Parler de soi, une source de plaisir insoupçonnée

 Par Alami Hanane  (élève)  [msg envoyés : 63le 19-05-12 à 19:17  Lu :1407 fois
     
  
 accueil


Raconter sa vie serait une source de plaisir au même titre que le sexe et la nourriture, selon une étude menée par un neuroscientifique de l'université d'Harvard.
Vous vous demandez pourquoi certains de vos amis sont trop bavards? Le Pr Jason Mitchell de l'université d'Harvard a peut-être trouvé la réponse à cette question. Selon ce neuroscientifique américain, le fait de parler de soi aurait les mêmes effets que le sexe, la nourriture ou les drogues sur le cerveau en activant le circuit de la récompense. Les résultats de ces travaux ont été publiés la semaine dernière dans la revue de l'Académie des sciences américaines (PNAS).
Au départ, les auteurs de l'étude ont constaté que nous passions 30 à 40% de notre temps de parole à informer les autres de nos expériences personnelles et à raconter une histoire dont nous étions le personnage central. Le Pr Mitchell et son ancienne étudiante en psychologie, Diana Tamir se sont alors demandés pourquoi nous aimions tant parler de nous.
Parler de soi à tout prixPour comprendre ce qui se passait dans notre cerveau, plusieurs expériences ont été menées sur des participants qui devaient notamment répondre à ces trois questions.
1) Á quel point aimez-vous les sports d'hiver comme le ski?
2) Á quel point le président Barack Obama aime les sports d'hiver?
3) Vrai ou faux? Léonard de Vinci a peint la Joconde.
Le constat fut sans appel: quelle que fut la question posée, les participants finissaient toujours par répondre en fonction de leur expérience personnelle.
Un autre test a confirmé cette tendance. Les chercheurs proposaient de rémunérer les participants qui parviendraient à parler d'un sujet éloigné de leur vécu. Résultats, certains ont préféré perdre de l'argent, juste pour le plaisir de parler d'eux, même quand le sujet de conversation ne s'y prêtait pas. «Tout comme des étudiants auraient été prêts à laisser de côté l'argent pour admirer de jolies filles, nos participants étaient prêts à renoncer à l'argent pour parler d'eux», commente le Pr Mitchell dans son étude.
Au centre du plaisir, la dopamineD'après les chercheurs, cette irrésistible envie de parler de soi aurait une origine neurobiologique: le système de récompense. En scrutant le cerveau des participants qui parlaient d'eux-mêmes, les chercheurs ont observé une hausse de l'activité du système mésolimbique, une zone connue pour s'activer pendant les rapports sexuels. Ainsi, quand une personne parle d'elle, cette partie du cerveau libère de la dopamine, une substance chimique liée aux sensations de plaisir et d'anticipation d'une récompense.
Le succès de Facebook, de twitter et des blogs n'est donc peut être pas un hasard. Connectés sur les réseaux sociaux, les internautes passent environ 80% de leur temps à parler d'eux. Est-ce un mal? Pour les auteurs de l'étude, cette propension à parler de soi renforce les liens sociaux et permet aux gens de mieux se connaître.
Le Figaro.fr Santé, Caroline Piquet, le15/05/2012

  



Vous aimez cet article ?
Partagez-le sur
  Un mot.
  La télépathie
  Tous les messages de Alami Hanane


 Réponse N°1 21627

EVIDEMMENT!
  Par   Alami Hanane  (élèvele 20-05-12 à 15:23



Soi est toujous là d'une manière ou d'une autre. Mais il y a "soi" et "soi": il y a ceux qui aiment toujours ramener les discussions à soi et d'autres qui s'impliquent sans pour autant que leur soi soit au centre de l'échange.





 Réponse N°2 21656

Merci, Hanane
  Par   Dounia Azouz  (Autrele 20-05-12 à 18:55



Parler de soi peut libérer et apporter même du plaisir.

Voyons voir si cela ne va pas attirer quelques ennuis! parce que les ennuis, cela me connait! Je suis comme Calamity Jane!

Je vais parler de mon expérience sur Marocagreg.

Mon but, comme chacun, est de partager, d'échanger des expériences de la classe mais surtout d'écrire.

Pourquoi l'écriture?

Ecolière, mon rapport à l'écriture était un rapport d'appréhension de la page blanche.

Enseignante, mon souci est de transformer cette peur en plaisir chez mes élèves en me réconciliant moi-même avec l'écriture.

Ecrire au début m'a permis d'exorciser une expérience douloureuse. Je ne dirai pas laquelle car on croira que je cherche à susciter de la compassion! Grâce à Dieu, je survis.

