l’interrogation suivante : la société a-t-elle sa part de responsabilité dans la récidive de certains prisonniers ?

D’aucuns estiment que la récidivité de certains prisonniers est due à la carence de leurs punitions. Ils pensent qu’un prisonnier doit bien être châtié avant de le réintégrer dans la société, afin d’assurer la sécurité. Bien que cette idée soit justifiable, me parait inacceptable. En revanche, je crois que la responsabilité de la réinsertion des détenus revient à la société.

En premier lieu, la réintégration des malfaiteurs dans la société consiste à reprendre les activités suivantes : logement, éducation et emploi. Tant qu’il y a une absence de l’une de ces reprises, la réinsertion demeure partielle. Pourtant, grâce à la fondation Mohammed VI, plus de 100 000 récidivistes se réjouirent de leurs libertés et vivent normalement.

En second lieu, la majorité des citoyens ne contribuent pas à la thérapie. En effet, les gens se méfient toujours à l’égard d’un ex-prisonnier, et ce comportement ne facilite pas la tâche. Par conséquent, la situation du captif ne fait qu’empirer, il devient plus hostile et malfaiteur. Tel est le cas de Saadia, une fille qui a choisi de publier son expérience sur Internet. Onze fois récidiviste a fini par acquérir une formation, et trouver un travail respectable. Grâce à sa volonté, elle a pu s’en sortir, mais que dirait-on à propos des autres, sont-ils capables d’affronter l’unique regard cruel de la société ?

En guise de conclusion, nous devons partager la responsabilité de la réinsertion des prisonniers, et les faire oublier leur passé troublant.





 Réponse N°4 31075

Correction!Plan" B"
  Par   Jaafari Ahmed  (Profle 30-04-13 à 21:55



La société et le prisonnier : 

Par alami abdessamade

Certaines personnes estiment que la société est responsable de tout ce qui y survient. Pendant que (d')autre acquitte la société de toutes ces accusations et considère cela comme des prétextes (pour faire quoi ?). Alors, la divergence entre ces idées nous mène vers une (chaude interrogation) question épineuse qui est la suivante: est-ce que la société a sa part de responsabilité dans la récidive de certains prisonniers ?

Il est tout à fait (remarquable : pourquoi ? qui le remarque ?) possible que (l'impitoyabilité) l’intransigeance (ou la dureté) de la société soit derrière la récidive des prisonniers. (En outre : mal placé) parce que, la société mépris(e) ces derniers et refuse qu'ils s’intègrent ou qu'ils se mêlent avec elle. Ce qui engendre au (profond) fond du des prisonniers un mélange ( des) de sentiments ( lesquels ? ou comment sont-ils ?), (y compris) parmi lesquels la revanche vis-à-vis de la société (et la nostalgie de rejoindre leurs familles : on parle de prisonnier libérés).

Ajoutant à cela, les clichés et les préjugés (qui (régnaient) dans) de la société, et qui augmente(ent) la haine entre ces deux protagonistes et pousse(ent) les gens (de la société) à éviter l'interaction avec les ex-prisonniers. Prenons l'exemple d'un prisonnier qui a le visage cicatrisé. est-ce que (tu) on n'évitera pas de le croiser? est-ce que (tu ) on ose l'affronter? bien sûr(e) que non!! parce que, par (faute) manque de conscience (tu as) on a construit des idées négatives avant de savoir ce qui se cache derrière ce visage.

D'autre part, tout le monde s'accorde sur cette évidence; que chaque individu d'entre nous peut commettre un crime volontairement ou involontairement et (accéder) par conséquent se retrouver en prison, parce qu’on ne sai(s)t pas ce que cache le sort. Alors la société n'est pas responsable en cas de récidive des prisonniers, mais c'est l'homme lui même qui choisi(t) son destin, et non l'inverse( c’est quoi cet inverse). Sinon à quoi sert la conscience qui nous distingue des animaux ?

Quoique la société (est) soit (motivé) responsable de nos comportements, on doit strictement (usée) utiliser nos cerveaux et bien réfléchir avant de commettre aucun geste indésirable qui peut se transformer en un crime, un délit ou une contravention.



Alami, il y a une confusion  dans  les idées, tu défens ou  tu attaques la société? ce nous, et tout le monde...c'est la société!
donc, il n'y a que deux antagonistes: la société ( nous, tout le monde, les recruteurs....) et les ex-prisonniers!

________________________________________

Réponse N°2 

Reprendre goût à la liberté ..

Par Isaoui Achraf

• Les prisonniers, une fois libérés, (ils) se sentent capable de travailler dans n’importe quel endroit, n’importe quel métier, mais malheureusement les préjugés (leur) les devancent en laissant une impression négative chez le présupposé recruteur. D’où la récidive de certains prisonniers qui ne trouvent aucunement leur aise à l’extérieur de la prison.

Nous allons traiter d’abord la part de la responsabilité de la société, puis nous nous intéresseron(t) s à celle du prisonnier lui-même qui se manifeste, parfois, en individu dangereux et maladroit.

• La plupart des anciens prisonniers ne sont pas acceptés facilement dans la société, surtout, lorsqu’il s’agit de les recruter. (À cet inconvénient s'ajoute un second plus risqué : évite cette expression que tu utilises toujours) parce qu’ils sont taxés à vie, malgré eux, de malhonnêteté et de mauvaise foi. Ainsi, personne ne peut faire confiance à un ancien détenu de peur qu'il (soit traiter lui-même de la même manière : quelle manière ?) ne récidive . Pourtant,( il y a ) des chantiers variés, à l’intérieur de la taule, gérés par excellence par des mains de criminels (déjà mêlées dans un crime quelque part) ( mais ce n’est pas la compétence qui est mise en doute, c’est l’honnêteté).

