Oeuvre intégrale, un outil didactique?

 Par ESSALHI Fatimazahra  (?)  [msg envoyés : 3le 29-01-13 à 22:50  Lu :1502 fois
     
  
 accueil


Comment voyez-vous, messieurs les enseignants du français au qualifiant, l'enseignement-apprentissage du français par l'oeuvre intégrale au Maroc? Les choix des oeuvres programmées? Leurs nombres? leurs apports culturels?...

  



Vous aimez cet article ?
Partagez-le sur


 Réponse N°1 29591

L'oeuvre intégrale;
  Par   Samira Yassine  (CSle 29-01-13 à 23:25



Bien que je ne sois pas un monsieur, je vais essayer de répondre à votre question, chère collègue. :)

Nul ne peut refuser l'œuvre intégrale vu sa grande importance dans le domaine de l'enseignement d'une langue. Mais la question que je pose :Est ce que le niveau de nos élèves permet le travail avec une œuvre intégrale, sachant que nous avons dans certaines classes des élèves qui apprennent à déchiffrer , à décoder la langue française qu'ils étudient depuis une quinzaine d'année et ne la connaissent pas autant que la deuxième langue, l'anglais?

Pour ce qui est du nombre, je me rappelle qu'on avait au début 3 œuvres à étudier, on demandait à ce que le nombre soir réduit à deux œuvres, à raison d'une par semestre. La réponse à nos rapports des conseils d'enseignements à été 4 œuvres au lieu de 3 " magaddou fil zadouh fila"

Il a fallu trois ou quatre années pour qu'on réduise le nombre d'œuvres à 3, supprimant ainsi une œuvre de science fiction" la planète des singes".

Quand l'élève est bien loin de lire , de déchiffrer le contenu d'une phrase, il me semble inutile de poser la question du choix bien qu'elle soit fondamentale , dans la mesure où le référent est inexistant même dans l'imaginaire d'un élève dont le niveau de connaissance laisse à désirer.

Je laisse messieurs les collègues répondre à ces questions si importantes remerciant notre collègue pour le choix du sujet.





 Réponse N°2 29592

re
  Par   Dounia Azouz  (Autrele 30-01-13 à 00:31



Bien que j'aie une fine moustache, je ne suis pas un monsieur mais comme madame Samira je vais répondre à vos questions. Ne dit-on pas les femmes d'abord?

L'enseignement du français par les oeuvres intégrales pose indéniablement un problème car en privilégiant celles-ci, on occulte les autres supports. Or, ce sont les articles de presse, les documents scientifiques, économiques... dont l'élève a le plus besoin. Par ailleurs, l'enseignement de la littérature avec des programmes identiques pour les différentes filières est une grande erreur. Quant au choix des oeuvres, je peux dire qu'il ne répond ni au niveau de nos élèves ni à leurs motivations. Dans bien des pays, l'enseignement du fle passe par des activités à la fois didactiques et ludiques. Tout le monde en tire bénéfice. Chez nous, il est urgent de repenser l'enseignement du français.

J'espère MADAME avoir répondu à vos interrogations.





 Réponse N°3 29597

Merci mesdames
  Par   ESSALHI Fatimazahra  (CSle 30-01-13 à 17:25



Je m'attendais à une forte réaction de la part de tous les professeurs du français au qualifiant hommes et femmes, bien que je me suis adressée aux messieurs, car je trouve que l'enseignement du français par l'oeuvre intégrale et loin d'être le projet de la nation. Nos élèves ignorent la littérature marocaine et arabe et rejettent les littératures étrangères, ils se sentent incapables d'approcher une oeuvre quoi que vous fassiez pour les motiver ou pour les aider; alors comment pensez-vous que cet objet tant refusé puisse apprendre à l'élève une langue ou une culture qui n'est plus la sienne?

Nous sommes tous concernés car c'est nous qui devons travailler nos projets pédagogiques moyennant cet objet littéraire à didactiser.

Vos réponses me disent bcp car je compte faire une recherche sur ce sujet et essayer de trouver des solutions pour repoussez notre pratique quotidienne en classe.





InfoIdentification nécessaire
Identification bloquée par
adblock plus
   Identifiant :
   Passe :
   Inscription
Connexion avec Facebook
                   Mot de passe oublié


confidentialite Google +