Nouvelle : la victime

 Par marocagreg  (Admin)  [msg envoyés : 2213le 25-07-10 à 18:50  Lu :1964 fois
     
  
 accueil

La victime

Lalla Hafida était une veuve qui vend des vêtements usés.
Chaque jour, elle allait à la petite place sablonneuse près
du marché de la ville, elle étendait une large couverture de
plastique par terre pour étaler ses marchandises : un bric à
brac de caftans, sous-vêtements, djellabas et des bouts
d'étoffes vieilles et délavées. Elle passait toute la
journée à crier les prix modestes de ses friperies.
Ses clients l'appelaient "Lhaja" bien qu'elle
n'ait jamais effectué le pèlerinage, c'était une femme
âgée, ses cheveux blancs et son visage plein de rides ne
manquaient pas de bonté et de naïveté; elle était vraiment
adorée par tout le monde. Chaque soir, elle louait une
"Karroussa" pour remporter ses marchandises à sa
petite maison délabrée qui risque de s'effondrer à chaque
instant. Beaucoup de gens lui ont conseillé de déménager,
mais cette idée ne l'enchantait guère... Quoi ? Elle ?
quitter la maison qui l'a abritée depuis trente sept ans ? et
où irait-elle ?... Elle était seule dans ce monde, et elle
pensait finir ses derniers jours dans la maison où chaque
pièce, chaque coin lui rappelaient une multitude de
souvenirs.
Depuis quelques jours, Lhaja a décidé de faire un petit
voyage à la grande ville toute proche de son village. Elle
pensait aller à la grande 'jotia', une friperie immense qu'on
appelle california, pour acheter quelques marchandises et
renflouer son commerce; bien sûr, elle emporta avec elle une
somme respectable d'argent... vingt cinq mille "Rial"
qu'elle avait ramassés avec beaucoup de peines et de
sacrifices. On racontait qu'elle n'a jamais mangé de viande
pendant trois ans et qu'elle déjeunait toujours avec un petit
bol de "Bissara" ou de lentilles et avec un verre de
thé comme dîner, quelques grains d'olives noires et un bout
de pain sec. Son visage était blême et livide, un cercle
bleu entoure ses yeux creusés dans son crâne et des veines
bleutées labouraient ses bras et ses jambes. La pauvre femme
a passé tant d'années dans la misère pour amasser sou par
sou sa minuscule fortune.
Avant d'aller à la gare, elle enfila une djellaba qui
avait presque perdu ses couleurs mais qui était encore en bon
état; elle met un foulard vert qui sent le thym et elle
chaussa des pantoufles éculées. A peine arriva-t-elle à la
gare étroite et pleine de tâche noires de graisse, un bus
arriva, aussitôt une foule rageuse et impatiente se rua sur
les portes du véhicule. Lhaja essaya d'entrer pour se
réserver une place, car ses pieds étaient trop faibles pour
qu'elle restât longtemps debout, mais elle faillit s'écraser
sous les pieds de la foule. Cependant, Lhaja parvint à
s'asseoir au fond du bus à côté d'un jeune homme qui
paraissait très gentil. Quelques minutes s'écoulèrent avant
que le bus ne bougeât, il était surchargé, à peine on
arrivait à respirer. Lhaja Hafida était distraite en
regardant les paysages qui s'écoulaient devant elle, quand le
jeune homme essaya d'entamer avec elle une conversation; il
lui parla de la saison, de la sécheresse et ses séquelles
néfastes sur l'agriculture. Lhaja fut très heureuse de
trouver quelqu’un à qui elle pouvait confier ses petites
misères et ses projets... Elle lui raconta qu'elle se rendait
à la ville pour faire des achats. A ce moment, le contrôleur
nerveux vint encaisser les cinq dirhams que coûte le trajet,
Lhaja tira son "Bzttam" de tissu encrassé plein
d'une liasse respectable de billets de banque et après avoir
payé, elle le remet sous ses vêtements, les yeux du jeune
homme, qui souriait nerveusement, brillèrent d'une lueur
étrange. Il remua quelque chose dans un sac noir en
plastique, puis il proposa, tout gentiment à sa voisine de
boir un yaourt pour rafraîchir sa gorge. Lhaja accepta son
offre avec plaisir.
Le bus défilait à plein gaz à travers les petites
agglomérations dispersées ça et là sur les deux bords de
la route. L'odeur nauséabonde d'un âne mort et jeté à côté
d'une flaque d'eau vient frapper les narines. Tout-à-coup
lhaja sentit des douleurs atroces à l'estomac, une brume
noire remonta aux yeux, elle étouffait. Ses entrailles
étaient cisaillées. Elle ne voyait plus tout ce monde qui
l'entourait et qui l'étouffait; elle perdit connaissance, et
quand elle se réveilla... Elle était alitée dans une salle
nue d'hôpital.
Quelques minutes passèrent avant qu'elle ne soit
complètement consciente, elle sentit le vertige au point de
voir le couloir blanc tourner tout autour d'elle. On lui avait
administré plusieurs flacons de sérum, un goût âpre
remplissait sa bouche où il n'y avait plus que quelques dents
orphelines. Elle resta, ainsi, hébétée deux jours avant
qu'elle ne pût enfin échanger quelques mots avec les
infirmières qui veillaient sur elle. Le médecin qui l'a
soignée lui confia qu'elle avait été victime
d'empoisonnement et qu'il était obligé de lui faire un
lavage d'estomac et lui affirma qu'elle allait être autorisée
de quitter l'hôpital si son état continue à s'améliorer.
Lhaja Hafida le remercia avec de grosses larmes qui
descendirent sur ses joues blafardes. A peine le médecin
l'avait-il laissée seule qu'elle mit, instinctivement, sa
main sur ses seins pour tâter la bourse, mais celle-ci n'y
était plus. Aussitôt son visage devint noirâtre. Elle se
renseigna auprès d'une infirmière, mais celle-ci,
renfrognée, lui répondit qu'elle n'en savait rien et qu'au
moment où on l'avait amenée à l'hôpital, elle n'avait rien
sur elle. La vieille sombra alors, dans un profond mutisme. Le
lendemain, Lhaja n'était plus dans son lit et personne n'a vu
où elle était passée. Des mois passèrent sans jamais
revenir à son village; beaucoup de rumeurs ont circulé entre
les villageois : Les uns disaient qu'elle était devenue folle
et qu'elle errait dans les rues de la grande ville; les autres
disaient qu'elle mendiait devant une mosquée près de la
gare, il y en avait même qui juraient qu'elle était morte.
Enfin, personne ne sait où elle était à présent; ainsi une
vie de plus avait sombré dans l'oubli.