• Malgré tout, le prisonnier ne déploie pas suffisamment d’efforts afin d’effacer les (préjugements) préjugés et les clichés qui lui collent au dos (déjà collés dans son dos) . À ce malheur, on peut ajouter que le prisonnier (se) fait, à son tour, des idées négatives et soupçonneuses à la moindre réaction ou regard, selon lui, humiliant. Cependant,(on) il ne manque guère (des) de prisonniers qui ont pu surmonté(er) la plupart des difficultés et réussissent leur vie, (sans compter qu) et ils ont même laissé une belle image d'eux et font en sorte d'effacer cette vision négative donnée au préalable à ces gens, peut-être, mal-compris ou même innocents.

• En définitive, si on veut éviter la récidive des prisonniers (se figure) qui est , de plus en plus, croissante,( c’est pour cela qu)’il ne faut pas tirer le tapis sous les pieds de ces gens qui, eux aussi, ont( le) droit (d’) à une deuxième chance pour confirmer leurs bonnes intentions et pour qu’ils puissent, à leur tour, contribuer au développent de leur pays et de leur famille.

Isaoui, tu compliques un peu et tu essaies toujours de lier des idées et des phrases, qui doivent être prises séparément !

________________________________________

Réponse N°3

La réinsertion 

Par Daif Achraf

Au Maroc, 40% des prisonniers deviennent récidivistes faute d'une réinsertion réussie. Cette situation ne va pas sans provoquer en nous l’interrogation suivante : la société a-t-elle sa part de responsabilité dans la récidive de certains prisonniers ?

D’aucuns estiment que la récidivité de certains prisonniers est due à la (carence) légèreté de leurs punitions. Ils pensent qu’un prisonnier doit être( bien) bien châtié avant de le réintégrer dans la société, afin d’assurer la sécurité. Bien que cette idée soit justifiable,( elle) me parait inacceptable. En revanche, je crois que la responsabilité de la réinsertion des détenus revient à la société.

En premier lieu, la réintégration des (malfaiteurs) prisonniers libérés dans la société consiste à (reprendre les activités) leur faciliter les services suivant(e) s : logement, éducation et emploi. Tant qu’il y a une absence de l’un ( e) de ces (reprises) droits , la réinsertion demeure partielle. (Pourtant, grâce à) l’exemple de la fondation Mohammed VI, est édifiant . en effet, plus de 100 000 récidivistes se (réjouirent) jouissent de leurs libertés et vivent normalement.

En second lieu, la majorité des citoyens ne contribuent pas à la thérapie. En effet, les gens se méfient toujours à l’égard d’un ex-prisonnier, et ce comportement ne facilite pas la tâche. Par conséquent, la situation du (captif) libéré ne fait qu’empirer, il devient plus hostile et malfaiteur. Tel est le cas de Saadia, une fille qui a choisi de publier son expérience sur Internet. Onze fois récidiviste a fini par acquérir une formation, et trouver un travail respectable. Grâce à sa volonté, elle a pu s’en sortir, mais que dirait-on à propos des autres, sont-ils capables d’affronter l’unique regard cruel de la société ?

En guise de conclusion, nous devons partager la responsabilité de la réinsertion des prisonniers, et les faire oublier leur passé troublant.

Daïf, ton sujet est simple cohérent et complet!





 Réponse N°5 31077

M Jaafari
  Par   Daif Achraf  (CSle 30-04-13 à 22:55



Merci beaucoup, je suis vraiment soulagé et rassuré d'avoir entendu cela merci infiniment!!





 Réponse N°6 31080

Tant mieux!
  Par   Jaafari Ahmed  (Profle 30-04-13 à 23:23



mais, l'activité se poursuit, et j'espère que les éventuels candidats profiteront des efforts des trois pionniers que vous êtes !





 Réponse N°7 31083

Mes sincères remerciements ..
  Par   Isaoui Achraf  (CSle 30-04-13 à 23:49



Franchement Monsieur Jaafari Ahmed, j'ai du mal à trouver les mots pour vous remercier de votre aide.

lah yjazik bikhir ..





 Réponse N°8 31091

Aider le prisonnier a s'intégrer au sein de la communauté
  Par   Youmna youmi  (CSle 01-05-13 à 12:46



Il va sans dire que les prisonniers , une fois dehors,ils sont confrontés à une réalité amère celle qui les bannis de la vie sociale.Alors que la récidive semble pour certaines la meilleur solution pour trouver la paix qui manque à l’extérieur de la prison.

D’après cette situation, la question qui s'impose souvent est: La société a sa part de responsabilité dans la récidive de certaines prisonniers ?

Tout d'abord, il est indiscutable le fait que la société refuse impitoyablement la réintégration d'un ex-prisonnier,elle préjuge souvent les apparences et détermine la place social de l'individu d’après ces antécédents .Tel l'exemple du Friauche qui après sa libération fut rejeté par ces concitoyens pour un délit qu'il avait commis antérieurement, ainsi, son risque de récidive n'a pas cessé d'augmenter et d’être alimenté par le désir secret et perpétuel de vengeance . Cependant , on peut dire que cette maltraitance rend la reinsentration des ex-prisonniers difficile au sein de la communauté.

En outre, les ex-prisonniers sont des citoyens qui sont égarés à cause des problèmes sociologiques , alors que la société doit tout d'abord les aider à trouver une vie normale , saine en corrigent leur malaise et les faire oublier leur passé troublant.. De cette façon l'ex-prisonnier va changer son mode de vie et il va essayer de fusionner avec la société.

D'un autre coté, un prisonnier après sa libération doit poursuivre ses études pour apprendre un métier alors lorsqu'on construit une école on ferme souvent une prison.

Généralement, une mauvaise réinsertion engendre tout à fait un mal aise et de nouveau délit pour un prisonnier ,pour régler ce problème , il faut tout d'abord se pencher sur une bonne réinsertion.