Cette expérience m'a permis d'appréhender la vie autrement, de lui donner un autre sens, de ne pas trop la compliquer en profitant de l'instant... De rire de moi, des autres , de notre comédie.

Dans mes écrits, j'utilise l'humour, l'ironie. C'est mon style. Je ne prétends pas être Voltaire et je ne le voudrais pas!

Les réactions? Les membres féminins : aucun commentaire.

Les collègues masculins semblaient apprécier. S'ils le faisaient par courtoisie rien ne les obligeait !

Dernièrement, mes écrits sont lus par curiosité mais de moins en moins de commentaires. Apparemment, on me boycotte!

Mon crime est de vouloir avoir une petite place dans le forum.

Mon crime est d'être différente.

Mon crime est ...

Madame Samira s'interroge pourquoi les relations sont compliquées.

Je lui réponds, madame, c'est nous qui les compliquons!

Pourquoi prêtons-nous toujours de mauvaises intentions à l'autre?

Celles et ceux qui s'interrogent sur cette crise font-ils preuve d'impartialité quand ils condamnent les autres ?

Qu'on refuse de lire mes messages c'est un droit que je respecte mais qu'on utilise l'embargo intellectuel pour me faire partir, cela s'appelle du chantage!

Il y a de la place pour tous. Je ne partirai que lorsque je l'aurai décidé.

Je n'en ai que faire de l'hypocrisie sociale!

Il y a ceux qui ont rédigé leurs testaments avec leurs listes d'amis(es), manière de vous dire vous n'en faites pas partie!





 Réponse N°3 21659

La parole et parler de soi
  Par   OMARI Abdellatif  (Profle 20-05-12 à 19:06



Je me rappelle l'avoir lu quelque part cette maxime: "Parlez quand vous n'avez pas envie de parler, ne parlez pas quand vous avez envie de parler". Je crois que la sagesse derrière cette réflexion est que quand on parle parce qu'on a envie de parler, on ne dit que des bêtises, alors qu'on dit des choses mesurées et estimées lorsqu'on parle au moment où on n'a pas envie de parler. Mais ce qui est sûr, c'est que la chose qu'on aime le plus dans la vie c'est celle de parler de soi. Le thème de "la parole" devrait certainement s'intéresser à cette piste qui en est la parole de soi.

Très cordialement





 Réponse N°4 21664

toujours parler
  Par   Dounia Azouz  (Autrele 20-05-12 à 20:21



Les maximes sont des pensées parfois elles expriment une sagesse mais elles ne sont pas toujours vérité. En parlant, Monsieur Omari, c'est pour mettre au clair certaines choses. Qu'on appelle chat par son nom au lieu d'entrer dans des insinuations où chacun joue le rôle de victime! Cette situation me rappelle une autre fable de La Fontaine: Les Animaux malades de la peste. S'il vous plaît je ne veux prendre la place de personne!

M. Dkhissi, je ne suis pas une forteresse pour être assiégée. J'étais sur le point de perdre ma liberté de penser en choisissant le "politiquement correct". Mais heureusement je suis libre.

Soyons humains! Cessons de donner des leçons!





 Réponse N°5 21674

re
  Par   marocagreg  (Adminle 20-05-12 à 22:42



Mme Hayat, vous avez un peu abusé de votre souris et de vos rats ces derniers jours, mais soyez sûr que personne ne boycotte personne sur ce forum et personne ne cherche à vous chasser. je ne sais pas pourquoi il y a beaucoup de paranos sur ce forum. Chacun pense qu'il est visé alors qu'en réalité, ce n'est nullement le cas. L'embargo que vous évoquez est imaginaire. Seulement vos messages sont quelques fois écrits à la Mallarmé et il faut beaucoup de neurones pour les déchiffrer. forcément beaucoup de personnes ne sont pas intéressées. C'est tout.





 Réponse N°6 21677

Bonsoir
  Par   Dounia Azouz  (Autrele 20-05-12 à 23:59



La parole est "catharsis". Chacun fait sa crise. Pourquoi n'en ferais-je pas?

Je ne suis pas dans l'exhibition de mon état d'âme mais en même temps je ne veux pas être dans l'inhibition.

Chacun parle en général. Il y a même des alliances. Comment voulez-vous que je ne devienne pas parano?

Une parano qui s'assume!

Le rapprochement avec Mallarmé risque de développer une autre maladie chez moi: la mégalomanie. De souris, je vais me transformer en éléphant.

Un éléphant c'est lourd à porter et à supporter! Cela risque de devenir "gargantuesque"!

Soyez patient !