Mohamed Semlali


Nouvelle publiée dans Le matin du sahara et
du maghreb magazine n° du 28 février au 7 mars 1993

  




 Réponse N°1 5685

très intéressant
  Par   birouk salima  (CSle 25-07-10 à 22:45

J'ai adoré l'histoire , ce style extraordinaire , toutes ces figures de style et touts ces termes du langage soutenu , la description est exceptionnelle , ce récit est très riche du coté narratif aussi que du coté descriptif. Cordialement




 Réponse N°2 5688

re
  Par   marocagreg  (Adminle 26-07-10 à 12:06

Bonjour M. Fethi,

Merci pour tes remarques judicieuses. J'ai rédigé cette nouvelle alors que j'ai été encore en 2 ème année de la fac. je n'ai pas essayé de changer grand chose. Il y a beaucoup d'imperfections, une trame qui est, comme tu l'as remarqué, cousue de fil blanc. Une histoire banale comme cela arrive tous les jours. Je dirai que c'est à la limite du fait divers.

merci aussi à toi mademoiselle Salima Birouk :-)




 Réponse N°3 5691

nouvelliste en herbe
  Par   daki mohamed  (CSle 26-07-10 à 22:43

j'ai lu avec beacoup de plaisir .

tu m'encourage vraiment à envoyer une sorte de nouvelle ou appelz ce que vous plaira

l'essentiel est de soumettre cela aux opinions des habitués de ce site c'est d'aborden arabe puis suivront d'autres en francais si vous permettez





 Réponse N°4 5692

re
  Par   marocagreg  (Adminle 26-07-10 à 23:44

Allez M. Daki fais-nous plaisir avec tes nouvelles dans les deux langues.




InfoIdentification nécessaire
Identification bloquée par
adblock plus
   Identifiant :
   Passe :
   Inscription
Connexion avec Facebook
                   Mot de passe oublié


confidentialite Google +