 Réponse N°9 31092

merciii ^^
  Par   Youmna youmi  (CSle 01-05-13 à 13:02







 Réponse N°10 31095

Oui!
  Par   Jaafari Ahmed  (Profle 01-05-13 à 13:28



Il va sans dire que les prisonniers , une fois dehors,ils sont confrontés à une réalité amère celle qui les banni(s)t de la vie sociale. Alors que la récidive semble pour certain( e)s la meilleur (e) solution pour trouver la paix qui manque à l’extérieur de la prison.

D’après cette situation, la question qui s'impose souvent est: La société a (-t-elle )sa part de responsabilité dans la récidive de certaines prisonniers ?

Tout d'abord, il est indiscutable le fait que la société refuse impitoyablement la réintégration d'un ex-prisonnier,, elle (pré) le juge souvent sur les apparences et lui détermine( la) une place social(e) (l'individu) d’après (ces) ses  antécédents .Tel l'exemple( du) de Friauche , dans le Dernier Jour D’un Condamné, qui après sa libération fut rejeté par ces concitoyens pour un délit qu'il avait commis antérieurement, ainsi, son risque de récidive n'a pas cessé d'augmenter (et d’être), alimenté par le désir secret et perpétuel de vengeance . (Cependant) c’est pour cela qu’ on peut dire que cette maltraitance rend la (reinsentration) réinsertion des ex-prisonniers difficile au sein de la communauté.

En outre, les ex-prisonniers sont des citoyens qui (se) sont égarés à cause des problèmes (sociologiques) sociaux , (alors que) et c’est donc la société (qui) doit (tout d'abord) les aider à trouver une vie normale , saine en corrigent leur malaise et (les) en leur (faire ) faisant oublier leur passé troublant.. De cette façon l'ex-prisonnier va changer son mode de vie et il va essayer de fusionner avec la société.

D'un autre coté, un prisonnier après sa libération doit poursuivre ses études pour apprendre un métier( alors), ceci est d’autant vrai que lorsqu'on construit une école, on ferme souvent une prison.

Généralement, une mauvaise réinsertion engendre (tout à fait) forcément un (mal aise) malaise et de(s) nouveau(x) délit(s) (pour) commis par un ex-prisonnier. Pour régler ce problème , il faut (tout d'abord) se pencher sérieusement sur( les bonnes solutions) pour une bonne réinsertion.
Youmna, à part quelques maladresses que tu aurais pu éviter, ton texte se tient bien!





 Réponse N°11 31096

:)
  Par   Youmna youmi  (CSle 01-05-13 à 13:39



Mercii Monsieur Jaafari :) Je vois maintenant que j ai beaucoup de fautes d'orthographe





 Réponse N°12 31105

Ma production écrite, une correction s'il vous plaît
  Par   mehdi maaroufi  (CSle 01-05-13 à 19:08



Depuis le temps, la société joue un rôle décisif et capital puisqu'elle détient une grande responsabilité à satisfaire le besoin des autres, y compris les prisonniers. Ces derniers après leur libération sont confrontés à plusieurs difficultés et ennuis. Cependant, cette société a-t-elle une part de responsabilité dans la récidive de ces prisonniers? C'est ce qui va être analysé dans ce qui suit.

Les partisans de cette thèse avancent divers arguments pour justifier leur position. En effet, la société se montre peu intéressée par l'avenir de ses prisonniers libérés. Tout d'abord, après leur délivrance, elle leur procure rarement du travail ou une activité pour qu'ils se sentent insérer dans cette communauté, ou peut être un peu d'argent pour subvenir à leurs besoins naturelles, tel est le cas du Friauche dans le dernier jour d'un condamné du grand écrivain français Victor Hugo, qui en a reçu; mais, cet argent est t-il assez suffisant? Ensuite, la société a bon faire arrêter des malades mentaux, ils représentent automatiquement un danger public; cette fois elle est responsable de ses actes si jamais ils récidivent, elle doit donc se charger d'eux en leur offrant des soins psychiques pour qu'ils redeviennent des citoyens normaux, et ainsi éventuellement être incarnés. Toutefois, ils restent souvent marginalisés à cause leur casier judiciaire. Enfin, cette communauté a une part de responsabilité dans la récidive de ces prisonniers.

Cependant, ce n'est pas toujours le cas, les détracteurs citent d'autres raisons pour soutenir leur rejet de la thèse initial. Selon eux, un grand nombre de ces prisonniers n'ont pas cette motivation à chercher un emploi, à terminer leurs études et ainsi poursuivre leur vie, car ils sont détruits moralement et parfois physiquement par leurs années en prison, ils perdent donc leur confiance en soi et leur espoir de vivre, résultat: ils commentent des crimes, des délits et des meurtres puis, semblent accepter cette situation. Ensuite, à force de vivre dans ces cellules avec des criminels de tous genres, ces prisonniers changent de personnalité et deviennent violents et brutales: ils perdent un peu de leur état d'âme, et directement après leur délivrance, ils projettent cette colère sur la société, ajoutant ainsi leur vengeance d'avoir été arrêté. Finalement ils ont aussi une part de responsabilité de leurs actes car la plupart ne cherchent pas à être honnête et ainsi être inséré dans cette communauté.

Personnellement, je pense que la société doit faire de son mieux pour accepter l'insertion de ces prisonniers, en leur offrant le minimum vitale, car finalement ils sont des êtres humains comme les autres.

En guise de conclusion, on peut dire que d'un côté la société a un rôle dans la récidive des prisonniers, mais d'un autre côté une grande partie de ces derniers n'ont pas cette volonté de se réinsérer.





 Réponse N°13 31106

Ma production écrite
  Par   mehdi maaroufi  (CSle 01-05-13 à 19:21



Quelqu'un peut corriger ma production écrite celle d'en haut s'il vous plaît?
Merci






 Réponse N°14 31111

M Mehdi
  Par   Samira Yassine  (CSle 01-05-13 à 22:30



Le dernier délai prévu pour l'envoi des production est le 5 Mai, les résultats seront annoncés le jour même

 Cela ne veut pas dire que vous verrez votre production corrigée, vous aurez juste la note.

