Module ii : antigone -activité de lecture : lecture méthodique

 Par najih houda  (?)  [msg envoyés : 3le 01-12-10 à 09:34  Lu :7802 fois
     
  
 accueil

Najih Houda / Marrakech/délégation el lhaouz


Module II : ANTIGONE

Activité de lecture : lecture méthodique


Identification du texte :
Support : pp 65-73
Genre : extrait d’une pièce de théâtre.
Situation : Créon découvre que sa nièce « Antigone » est arrêtée par les gardes en train d’enterrer son frère. Cette scène présente l’affrontement entre Antigone et créon.
II-axes de lecture :

1 er axe de lecture : l’affrontement :
-cette scène fait partie du nœud de l’intrigue. Elle met en opposition Antigone qui transgresse les lois et créon.
-de sa part, Créon veut étouffer l’affaire. Cette décision vient du fait qu’il ne veut pas donner au drame un dénouement naturel : la mort « tu as dû penser que je te ferais mourir. Et cela te paraissait un dénouement tout naturel pour toi ».
-Créon est surpris par le courage d’Antigone. Une révolte inattendue d’un tel personnage (Antigone n’a point les caractéristiques « classiques », typiques d’un héros traditionnel)
- pour Créon, Antigone n’est pas son rival qui peut lui tenir tête, c’est ainsi que l’on peut noter un certain « sarcasme » dans sa longue tirade : « il n’y a pas longtemps (…) de gifles » / « allez, va ! » = la révolte devient dérisoire !
-l’extrait est imprégné d’une argumentation de la part des deux personnages. Chacun défend la justesse de sa décision :
Créon : arguments : « la loi est d’abord faite pour les filles des rois «, « je suis le roi », « mais puisque je suis là pour le faire, je vais le faire ».
Antigone : « « je le devais », «  il a droit au repos », »c’était mon frère », « il faut faire ce que l’on peut », « Pour moi ».
Remarque : la raison qu’a donné Antigone du début à la fin permet de mettre l’accent sur un certain revirement : au début c’était un devoir mais après le long discours de son oncle son attitude se renforce.
2 éme axe : désacralisation du mythe :
- Créon dans sa tirade, évoque les origines d’Antigone. Le mythe d’œdipe paraît comme un drame humain : tuer son père, commettre l’inceste, se crever les yeux…
  • de ce fait, Créon opère une certaine comparaison entre lui et Œdipe :

Créon :
Œdipe
Un prince sans histoire - Je m’appelle seulement Créon - J'ai mes deux pieds sur terre - Moins d’ambition - Rendre ce monde moins absurde
Tuer vote père/crever les yeux
mendier avec ses enfants

  • en faisant ce parallélisme, Créon adopte une nouvelle conception du pouvoir politique «  les rois ont autre chose à faire que du pathétique personnel » / »c’est un métier pour tous les jours.. »
-Créon cherche les raisons de l’attitude d’Antigone dans ses origines. Ainsi ,il la compare à son père : des personnages écrasés par la fatalité « tu es Antigone , tu es fille d’oedipe », «  l’humain vous gêne », « il vous faut un tête à tête avec le destin et la mort ».
Synthèse :
Pour Créon, Antigone tout comme son père est orgueilleuse pour accepter le monde tel qu’il est : elle a besoin d’être mythifiée. Le mot absurde est répétitif dans cette scène , cela met en exergue l’absurdité et la gratuité des actions d’Antigone.

  



Vous aimez cet article ?
Partagez-le sur


InfoIdentification nécessaire
Identification bloquée par
adblock plus
   Identifiant :
   Passe :
   Inscription
Connexion avec Facebook
                   Mot de passe oublié


confidentialite Google +