 Réponse N°7 21678

Ambiguïté
  Par   OMARI Abdellatif  (Profle 21-05-12 à 00:28



Soyez tranquille notre chère et collègue Aziz Hayat, je ne voulais rien insinuer, je vous l’assure, la preuve est que lorsque j’ai lancé mon petit message je n’avais pas encore lu les interventions des autres collègues, c’était hier que j’ai lu le message de Madame Alami Hanane dès son apparition et j’allais répondre au moment même par les mêmes mots, et si je l’avais fait je n’aurai pas subi aujourd’hui votre charmant colère. C’est après avoir lancé ma réponse que j’ai pris connaissance des autres, y compris de la vôtre qui, comme par hasard, se voit précéder la mienne, et vous avez cru peut-être que vous étiez visée, non ma chère, croyez-moi, je ne vais pas m’abaisser jusque-là. Ce que je voulais dire par ma réponse c’est que dans la réalité, le commun des mortels, parce qu’il a envie de parler de soi monopolise la parole, n’écoute pas les autres, coupe la parole aux autres, rien que pour parler de soi. Comment une telle personne serait-elle alors vue par les autres ? Cependant, mes lectures préférées sont les autobiographies.

Mes respects





 Réponse N°8 21679

On risque de péter les plombes!
  Par   Idoubiya Rachid  (Profle 21-05-12 à 08:04



Pour vous dire madame aziz hayat, j'ai toujours aimé votre façon d'écrire. Parfois, je suis tellement touché par l'un des styles les plus imagé dans le forum. Mais cela dit quelque chose: beaucoup d'humour et d'ironie imaginatifs.

Parfois, on aime qu'il y'ait une interaction avec les collègues, mais ce n'est pas toujours automatique. Il suffit de ne rien attendre lorsqu'on émit un message - un feed-back... car ce n'est pas notre personnalité qu'on propose pour le partage, mais c'est l'idée... Si elle trouve preneurs, c'est bien et le courant passe, sinon où est le problème? On continue de réfléchir et de travailler... Un message dans un forum est comme une bouteille jetée dans la mer, parfois on la pêche très rapidement et passe pour une réussite, mais finit dans l'oubli aussi rapidement que le succès qu'elle remporte. Mais parfois, cette bouteilles traverse toute l'atlantique avant qu'elle ne soit appréciée à sa juste valeur. Les meilleurs écritures sont comme le bon vin, plus elles vieillissent, plus elles gagnent de goût et d'arôme...

Aussi, cela n'empêche pas qu'on devrait rester soi-même, sans chercher à révéler quelque chose que ce qu'on est réellement, sinon on risque de se fatiguer et finir par péter les plombes. - Je parle bien sûr en général: on pourrait m'accuser de m'adresser à un membre en particulier (on ne sait jamais!)

En tout cas, je vous l'avez déjà dit: vos écrits sont et seront toujours les bien venus, car ils sont originales et pleins d'humours.

Donc souriez madame aziz hayat car vous le méritez bien. ( Vous êtes au moins six femmes dans le forum: je vous connais bien et je vous respecte de même: recevez mes hommages...)





 Réponse N°9 21700

ana b3da
  Par   Adi Lachgar  (CSle 22-05-12 à 08:25



Il est drôle ce "b3da" dans notre langue. Il signifie "après" dans la langue et "avant" dans les langues. "Ana b3da", "moi d'abord" et après moi, tous les autres. "Ana, wa a3oudou billah min...": ça c'est pour commencer. Et après, à compter les occurrences du "je", on peut en avoir le tournis. Est-ce grave, docteur? Que nenni! C'est même très bien! Tiens, je connais quelqu'un dont toute la famille est mythomane. Tout le monde m'a mis en garde contre lui. Cependant, quand il vient me chercher pour me raconter ses "tihllass" (c'est comme ça qu'on dit tikrkas chez lui), je lui prête une oreille à la fois condescendante et charitable. Je sais qu'il m'aime bien. Je sais qu'il a besoin de parler de lui. Je ne perds rien à l'entendre ou à l'écouter.J'y gagne même des fois. Le "Moi" ne me gêne pas quand il est plein ou quand il est légitime. C'est quand il sonne creux, quand il écrase, quand il prétend me priver de mon propre moi que je le rejette ou que je l'évite. Des EGO comme ceux que je fréquente sur ce forum, les mâles et les féminins sont des ego qui se laissent partager, qui se disent, qui se confient, qui partagent... Je n'ai pas à soupçonner qui que ce soit de quoi que ce soit, sinon je commencerais par ma pomme...J'ai à prendre le plaisir qui m'est offert, garanti 100°/° sans risques d'aliénation. Ave!





InfoIdentification nécessaire
Identification bloquée par
adblock plus
   Identifiant :
   Passe :
   Inscription
Connexion avec Facebook
                   Mot de passe oublié


confidentialite Google +