Si M Jaafari a eu la gentillesse de corriger les premières productions cela ne veut pas dire qu'on corrigera toutes les productions , on essaie juste de vous guider.

Merci pour votre compréhension.





 Réponse N°15 31112

J'y suis même si je suis exténué!
  Par   Jaafari Ahmed  (Profle 01-05-13 à 22:43



Depuis( le temps) toujours , la société joue un rôle (décisif : choisir entre les deux)  capital puisqu'elle (détient) a une grande responsabilité (à satisfaire) dans la satisfaction des besoins (des autres) de ses membres , y compris les prisonniers. Ces derniers après leur libération, sont confrontés à plusieurs difficultés et ennuis. Cependant, cette société a-t-elle une part de responsabilité dans la récidive de ces prisonniers? C'est ce qui va être analysé dans ce qui suit.

Les partisans de cette thèse avancent divers arguments pour justifier leur position. En effet, la société se montre peu intéressée par l'avenir de ses prisonniers libérés. Tout d'abord, après leur délivrance, elle leur procure rarement du travail ou une activité pour qu'ils se sentent insér(er) és dans cette communauté, ou peut être un peu d'argent pour subvenir à leurs besoins (naturelles), (tel est le cas de) Friauche dans Le Dernier Jour d'un Condamné du grand écrivain français Victor Hugo, qui en a reçu; mais, cet argent est -il (assez) suffisant? Ensuite, la société a (bon) raison de faire arrêter des malades mentaux,( ils) qui représentent (automatiquement) un danger public; Mais cette fois, elle est responsable de ses actes si jamais ils récidivent, elle doit donc se charger d'eux en leur offrant des soins psychiques pour qu'ils redeviennent des citoyens normaux, et ainsi éventuellement être (incarnés) insérés . Toutefois, ils restent souvent marginalisés à cause ( de) leur casier judiciaire. Et enfin de compte, cette communauté a une part de responsabilité dans (la) leur récidive (de ces prisonniers).

Cependant, ce n'est pas toujours le cas, les détracteurs citent d'autres raisons pour soutenir leur rejet de la thèse initial (e) . Selon eux, un grand nombre de ces prisonniers n'ont pas cette motivation à chercher un emploi, à terminer leurs études et ainsi poursuivre leur vie, car ils sont détruit(s )moralement et parfois physiquement par leurs années en prison, ils perdent donc( leur) confiance en (soi) eux-mêmes et leur espoir de vivre, résultat: ils (commentent) commettent des crimes,( des délits et des meurtres) puis, semblent accepter cette situation. Ensuite, à force de vivre dans ces cellules avec des criminels de tous genres, ces prisonniers changent de personnalité et deviennent violents et brut(ales)aux : ils perdent un peu de leur état) bonté d'âme, et directement après leur délivrance, ils projettent cette colère sur la société,( ajoutant ainsi leur ) pour (vengeance) se venger d'avoir été arrêtés. Finalement ils ont aussi une part de responsabilité de leurs actes car la plupart ne cherchent pas à être honnête(s) et ainsi être inséré(s) dans cette communauté.

Personnellement, je pense que la société doit faire de son mieux pour accepter l'insertion de ces prisonniers, en leur offrant le minimum vital(e), car finalement ils sont des êtres humains comme les autres.

En guise de conclusion, on peut dire que d'un côté la société a un rôle dans la récidive des prisonniers, mais d'un autre côté une grande partie de ces derniers n'ont pas cette volonté de se réinsérer. 
El Mehdi, c'est bien équilibré, si ce n'est ces petites maladresses que tu peux éviter!





 Réponse N°16 31113

Merci, cher ami!
  Par   Samira Yassine  (CSle 01-05-13 à 22:48



C'est très gentil de votre part, même s'il ne fallait pas vous faire travailler de la sorte en cette journée du travail.

Sincères remerciements , M Jaafari !





 Réponse N°17 31114

Réponse
  Par   mehdi maaroufi  (CSle 01-05-13 à 23:02



Merci beaucoup professeur Jaafari, j'essaierai de travailler les productions écrites au maximum.





 Réponse N°18 31123

Thx
  Par   alami abdessamade  (CSle 02-05-13 à 12:51



Merci infiniment, M.Jaafari,vraiement comme isaoui a dit, les mots ne peuvent guerre traduire mes chaleureux remercies!!





 Réponse N°19 31130

la réinsertin sociale
  Par   Chihab Ibrahim  (CSle 02-05-13 à 20:03



En générale, un ex-prisonnier c’est un personne qui a commis un crime, en conséquent il doit être puni pour qu’il s’adapte aux règles, en même temps pour donner la leçon à son entourage. Donc quel est le rôle de la société vers les ex-prisonniers ? A-t-elle une responsabilité dans la récidive de certains d’eux ?

Personnellement, je crois que la récidive des prisonniers est due à la cruauté de la société, en d’autres termes lorsque les ex-prisonniers finissent leur punition, la plupart d’eux cherchent à vivre en paix, en tranquillité, mais en s’approchant de leur entourage, ils découvrent que les regards ont devenus plus furtifs, douteux, et parfois furieux, cruels. Donc au lieu de trouver de l’indulgence, de solidarité, d’aide dans sa famille en particulier, et dans la société en générale, ils ne trouvent que des personnes qui les écartent, les éliminent ; Par exemple en cherchant du travail, personne ne veut les emboucher, en parlant du mariage, aucun ne peut les aider, en pensant à leurs droits, nul ne veut les écouter, en conséquent comment peut-on revivre l’espoir chez les ex-prisonniers ?

A mon avis, la société est sans doute responsable de l’état de cette catégorie , et quand je dis « société » cela signifie : le ministère du travail, ministère de la famille et de solidarité, les associations des droits de l’homme, la société civile…donc en créant des centre de formation et d’intégration, en motivant les associations de redressement et de la correction de conduite, en diffusant des programmes de sensibilisation consacrés à l’état de ces ex-prisonniers, on peut changer les regards qu’elles deviennent plus positives , plus optimistes.

Enfin, la réinsertion sociale des ex-prisonniers est une priorité,ainsi donc on peut facilement surmonter ce défi, si on arrive à l’assemblé car l’unité fait la force.mais,avons-nous les conditions nécessaires pour vaincre les obstacles??





 Réponse N°20 31133

la récidive: qui est le responsable?
  Par   hajji nouhaila  (CSle 02-05-13 à 21:19



La récidive est un sujet épineux qui à fait couler beaucoup d'encre.

Certains, pensent que la société à sa part dans cette responsabilité, d'autre par contre voient que les prisonniers sont seul responsable de leurs récidive.

Alors, peut-on dire que la société joue rôle dans ce sujet, ou seul le prisonnier endure le poids de cette responsabilité? . La question mérite l'analyse.

Pour commencer il faut souligner sur le fait que, la société ferme tous les portes dont les ex- prisonniers peuvent profiter pour se réinsérer. Si l'on prend le cas du friauche dans l’œuvre "Le dernier jour d'un condamné", cet homme voulait s'intégrer dans la société en cherchant du bouleau, mais les citoyens l'on considérait comme un monstre dont les enfants se sauvait, ainsi que personne n’a voulu l’embaucher, ce dernier n’a pas de quoi vivre, alors il vol un pain pour se nourrir, il s'empoigne et revient à la prison. En effet, quand le prisonnier sort de l'espace carcérale trouve devant lui un monde mystérieux, où il est marginalisé. De surcroit, on le prive des droits les plus fondamentaux des citoyens, car l'ex-prisonnier reste toujours un coupable pour la société. Tout cela, le force à être hors loi pour revenir à la prison considérer comme un domicile.

Toutefois, ces prisonniers peuvent avoir une tendance à l'agression, à cause de l'hérédité de la criminalité. A ce propos, des chercheurs s'y sont mêlé et ont trouvé, que le fait de pencher vers une vie normale ou pour le crime serait insérer dès la naissance dans les gènes. On ne peut pas changer une telle réalité, car, la personne qui est née avec les gènes du crime est destinée à passer sa vie dans la prison. En particulier, ces hommes trouvent le désir dans la criminalité, ce qui devient pour eux comme la drogue, qui doivent prendre à chaque instant pour mener une vie normale. Ce fait là, laisse ces personnes tourner dans un cercle lié entre la prison et le monde extérieure.

En somme, la société ferme tous ses portes devant les ex- prisonniers qui peuvent représenter pour eux une opportunité pour se réinsérer, en revanche la récidive reste chez certains prisonnier une destination génétique.

A mon avis, la société n'est pas faite pour adopter ces personne la ,car elle essaie toujours de les punir pour leurs geste, ce qui les rend pire, et plus dangereux qu'avant.





 Réponse N°21 31140

la récidive
  Par   rida khaled  (CSle 03-05-13 à 01:11



Après la période de punition , les prisonniers trouvent du mal à mettre le premier pas dans la société ; de ce fait ils deviennent récidivistes , la question qui se pose est la suivante : Est ce que la société a un part de responsabilité dans la récidive de certains prisonniers ??

Certes , les prisonniers libérés se montrent dans une indifférence totale , ils ne voulaient guère se socialiser ou se mêler aux autres , ils se voient parfois orgueilleux : on a tous entendu dire '' seuls les vrais hommes supportent les conditions cruelles de la prison '' . Cela lutte contre une réinsertion réussie et divise la société en deux parties : les gens de la société d'une part , et les ex-prisonniers d'une autre part .

Néanmoins , la société quant à elle refuse les ex-prisonniers et essaie le maximum possible de les éviter . Ajoutons à cela que les prisonniers libérés n'arrivent pas à trouver un travail adéquat . Faute duquel , les ex-prisonniers ne peuvent pas subvenir à leurs propres besoins : En fait , le crime représente la seule voie , ce qui rend la personne à la prison , cette dernière ouvre ses bras encore une fois dans une tendresse sans limite . Sans oublier que les conditions de la prison influencent négativement la personnalité du prisonnier . Enfin , le sentiment de l'injustice ne cesse de déchirer le corps de prisonnier et propager le sentiment de la revanche en lui , De ce fait le prisonnier après la libération , porte un sentiment de haine envers les membres de la communauté .

Pour conclure , je pense que la société joue un rôle fondamental dans la récidive de certains prisonniers , donc on est invité à fournir plus d'efforts pour mettre fin a ce fléau sociale .





 Réponse N°22 31146

Prières aux chers élèves!
  Par   Jaafari Ahmed  (Profle 03-05-13 à 12:43



de me pardonner! je ne puis assurer la correction des autres productions, mes yeux sont dans un piteux état, à force de regarder l'écran !

je dois prendre du repos, mais je jetterai de temps en temps un coup d’œil!

Mes sincères félicitations et encouragements à tous les élèves!





 Réponse N°23 31147

Reposez-vous, M Jaafari.
  Par   Samira Yassine  (CSle 03-05-13 à 13:11



Vous vous êtes trop dépensé.

Repos bien mérité, cher ami.

Sincères remerciements.





 Réponse N°24 31153

Mes sincères remerciements
  Par   Samira Yassine  (CSle 04-05-13 à 01:17



à vous ma chère Nouhaila Estouli. Vous êtes nouvelle et vous vous proposez déjà pour la correction ! c'est très aimable à vous.

Soyez la bienvenue chez vous , chère Nouhaila ! Merci pour la correction !





 Réponse N°25 31156

veillez me donner des remarques sur mon sujet
  Par   Chihab Ibrahim  (CSle 04-05-13 à 13:16



s'il vous plait, j'arrive pas à repérer mes fautes





 Réponse N°26 31157

Correction
  Par   Nouhaila Etsouli  (CSle 04-05-13 à 13:17



Tout d'abord, je vous en prie Mme Samira. C'est un plaisir !

Je vais commencer par la correction de la production de "Chihab Ibrahim"

Attente...





 Réponse N°27 31159

Ok!
  Par   Jaafari Ahmed  (Profle 04-05-13 à 14:22



Je félicité d'abord tous les élèves!

" Veuillez" et non veillez!

En général(e), un ex-prisonnier ( c’) est un (e) personne qui a commis un crime, (en) par conséquent il doit être puni pour qu’il s’adapte aux règles, en même temps pour donner la leçon( à son entourage) à ceux qui voudrait faire comme lui . Donc quel est le rôle de la société vers les ex-prisonniers ? A-t-elle une responsabilité dans la récidive de certains d’eux ?

Personnellement, je crois que la récidive des prisonniers est due à la cruauté de la société, en d’autres termes lorsque les ex-prisonniers finissent leur punition, la plupart d’eux cherchent à vivre en paix, en tranquillité, mais en s’approchant de leur entourage, ils découvrent que les regards (ont) sont devenus plus furtifs, douteux, et parfois furieux, cruels. Donc au lieu de trouver de l’indulgence, de( la) solidarité, de (l’) aide dans sa famille en particulier, et dans la société en générale, ils ne trouvent que des personnes qui les écartent, les éliminent ; Par exemple en cherchant du travail, personne ne veut les (emboucher) embaucher, (en parlant) et quand ils parlent du mariage, (aucun) personne ne peut les aider, (en pensant à leurs droits,) nul ne veut les écouter, en conséquen(t) ce comment peut-on (faire) revivre l’espoir chez les ex-prisonniers ?

A mon avis, la société est sans doute responsable de l’état de cette catégorie , et quand je dis « société » cela signifie : le ministère du travail, ministère de la famille et de solidarité, les associations des droits de l’homme, la société civile…donc en créant des centre(ce) de formation et d’intégration, en motivant les associations de redressement et de la correction de conduite, en diffusant des programmes de sensibilisation consacrés à l’état de ces ex-prisonniers, on peut changer les regards( pour) qu’(elles) ils deviennent plus positives , plus optimistes.

Enfin, la réinsertion sociale des ex-prisonniers est une priorité,(ainsi) donc on peut facilement surmonter ce défi, si on arrive à (l’assemblé) à s’entraider car (l’unité) l’union fait la force. mais, avons-nous les conditions nécessaires pour vaincre les obstacles??





 Réponse N°28 31161

Déception ..
  Par   Isaoui Achraf  (CSle 04-05-13 à 15:07



Merci pour la correction ... je ne suis pas satisfait de ce que j'ai produit vu la modeste note acquise.





 Réponse N°29 31162

svp, puis-je avoir des appréciation?
  Par   hajji nouhaila  (CSle 04-05-13 à 15:09



Je veux améliorer mon nivaux pour que j'aie (17,18) dans mes production, mais je n'arrive pas à saisir le problème.





 Réponse N°30 31169

Merci M.Jaafari
  Par   Chihab Ibrahim  (CSle 04-05-13 à 18:05



Merci infiniment M.Jaafari . j'ai essayé de faire mon mieux,mais j'arrive pas à comprendre cette 12.5.

en tous cas il me faut un effort supplémentaire





 Réponse N°31 31171

c'est dèja bien
  Par   rida khaled  (CSle 04-05-13 à 18:51



Pour moi 12.5 c'est bien cela me prouve qu'il me faut fournir plus d'efforts pour améliorer mon niveau

Merci beaucoup Mme Samira





 Réponse N°32 31172

Réponse
  Par   mehdi maaroufi  (CSle 04-05-13 à 19:05



Je remercie ceux qui m'ont corrigé, je compte faire un effort supplémentaire.

Merci pour le 17.5 !

PS/ On est censé gagner des points ?





 Réponse N°33 31173

fin d'épreuve
  Par   marocagreg  (Adminle 04-05-13 à 19:44



Je tiens à remercier l'excellent travail fait par M. Jaafari .

merci aussi à Mme Samira et Mme Nouhaila pour leur correction.

voici les 3 premiers cette semaine :

1- Maaroufi 60

2- Daif 40

3- Youmna 30

les autres élèves sont récompensés aussi par 20 points chacun.





 Réponse N°34 31174

Noter bien
  Par   Nouhaila Etsouli  (CSle 04-05-13 à 20:03



Je tiens à éclaircir aux élèves les notes que j'ai posées vu qu'ils se posent plein de questions.





 Réponse N°35 31175

Correction de la production de "Chihab Ibrahim"
  Par   Nouhaila Etsouli  (CSle 04-05-13 à 20:19



En général( pas de 'e' ), un ex-prisonnier c’est un(e) personne qui a commis un crime, en conséquent il doit être puni pour qu’il s’adapte aux règles, en même temps pour donner la leçon à son entourage. Donc quel est le rôle de la société vers les ex-prisonniers ? A-t-elle une responsabilité dans la récidive de certains d’eux ?

Personnellement, je crois que la récidive des prisonniers est due à la cruauté de la société, en d’autres termes lorsque les ex-prisonniers finissent leur punition, la plupart d’eux cherchent à vivre en paix, en tranquillité, mais en s’approchant de leur entourage, ils découvrent que les regards (s)ont devenus plus furtifs, douteux, et parfois furieux, cruels. Donc au lieu de trouver de l’indulgence, de solidarité, d’aide dans sa famille en particulier, et dans la société en général( pas de 'e' ), ils ne trouvent que des personnes qui les écartent, les éliminent ; (p)ar exemple en cherchant du travail, personne ne veut les emboucher, en parlant du mariage, aucun ne peut les aider, en pensant à leurs droits, nul ne veut les écouter, en conséquent comment peut-on revivre l’espoir chez les ex-prisonniers ?

(À) mon avis, la société est sans doute responsable de l’état de cette catégorie , et quand je dis « société » cela signifie : le ministère du travail, ministère de la famille et de solidarité, les associations des droits de l’homme, la société civile…donc en créant des centre(s) de formation et d’intégration, en motivant les associations de redressement et de la correction de conduite, en diffusant des programmes de sensibilisation consacrés à l’état de ces ex-prisonniers, on peut changer les regards qu’elles deviennent plus positives , plus optimistes.

Enfin, la réinsertion sociale des ex-prisonniers est une priorité, ainsi donc on peut facilement surmonter ce défi, si on arrive à l’assemblé(e) car l’unité fait la force. (M)ais, avons-nous les conditions nécessaires pour vaincre les obstacles?

Le problème avec vous cher Chihab n'est pas les lacunes d'orthographes, cela peut se travailler.

La raison de ce 12.5 que je vous ai mis est le respect de la consigne (Introduction suivie d'une thèse, d'une antithèse, d'un avis personnel puis, finir par une conclusion). Vous vous êtes mis à attaquer votre opinion avant même de mettre une thèse et une antithèse général, croyez moi c'est très important:

Suivez ceci:

Introduction simple et brève.

En effet/En général...Puis..Tel est l'exemple de...Ainsi...Enfin

Cependant/Mais...D'une part...D'autre part..Finalement

A mon avis/je pense/Moi, je trouve que..

En guise de conclusion...





 Réponse N°36 31181

Merci Prof. Nouhaila Estouli
  Par   Chihab Ibrahim  (CSle 04-05-13 à 23:24



Mes respects les plus sincères Professeur Nouhaila Estouli.J'ai l'habitude de tracer le plan de chaque sujet avant de produire.Voilà mon plan : dans l'introduction j'ai essayé de présenter le sujet en identifiant l'ex-prisonnier,et puis j'ai posé la problématique sous forme de deux questions principales.

Dans le développement j'ai consacré le premier paragraphe pour l'état des ex-prisonniers dans la société et la responsabilité de celle ci vers cette catégorie.

Ensuite j'ai mentionné le rôle que doit jouer la société pour améliorer leur situation

Enfin j'ai donné une simple synthèse,et pour conclure j'ai choisi une question d'ouverture.

Merci une deuxième fois je vais prendre tes remarques en considération





 Réponse N°37 31183

Je vous en prie
  Par   Nouhaila Etsouli  (CSle 04-05-13 à 23:42



N'oubliez surtout pas une chose.

Généralisez avant de mettre en valeur votre opinion. Ne commencez pas par donner votre point de vue personnel. D'abord une thèse puis, une antithèse qui s'ouvre sur des idées collectives.

N.B: J'ai bien lu votre sujet M. Chihab, vous avez des arguments pertinents, certes, mais les expressions ont besoin de plus de travail et ainsi que votre orthographe. Je suis peut-être sévère mais je suis en train de vous conduire vers un 20 en production, et pourquoi pas !?

Toutes mes salutations.





 Réponse N°38 31184

Correction de la production de "Hajji Nouhaila"
  Par   Nouhaila Etsouli  (CSle 04-05-13 à 23:54



La récidive est un sujet épineux qui (a) fait couler beaucoup d'encre.

Certains, pensent que la société à sa part dans cette responsabilité, d'autre(s) par contre voient que les prisonniers sont seul(s) responsable de leurs récidive(s).

Alors, peut-on dire que la société joue rôle dans ce sujet, o(ù) seul le prisonnier endure le poids de cette responsabilité? La question mérite l'analyse.

Pour commencer il faut souligner sur le fait que, la société ferme tous les portes dont les ex- prisonniers peuvent profiter pour se réinsérer. Si l'on prend le cas du friauche dans l’œuvre "Le dernier jour d'un condamné", cet homme voulait s'intégrer dans la société en cherchant du (boulot), mais les citoyens l'on considérait comme un monstre dont les enfants se sauvai(ent), ainsi que personne n’a voulu l’embaucher, ce dernier n’a pas de quoi vivre, alors il vol(e) un pain pour se nourrir, il s'empoigne et revient à la prison. En effet, quand le prisonnier sort de l'espace carcérale trouve devant lui un monde mystérieux, où il est marginalisé. De surcroît, on le prive des droits les plus fondamentaux des citoyens, car l'ex-prisonnier reste toujours un coupable pour la société. Tout cela, le force à être hors loi pour revenir à la prison considérer comme un domicile.

Toutefois, ces prisonniers peuvent avoir une tendance à l'agression, à cause de l'hérédité de la criminalité. A ce propos, des chercheurs s'y sont mêlé(s) et ont trouvé, que le fait de pencher vers une vie normale ou pour le crime serait insérer dès la naissance dans les gènes. On ne peut pas changer une telle réalité, car, la personne qui est née avec les gènes du crime est destinée à passer sa vie dans la prison. En particulier, ces hommes trouvent le désir dans la criminalité, ce qui devient pour eux comme la drogue, qui doivent prendre à chaque instant pour mener une vie normale. Ce fait(-)là, laisse ces personnes tourner dans un cercle lié entre la prison et le monde extérieur(e).

En somme, la société ferme tou(tes) ses portes devant les ex- prisonniers qui peuvent représenter pour eux une opportunité pour se réinsérer, en revanche la récidive reste chez certains prisonnier(s) une destination génétique.

A mon avis, la société n'est pas faite pour adopter ces personne la ,car elle essaie toujours de les punir pour leurs geste(s), ce qui les rend pire(s), et plus dangereux qu'avant.

Je t'ai mis un 16 car je trouve que tu as respecté la consigne (Introduction développement(thèse antithèse synthèse) Avis personnel). Les expressions sont bien recherchées, ainsi que les idées.

Certes, je pense que tu devrais mettre une question rhétorique à la fin de ta production comme la fait Chihab, mais aussi éviter les fautes d'orthographe.

Bonne continuation !





 Réponse N°39 31210

le role que joue la société dans la récidive des prisonniers
  Par   belkasmi imane  (CSle 05-05-13 à 16:57



La prison est un établissement carcéral visant à garantir l'équilibre de la société en punissant les malfaiteurs et les criminels.Mais cette punition ne constitue en fin de compte qu'un moyen pour éduquer les prisonniers et les préparer à une réintégration dans la société.Pourtant on trouve que certains d'entre eux retournent au crime de différentes manières.Donc pourrait on dire que la société à sa part de responsabilité dans la récidive de certains prisonniers?

Certes,les prisonniers ont besoin de la société après un bon moment passé en prison,afin de les aider à réalisé le but pour lequel ils ont été emprisonné.d'une part ils constituent des sources humaines qui pourraient avoir des performances et capacités contribuant à lu développement de leurs société.Donc pourquoi essayer de les éliminer et ne pas leur donner une seconde chance pour prouver qu'ils avaient changé?

Nombreux sont les prisonniers qui sortent de la prison aillant une bonne volonté de devenir de gens honnetes mais qui se trouvent négligés et esquivés par la société, ce qui cause un enfermement et certains troubles psychiques dues au manque de communication .Par conséquent,ils prennent de la drogue ,retournent au crime pour se venger de la société qui les a abandonnés.

pour conclure,on peut dire que la société peut contribuer à la récidive des prisonniers mais aussi à leurs changement si elle leurs donne une seconde chance pour prouver leur volonté de devenir des gens honnetes .





 Réponse N°40 31213

je m'excuse pour le retard .
  Par   belkasmi imane  (CSle 05-05-13 à 17:20



La prison est un établissement carcéral visant à garantir l'équilibre de la société,en punissant les malfaiteurs et les criminels.Mais cette punition ne constitue en fin de compte qu'un moyen pour éduquer les prisonniers et les préparer pour une réintégration dans la société.Pourtant, on trouve que certains d'entre eux retournent au crime de différentes manières.Donc,pourrait on dire que la société à sa part de responsabilité dans la récidive de certains prisonniers?

Certes,les ex-prisonniers ont besoin de la société,pour les aider à réaliser le but pour lequel ils ont été emprisonné.Ces derniers constituent des sources humaines qui pourraient avoir des capacités et performances contribuant au développement de leur société.Donc pourquoi essayer de les éliminer alors qu'on pourrait faire d'eux des gens honnetes?

Nombreux sont les prisonniers qui sortent du pénitencier aillant une bonne volonté pour réparer leurs fautes mais qui se trouvent esquivés et négligés par la société,ce qui cause un enfermement et certains troubles psychiques due au manque de communication.Par conséquent,ils prennent de la drogue,retournent au crime,etc. pour se venger de la société qui les a abandonnés.

pour conclure,on peut dire que la société peut contribuer à la récidive de certains prisonniers ainsi qu'à leur réintégration,en les donnant une seconde chance qu'ils méritent pour prouver leur bonne volontés de vouloir se changer.





 Réponse N°41 31223

à corriger svp
  Par   ahmed haddaoui  (Profle 05-05-13 à 23:04



élève . Rania

la récidive, qui le responsable?

Selon Albert JACQUARD : « la fonction première d’une société est d’éduquer c'est-à-dire de faire prendre conscience à chacun qu’il peut se choisir un destin et s’efforcer de le réaliser ». Comme quoi chaque individu s’abreuve du system éducationnel de son milieu pour se forger. Ce qui nous met devant la problématique de la relation individu- société dans divers domaines dont celui de la criminalité, puisque ne peut parler de crime, de transgression de la loi à la pénombre de la société. Nous tendons à nous demander alors : peut-on tenir une société responsable des actes malsains de certains criminels ?

Il est évident que l’Homme, être pensif de nature est le garant de ses actes : jouissant de la possibilité de réfléchir et d’anticiper les conséquences possibles de ses faits. Il a toujours été en mesure de peser la gravité de sa situation et peu être donc tenu responsable de ce qu’il commet.

Et puis, dans la plus part des cas, les infractions perpètes ne sont que les résultats des rancunes, de ressentiments, d’offense, de préjudice, et de pépins sentimentaux qui donnent naissance à l’hostilité et au désir de vengeance, et par la suite le délit. Nous pouvons ainsi dire que la plupart des criminels sont en eux même la source de leur désarroi.

Toutefois, nous ne pouvons pas négliger le rôle de la société dans la récidive de certains prisonniers. En effet, « la société existe pour le bénéfice des hommes et non les hommes pour le service de la société », ou tel l’a dit Herbert Spencer, soit le rôle majeur de la société, la visé de son existence est au service des hommes, leur incorporer les piliers de la vie, ce qui fait que c’est l’influence de la communauté qui se reflète sur les gestes er les actions des citoyens. en plus l’incohérence des niveaux sociaux, l’injustice qui y règne et la division dont est parqué le système social fait que les élites accumulent encore plus et volent sur les ailes du bonheur d’avantage tout en poussant la frange défavorisée à noyer davantage dans son désarroi et son malheur sans jamais être prise en considération ou estimée, les métamorphosant ainsi en insurgés muets prêts à braver la loi pour se faire entendre, s’imposer et éteindre le feu de l’injustice sociales attisé par le déficit et l’incapacité de changer la société.

Et puis, il faut prendre en considération que la plupart du temps, ces prisonniers n’avaient aucun autre recours : faute de moyens, c’est dans le crime qu’ils se réfugient pour assurer la continuité de leur vie et se trouver de quoi se mettre sous la dent.

Personnellement, je pense que, comme les grandes personnes représentent l’évolution et la cadence du progrès, les prisonniers sont le miroir de la face cachée de chaque société, et donc ils ne sont que le résultat de ce que le milieu les a poussé à être.

On se demande alors : Comme «elle les plonge dans le malheur absolu, la société pourrait-elle jamais les sauver ?





InfoIdentification nécessaire
Identification bloquée par
adblock plus
   Identifiant :
   Passe :
   Inscription
Connexion avec Facebook
                   Mot de passe oublié


confidentialite Google +